Léopold II de Belgique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Léopold II.
Léopold II
Le roi Léopold II de Belgique
Le roi Léopold II de Belgique
Titre
2e roi des Belges

(&&&&&&&&&&01607044 ans, 0 mois et 0 jour)
Premier ministre Charles Rogier
Hubert Frère-Orban
Baron d'Anethan
Jules Malou
Hubert Frère-Orban
Jules Malou
Auguste Beernaert
Jules de Burlet
Paul de Smet de Naeyer
Jules Vandenpeereboom
Comte de Smet de Naeyer
Jules de Trooz
François Schollaert
Prédécesseur Léopold Ier
Successeur Albert Ier
1er roi du Congo

(&&&&&&&&&&&0859923 ans, 6 mois et 15 jours)
Gouverneur Francis de Winton
Prédécesseur Fonction créée
Successeur Congo belge
Prince héritier de Belgique[1]

(&&&&&&&&&&01120330 ans, 8 mois et 1 jour)
Monarque Léopold Ier
Prédécesseur Louis-Philippe de Belgique,
prince héritier
Successeur Léopold de Belgique,
duc de Brabant
Biographie
Titre complet Roi des Belges
Roi du Congo
Prince de Saxe-Cobourg-Gotha
Dynastie Maison de Saxe-Cobourg
Nom de naissance Léopold Louis-Philippe Marie Victor de Saxe-Cobourg
Date de naissance
Lieu de naissance Bruxelles (Belgique)
Date de décès (à 74 ans)
Lieu de décès Laeken (Belgique)
Père Léopold Ier
Mère Louise-Marie d'Orléans
Conjoint Marie-Henriette de Habsbourg-Lorraine
Enfant(s) Louise de Saxe-Cobourg
Léopold,
duc de Brabant
Stéphanie de Saxe-Cobourg
Clémentine de Saxe-Cobourg
Deuxième conjoint Blanche Delacroix
Religion Catholicisme romain
Résidence Palais royal de Bruxelles

Léopold II de Belgique
Rois des Belges

Léopold II (Léopold Louis-Philippe Marie Victor) ([2] - [2]), deuxième roi des Belges ( - ), prince de Belgique, duc de Saxe, prince de Saxe-Cobourg-Gotha, duc de Brabant (1840[3]-1865), souverain de l'État indépendant du Congo (1884-1908), succède à son père, Léopold Ier, sur le trône belge en 1865. Par sa mère Louise d'Orléans, il est le petit-fils de Louis-Philippe Ier, roi des Français. Il est également le frère de l'impératrice du Mexique Charlotte.

Premières années[modifier | modifier le code]

Le prince Léopold - gravure de 1844
Marie-Henriette d'Autriche et Léopold de Belgique
La baronne et le roi (1909)

Léopold est né à Bruxelles en 1835, fils de Léopold de Saxe-Cobourg, premier roi des Belges (Léopold Ier) et de Louise d'Orléans, elle-même fille du roi des français Louis-Philippe Ier. La Révolution française de 1848, qui épargne la Belgique, entraîne l'abdication de son grand-père, Louis-Philippe, qui se réfugie en Angleterre où règne la reine Victoria, cousine germaine du jeune prince Léopold. La Maison de Saxe-Cobourg et celle d'Angleterre sont en effet liées par de nombreux mariages. Le roi Louis-Philippe meurt deux ans plus tard, en 1850. La fragile reine des Belges, Louise d'Orléans, est très affectée par le décès de son père qui altère davantage sa santé. Elle s'éteint prématurément la même année à 38 ans[4]. Léopold a 15 ans.

Trois ans plus tard, le [2], il épouse à Bruxelles Marie-Henriette de Habsbourg-Lorraine, archiduchesse d'Autriche, née à Pest, Autriche (maintenant Budapest, Hongrie) le [2], et morte à Spa, Belgique le [2]. Fraîche, vive, passionnée d'équitation au point de dispenser elle-même des soins aux chevaux, cette cousine de l'empereur François-Joseph Ier d'Autriche est la fille de Joseph, archiduc d'Autriche (1776-1847), (qui était lui-même le fils de Léopold II, empereur romain germanique (1747-1792) et de Dorothée de Wurtemberg). D'aucuns ironiseront sur ce « mariage d'un palefrenier et d'une religieuse », la religieuse étant le timide et le renfermé Léopold.

Léopold II et Marie-Henriette eurent quatre enfants :


« L'ABBÉ. — Oh ! Sire, à votre âge !
LE ROI. — Tâchez donc d'en faire autant ! »

Léopold II rencontre Blanche Delacroix en 1899. Le roi sexagénaire s'éprend de l'adolescente qu'il titre ensuite baronne de Vaughan. Cette dernière entretient une liaison parallèle avec son amant de toujours, Antoine Durrieux.

Durant cette relation naissent deux fils - la paternité exacte n'est pas établie - peu avant le mariage secret, le 14 décembre 1909, de Blanche avec le Roi  :

  • Lucien Philippe Marie Antoine (1906-1984), sans descendance ;
  • Philippe Henri Marie François (1907-1914).

La baronne de Vaughan se remarie en 1910 avec son amant de toujours lequel reconnaît et adopte les enfants naturels de son épouse. La baronne Vaughan mourut en 1948 dans le sud de la France.

Roi des Belges[modifier | modifier le code]

Léopold II vers 1866.
Dernier portrait de Léopold II.
Cortège funèbre de Léopold II devant le palais royal, le 22 décembre 1909.

Léopold II devient roi en 1865, à la mort de son père Léopold Ier, et détient jusqu'à présent le record de durée de règne de la dynastie belge (44 ans).

Dans une lettre adressée à son frère, le comte de Flandre, en 1888, il entend que sous son règne, « la patrie doit être forte, prospère, par conséquent posséder des débouchés à elle, belle et calme[7]. »

Dès avant son accession au trône, il voyage en songeant à des débouchés économiques pour la Belgique. De Grèce, il envoie à Frère-Orban, alors ministre des finances, une plaque de marbre sur laquelle il a fait graver ces mots  : « Il faut à la Belgique une colonie »[8].

C'est sous le règne de Léopold II que sont votées d'importantes lois sociales en Belgique : suppression du livret d'ouvrier, droit de former des syndicats, âge d'admission des enfants dans les usines fixé à 12 ans, interdiction du travail de nuit aux enfants de moins de 16 ans et du travail souterrain pour les femmes de moins de 21 ans, réparations pour les accidents de travail, repos dominical, etc.

Léopold II s'efforce de rendre la Belgique moins vulnérable : il obtient la construction des fortifications de Liège, Namur et Anvers, et la réforme du service militaire qu'il signe quelques jours avant sa mort en 1909. Auparavant, le recrutement de l'armée belge se faisait sur le volontariat et le tirage au sort avec possibilité de se faire remplacer (moyennant une somme d'argent). Ce système est aboli en 1909 et remplacé par le service d'un fils par famille.

C'est également sous son règne qu'a lieu la première révision de la Constitution. Le suffrage devient universel bien que tempéré par le vote plural, les conditions d'accès au Sénat sont réduites et les élections reposent désormais sur un système proportionnel. Malgré ses demandes répétées, l'idée d'un référendum royal n'est pas retenue.

Après le décès de son fils unique Léopold en 1869 et conformément à l'article 85 de la Constitution qui interdit à ses filles de monter sur le trône, c'est son neveu Albert, fils du comte de Flandre, qui lui succède en 1909. La Belgique est, à cette époque, la deuxième puissance économique du monde[réf. nécessaire] et dispose désormais d'une colonie - léguée par Léopold II - qui va lui apporter d'énormes débouchés pendant plusieurs décennies et accroître son prestige sur le plan international.

Roi Bâtisseur[modifier | modifier le code]

Léopold est surnommé le « Roi Bâtisseur » car il a transformé des villes comme Bruxelles ou Ostende et a constitué un important domaine en Ardenne. À Bruxelles, il est à l'origine de l'édification des serres royales de Laeken, du Pavillon Chinois, de la Tour Japonaise, de l'Arc de triomphe du parc appelé aussi Arcades du Cinquantenaire, du tracé de l'avenue de Tervuren et de la construction du Musée royal de l'Afrique centrale, de la création de parcs publics comme le parc Duden à Forest, et de la transformation du palais royal de Bruxelles.

Son domaine en Ardenne comporte 6 700 ha de forêts et terrains agricoles, un golf, les châteaux de Ciergnon, Fenffe, Villers-sur-Lesse et Ferage[9]. À Ostende, il fait construire l'hippodrome, les galeries royales situées sur la digue et le « Parc Marie-Henriette. » Il agrandit également le domaine royal de Laeken.

Le souverain est également propriétaire de deux grands domaines sur la Côte d'Azur, la Villa Leopolda ainsi que la Villa Les Cèdres et le jardin botanique du même nom, où il se livre à des activités d'acclimatation de palmiers exotiques.

À l'occasion de son soixante-cinquième anniversaire en 1900, le roi Léopold II émet le souhait de léguer à l'État belge son important patrimoine privé à condition de ne pas l'aliéner, de préserver ses beautés naturelles et de mettre certains biens à la disposition de la famille royale belge et de la Nation. Son objectif était que ses biens immobiliers appartiennent à la Belgique, et ne soient pas divisés entre ses trois filles dont deux d'entre elles avaient épousé des princes étrangers.

En 1903, la Belgique accepte la donation du roi à condition que ce patrimoine génère lui-même l'argent nécessaire à son entretien sans aide financière de l'État. La Donation royale doit rendre compte de sa gestion au ministre fédéral des Finances.

Intérêts en Afrique - Création de l'État indépendant du Congo[modifier | modifier le code]

Article détaillé : État indépendant du Congo.
Monument à Arlon. « J'ai entrepris l’œuvre du Congo dans l'intérêt de la civilisation et pour le bien de la Belgique»[10]».

Avant d'accéder au trône de Belgique, Léopold II, qui était alors duc de Brabant, s'intéressait déjà à l'idée de colonisation dont il vantait les mérites. Mais il s'intéressait aussi à un système économique en rapport avec la colonisation, qui fut mis en place par les Hollandais : le « système des cultures. » Ce principe, selon Léopold II, « consistait non seulement à acheter le produit des plantations à un prix fixé arbitrairement, mais aussi à mettre en place des fonctionnaires qui obtenaient des primes en fonction de la production. »

En 1876, Léopold II organise une association internationale comme paravent pour son projet privé d´exploitation des richesses de l'Afrique centrale (caoutchouc et ivoire). En 1879, sous le patronage de Léopold, Henry Morton Stanley entre en concurrence avec l'explorateur Français Pierre Savorgnan de Brazza pour acquérir des droits sur la région du Congo qui deviendra le Congo belge. Pendant les cinq années suivantes, Stanley travaille à ouvrir le Congo inférieur à l´exploitation intensive, construisant une route du fleuve inférieur au Stanley Pool (actuellement Pool Malebo), où le fleuve devient navigable. Léopold II charge aussi Stanley d'obtenir des « contrats » d'exploitations de leurs terres par l'Association Internationale du Congo (AIC). Grâce à ces contrats, ces territoires seraient proclamés « États libres » par l'AIA, qui aurait alors la souveraineté intégrale des territoires colonisés. L'action de Stanley permet qu'une personne privée – Léopold II – devienne le propriétaire de 2,5 millions de kilomètres carrés ainsi que de la force de travail de ses habitants.

À la conférence de Berlin de 1884-85, des représentants de 14 pays européens et les États-Unis reconnaissent à l'AIC, présidée par Léopold, la souveraineté sur l'État indépendant du Congo (EIC). Alors que cette conférence prend acte du partage de l'Afrique inter-tropicale par les puissances industrielles européennes dont la Belgique, il va de soi que pas un seul Africain n'y est présent.

En 1891, Léopold II employe l'explorateur canadien, et commandant militaire britannique, William Grant Stairs afin de reprendre le contrôle du Katanga, convoité par Cecil Rhodes pour l'Angleterre.

L'occupation est essentiellement poussée vers la vallée méridionale du Nil, où Stairs prend possession de l'enclave de Lado à partir de 1894.

Avant même la fin du 19e siècle, Léopold tient à établir une ligne ferroviaire le long du fleuve Congo et de ses affluents. Il s'agit ainsi de créer le moyen d'écouler vers la côte les produits dont la vente dans le monde doit créer les sources de revenus indispensables à l'autofinancement du Congo et à l'autogestion de son territoire.

Dès le début du vingtième siècle, la concurrence coloniale atteindra vite à son zénith avec le développement de l'industrie automobile. Le caoutchouc, principale production de l'EIC d'alors, est destiné aux industries automobiles naissantes (Rover, Ford, Mercedes, etc.) ou textiles.

Des témoignages établissant l'exploitation indigne et les mauvais traitements dont est victime la population indigène, y compris l'esclavage, la malnutrition, et la mutilation (l'affaire des « mains coupées » avec quelques photos à l'appui), en particulier dans l'industrie du caoutchouc, entraînent un mouvement international de protestation mené par le Royaume-Uni et les États-Unis à partir des années 1894-1895. Le journaliste et écrivain Edmund Dene Morel, les diplomates britanniques Edward Bannister, William Pickersgill et Roger Casement, mais aussi le missionnaire suédois E.V Sjöblom, ou l'écrivain écossais Conan Doyle s'attachent à alerter l'opinion internationale à ce sujet.

En 1904, une Commission d'enquête est dépêchée sur place.

Cette section doit être recyclée. Une réorganisation et une clarification du contenu sont nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion.

La Commission d'enquête (1904-1905)[modifier | modifier le code]

Caricature du journal Français "L'assiette au beurre" (1908)
Affiche montrant les congolais mutilés.

La commission d'enquête internationale est indépendante. Présidée par Edmond Janssens, elle est composée d'Edmond Janssens, avocat général à la Cour de Cassation de Bruxelles; Giacomo Nisco, président de la Cour d'Appel à Boma; Edmond de Schumacher, un juriste suisse. La commission se rend de Matadi à la province du Bas-Congo, puis jusqu'à Stanleyville (actuellement Kisangani), au centre du Congo.

Après 4 mois d'investigations sur place et l'audition de centaines de témoins, dont 5 des Congolais mutilés mentionnés dans le rapport Casement, le rapport de la commission confirme la surexploitation, souvent forcée, de la main-d’œuvre indigène (souvent victimes de coercition) qui a eu pour résultat le vidage forcé des villages de leur population mâle qui, en temps normal, approvisionne leurs familles en produits de la chasse, de la pêche et de la cueillette, les femmes étant généralement affectées, comme dans la plupart des communautés bantoues, à la petite agriculture traditionnelle de subsistance (igname, manioc là où sa culture existe, gousses d'espèces sauvages).

Le fait que les agents européens (plus d'une dizaine de nationalités) œuvrant pour l'EIC (donc pour Léopold II) soient livrés à eux-mêmes, car insuffisamment encadrés et surveillés, n'a pu conduire qu'à des abus. La commission tombe donc « à bras raccourcis sur les sociétés concessionnaires, désignées comme les principaux coupables[11]. »[réf. nécessaire]

L'emploi d'expéditions militaires est désigné notamment comme source de massacres, mais on doit rappeler que les campagnes militaires étaient destinées à combattre l'esclavagisme pratiqué par des arabisés[réf. nécessaire], l'éradication de l'esclavage étant un des buts proclamés par la conférence de Berlin en attribuant le Congo à Léopold II. Quant aux mutilations, si certains auteurs estiment qu'elles résultaient « d'une pratique guerrière indigène […] qui n'a pas été réprimée par des responsables européens[12]. », Conan Doyle, lui, écrit clairement en 1909 :"Beaucoup de sources disent que des mutilations de cette sorte étaient inconnues des sauvages. Elles ne se sont répandues que sous le régime européen." [13]. D'autres auteurs rappellent que l'amputation des mains avait pour origine l'obligation pour les soldats congolais de justifier l'utilisation de leurs cartouches auprès de la hiérarchie blanche afin d'éviter qu'ils utilisent leurs fusils pour la chasse. Ces soldats avaient dès lors pris l'habitude d'amputer la main de leurs victimes. Outre que ces faits démontrent l'existence d'une violence importante régnant au Congo, des témoignages rapportent que des amputations ont pu s'être produites sur des personnes vivantes[14],[15].

Quant au fait d'un génocide ou d'une dépopulation du Congo de la moitié de ses habitants par l'exploitation du caoutchouc comme cela a été écrit et réécrit un siècle plus tard à partir de la campagne de presse de l'époque, « il est difficile d'avancer un quelconque pourcentage car les seuls chiffres de population qui sont disponibles sont ceux de groupes restreints d'Européens. Il n'existe donc aucun fondement scientifique[16] » à une telle affirmation. Néanmoins, les auteurs s'accordent pour estimer que le nombre de victimes congolaises pendant cette période se chiffre en millions d'individus (environ 6 millions)[14],[15].

Léopold II jugé par ses contemporains[modifier | modifier le code]

  • Arthur Conan Doyle, 1909 : "Beaucoup d'entre nous en Angleterre considèrent le crime qui a été commis sur les terres congolaises par le roi Léopold de Belgique et ses partisans comme le plus grand crime jamais répertorié dans les annales de l'humanité. Je suis personnellement tout à fait de cette opinion."[17]
  • Mark Twain, 1905 : "Le roi avec 10 millions de morts sur la conscience."[18]

L'annexion du Congo par la Belgique (1908)[modifier | modifier le code]

Tombe du roi Léopold II.

Suite aux pressions étrangères et comme résultante de la Commission Edmond Janssens, le roi Léopold II, dont l'intention avait toujours été de léguer le Congo à la Belgique[réf. nécessaire], fut contraint de le faire non sous la forme d'un leg survenant après sa mort, mais par une annexion votée par le parlement en 1908.

L'EIC prit dès lors le nom de Congo belge, mais ce n'est qu'à la fin des années 1920 que ses frontières définitives seront fixées.

Après 52 ans d'administration belge, la colonie qu'il laissa à la Belgique devint indépendante le 30 juin 1960 : République démocratique du Congo. Elle prit le nom de Zaïre en 1971 sous Mobutu Sese Seko dans le cadre de sa politique du « recours à l'authenticité. » Beaucoup de symboles de la colonisation belge furent détruits et la statue de Léopold II à Léopoldville (Kinshasa) déboulonnée, entreposée dans ce qui devait être un parc "historique", puis brièvement réinstallée à Kinshasa en 1997 sous le gouvernement de Kabila père.

C'est d'ailleurs 1997, sous Laurent-Désiré Kabila, que le pays fut rebaptisé République démocratique du Congo (RDC).

Le roi Léopold II est mort le et fut inhumé dans la crypte royale de l'Église Notre-Dame de Laeken à Bruxelles.

Honneurs[modifier | modifier le code]

Décorations[modifier | modifier le code]

Buste de Léopold II de Belgique, exposé au Musée royal de l'armée au Cinquantenaire.
Avènement de Léopold II, devant le palais de la Nation, le 17 décembre 1865.
La Loge Royale de Léopold II à l’hippodrome de Groenendael.

Grand maître de l’Ordre de Léopold, de l'Ordre de la Couronne, de l'Ordre de Léopold II et de l'Ordre de l'Étoile africaine, décoré de :

Toponymes[modifier | modifier le code]

Statuaire[modifier | modifier le code]

On trouve la statue de Léopold II dans l'espace public des villes suivantes :

  • Bruxelles (place du Trône-boulevard du Régent)
  • Bruxelles (Jardins du Roi-avenue Louise)
  • Bruxelles-Auderghem, Buste (boulevard du Souverain)
  • Mons (rue des Fossés, derrière l'église Sainte-Elisabeth)
  • Gand
  • Ekeren (province d'Anvers)
  • Ostende[19]
  • Namur (place wiertz)
  • Arlon (carrefour de la Spetz)

Ascendance[modifier | modifier le code]

Écrits au sujet de Léopold II[modifier | modifier le code]

Tricycle de Léopold II
  • En 1907, Octave Mirbeau évoquera à son tour ces atrocités dans un chapitre de La 628-E8, « Le Caoutchouc rouge ».

Ces accusations sont reprises dans le livre Les Fantômes du roi Léopold. Elles ont été énoncées de manière moins radicale par certains historiens, dont Jean Stengers, spécialiste de l'histoire du Congo belge, dans Congo, Mythes et réalités qui cependant considère que le Congo est parmi les colonies d'Afrique qui a le plus souffert[20].

  • Il existe plusieurs biographies de Léopold II : Léopold II, par Janet Lange, par Barbara Emerson, par Louis de Lichtervelde, par Georges-Henri Dumont, par Pierre Daye, Léopold le Mal-Aimé par Ludwig Bauer.
  • Jean-Michel Bruffaerts, Dans la main du géant. Edmond Carton de Wiart au service de Léopold II, Didier Hatier, Bruxelles, 1989 (ISBN 2-87088-667-5)
  • Dumont Georges-Henri, La vie quotidienne en Belgique sous le règne de Léopold II, éditions Le Cri, 1996 (ISBN 978-2-87106-173-1)
  • Longue Matthieu, Léopold II : Une vie à pas de géant, éditions Racine, 2007 (ISBN 978-2-87386-521-4)
  • Vincent Dujardin, Valérie Rosoux, Tanguy de Wilde d'Estmael, Léopold II. Entre génie et gêne. Politique étrangère et colonisation, éditions Racine, 2009 (ISBN 978-2-87386-621-1)
  • Daniel Vangroenweghe, Du sang sur les lianes : Léopold II et son Congo, Aden, Bruxelles, 2010, 456 p. (ISBN 9782805900426)

Films[modifier | modifier le code]

  • Le Roi blanc, le caoutchouc rouge, la mort noire de Peter Bate, Belgique 2004
  • Daens de Stijn Coninx, Belgique 1993

Livres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Créé duc de Brabant le 16 décembre 1840.
  2. a, b, c, d et e Michel Huberty, Alain Giraud, L'Allemagne dynastique, Tome I Hesse, Reuss, Saxe, 1976, p.508
  3. Arrêté Royal du 16 décembre 1840.
  4. Michel Huberty, Alain Giraud, L'Allemagne dynastique, Tome I Hesse, Reuss, Saxe, 1976, p.485
  5. a, b, c, d, e et f Michel Huberty, Alain Giraud, L'Allemagne dynastique, Tome I Hesse, Reuss, Saxe, 1976, p.525
  6. a et b Michel Huberty, Alain Giraud, L'Allemagne dynastique, Tome I Hesse, Reuss, Saxe, 1976, p.526
  7. Le Roi au comte de Flandre, 26 janvier 1888 ; A.P.R., Papiers du comte de Flandre.
  8. Jean Stengers, Léopold II et la rivalité franco-anglaise en Afrique 1882-1884, in Revue Belge de Philologie et d'Histoire, 1969, 47-2.
  9. Lieu-dit de la commune de Mesnil L'Église en Province de Namur.
  10. La même phrase figure sur le Monument aux pionniers belges au Congo situé au parc duCinquantenaire à Bruxelles.
  11. Vincent Dujardin, Valérie Rosoux, Tanguy de Wilde - Léopold II. Entre génie et gêne. Politique étrangère et colonisation, Éd. Racine, Bruxelles, 2009
  12. Ibidem
  13. Conan Doyle : Le Crime du Congo Belge, édition Les Nuits Rouges, page 76
  14. a et b David Van Reybrouck, Congo, une histoire, Actes Sud, 2012
  15. a et b Adam Hochschild, Les Fantômes du roi Léopold : Le terreur coloniale dans l'État du Congo, 1884-1908, éd. Tallandier, 2007
  16. J.-L. Vellut - Regards sur le temps colonial, in J.-L. Vellut (dir.) - La mémoire du Congo. Le temps colonial, Gand, Musée royal de l'Afrique centrale, Éd. Snoeck, 2005
  17. Arthur Conan Doyle, Le crime du Congo, préface à l'édition américaine, 1909, éd. Les Nuits rouges, 2007
  18. Mark Twain, Le soliloque du roi Léopold, [1]
  19. En avril 2004, la main droite d'un personnage féminin de l'ensemble statuaire a été sciée par des activistes pour évoquer les massacres commis dans l'État Indépendant du Congo. Ils ont promis de restituer la main si une plaque était ajoutée au monument pour décrire les atrocités commises dans l'EIC.
  20. Jean Stengers, Congo, Mythes et réalités, Duculot, Gembloux, 1989, p.190.

Annexe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Précédé par Léopold II Suivi par
Léopold Ier
Great coat of arms of Belgium.svg
Roi des Belges
1865 – 1909
Albert Ier