Maria Laura de Belgique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Maria Laura de Belgique

Biographie
Titulature Princesse de Belgique
« Archiduchesse d'Autriche-Este »
« Princesse de Hongrie et de Bohême »
« Princesse de Modène »
Dynastie Maison de Habsbourg-Lorraine
Nom de naissance Maria Laura Zita Beatrix Gerhard de Belgique
Naissance 26 août 1988 (26 ans)
Woluwe-Saint-Lambert, Région de Bruxelles-Capitale
Père Lorenz d'Autriche-Este
Mère Astrid de Belgique
alt=Description de l'image Coat of Arms of the House of Habsburg Este.svg.

La princesse Maria Laura de Belgique (Woluwe-Saint-Lambert, 26 août 1988), princesse de Belgique, « archiduchesse d'Autriche-Este », « princesse d'Autriche », « princesse de Hongrie et de Bohême », est la fille de l'archiduc Lorenz d'Autriche-Este et de la princesse Astrid de Belgique.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Maria Laura de Belgique est née aux Cliniques universitaires Saint-Luc à Bruxelles. Elle est le second petit-enfant du roi Albert II de Belgique. Elle est baptisée dans la chapelle du château de Laeken, et a pour parrain l'archiduc Gerhard d'Autriche-Este, et pour marraine la comtesse Béatrice von Arco-Zinnenberg.

En 1991, le Parlement belge abroge la loi salique dans l'ordre de succession au trône, à partir de la descendance du prince Albert et de la princesse Paola (grands-parents maternels de Maria Laura de Belgique). Maria Laura de Belgique devient ainsi 5e dans l'ordre de succession au trône. L'arrêté royal du 2 décembre 1991 octroie le titre de prince et de Belgique » à tous les descendants en ligne directe du prince Albert de Belgique (depuis roi Albert II). Depuis lors, Maria Laura de Belgique porte le titre de princesse de Belgique avant celui d'« archiduchesse d'Autriche ».

Jusqu'en 1993, Maria Laura de Belgique vit à Bâle en Suisse alémanique, où son père travaille dans le domaine de la finance. Durant l'été 1993, la famille princière revient s'installer définitivement en Belgique dans une résidence mise à sa disposition par la Donation royale dans la rue de Brederode, à l'arrière du palais royal de Bruxelles.

Le 31 juillet 1993, le roi Baudouin de Belgique décède à Motril. Lors des funérailles, on aperçoit Maria Laura de Belgique fillette, s'approchant à plusieurs reprises de sa grand-tante la reine Fabiola, lui glissant un petit mot à l'oreille ou l'embrassant tendrement. La fillette est aussi présente lors de la prestation de serment de son grand-père, le roi Albert II, au Parlement fédéral.

Depuis le 21 juillet 2013, date d'accession au trône de son oncle, le roi Philippe de Belgique, elle occupe le 7e rang dans l'ordre de succession au trône.

Études[modifier | modifier le code]

Maria Laura de Belgique étudie au Collège néerlandophone Sint Jan Berchmans de Bruxelles. La princesse Astrid de Belgique protégeant jalousement la vie de ses enfants, on n'aperçoit que très peu la jeune fille durant quelques années. À peine, une apparition lors des mariages de ses oncles les princes Philippe et Laurent de Belgique.

Elle termine ses études secondaires à la British School de Tervuren. Elle est d'ailleurs victime d'un accident de la route, heureusement sans gravité, lorsque le minibus de l'école qui la ramène à Bruxelles avec ses condisciples manque de prendre feu sur l'autoroute.

Elle étudie ensuite à Londres, tout comme son frère aîné, le prince Amedeo de Belgique. Elle suit les cours de l'École des études orientales et africaines (SOAS). C'est dans le cadre de ses études, qu'elle passe de longs mois en Chine au cours de l'année académique 2007-2008.

Ascendance[modifier | modifier le code]

Maria Laura de Belgique appartient à la maison de Habsbourg. Elle est une descendante de Charles Ier d'Autriche, ainsi que de Léopold Ier de Belgique.

Littérature et sources[modifier | modifier le code]

  • Paul Janssens & Luc Duerloo, Armorial de la noblesse belge, Bruxelles, 1992, p. 105-111.
  • R. Harmignies, « La succession au trône et le titre de prince de Belgique », dans Le Parchemin, 1992, p. 166-177.
  • R. Harmignies, « L'identité civile et héraldique des princes de la Maison royale de Belgique », dans Atti del XXIII Congresso internazionale di scienza genealogica e eraldica, Turin, 1998, p. 603-626.
  • Almanach de Gotha, Londres, 1998, p. 223-237.
  • I. Lindemans, Tableau d'ascendance de la Maison royale de Belgique, Bruxelles, 1998-2003, 4 volumes.
  • Oscar Coomans de Brachène, État présent de la noblesse belge, Annuaire de 2003, Première partie A - Bem, Bruxelles, 2003, p. 1-6, La Maison royale de Belgique.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]