Astrid de Suède

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Astrid de Suède

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Astrid de Suède alors duchesse de Brabant (1929).

Titres

Reine des Belges

23 février 193429 août 1935
(1 an, 6 mois et 6 jours)

Prédécesseur Élisabeth en Bavière
Successeur Lilian Baels (épouse du roi)

Duchesse de Brabant

10 novembre 192617 février 1934
(7 ans, 3 mois et 7 jours)

Prédécesseur Marie-Henriette d’Autriche
Successeur Mathilde d’Udekem d’Acoz
Biographie
Dynastie Maison Bernadotte
Naissance 17 novembre 1905
Stockholm (Suède)
Décès 29 août 1935 (à 29 ans)
Küssnacht am Rigi (Suisse)
Sépulture Crypte royale de Laeken
Père Carl de Suède, duc de Westergothie
Mère Ingeborg de Danemark
Conjoint Léopold III de Belgique
Enfants Joséphine-Charlotte de Belgique
Baudouin de Belgique Roi des Belges
Albert de Belgique Roi des Belges
Résidence Palais royal de Bruxelles
Religion Luthéranisme
Catholicisme romain
alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Consorts belges

Astrid Sophie Louise Thyra Bernadotte, princesse de Suède, née le 17 novembre 1905 à Stockholm et décédée dans un accident de voiture le 29 août 1935 à Küssnacht am Rigi (Suisse), est la quatrième reine des Belges, du 23 février 1934 jusqu’à sa mort.

Biographie[modifier | modifier le code]

Née à Stockholm le 17 novembre 1905, seconde fille du prince Carl de Suède et de la princesse Ingeborg de Danemark, nièce du roi Gustave V de Suède, sœur de la princesse royale Martha de Norvège, elle épouse, le 10 novembre 1926, Léopold, prince de Belgique, duc de Brabant.

De cette union naîtront :

Suite à la mort tragique du roi Albert Ier, le 17 février 1934, Léopold, sous le nom de Léopold III, et Astrid deviennent roi et reine des Belges.

Préoccupée par les questions sociales, elle organise en 1935, au palais royal de Bruxelles, une grande collecte de vêtements et de vivres.

Le décès accidentel d'Astrid[1],[2], survenu le 29 août 1935 à Küssnacht am Rigi, en Suisse, cause une grande émotion en Belgique (émotion d'autant plus vive que des clichés pris de l'accident et de la mise en bière de la reine sont publiés dans la presse[3]) et en Europe, où son souvenir demeure jusqu'à aujourd'hui.

Elle est inhumée, comme tous les rois et reines de Belgique, dans la crypte royale de l'église Notre-Dame de Laeken, à Bruxelles.

Hommages[modifier | modifier le code]

La princesse Astrid de Suède en 1926.

Il existe une Place de la Reine-Astrid dans le 8e arrondissement de Paris, à proximité des quais de Seine et près du Pont de l'Alma – et le hasard voudra que, soixante-trois ans après la mort d'Astrid, une autre princesse, Lady Di, soit elle-même victime d'un accident de voiture mortel dans le tunnel du Pont de l'Alma. Un monument à la mémoire de la reine Astrid se trouve également à Menton[4].

En Belgique :

En Suisse :

.

  • À Küssnacht, canton de Schwytz, lieu de l'accident de voiture qui lui coûta la vie, une chapelle (de) rend hommage à la reine.

Au Rwanda :

  • Butare, ville au sud du Rwanda, portait anciennement, en son honneur, le nom d'Astrida.

Fiction[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Son mari conduit une Bugatti conçue pour deux personnes, avec un toit ouvrant et un spider derrière les sièges, dans lequel le chauffeur est monté en postillon. Après un moment d'inattention où il détourne les yeux vers la carte routière que peine à déchiffer sa femme, Léopold fait une embardée, la voiture de sport percute un arbre et termine sa course dans les roseaux de la rive. Source Christian Koninck, Astrid, 1905-1935, Lannoo Uitgeverij,‎ 2005, p. 27
  2. Photos de l'accident
  3. Rêves Royaux. Réactions à la mort de la reine Astrid, 1905-1935, document de l'historien Alexis Schwarzenbach
  4. http://www.afarb.be/album-photos_1.html

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

De nombreux ouvrages lui ont été consacrés dont la liste est dressée dans Astrid, histoire d'un mythe de Pascal Dayez-Burgeon, ouvrage publié en 1995 aux éditions Criterion et réédité en 2013 aux éditions Perrin.

Articles connexes[modifier | modifier le code]