Palais de justice de Bruxelles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Palais de justice de Bruxelles
Le palais de justice
Le palais de justice
Présentation
Nom local Palais de justice
Type Palais de justice
Architecte Joseph Poelaert
Date de construction 1866-1883
Dimensions 104 m de long, 26 006m2
Propriétaire État belge
Géographie
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Bruxelles-Capitale
Localité Bruxelles
Accès et transport
Métro 2 6 Louise
Tramway 92 93 Poelaert
Localisation
Coordonnées 50° 50′ 12″ N 4° 21′ 06″ E / 50.83671, 4.35160650° 50′ 12″ Nord 4° 21′ 06″ Est / 50.83671, 4.351606  

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Palais de justice de Bruxelles

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Palais de justice de Bruxelles

Géolocalisation sur la carte : Bruxelles

(Voir situation sur carte : Bruxelles)
Palais de justice de Bruxelles

Le Palais de justice de Bruxelles est un imposant bâtiment de style éclectique situé sur la plus grande place de Bruxelles, la place Poelaert. D'une surface au sol de 26 000 m2, il est plus vaste que la Basilique Saint-Pierre de Rome[1]. Il est l'œuvre de l'architecte Joseph Poelaert.

Gestation[modifier | modifier le code]

Le premier Palais de Justice avait été établi à l'emplacement de l'ancienne église des Jésuites, place de la Justice. Construit en 1818-1823 par l'architecte François Verly, l'édifice se délabra rapidement. La question de la construction d'un nouveau Palais de Justice plus spacieux se posa dès 1837. On envisagea d'abord de le reconstruire au même endroit. Ce projet, dont le coût était évalué à trois millions de francs, avorta rapidement[2]. L'idée de construire un nouveau Palais de justice au quartier Léopold n'eut pas davantage de succès. En 1846-47, un autre projet de reconstruction du Palais fut également enterré.

Une commission, instituée en 1853, proposa en 1857 d'organiser un concours. Le choix de l'emplacement donna cependant lieu à des controverses animées. En 1858, le ministre de la justice Victor Tesch suggéra pour la première fois les jardins de la famille de Mérode, à l'endroit où serait percé le prolongement de la rue de la Régence. Le gouverneur de la province de Brabant suggéra qu'il serait possible par la même occasion de relier le nouveau quartier Louise au centre de la ville. À la suite d'une proposition du conseiller auprès de la cour d'appel Gustave Bosquet, visant à installer le bâtiment perpendiculairement à la rue de la Régence plutôt qu'à la droite de ce prolongement[3], une étude fut confiée à l'ingénieur en chef Groetaers. Dans son rapport, ce dernier préconisa de construire un bâtiment de 19 000 m2, avec une façade de 100 m faisant face à une place carrée de 100 m de côté. Des désaccords étant apparus entre Groetaers et le bourgmestre de Bruxelles, ce dernier proposa de mettre au concours la construction d'un palais de justice de 16 000 m2[4]. Ce concours international, doté de trois prix, fut organisé par Arrêté royal du 27 mars 1860 et 28 projets furent déposés. Aucun n'ayant satisfait le jury, celui-ci recommanda au gouvernement de désigner un architecte et de porter la superficie du projet à 20 000 m2.

En 1861, le ministre Victor Tesch choisit l'architecte Joseph Poelaert. Poelaert soumis en avril 1862 un avant projet, qui fut approuvé par le ministre Tesch, c'est ensuite à Paris, loin des pressions et des influences de Bruxelles, que Poelaert se retira pour mettre la touche finale à ses plans, il y avait réuni une équipe de dessinateurs parmi lesquels Charles Laisné et Édouard Corroyer[5].

La construction[modifier | modifier le code]

La première pierre fut posée le 31 octobre 1866. Le Palais fut inauguré le 15 octobre 1883 après la mort de l'architecte Joseph Poelaert en présence du roi Léopold II qui toutefois ne s'était pas mêlé à l'édification de cet édifice[6].

Le domaine du Couvent des Dames de Berlaymont et le parc de l'hôtel de Mérode sont expropriés par un arrêté royal de Léopold Ier, tout comme l'îlot compris entre les rues d'Artifice et des Sabots, et font place à sa construction à partir de 1866[7]. Les 75 propriétaires de cette partie des Marolles dont beaucoup habitaient leurs maisons[8] bruxelloises furent largement indemnisés, quant aux habitants, environ une centaine, ils furent relogés dans une riante cité jardin construite par Poelaert dans le quartier du Chat à Uccle[9].

Escaliers du palais de justice de Bruxelles.
Vue de l'intérieur du palais de justice.

Rappelons que Poelaert lui-même habitait au cœur des Marolles rue des Minimes dans une maison attenante à ses vastes bureaux et ateliers et qui communiquait avec ceux-ci[10].

Il était à l'époque le plus grand bâtiment du monde historique et reste aujourd'hui encore l'un des plus grands édifices de pierres de taille de la planète et est actuellement le plus grand palais de justice du monde. Sa superficie totale est de 52 464 m2 pour une surface bâtie de 26 006 m2 (contre 22 000 m2 pour la Basilique Saint-Pierre de Rome).

Bien des questions demeurent sur ce chantier qui a vu son budget dépasser les 50 millions de francs (ce qui équivalait à une année entière de travaux publics dans le royaume) pour une estimation initiale de 4 millions à peine. La démesure du chantier, et la liberté laissée à l'architecte d'outrepasser presque toutes les règles initialement imposées, reste un grand mystère.

Avec ses colonnades titanesques, ses pilastres, et ses entablements, le palais offre un spectacle piranésien qui a inspiré de l'admiration à Garnier, architecte de l'opéra de Paris. Le plan est organisé autour du vide central de la salle des pas perdus avec sa hauteur de cent mètres sous le dôme central, espace de distribution des circulations organisées pour donner accès aux salles d'audience du rez-de-chaussée et des étages selon une disposition qui se voulait rationnelle en fonction des exigences de l'époque.

Poelaert avait prévu d'achever le palais par un couronnement inspiré des ziggourats babylonniennes et conçu, d'après les dessins d'époque, sous la forme de deux ou trois étages en retrait les uns par rapport aux autres et constitués de tables supportées par des pilastres laissant passer la lumière. Après le décès de Poelaert, on n'osa pas construire cet édifice – trop audacieux et innovant pour l'époque – et on préféra couronner le palais par une coupole correspondant plus aux habitudes monumentales à travers le monde.

Cette carte postale ancienne permet de voir la forme aplatie de la coupole d'origine

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le 3 septembre 1944, alors que les Allemands en déroute s'apprêtaient à quitter Bruxelles, ils mirent le feu à la coupole. Elle s'effondra rapidement et l'incendie se propagea. Pour faire bonne mesure, les allemands avaient également fait sauter une partie des caves. Les pompiers mirent deux jours pour venir à bout de l'incendie[11]. L'explosion d'un missile V1 le 4 novembre 1944 dans la rue des Minimes occasionna des dégâts supplémentaires. En 1948, les travaux de restauration furent confiés à l'architecte A. Storrer. À cette occasion, le dôme fut surélevé de 2,50 m de façon à présenter une forme plus bombée que la précédente dont la silhouette un peu plate avait fait l'objet de critiques[12].

Le palais de justice de Bruxelles a été imité au Pérou, c'est le Palais de Justice de Lima, mais le palais de Lima est plus petit et n'a pas de coupole.

Une glorification de la Justice et du pouvoir judiciaire[modifier | modifier le code]

Tout comme la Colonne du Congrès, du même architecte Poelaert, où sont inscrits dans le marbre les articles de la Constitution belge, la plus progressiste d'Europe à ce moment-là[13], le but symbolique matérialisé par le Palais de Justice, selon les conceptions de l'architecture de l'époque qui voulait rendre visible dans la pierre les institutions[14], était de représenter et de concrétiser l'indépendance absolue de l'un des trois pouvoirs, le pouvoir judiciaire, par rapport aux deux autres, ainsi que l'avait voulu le Congrès national dans la nouvelle constitution garante de la démocratie. La symbolique du palais, présente partout dans l'édifice, se référait aux divers aspects de la fonction judiciaire, de la justice et du droit[15], elle montrait le triomphe tout récent du droit et de la Justice, désormais démocratique, émanant du peuple, égale pour tous et succédant à l'arbitraire de l'Ancien Régime[16].

Le palais vu par quelques contemporains[modifier | modifier le code]

L'architecte de l'opéra de Paris, Charles Garnier, considérait le Palais de Justice de Bruxelles comme « un monstre de qualité ».[réf. nécessaire]

Paul Verlaine : « C'est biblique et michelangelesque, avec du Piranèse et un peu, peut-être, de folie — de la bonne, ma foi »[17].

Sigmund Freud, en 1885 : « Au sommet d'une pente raide se trouve un bâtiment ... d'une telle beauté que l'ensemble fait immédiatement penser à un palais royal assyrien ou à une illustration de Gustave Doré »[18].

Le palais vu par la postérité[modifier | modifier le code]

Orson Welles, venu à Bruxelles pour y tourner dans le film belge Malpertuis, il fut frappé de l'adéquation entre son style cinématographique et la puissance architecturale du palais, surtout la salle des pas perdus avec ses cent mètres de hauteur sous le dôme, qu'il voulut y situer des scènes d'un film qu'il préparait, une adaptation du Procès de Kafka. L'administration de la justice de l'époque (1971), s'y opposa[réf. nécessaire].

Pour le Grand atlas de l'architecture mondiale[19], « Souvent limité aux exercices de dessin académique, le colossal est, ici, concrétisé magistralement. S'il conserve la dignité des temples à colonnades et frontons, il l'enrichit du fantastique de la démesure. ».

Préservation du palais[modifier | modifier le code]

Depuis la fin du XXe siècle, plusieurs juridictions ont successivement quitté le Palais de Justice, au motif que celui-ci ne répondrait plus aux critères qu'exige l'exercice de la justice contemporaine (notamment en matière d'espace de travail requis). Dès lors, l'entretien de ce bâtiment vidé à 70 % se révéla problématique.
Cependant, le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale finit par prendre deux arrêtés de classement, les 3 mai 2001 et 28 février 2008, « en raison de son intérêt historique, artistique et technique ».
En 2008, alors qu'un concours mondial destiné à réhabiliter le Palais de Justice de Bruxelles a donné les résultats les plus divers, ce bâtiment est proposé pour être reconnu par l'UNESCO comme faisant partie du patrimoine mondial de l'humanité. Cette nomination devrait inciter les pouvoirs publics à prendre des mesures de protection et réhabilitation, afin que celui-ci garde son affectation initiale. D'autant plus que cette option fait l'unanimité au sein de la magistrature et des avocats du barreau, tout en recevant le soutien de l'opinion publique[réf. nécessaire].

Un lieu de légendes[modifier | modifier le code]

Une légende née au XXe siècle prétend que les petites gens déplacées n'eurent d'autre revanche que le sobriquet dont ils parèrent l'architecte Joseph Poelaert dans le patois bruxellois des Marolles : schieven architek, qu'on pourrait traduire à peu près par « architecte de travers». De nos jours, ces deux mots restent une insulte utilisée par les personnes pratiquant ce dialecte.

Une autre légende urbaine affirme que Poelaert devint fou, dépassé par l'ampleur de son œuvre. Et d'aucuns de lier la démesure piranésienne du Palais de justice de Bruxelles avec les exigences intellectuelles et la débauche de force physique que l'architecte exigeait de lui-même, lui qui voulait tout concevoir et tout contrôler, finissant par s'user à la tâche. Or, il n'en est rien. Il est possible que Poelaert ait été épuisé après dix-sept ans de soucis lorsqu'il fut frappé d'une congestion cérébrale (AVC) dont il décéda rapidement. Mais il n'y eut aucune période de folie dans la vie de ce créateur de génie formé à Paris et possédant une vaste culture architecturale et des connaissances techniques qui le rendaient capable de se confronter avec n'importe quel entrepreneur ou ouvrier[réf. nécessaire].

Le gigantisme du lieu et la masse hors norme du monument ont fait rêver quelques auteurs comme le dessinateur de bandes dessinées le baron François Schuiten au point de voir dans cet ensemble classique des symboles qui selon eux truffent ce bâtiment qui serait d'ailleurs, toujours selon eux, le lieu de réunions de sociétés secrètes, directement liées à l’histoire du Palais. Mais il n'est pas interdit de rêver…[réf. nécessaire]

Beaucoup ont prétendu que le palais aurait été construit avec le « sang des Congolais »[20], affirmation qui relève d'un certain anachronisme. En effet, la construction de celui-ci fut décidée par le gouvernement belge en 1861, sous le règne de Léopold 1er, et fut achevée en octobre 1883, soit un an avant le début de la conférence de Berlin qui attribua, en 1885, le bassin du Congo à l'Association internationale présidée par Léopold II de Belgique. En réalité, la construction du Palais de justice a été entièrement financée par les contribuables censitaires belges (le reste de la population ne payant pas encore d'impôts) et ne doit donc rien à la colonisation du futur Congo belge par Léopold II, lequel ne donna d'ailleurs pas un franc pour les travaux du construction puisqu'il ne les avait pas commandés.

Une copie à Lima[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Palais de justice de Lima.

Une « transposition », de ce palais fut construite à Lima, capitale du Pérou entre 1929 et 1937. Néanmoins les proportions de l’édifice de Lima sont plus modestes qu’à Bruxelles et il n'a pas de coupole.

Un lieu propice pour démontrer que la Terre tourne et pour favoriser les communications modernes[modifier | modifier le code]

La haute coupole de la salle des pas perdus servit pour y installer un énorme pendule de Foucault afin de démontrer par les traces laissées dans du sable fin que la terre tourne bien sur elle-même, changeant ainsi la direction du traçage dans le sable par rapport au bâtiment… Cette expérience fut réalisée en 1951 pour célébrer le centenaire de l'expérience réalisée par Foucault.

À partir de 1964, le vide sous la coupole abrita les installations techniques du centre de l'Eurovision ainsi que les techniciens qui assuraient les échanges de programmes télévisés européens reçus et émis vers les relais extérieurs grâce à une grande antenne dressée au sommet du dôme.

Accessibilité[modifier | modifier le code]

Métro de Bruxelles
Ce site est desservi par la station de métro : Louise.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dominique Auzias et Jean-Paul Labourdette, Petit Futé Belgique,‎ 2010-2011, 13e éd. (ISBN 97822746927278[à vérifier : ISBN invalide], lire en ligne), p. 150
  2. Yvon Leblicq, « Les deux Palais de Justice de Bruxelles au XIXe siècle », dans Poelaert et son temps, Bruxelles, 1980, p. 251-260.
  3. Yvon Leblicq, « Les deux Palais de Justice de Bruxelles au XIXe siècle », dans Poelaert et son temps, Bruxelles, 1980, p. 263.
  4. Yvon Leblicq, « Les deux Palais de Justice de Bruxelles au XIXe siècle », dans Poelaert et son temps, Bruxelles, 1980, p. 268.
  5. Paul Saintenoy, "Joseph Poelaert, architecte du Palais de Justice de Bruxelles, 1817-1879", dans : Bulletin de la Classe des beaux-arts, Académie royale de Belgique, tome XXV, 1943 - 10-12, Bruxelles, 1945, p. 144 : « Poelaert partit pour Paris et dans cette ville si admirablement dotée pour les arts monumentaux, il mit la dernière main à ses plans. Il les exécuta grâce à une équipe de dessinateurs parmi lesquels les architectes Charles Laisné et Édouard Corroyer ».
  6. Barbara Emerson, Léopold II, le royaume et l’empire, Bruxelles, 1980, p. 264 : Léopold II ne s’est jamais préoccupé de sa construction : « il semble que son fils et successeur (Léopold II) ne se soit jamais mêlé de très près à la construction du gigantesque édifice »
  7. Yvon Leblicq, « Les deux Palais de Justice de Bruxelles au XIXe siècle », dans Poelaert et son temps, Bruxelles, 1980, p. 270.
  8. Philippe-Christian Popp, Atlas cadastral parcellaire de la Belgique, Bruxelles, 1842. Et: AVB, Liste des expropriations, publiée dans Poelaert et son temps, p.271: Plan du géomètre Van Keerbergen indiquant les propriétés nécessaires à l'érection du Palais de Justice de Poelaert, 9 février 1863 (A.V.B.,T.P., 26.242).
  9. Louis Quiévreux, Bruxelles, notre capitale: histoire, folklore, archéologie, Bruxelles, 1951, p. 257: "Ceux qui lui donnèrent ce sobriquet, ce furent les expulsés de la «partie» des Marolles démolie afin que puisse être érigé le colosse de la place Louise. La rue des Sabots, celle de l’Artifice et d’autres encore étant condamnées, on transplanta leurs habitants dans un quartier riant et campagnard; celui du Chat, à Uccle, à la limite de Forest.
  10. Poelaert et son temps, Bruxelles, (catalogue exposition), 1980, p. 166: "Il habitait une maison rue des Minimes, voisine de ses bureaux et qui communiquait avec ceux-ci". Ainsi que: Pierre Loze, Eduardo Colombo, Paul Vercheval, Le Palais de justice de Bruxelles: monument XIXe, 1983: Il habitait une maison rue des Minimes, voisine des bureaux et qui communiquait avec ceux-ci.
  11. Le Palais de Justice, série Bruxelles ville d'art et d'histoire, 2012, p. 33
  12. Le Palais de Justice, série Bruxelles ville d'art et d'histoire, 2012, p. 35
  13. Boris Mirkine-Guetzévitch, « Mille huit cent trente dans l'évolution constitutionnelle de l'europe », Revue d'histoire moderne, Societé d'Histoire Moderne et Contemporaine, vol. 6, no 34,‎ 1931, p. 241-256 (lire en ligne)
  14. Il s’agit là des conceptions de l’architecture napoléonienne néo-romaine développées en opposition avec le style de l’Ancien régime avec l'encouragement de Napoléon par les architectes Charles Percier et Pierre-François-Léonard Fontaine puis par leur disciple Louis Visconti, dont Poelaert fut le disciple à Paris comme on peut le lire dans : Jean van Win, Bruxelles maçonnique. Faux mystères et vrais symboles, avec une préface de Freddy Thielemans, Bruxelles, 2012, p. 176 : « Héritier à travers son maître Visconti (disciple de Percier et Fontaine) de la haute architecture napoléonienne, dont le but était de rendre visibles les nouvelles institutions démocratiques, Poelaert était porteur de ces idées, de même d'ailleurs, que le milieu fascinant des fondateurs de la toute récente Belgique ».
  15. Le Palais de Justice, série Bruxelles ville d'art et d'histoire, 2012, pp. 46 à 51 : chap. "Les objets et les signes symboliques du Palais de Justice".
  16. Jean van Win, Bruxelles maçonnique. Faux mystères et vrais symboles, avec une préface de Freddy Thielemans, Bruxelles, 2012, p. 176 : « il montrait la victoire du droit et l'égalité de tous devant la loi, qui désormais remplaçait l'arbitraire, la tyrannie et l'inquisition de l'Ancien Régime ».
  17. Roger Bodart, Marc Galle, Garmt Stuiveling, Guide littéraire de la Belgique, de la Hollande, et du Luxembourg, Bruxelles, 1972, p. 36 : « Paul Verlaine vit le palais à peine achevé. Il le trouva « grandiose », et il ajouta : "C'est biblique et michelangelesque, avec du Piranèse et un peu, peut-être, de folie — de la bonne, ma foi" ».
  18. cité dans Loze 1983, p. 16 et Roel Jacobs, Une histoire de Bruxelles, Bruxelles, 2004 : p. 270 : « En 1885, Sigmund Freud chante les louanges de ce palais: "Au sommet d'une pente raide se trouve un bâtiment ... d'une telle beauté que l'ensemble fait immédiatement penser à un palais royal assyrien ou à une illustration de Gustave Doré ». Le passage original où Freud fait cette réflexion n'est pas indiqué.
  19. Encyclopedia Universalis, Edition Albin Michel, Paris 1982, page ?[réf. nécessaire])
  20. On peut ainsi lire dans le journal le Soir du samedi 22 août 2009 « Xavier Magnée, le garnement tragique », interview de Xavier Magnée par Nicolas Crousse, p. 15 : « une colonie, qui a permis à Léopold II de construire le plus grand palais de justice du monde, l’église Sainte-Catherine, l’église Sainte-Marie, l'avenue Louise, l'avenue de Tervuren… Tout cela avec l’argent des colonies et le fruit de nos exploitations du cuivre du Katanga », en un mot le Palais de Justice aurait été construit avec le sang du Congo… alors que le Palais de Justice commencé en 1860 fut inauguré le 15 octobre 1883 après la mort de Poelaert et que le Congo belge ne fut attribué au roi Léopold II par la Conférence de Berlin qu’en 1885 ! De même, l'église Sainte-Catherine, fut commencée en 1854 et terminée en 1874, et l'église Sainte-Marie en 1845. Bien avant que la Belgique n'ait une colonie !

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • François Joseph Albert Wellens, Nouveau palais de justice de Bruxelles. Architecte J. Poelaert. Notice descriptive, avec atlas comprenant 15 plans et détails du monument, Bruxelles, 1881.
  • Clément Labye, Le Palais de Justice de Bruxelles considéré aux points de vue artistique, technique, administratif et politique, Liège, 1885.
  • Albert Guislain, Le palais de justice ou les confidences du mammouth, préface de M. le Bâtonnier Hennebicq, Forest-Bruxelles, éditions du Cheval de Bois, s. d. (1935).
  • Poelaert et son temps, Bruxelles, 1980.
  • Pierre Loze, Le Palais de justice de Bruxelles : monument XIXe, Vokaer,‎ 1983
  • Thomas Coomans, "Le Palais de Justice de Bruxelles, le projet original de Joseph Poelaert (1862) et les différents projets pour le dôme", dans : Revue des Arvhéologues et Historiens d'Art de Louvain, vol. XXXI, Louvain-la-Neuve, 1998.
  • J. Snaet, "Het justitiepaleis van Brussel (1866-1883)", dans : Monumenten en landschappen, 4, 2011.
  • Le Palais de Justice, collection Bruxelles ville d'art et d'histoire, 2012.
  • Jean van Win, Bruxelles maçonnique. Faux mystères et vrais symboles, avec une préface de Freddy Thielemans, Bruxelles, 2012,

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :