Katanga

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

11° 08′ 28″ S 27° 06′ 17″ E / -11.14111, 27.10472

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Katanga (homonymie).
Katanga
Localisation du Katanga (en rouge) à l'intérieur de la République démocratique du Congo.
Localisation du Katanga (en rouge) à l'intérieur de la République démocratique du Congo.
Administration
Pays Drapeau de la République démocratique du Congo République démocratique du Congo
Chef-lieu Lubumbashi
Assemblée 69 sièges
Sénat 4 sièges
Gouverneur Moïse Katumbi Chapwe (AMP)
ISO 3166-2 CD-KA
Fuseau horaire UTC+2
Démographie
Population 6 059 063 hab. (2013)
Densité 12 hab./km2
Langue(s) Officielle : français
Nationale(s) : swahili
Géographie
Coordonnées 11° 08′ 28″ S 27° 06′ 17″ E / -11.1412, 27.1046511° 08′ 28″ Sud 27° 06′ 17″ Est / -11.1412, 27.10465  
Superficie 496 877 km2
Liens
Site web www.katanga.cd
Sources
Communes et territoires - Villes - Provinces

Le Katanga est la province la plus méridionale de la République démocratique du Congo. Sa superficie est de 497 000 km2, soit environ la taille de l'Espagne. Le plateau du Katanga accueille de nombreuses fermes d'élevage et d'agriculture. L'Est (Manono) et le Sud (Lubumbashi, Kolwezi) de la province renferment de très riches gisements de cobalt, cuivre, fer, radium, uranium, et diamant.

Histoire[modifier | modifier le code]

Le Katanga précolonial[modifier | modifier le code]

Selon les légendes les premiers habitants seraient des Pygmées. Les Bantous arrivèrent au seuil de notre ère et formèrent une myriade de tribus (tabwe, lunda, minungu, hemba, holoholo, etc. [réf. souhaitée]) apparentées mais souvent antagonistes [réf. souhaitée]. Chaque tribu ayant son secteur économique. Les échanges se faisaient à dos d'hommes d'un village à l'autre.

Puis des marchands arabo-swahilis venus de Tanzanie arrivèrent dans le pays. Ils s'occupèrent du commerce et se marièrent avec des princes locaux [réf. souhaitée]. Les Arabo-Swahilis monopolisèrent le commerce de l'ivoire, des esclaves, des minerais, des épices, des armes, des textiles, et des produits agricoles. [réf. souhaitée] De nombreuses tribus essayèrent de s'affranchir de leur domination.

Les Lundas contrôlaient le Sud du pays, tandis que les Balubas guerroyant contrôlaient le Nord, de la rivière Kasaï au lac Tanganyika. Les habitants utilisaient à côté du troc des croisettes de cuivre comme monnaie depuis le Xe siècle. C'est une monnaie d'échange alors à peine moins précieuse que l'ivoire. La fonte du cuivre était réservée à une secte masculine appelée « les mangeurs de cuivre ». Le symbole par excellence du Katanga était alors le cuivre. La production de cuivre était saisonnière (saison sèche pour la récolte de la malachite puis, en octobre, fonte dans un four en terre). La quantité de cuivre extraite de cette façon était estimée à plus ou moins 15 tonnes par an. La coulée était faite dans un moule de sable en forme de croix ; puis on l'étirait en fil de cuivre de différentes épaisseurs.

À la fin du XIXe siècle, un commerçant caravanier de Tanzanie, M'Siri, devenu beau fils d'un souverain local Wasanga appelé Katanga [réf. souhaitée], fonda un éphémère royaume, le Garangeza, qui s'étendait entre la Lualaba et la Luapula et durera jusqu'à sa mort, lors de la prise de possession du territoire par les Belges en 1891. M'Siri se livrait à la traite des esclaves et livrait ses propres sujets à des commerçants swahilis, arabes, portugais ou mbundus contre des fusils. Il fut abattu par le colonel belge Bodson venu négocier au nom de la campagne anti-esclavagiste de l'État indépendant du Congo et qui, menacé par des guerriers de Wasanga, riposta en tuant le chef esclavagiste, mais en y laissant aussi la vie tout en ouvrant, d'un coup, le Katanga à la colonisation.

Le Katanga sous contrôle belge[modifier | modifier le code]

Léon Tonneau (1863-1919), Représentant du Comité Spécial du Katanga (CSK) de 1903 à 1906.

Sous le contrôle belge à partir de 1884, les ressources minérales furent intensément exploitées par des entreprises européennes et belges en particulier (essentiellement l'Union minière du Haut Katanga). Comme la traite des Noirs avait dépeuplé la région, l'administration coloniale déporta des dizaines de milliers de Lubas (du Nord-Katanga ou du Kasaï), d'Angolais, de Rhodésiens, de Ruandais comme travailleurs forcés pour les mines (le travail forcé fut abandonné quelques années après la Seconde Guerre mondiale [réf. souhaitée]) [réf. souhaitée]. La province connut l'arrivée de quelques dizaines de milliers de colons. Avec la construction du chemin de fer BCK reliant la province jusqu'à Port-Francqui, le Katanga connut un développement spécifique et devint un gros pilier de l'économie congolaise.

Le Katanga indépendant[modifier | modifier le code]

Article détaillé : État du Katanga.
Timbre du Katanga indépendant (1961).
Katanga, 5 francs, 1961

À la suite de l'indépendance de la République démocratique du Congo en juin 1960, le Katanga fit sécession du Congo, alors gouverné par Patrice Lumumba en juillet et déclara son indépendance sous l'impulsion de Moïse Tshombe et des milieux d'affaires pro-occidentaux.

Lumumba fut destitué en septembre 1960 lors d'un coup d'État orchestré par Joseph Mobutu. Tshombe fait alors appel à la fois à des mercenaires, dont Tony de Saint-Paul, et l'ex-sous-lieutenant de l'armée française, Bob Denard et au planteur Belge Jean Schramme. Ceux-ci combattront contre les troupes de Mobutu, mais aussi, et surtout, ils tiendront tête aux troupes des Nations unies depuis la fin de 1960 jusqu'à la fin de la sécession, en janvier 1963, épaulés par un unique Fouga-Magister rescapé de la force aérienne belge d'Afrique. Leurs équipements hétéroclites, leurs vêtements improvisés et leurs visages souvent dévorés de barbes, les feront surnommer les « affreux » par la population belge qui était restée sur place.

Les forces militaires sous l'égide des Nations unies menèrent une campagne de deux ans pour réintégrer le Katanga au Congo, conclue par un plan de conciliation national en janvier 1963.

La province du Shaba[modifier | modifier le code]

En 1966 le gouvernement congolais nationalisa l'Union Minière du Haut Katanga [réf. souhaitée], sous le nom de Gécamines. En 1971, le Katanga prit le nom de Shaba (cuivre en swahili). Au cours des années 1970, plusieurs insurrections furent matées par le gouvernement central zaïrois avec l'aide de pays étrangers. Par exemple, durant la deuxième guerre du Shaba, le 13 mai 1978, 4 000 rebelles venus d'Angola occupèrent la ville de Kolwezi, le principal centre minier de la province. L'armée nationale fut incapable de tenir le choc. Quelque 700 Africains et 280 Européens trouvèrent la mort lors de cette invasion. Le Zaïre demanda l'aide des États-Unis, de la France, du Maroc et de la Belgique pour restaurer l'ordre. Les 2 800 ressortissants européens restants furent sauvés par le 2e régiment étranger de parachutistes de l'armée française conduit par le colonel Erulin [réf. souhaitée] (voir : Sauvetage de Kolwezi). Cependant il y a toujours la rumeur à Kolwezi que ce sont les services secrets zaïrois qui ont tiré sur les Européens afin de faire intervenir les armées belge et française.[réf. nécessaire]

En 1993 après l'effondrement du bloc soviétique, la communauté internationale fait pression sur Mobutu afin qu'il démocratise le pays. À la suite d'une large consultation nationale initiée par le président, une conférence nationale dite souveraine fut organisée. À l'issue de cette conférence présidée par Mgr Laurent Mossengo, Étienne Tshisekedi, un Luba du Kasaï, est nommé Premier ministre. Cette élection provoqua des affrontements meurtriers entre les Katangais « d'origine » et les Kasaïens vivant au Katanga. Du côté katangais, l'inspirateur du mouvement fut le gouverneur Gabriel Kyungu wa Kumwanza (un Luba du Katanga). Cette situation engendra des déplacement massifs des Kasaïens et la perte de leurs emplois. Pendant une longue période, les deux communautés sont demeurées dans un antagonisme qui fut fustigé par la société civile et notamment la conférence épiscopale de l'Église catholique du Katanga.

La province du Katanga[modifier | modifier le code]

La province reprit le nom de Katanga en 1997, après la chute et l'exil de Mobutu.

Géographie[modifier | modifier le code]

Située dans le Sud-Est de la RDC et entièrement dans l'hémisphère australe, la province du Katanga occupe la deuxième position parmi les provinces du pays par sa superficie (la plus grande province étant la province Orientale). Carrefour important, la province est limitée par quatre provinces du pays : le Sud-Kivu au nord-est, le Maniema au nord et les deux Kasaï au nord-ouest. Le Katanga partage avec trois pays la frontière de la RDC : l'Angola au sud-ouest, la Zambie au sud et au sud-est et la Tanzanie à l'est. Le chef-lieu de la province est Lubumbashi (anciennement Élisabethville).

La province du Katanga a deux saisons (saison des pluies et saison sèche) et deux types de climats y règnent. Une partie de la province connaît un climat tropical humide avec une saison sèche et froide qui dure deux à cinq mois selon la région et l'autre partie un climat tempéré avec une température qui peut descendre jusqu'à −3 °C. La température moyenne annuelle s'élève à 20 °C dans le Sud et à 24 °C dans le Nord. Elle varie entre 19 et 25 °C dans l'ensemble de la province.

Démographie[modifier | modifier le code]

Les différentes ethnies de la province sont le plus souvent mélangées, à cause des différentes migrations au cours des derniers siècles (conquêtes, exil, industrialisation). Les groupes dominants sont les Lubas, les Arunds (regroupant les Lundas, les Tchokwés, les Luenas, les Ndembos, les Minungus), les Sangas, les Bembas et les Lambas. Les minorités ethniques sont les Bambote, les Zela, les Bayazi, les Ndembos, les Batabwas, les Kalwenas et les Hembas.

Codes[modifier | modifier le code]

Le Katanga, à l'époque de son indépendance, avait pour code :

Programme balistique[modifier | modifier le code]

Suite à un accord conclu en 1975 avec le régime du président Mobutu, le Shaba accueillit, sur un espace étendu de 100 000 km2 [Informations douteuses] [réf. souhaitée], le développement du programme balistique zaïrois de la société civile allemande OTRAG. [réf. souhaitée] Dès 1977, les essais de tirs commencèrent mais sans résultats tangibles. En 1978, une dernière fusée fut tirée mais elle s'écrasa au sol après quelques secondes de vol, un épisode qui devait marquer la fin de ce programme tant par l'absence de succès que par les pressions politiques exercées par l'URSS et les autres grands voisins africains[Lesquels ?]. [réf. souhaitée]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Anatole De Bauw, le Katanga, Bruxelles, 1920. lisible sur le web. (Nombreuses illustrations au delà de la page 170.)
  • Le Comité Spécial du Katanga, (CSK) 1900-1950. 327 pages. Editions Cuypers, Bruxelles, 1950.
  • Jean-Marie Kankonde Luteke, Massacres et déportation des kasaïens au Katanga, Éditions Pistes africaines, 1997. (ISBN 2930000031)
  • Maurice Robert, Contribution à la morphologie du Katanga — Les cycles géographiques et les pénéplaines, Bruxelles, Institut Colonial Belge, 1939.
  • Jean Lartéguy, « les Chimères Noires, les Centurions au Katanga », Presses Pocket, 1967.
  • Thierry Michel, Elikia M'Bokolo, Katanga business : un livre, Luc Pire, 2009.

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Congo, la paix en otage, film documentaire de Robert Genoud et Marc Le Pap, 2005, 52 minutes
  • Katanga Business, film documentaire de Thierry Michel, 2009, 120 minutes (version cinéma et DVD)
  • Katanga, la guerre du cuivre, film documentaire de Thierry Michel, 2010, 95 minutes (version télévision)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]