Joseph Poelaert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Poelaert.
Joseph Poelaert
Image illustrative de l'article Joseph Poelaert
Présentation
Naissance 21 mars 1817
Bruxelles
Flag of the Netherlands.svg Royaume des Pays-Bas
Décès 3 novembre 1879 (à 62 ans)
Bruxelles
Drapeau de la Belgique Royaume de Belgique
Nationalité Belge
Œuvre
Réalisations Palais de justice de Bruxelles
Colonne du Congrès
Église Notre-Dame de Laeken
Distinctions Officier de l'Ordre de Léopold
Chevalier de l'ordre de la Légion d'honneur
Buste de Poelaert dans le péristyle du Palais de justice.

Joseph Poelaert (se prononce API : [Pula:r]), officier de l'Ordre de Léopold[1], chevalier de l'ordre de la Légion d'honneur, membre agrégé de l'Académie royale des beaux-arts d'Anvers[2], est un architecte belge né à Bruxelles le 21 mars 1817 rue du Marché au Charbon no 1028, et qui succomba à l'âge de 62 ans en plein labeur le 3 novembre 1879 à cinq heures du matin en son domicile, boulevard de Waterloo no 13, des suites d’une congestion cérébrale[3].

Il est enterré au cimetière de Laeken.

Apprécié du roi Léopold Ier, (1831-1865), il se vit confier des projets importants à Bruxelles, comme l’église Sainte-Catherine, l’église royale de Laeken, la Colonne du Congrès, le Théâtre de la Monnaie et surtout le Palais de Justice.

Ainsi, alors que les grandes puissances s'attendaient à voir disparaître rapidement ce nouveau royaume qu’était la Belgique, Joseph Poelaert dota-t-il rapidement sa patrie de symboles architecturaux destinés à faire naître dans l’esprit des spectateurs cette impression d’antiquité, de durée, de puissance et d'existence de l'État, en rendant visible ses institutions dans la pierre, comme dans les anciens pays européens, et qui impriment leur marque et un sentiment d'admiration et de respect sur les visiteurs.

Ses origines[modifier | modifier le code]

Poelaert : l'homme.

"L'homme était bon et bienveillant, nous ont rapporté ses contemporains, qui contaient sa mansuétude pour ses collaborateurs. (...) Valère Dumortier, de concert avec Charles Neute, tous deux dessinateurs au chantier de l'église de Laeken, avaient monté une plaisanterie d'atelier. On n'attendait pas le patron et cependant, ce fut malheureusement lui qui en pâtit ! Il fut le premier à en rire et à pardonner ! Longtemps après, on se remémorait encore sa bonté en pareille circonstance". (Paul Saintenoy, "Joseph Poelaert, Architecte du Palais de Justice de Bruxelles 1817-1879", dans : Bulletin de la classe des Beaux-Arts, Académie royale de Belgique, tome XXV, 1943 - 10-12, Bruxelles, 1945, p. 146.


"J’aperçus là, dans un coin, sur une chaise dépaillée, regardant le modèle (du Palais de justice), muet, concentré, rêveur, un être mal soigné, hérissé et poussiéreux. C’était Poelaert, couvant son œuvre, méditatif, tourmenté, fasciné par son rêve… Pour moi, si je lui en souhaitais une (statue), je la voudrais, comme celle d'Erwin[4] dans la cathédrale de Strasbourg, en haut, dans quelque coin de la salle des Pas-Perdus, à demi-cachée derrière une colonne, le représentant pensif, contemplatif, ému, solitaire, regardant son oeuvre, tel que je l'ai vu, lion tranquille, dans la chambre grise et froide de la rue aux Laines" (Extrait de L’Art moderne, 1881, p. 53.).


"(Poelaert) l'artiste taciturne, énigmatique et bizarre qui a dressé dans l'atmosphère l'équilibre étonnant de cette pacifique citadelle, n'a-t-il suivi que les impulsions d'un caprice ? " (Extrait de L'art Moderne, "Architecture. L’âme du monument", 4e année, n° 1, 6 janvier 1884, p. 3).


"Dédaigneux et farouche durant les dernières années de sa vie, mort sans écrits, le doute plane sur ses méditations. Mais son œuvre parle pour lui et résout l'énigme. Il était entré dans la sphère supérieure où la postérité a réuni les noms des architectes les plus fameux. Il avait compris le secret de leur art puissant et en a fait une matérialisation nouvelle, d'une gloire impérissable, comme celle des œuvres sublimes, conçues d'après les mêmes principes, et qui l'ont précédée".(Ibidem, p. 4).

Joseph Poelaert naquit dans une famille de la bourgeoisie bruxelloise fortunée et amie des arts.

Son père Philippe Poelaert (1790-1875), ancien élève en architecture de Jean-Alexandre Werry (1773-1847) à l'Académie Royale des Beaux-Arts, où il obtint le deuxième prix en 1808 et le prix[5] le 1er juillet 1810, figure parmi les plus importants architectes-entrepreneurs[6] belges de son temps, il était électeur censitaire et Régent (nom donné aux échevins à l'époque du Royaume-Uni des Pays-Bas) de Hal. Homme riche, le père de Poelaert aimait à recevoir chez lui, les gens de lettres et les artistes[7].

Quant à son grand-père Joseph Poelaert (1748-1824), maître-maçon et important constructeur de son temps, il fut reçu bourgeois de Bruxelles le 8 avril 1782.

Son grand-père maternel Pierre-Joseph Stas[8] fut doyen de la corporation des étainiers et octovir de la Gilde Drapière dans l'ancien Régime.

Joseph Poelaert passa son enfance et son adolescence dans le grand hôtel particulier que son père avait construit rue de Laeken (actuel no 76) en 1824 quand il avait sept ans. La famille y était voisine de l'architecte Henri Partoes (actuel 78).

Un architecte du règne de Léopold Ier[modifier | modifier le code]

Beaucoup d’auteurs[9] situent son œuvre sous le règne de Léopold II de Belgique (1865-1909), liant naturellement la majesté, l’abondance et la modernité d’une œuvre hors norme qui apparaît subitement au milieu d’un grand vide architectural avec le règne de ce roi surnommé le « roi bâtisseur », mais qui en fait était plutôt un roi urbaniste et topiaire. Le vrai grand roi bâtisseur, au sens propre et au sens figuré car il a bâti un pays nouveau, fut Léopold Ier.

Cette attribution de sa carrière au règne de Léopold II est toujours répétée de nos jours comme dans le journal le Soir du samedi 22 août 2009 où l'on peut lire [10] : « une colonie, qui a permis à Léopold II de construire le plus grand palais de justice du monde, l’église Sainte-Catherine, l’église Sainte-Marie, l'avenue Louise, l'avenue de Tervuren… Tout cela avec l’argent des colonies et le fruit de nos exploitations du cuivre du Katanga », en un mot le Palais de Justice aurait été construit avec le sang du Congo… alors que le Palais de Justice commencé en 1860 fut inauguré le 15 octobre 1883 après la mort de Poelaert et que le Congo belge ne fut attribué au roi Léopold II par la Conférence de Berlin qu’en 1885 ! De même, l'église Sainte-Catherine, fut commencée en 1854 et terminée en 1874, et l'église Sainte-Marie en 1845. Bien avant que la Belgique n'ait une colonie !

Thierry Demey également[11] dans son livre consacré à la marque que le roi Léopold II a imprimée dans l'architecture bruxelloise insère un chapitre sur Joseph Poelaert dont le Palais de Justice, même s'il fut matériellement construit sous son règne[12] n'a rien à voir avec Léopold II.

En fait, cette dernière œuvre de Poelaert, le Palais de Justice de Bruxelles, aux plans conçus sous Léopold Ier, sera édifié à la fin du règne de Léopold Ier puis durant les 17 premières années du règne de Léopold II (1865-1909), après la mort tant de Léopold Ier que de Poelaert. Mais il reste une œuvre voulue sous Léopold Ier qui fut le véritable roi constructeur et fondateur. D’ailleurs comme l’écrit Barbara Emerson[13], Léopold II ne s’est jamais préoccupé de sa construction : « il semble que son fils et successeur (Léopold II) ne se soit jamais mêlé de très près à la construction du gigantesque édifice. ».

Sa formation[modifier | modifier le code]

Joseph Poelaert avait commencé ses études auprès de son père qui lui inculqua dès son jeune âge l'enseignement de la pratique constructive[14]. Il suivit ensuite les cours de l'Académie royale des beaux-arts de Bruxelles, sous Tilman-François Suys, dont les leçons ne le marquèrent pas[15]. Poelaert les continua à Paris à l'École des beaux-arts où il reçut sa formation principale et auprès de Louis Visconti auteur du tombeau de Napoléon aux Invalides et dans l'atelier de Jean-Nicolas Huyot[16] qui termina l'Arc de Triomphe. Il devint admirateur de Henri Labrouste (1801-1875), et suivi une carrière parallèle[17] à celle des Joseph-Louis Duc (1802-1879), des Félix Duban (1797-1871) et des Simon-Claude Constant-Dufeux (1801-1870) qu'il y côtoya.

C'est à Paris qu'il s'inspira également de l'architecture napoléonienne et de l'œuvre de Percier et Fontaine, qui avaient entrepris le projet grandiose de grands palais correspondant aux principales activités de l'État et qui furent les maîtres de Visconti.

Ayant terminé ses études parisiennes il fit le traditionnel tour de France et ensuite avec son frère le sculpteur Victor Poelaert (1820-1859) et son ami le sculpteur Égide Mélot (1816-1885), il fit un premier voyage de formation en Allemagne qu'il répéta par la suite[18].

Son parcours créatif[modifier | modifier le code]

Le jeune Joseph Poelaert entre en 1836 comme élève à l’Académie royale des beaux-arts de Bruxelles. Il avait hésité à devenir pianiste et restera toute sa vie un excellent musicien, aimant à s'exprimer à travers cet instrument[19].

Ses premières œuvres vers 1836 alors qu'il avait environ dix-neuf ans furent les décors de théâtre destinés au petit théâtre qu'avait construit son père dans la maison familiale de la rue de Laeken. Ces projets furent révélés après la mort de Poelaert lors de l'Exposition nationale d'architecture de 1883 à Bruxelles où ils firent sensation[20].

Artiste de la transition entre le romantisme et le modernisme, féru de références classiques au monde gréco-romain, sont œuvre est avant tout tournée vers l'hellénisme[21] qui fut sa référence principale[22].

Joseph Poelaert commence sa carrière comme dessinateur et inspecteur des bâtisses et, ensuite architecte communal à la ville de Bruxelles (1847-1859). À ce titre, il crée une fontaine publique à la mémoire du bourgmestre Nicolas Rouppe (1846) et les plans de deux écoles communales situées boulevard du Midi (1849) et rue de Schaerbeek. Il réalise également l'aménagement de la place des Barricades (1849). Il remporte ensuite le concours de la place des Panoramas – aujourd’hui place du Congrès – où il érige la Colonne du Congrès, monument à l’Indépendance nationale.

À partir de 1850, il se consacre au projet d’une colonne consacrée au Congrès national et à l’Indépendance. Elle doit impérativement être plus grande que la colonne Vendôme à Paris, plus belle que la Colonne Trajane à Rome. Pour la représentation des Provinces en bas-relief, il fait appel au sculpteur belge Eugène Simonis. Pour la statue en pied de Léopold Ier qui doit couronner l’édifice, ce sera Joseph Geefs.

À la même époque, Bruxelles connaît une inondation qui ravage la quartier Sainte-Catherine. Poelaert est chargé de la construction de la nouvelle église à l'emplacement du premier bassin du port de Bruxelles. À partir de 1863, l'édification est poursuivie par Wynand Janssens. L'église n'a toutefois jamais été terminée.

Le 11 octobre 1850, Louise-Marie, reine des Belges, meurt à Ostende. Poelaert décorera la collégiale de Bruxelles pour les funérailles. La souveraine ayant fait le vœu d’être inhumée à Laeken, Léopold Ier décide d’ériger une nouvelle église ainsi qu’une crypte réservée à la famille royale. Les fonds nécessaires seront en partie fournis par une souscription nationale lancée à l’initiative des délégués des provinces belges. En 1851, un concours pour Notre-Dame de Laeken est organisé. Poelaert l’emporte avec un projet dans le style néo-gothique. Le roi pose la première pierre le 27 mai 1854. Elle sera consacrée le 7 août 1872 alors que le monument n’est pas encore achevé. Ce sera Léopold II, soucieux de l’embellissement des lieux, qui charge un architecte de Munich, le baron Heinrich von Schmidt, d’achever la façade principale, les porches monumentaux et la tour centrale.

En 1852, Poelaert est l’architecte le plus prisé de la capitale belge, malgré ses sautes d’humeur, ses prolongations de délais et ses dépassements de budgets dans des proportions pharaoniques. Les critiques sont virulentes : lui sont reprochées son architecture qualifiée de massive et son ornementation jugée rudimentaire.

En 1855, nommé architecte de la Ville de Bruxelles, il supervise six chantiers d’envergure (dont la caserne des pompiers de la rue Blaes).

Le 21 janvier 1855, un incendie ravage l’opéra de La Monnaie. Poelaert remporte le concours pour sa reconstruction. Lors de l'inauguration, pendant le premier entr'acte, comme le raconta la presse[23], « le bourgmestre a introduit Joseph Poelaert au balcon, l'architecte auquel la ville de Bruxelles doit son beau théâtre et qui fut chaleureusement ovationné par le public ».

Il démissionne de la fonction publique en 1859.

Son œuvre-testament : le palais de justice de Bruxelles[modifier | modifier le code]

L’arrêté royal du 27 mars 1860 annonce le projet de la construction d’un nouveau Palais de Justice. Le concours est international mais aucun des vingt-huit projets n’est retenu. Le Ministère de la Justice se tourne vers Poelaert qui remet un projet d’une surface au sol de 20 000 m2 pour un budget de 3 millions de francs.

Poelaert soumis en avril 1862 un avant projet, qui fut approuvé par le ministre Victor Tesch, c'est ensuite à Paris, loin des pressions et des influences de Bruxelles, que Poelaert se retira pour mettre la touche finale à ses plans du Palais de Justice, il y avait réuni une équipe de dessinateurs parmi lesquels Charles Laisné et Édouard Corroyer[24]. Revenu à Bruxelles il présente son projet, mais les plans changent en permanence. L'édifice finit par atteindre une surface au sol de 26 000 m2 (soit 2,6 ha, soit un carré de 162 m de côté) pour un budget de 50 millions de francs. Les expropriations des maisons du quartier populaire des Marolles ont en effet grevé le budget.

Finalement, le bourgmestre de Bruxelles, Jules Anspach, soutenu par le Roi, donne le feu vert à Poelaert pour la réalisation de son projet, travaux qui s’étaleront durant 17 ans, de 1866 à 1883, soit quatre années au-delà du décès de ces deux serviteurs de l’État qui s'éteignent en 1879.

Le palais est construit en grande partie sur le domaine du Couvent des Dames de Berlaymont et sur le Parc de l'hôtel de Mérode, à la limite de la partie haute et de la partie basse de Bruxelles, à la frontière du quartier le plus populaire de Bruxelles, les Marolles. Les Marolliens, furieux de la situation, inventent une nouvelle insulte destinée à Poelaert : « schieve architect » (dans le dialecte bruxellois, on peut traduire cette expression par « architecte tordu » ou « architecte de guingois »).

Le Palais de Justice en quelques chiffres : 60 000 m3 de pierre blanche du Jura et de petit granit, 245 locaux, 8 cours intérieures, un dôme culminant à plus de 100 m au dessus de la salle des pas perdus, 4 941 marches d’escaliers. L’imposant portique d’entrée est si grand qu’on pourrait y faire passer une maison entière haute de 15 m et pèse une quinzaine de tonnes. La pyramide initialement prévue par Poelaert a été remplacée par un dôme de cuivre surmonté d'un clocheton vitré, lui-même coiffé d'une couronne royale dorée. Cet édifice suscite toujours l’étonnement des étrangers par son gigantisme écrasant, surtout lorsqu’on le contemple depuis le bas de la rue de la Régence qui lui fait face.

Une œuvre épuisante[modifier | modifier le code]

Cette œuvre immense épuisa le Maître qui fut obligé en 1874 de se retirer dans sa villa de la Grande Grille dans le village champêtre de Laeken pour y prendre du repos. Il avait montré alors des symptômes de burnout : « Il est atteint de fatigue cérébrale momentanée et même d'amnésie totale à propos d'événements récents ; il disparut notamment pendant trois jours et fut retrouvé près de Hal sans pouvoir dire comment il y était venu ; son médecin lui prescrivit un repos absolu »[25].

Son œuvre[modifier | modifier le code]

  1. 1836 (environ) : décors de théâtre destinés au petit théâtre privé de la maison familiale Poelaert rue de Laeken, 76 (numérotation actuelle).
  2. 1840 : Hôtel de ville de Lincent.
  3. 1846, février : Décoration de la cour de l'Hôtel de Ville de Bruxelles pour la fête de la Société de Commerce.
  4. 1846-1848 : Fontaine de la place Rouppe, ornée d'une statue personnifiant Bruxelles, par Charles Fraikin.
  5. 1848, septembre : Projet pour la nouvelle caserne du Petit Château.
  6. 1849-1851 : École communale no 6, boulevard du Midi.
  7. 1849 : Aménagement de la place des Barricades.
  8. 1850-1854 : Église Sainte-Catherine.
  9. 1850 : Colonne du Congrès.
  10. 1850, 17 octobre : Décoration de la cathédrale Saint-Michel à l'occasion des funérailles de la reine Louise-Marie.
  11. 1850-1852 : Palais, place du Congrès, 1.
  12. 1850-1852 : Palais, place du Congrès, 2.
  13. 1851 : Auvent pour la façade du Théâtre royal du Parc.
  14. 1851-1853 : École communale no 5, rue de Schaerbeek.
  15. 1853, 9 avril : Salle de bal gothique dans la cour de l'Hôtel de Ville pour la majorité du duc de Brabant (futur roi Léopold II)
  16. 1853 : 10 août : Décoration intérieure de Sainte-Gudule pour le mariage du duc de Brabant, futur Léopold II.
  17. 1854 : 27 mai : Église Notre-Dame de Laeken, début des travaux.
  18. 1855 : reconstruction du théâtre de la Monnaie.
  19. 1857 : réservoirs d'eau d'Ixelles, rue de la Vanne.
  20. 1857 : projet de restauration des bâtiment de l'Université Libre de Bruxelles, rue des Sols.
  21. 1857 : deux édicules du Parc de Bruxelles en face du palais royal.
  22. 1857 : à Saint-Vaast, château de monsieur Louis Faignart époux Boucquéau, né à Saint-Vaast (La Louvière), décédé en 1882 à Longchamps (Bertogne), député catholique dont la fille Emma Faignart (1845-1871), épousa Victor Allard.
  23. 1857-1862 : château Boch à La Louvière.
  24. 1857 : hôtel de maître, boulevard de Waterloo no 13.
  25. 1857 : deux hôtels particuliers du docteur Goffin avenue de la Toison d'Or.
  26. 1858 : projet des grilles et aubettes de la porte de Cologne.
  27. 1859 : tracé de l'agrandissement du cimetière de la paroisse des Minimes.
  28. 1859-1860 : caserne des pompiers à Bruxelles, place du jeu de Balle.
  29. 1862 : plans du Palais de Justice. 1866, 10 septembre : début des travaux du Palais de Justice.

L'œuvre de Poelaert dans les médailles[modifier | modifier le code]

Divers artistes ont célébré les créations de Poelaert par des médailles[26] :

  • Laurent Hart (1810-1860) : médaille pour la Colonne du Congrès, pour commémorer la pose de la première pierre de la Colonne du Congrès[27], 1850.
  • Adrien Veyrat : médaille pour commémorer la pose de la première pierre de la Colonne du Congrès, 1850.
  • Adolphe Jouvenel (1798-1867) : médaille pour commémorer l'inauguration de la Colonne du Congrès, 1859.
  • G. Wiener : également pour l'inauguration de la Colonne du Congrès, 1859.
  • Léopold Wiener : également pour l'inauguration de la Colonne du Congrès, 1859.
  • Jacques Wiener, médaille pour commémorer la pose de la première pierre de l'église de Laeken, 1854.
  • Jacques Wiener et Léopold Wiener, médaille pour la consécration de l'église de Laeken, 7 août 1872.
  • A. Fisch, médaille pour le Palais de Justice, en 1880 et en 1894.
  • Paul Du Bois, médaille pour le Palais de Justice, 23 décembre 1894.

L'œuvre en image[modifier | modifier le code]

Les domiciles et l'atelier de Poelaert[modifier | modifier le code]

La maison de la famille Poelaert-Stas, construite en 1824, où vécu dès son enfance l'architecte Poelaert, au no 76 rue de Laeken (numérotation actuelle) à Bruxelles.
  • Le 21 mars 1817, Joseph Poelaert naquit au domicile de ses parents au no 1028 du Marché au Charbon.
  • En 1824, le père de Poelaert construisit une nouvelle maison familiale au no 76 (numérotation actuelle) de la rue de Laeken. C'est toujours là que Poelaert habitait à l'âge de dix-neuf ans en 1836, quand il s'inscrivit à l'Académie de Bruxelles.
  • En 1859, année de son mariage, Poelaert était domicilié rue Neuve à Bruxelles.
  • Son atelier et ses bureaux, situés d'abord rue des Minimes au coeur des Marolles, et qui communiquaient avec sa maison[28], étaient une fourmilière immense et bourdonnante où s'affairaient, dessinateurs, ingénieurs, visiteurs de marque et curieux. Un jeune homme timide et réservé, sous la conduite du Maître aimait à s'y rendre, c'était le duc de Brabant futur Léopold II auquel Poelaert a insufflé le goût pour la grandeur architecturale et d'ailleurs il réalisera personnellement en son honneur dans la cour de l’Hôtel de Ville une salle de bal néo-gothique pour sa majorité et pour le mariage de celui-ci, le 10 août 1853, il décore la collégiale de Bruxelles.
  • À l'époque de la construction du Palais de Justice et jusqu'à son décès en 1879, l'habitation personnelle[29] de Poelaert était située au 13 boulevard de Waterloo à Bruxelles, cette maison de style Second Empire construite vers 1860, et située à quelques centaines de mètres du Palais de Justice, lui est attribuée.
  • À côté de cette maison urbaine Poelaert possédait une maison de campagne à Laeken, la "Villa de la Grande Grille", où il aimait à se retirer dans le calme champêtre.

Les élèves, les disciples, les stagiaires de Poelaert[modifier | modifier le code]

De nombreux jeunes architectes, durant une période plus ou moins longue, ont reçu ou continué leur formation au sein de l'important atelier de Poelaert qui a ainsi été le maître de toute une génération d'architectes qui par la suite firent eux-mêmes une belle carrière. Cet aspect de Poelaert comme formateur et comme transmetteur du savoir architectural n'a pas encore été étudié, mais on peut établir déjà une liste de quelques disciples qui se sont formés auprès de lui :

Auxquels s'adjoignait le sculpteur ornemaniste Georges Houtstont.

Sa famille[modifier | modifier le code]

Hortense Poelaert (1815-1900), sœur de l'architecte Poelaert, et épouse d'Eugène van Dievoet (1804-1858), huile par Ignace Brice, 1840.
Eugène van Dievoet (1804-1858), époux de Hortense Poelaert, médaillon en plâtre sculpté par Victor Poelaert, en 1858-1859

Joseph Poelaert, qui était resté longtemps célibataire, s'était marié[30] à quarante deux ans, le 25 août 1859 à Bruxelles, avec une jeune fille de dix-neuf ans Léonie Toussaint née à Ixelles le 30 mars 1840 et décédée à Bruxelles le 23 juillet 1912, fille de Joseph-Ferdinand Toussaint, notaire à Bruxelles, écrivain saint-simonien et ancien membre de la Chambre des Représentants, et de Philippine Anne Catherine Joséphine Kuhne, et sœur du peintre, collectionneur et mécène Fritz Toussaint.

Joseph Poelaert et Léonie Toussaint eurent une fille unique, Marguerite Poelaert (1860-1917), qui épousa Maurice Pauwels (1861-1912). Celui-ci mourut tragiquement en tombant dans la cage d'ascenseur de leur hôtel particulier boulevard de Waterloo.

Leur fille Marthe Pauwels eut une fin tragique à Naples, empoisonnée après avoir mangé des fruits de mer. Avec elle finit la postérité directe de l'architecte Poelaert.

Celui-ci avait un frère sculpteur, Victor Poelaert (1820-1859) et un autre frère avocat, Constant Poelaert (1827-1898) dont la fille Berthe épousa Charles Janssen, avocat, père du baron Emmanuel Janssen (1879-1955), fondateur de la Générale de Banque.

Joseph Poelaert avait aussi une sœur, Hortense Poelaert (1815-1900) qui épousa Eugène Van Dievoet (1804-1858), un arrière-petit-neveu du sculpteur Pierre Van Dievoet (1661-1729), un des créateurs de la Grand-Place de Bruxelles, et de Philippe Van Dievoet dit Vandive (1654-1738), le fameux orfèvre parisien et conseiller du roi Louis XIV. Eugène van Dievoet était le frère d'Auguste Van Dievoet, avocat à la Cour de Cassation et fameux historien du droit, et l'oncle de Jules Van Dievoet (1844-1917), avocat à la Cour de Cassation et époux de Marguerite Anspach (1852-1934), fille de Jules Anspach (1829-1879), bourgmestre de Bruxelles.

Son tombeau[modifier | modifier le code]

Tombe de Poelaert au Cimetière de Laeken. Lors de l'inauguration de cette tombe, Constant Poelaert, avocat, frère du grand artiste, a prononcé un discours biographique émouvant.
Tombe au cimetière de Laeken des familles Poelaert-Stas et van Dievoet.

Poelaert repose, après des funérailles tristement mesquines[31], au cimetière de Laeken sous un monument de style classique athénien pur, époque et ville qu’il admirait par-dessus tout.

On peut y voir son buste par Antoine Bouré.

Le monument est orné de deux flambeaux renversés allumant symboliquement le bûcher funèbre, symbole antique des funérailles[32].

On y lit les lettres christiques Alpha et oméga, entourant à gauche et à droite bas du monument, une croix pattée.

La légende de Poelaert[modifier | modifier le code]

Loué dès son vivant d'une manière dithyrambique et considéré comme un « génie » pour reprendre le mot souvent utilisé dans la presse, Joseph Poelaert "lion tranquille, pensif, contemplatif, ému, solitaire, muet, concentré, rêveur, méditatif, tourmenté, fasciné par son rêve, mal soigné, hérissé et poussiéreux"[33] », comme le vit un témoin de l'époque, n'a toutefois à ce jour pas encore fait l'objet d'une biographie, sérieuse, scientifique et documentée, aussi, impressionnées sans doute par la grandeur de son œuvre, toute une série de personnes se sont mises à broder des légendes les plus absurdes les unes que les autres plutôt que de faire des recherches sérieuses et documentées.


La légende de la « folie » de Poelaert[modifier | modifier le code]

Décédé d'une congestion cérébrale en pleine tâche, comme la presse de l'époque l'a relaté[34], et ayant été victime d'un moment d'épuisement intellectuel en 1874 qui avait provoqué sa disparition pendant trois jours jusqu'à ce qu'on l'ai retrouvé errant près de Hal, une légende voudrait qu'il soit mort fou. Mais comme l'écrit Saintenoy[35], « Il y a loin de là à une affection cérébrale plus sérieuse, dont parlèrent ses calomniateurs ». L'annonce de la mort de Poelaert suite à une "congestion cérébrale" fut peut-être interprétée par une population qui maîtrisait encore mal le français, comme si ce terme désignait la folie, ou bien, selon certains textes, cette légende semble-t-elle avoir son origine dans une vision romantique associant génie et folie[36], ou bien est-elle basée sur l'idée primitive[37] qu'une œuvre aussi gigantesque "dépassant l'esprit humain" ne pouvait que faire tomber son auteur dans la folie[38].

Ou bien cette légende vient-elle d'une confusion avec son contemporain l'architecte Jean-Baptiste Vifquain qui avait perdu la raison et qui mourut le 31 août 1854, à Ivry-sur-Seine, dans une maison de soins pour les maladies mentales fondée par le docteur Esquirol, un célèbre aliéniste.

Cette légende, née après la mort de Poelaert a la vie dure et est encore répercutée par divers auteurs :

  • En 1881, Octave Uzanne reprend l'idée que la conception d'une œuvre aussi grandiose germant dans un cerveau humain devait "amener la folie ou la mort" tout en précisant que "M. Poelaert a succombé à une congestion cérébrale"[39].
  • L'écrivain fin de siècle et décadent Jean Lorrain, ami d'Octave Uzanne, écrit en écho à ces propos : "Poelaert est mort fou, halluciné par une œuvre qui eût écrasé écrasé l'intellect de plusieurs générations d'architectes et dont le professorat se gardera bien d'enseigner la magnificence dans les pépinières des futurs prix de Rome. Poelaert est mort fou, solitaire dans l'incompréhension de ses contemporains. Il est mort fou, après avoir vogué pendant plusieurs années, dans la solennité de son monument inachevé, assis dans les coupoles de son rêve et qu'il ne devait pas voir réalisées"[40].
  • En 1885, on peut déjà lire dans les Mémoires de la Société des ingénieurs civils de France[41]: "L'œuvre est évidemment hors ligne. Poelaert est mort fou, cela arrive très souvent aux hommes de génie : on dit qu'il n'y a qu'un fil entre la folie et le génie ; — espérons qu'il y a un peu d'exagération. Quoi qu'il en soit, on peut mourir quand on laisse une pareille œuvre".
  • En 1903 on peut lire dans le Guide de Bruxelles et de ses environs[42] : "l'architecte qui en conçut le plan, mourut fou. Quel est le cerveau humain qui aurait résisté à la tension d’esprit qu’à exigé la conception d’une telle œuvre ?".
  • En 1962, selon Léon Delange-Janson[43], "Son architecte, le génial Poelaert, après y avoir travaillé pendant dix ans, hanté par des rêves babyloniens, était mort fou, en 1876".
  • Eb 2003, selon Patrick Roegiers[45], "le Palais de Justice de Bruxelles, mastodonte mammouthien érigé par Joseph Poelaert, créateur du théâtre de la Monnaie et de la colonne du Congrès, mort fou et solitaire".
  • En 2003, l'historien René Maurice écrit[46] que "Poelaert mourut fou avant l'inauguration de son bâtiment, qui eut lieu discrètement le 15 octobre 1883".
  • En 2004, cette légende est même reprise telle quelle par une historienne, Sophie de Schaepdrijver qui écrit[47] : "On peut comprendre dès lors pourquoi l’architecte Poelaert est mort fou en 1879, en pleine construction de son gigantesque Palais de Justice", reprenant l'idée qu'une telle œuvre dépasserait le cerveau humain et entraînait logiquement la folie.
  • En 2009, Christopher Gérard dans son roman touristique Aux Armes de Bruxelles[48], prétend quant à lui que « cet architecte est mort maboul (...) en bruxellois on dit zot », il précise même[49] qu'« un architecte mort fou, Poelaert, a conçu ce temple, barbare à force de références gréco-mésopotamiennes. Le Palais de Justice ? Une espèce d'encyclopédie qui résume l'histoire de l'architecture, de l'Égypte à la Renaissance… flamande en passant par une Rome très Louis XIV. ».
  • En 2013, plus récemment encore, Roel Jacobs écrit[50] : "Poelaert meurt, fou aliéné, quatre ans avant la fin des travaux".

Appartenance hypothétique de Poelaert à la franc-maçonnerie[modifier | modifier le code]

Beaucoup prétendent que Poelaert aurait été franc-maçon. Ainsi, selon Paul de Saint-Hilaire, Poelaert se serait ingénié à truffer son œuvre de symboles maçonniques que le visiteur se plaît à découvrir et à interpréter, alors que les symboles en question sont en fait repris du répertoire de l'architecture gréco-romaine, époque qui fut toujours sa référence principale.

Archives[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pasinomie. Collection des lois, décrets et arrêtés…, Bruxelles, tome XL, année 1859, p. 322 : « 398. — 2 octobre 1859. — Arrêté royal par lequel le sieur Poelaert est promu au grade d’officier de l'ordre de Léopold. (Monit. du 13 octobre 1859.). Motifs. « Voulant, à l'occasion de l'inauguration du monument élevé en l'honneur du Congrès et de la Constitution, donner un nouveau témoignage de notre satisfaction particulière, au sieur Poelaert (Joseph), architecte, à Bruxelles, pour le talent remarquable dont il a fait preuve dans la conception et dans l'exécution de ce monument. »
  2. Ernest Fillonneau, Annuaire des Beaux-Arts : Première année 1861-1862, Jules Tardieu et Courrier Artistique, Paris, 1862, p. 7.
  3. Revue mensuelle publiée par Octave Uzanne, deuxième année, Paris : A. Quantin, imprimeur éditeur, 1881, p. 135 « M. Poelaert, mort l’an dernier. Ce nouveau palais, dont le dessin a été maintes fois donné déjà, sera incontestablement l’un des monuments les plus grandioses qui aient été élevés au XIXe siècle. Tout en reconnaissant la grandeur de l’œuvre et son mérite architectural, il est coûteux, même aux Belges les moins clairvoyants, d’accepter d’un cœur léger les dépenses toujours croissantes de ce monument qui rappelle dans ses gigantesques proportions les âges oubliés. On a dit avec raison qu’une telle conception germant dans un cerveau humain devait amener la folie ou la mort. M. Poelaert a succombé à une congestion cérébrale et n’a pas eu la joie, infiniment précieuse à tout créateur, d’assister au couronnement de son œuvre ; mais contrairement à beaucoup d’autres dont les créations disparaissent avec eux, M. Poelaert a eu cet honneur suprême de se voir presque dans la postérité avant de mourir, car son œuvre est pour ainsi dire achevée ». Ainsi que : La Chronique des Arts et de la Curiosité, Correspondance de Belgique, p. 296 : « Poelaert meurt, en effet, d’une congestion cérébrale ».
  4. Ou par exemple comme Anton Pilgram.
  5. Journal des arts, des sciences et de la littérature, deuxième volume, du 1er juillet au 30 septembre 1810 (no 17 à 34), Paris, 1810, no 19, 15 juillet 1810 : p. 70 : « Nouvelles. Concernant la littérature, les sciences et les arts. Observations critiques ; Faits remarquables, etc. », p. 71 : « La distribution annuelle des prix des écoles de peinture, sculpture et architecture de Bruxelles, s'est faite, le 1er de ce mois, en présence des principales autorités, et aux applaudissemens d'une société nombreuse et choisie. Les élèves qui ont obtenu les prix, sont : MM. Julien l'Épée, Nicolas Verhaeghen, Léopold Boens, Alexandre Boens, J.-B. Madou, Charles Paul, Louis Slaes, Philippe Poelaert, P.-J. Tasson, P.-J. Lesage, et Henri de Paw ».
  6. Voir: Almanach du commerce et de l'Industrie, Bruxelles, 1851, Poelaert architecte et entrepreneur, rue de Laeken. 54. Ainsi que : M. Mauvy, Bruxelles et ses environs, Bruxelles, 1834, p. 219 : « Philippe Poelaert, entrepreneur de travaux publics et marbrier, rue de Laeken, 54, section 4. »
  7. Paul Saintenoy, « Joseph Poelaert, architecte du Palais de Justice de Bruxelles, 1817-1879 » dans Bulletin de la Classe des beaux-arts, Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique. Classe des beaux-arts, tome XXV, 1943 - 10-12, Bruxelles, 1945, p. 137 : « Homme riche, le père de Poelaert aimait à recevoir dans son home, les gens de lettres et les artistes. Il y avait fait ménager une vaste cave, une cubicula à la romaine, où l'on se réunissait pour des agapes pompéiennes, non pas à l'instar du banquet de Trimalcion, mais bien plutôt analogues au souper de Théophile Gautier, agapes romantiques bien de ce temps ».
  8. Aspects économiques et financiers de l'histoire de Bruxelles, Bruxelles, mai-jui 1979 (exposition), p. 194 : « Les doyens de la corporation des fondeurs d'étain donnent un avis défavorable au sujet de la requête de Frans Van Dyck, qui demande une dispense de son apprentissage pour accéder à la maîtrise. XVIIe siècle. Ces doyens étaient : B.H. Boeykens, J.J. Cortvrindt, L. Kops, B.V. Capenbergh, P(ierre)-J(oseph) Stas, Schuermans, J.G. Cordemans (AVB) ».
  9. Jean Stengers : « je voudrais faire de notre petite Belgique la capitale d'un immense empire », dans, Bruxelles et la vie urbaine, Bruxelles, 2001, tome 2, p. 885.
  10. Le Soir, 22 et 23 août 2009, « Xavier Magnée, le garnement tragique », interview de Xavier Magnée par Nicolas Crousse, p. 15.
  11. Thierry Demey, Léopold II (1865-1909), la marque royale sur Bruxelles, Bruxelles : Badeaux, 2009, p. 302.
  12. Roland Mortier, « Avant-propos. Un lieu de Mémoire », dans: Xavier Duquenne, Le parc de Bruxelles, Bruxelles, 1993, p. 11 : « le troisième (pouvoir), le judiciaire, trouvera sous Léopold II son expression emblématique dans le grandiose Palais de justice qui domine la ville basse ».
  13. Barbara Emerson, Léopold II, le royaume et l’empire, Bruxelles, 1980, p. 264.
  14. Paul Saintenoy, Joseph Poelaert, architecte du Palais de Justice de Bruxelles, 1817-1879, dans : Bulletin de la Classe des beaux-arts, Académie royale de Belgique, tome XXV, 1943 - 10-12, Bruxelles, 1945, p. 136 : « Son père était un entrepreneur général en maçonnerie, expérimenté et réputé. Il eut toute facilité de faire faire des études à son fils et de lui inculquer, dès son jeune âge, l'enseignement de la pratique constructive. »
  15. Saintenoy, op. cit., p. 136 : « si bien que les leçons de Tilman Suys ne marquèrent pas d'une empreinte profonde le tempérament du jeune Poelaert ».
  16. Poelaert et son temps, p. 11.
  17. Saintenoy, op. cit., p. 136.
  18. Saintenoy, op. cit., p. 136.
  19. Paul Saintenoy, op. cit., p. 145 : « Il voulut aussi devenir pianiste et le devint d'ailleurs, suffisamment pour déverser en un thème mélodique, ce qu'il ne parvenait pas à faire dire à l'architecture ».
  20. Paul Saintenoy, op. cit., pp. 136-137 : « De cette époque, datent ses décors de théâtre dessinés avec verve et entrain, qui firent sensation à l'Exposition nationale d'architecture, en 1883, où ils furent révélés. Il prit plaisir à les dessiner pour un théâtre minuscule, établi par son père dans la maison familiale ».
  21. Paul Saintenoy, op. cit., pp. 134-135 : « Poelaert fut de son temps... Il le fut parce que trop hellénisant pour l'époque d'un Tilman Suys, ou d'un Deman, pas assez classiquement romain....trop enclin à proclamer la splendeur du Parthénon en face du bourgeoisisme de l'époque de Monsieur Pruf'homme ».
  22. Paul Saintenoy, op. cit., p. 135 : « Joseph Poelaert..... entra à l'École des beaux arts de Paris, toute frémissante des idées d'Henri Labrouste, novatrices et championnes des principes de logique et de raison, mises au service de la tradition antique grecque, bien loin, par conséquent, du pastiche romain de la Renaissance ». Ibidem, p. 137 : « (Poelaert) convia le monde à admirer ses créations où la robustesse de la race apparaît contenue par les rythmes helléniques, même lorsqu'il lui arrive de les transgresser, emporté par la fougue de son tempérament. Car si l'art grec fut son moyen d'expression, sa personnalité puissante s'affirma au travers de ses préférences d'école ». Ibidem, p. 138 : « Il ne se mêla pas à ce mouvement des esprits vers des tendances nationalistes. Il était néo-grec et voulait le rester ». Ibidem, p. 145 : « "Cet artiste a rénové l'art grec !" nous a dit un jour le maître architecte italien Giuseppe Summaruga, enthousiaste et bon juge, affirmant la vie nouvelle donnée à l'architecture traditionnelle gréco-romaine par le maître belge, qui n'avait jamais franchi les degrés de l'Acropole ! ».
  23. D'après Le Guide musical : revue internationale de la musique et de theâtres lyriques, 1856, p. 25 : « Pendant le premier entr'acte M. le bourgmestre a introduit au balcon M. POELAERT, l'architecte auquel la ville de Bruxelles doit son beau théâtre, et des applaudissements sont partis de tous les points de la salle. Cette ovation était bien due à l'artiste dont le talent vient de se révéler avec tant d'éclat. Rien de plus magnifique, en effet, que la nouvelle salle de spectacle, rien de mieux entendu comme disposition, ornementation et décor. Le vestibule est d'un aspect majestueux, les rampes qui conduisent aux premières loges et au foyer sont dignes d'un palais. Le foyer est d'une féerique élégance et la salle est splendide. Le style est celui qui dominait sous Louis XIV et qui est parfaitement adapté à ce genre d'édifices. Il y a partout de l'air et de la lumière. Les toilettes ressortent admirablement. »
  24. Paul Saintenoy, op. cit., p. 144 : « Poelaert partit pour Paris et dans cette ville si admirablement dotée pour les arts monumentaux, il mit la dernière main à ses plans. Il les exécuta grâce à une équipe de dessinateurs parmi lesquels les architectes Charles Laisné et Édouard Corroyer ».
  25. Saintenoy, op. cit., p. 145.
  26. Robert Jennes Eidlitz, Medals ... to Architects, New-York, 1927 et Paul Saintenoy, op. cit., p. 149.
  27. Johan Van Heesch, La Belgique en révolution. Médailles et insignes de la Révolution belge (1830), Bruxelles, 2005, p. 69-70. Renier Chalon, "La plus grande médaille qu’on ait jamais frappée", dans : Revue belge de numismatique, 1867, p. 437-439.
  28. Poelaert et son temps, Bruxelles, (catalogue exposition), 1980, p. 166 : « Il habitait une maison rue des Minimes, voisine de ses bureaux et qui communiquait avec ceux-ci. »
  29. Le Patrimoine monumental de la Belgique, Bruxelles, 1C, Pentagone, N-Z, Bruxelles, édition Pierre Mardaga, 1994, p. 466 : Boulevard de Waterloo. n° 12-13 « Deux maisons bourgeoises jumelées de quatre niveaux. […] Le no 13 était l'habitation personnelle de l'architecte Joseph Poelaert, au moins durant la construction du Palais de Justice et jusqu'à son décès en 1879. L'actuelle façade d'allure Second Empire, datant des années 1860, lui est peut-être même attribuable ».
  30. Bruxelles, Acte de mariage n° 1070: L'an mil huit cent cinquante-neuf, le vingt cinq du mois d'août à onze heure du matin. Mariage célébré devant Charles De Brouckère officier de l'état civil de Joseph Philippe Poelaert, architecte de la ville de Bruxelles, chevalier de l'ordre de Léopold et de Léonie Marie Toussaint, née à Ixelles le 30 mars 1840, domiciliée à Bruxelles rue Duquesnoy. Conventions matrimoniales passées devant Maître Gheude le 3 août 1859.
  31. L’Art moderne, 1881, p. 53 : « Je vous le dis en vérité, c’est là ce qui a surtout préoccupé Poelaert. Je ne l’ai vu qu’une fois, quelques mois avant ses funérailles, — funérailles tristement mesquines —, où l’un de nos plus grands hommes a été enterré moins bruyamment que le premier conseiller communal venu. J’étais entré dans la maison délabrée où, rue aux Laines, on avait remisé la maquette du monument. Celle-ci était dressée, froide et toute blanche, dans une chambre nue, grise, mal éclairée. J’aperçus là, dans un coin, sur une chaise dépaillée, regardant le modèle, muet, concentré, rêveur, un être mal soigné, hérissé et poussiéreux. C’était Poelaert, couvant son œuvre, méditatif, tourmenté, fasciné par son rêve. Il me laissa tourner autour, puis partir, et ne bougea pas. Depuis, j’ai souvent pensé à lui et bien des idées m’ont germé dans la tête." Ainsi parlait notre hôte avec plus d'éloquence que n'en dépense d'ordinaire un architecte. Tout sceptiques que nous fussions,nous avions le sentiment qu'il exprimait la philosophie cachée de ce monument énigmatique, sa grandeur et ses faiblesses, ce qui fait dire aux uns : Que c'est beau! aux autres : Que c'est laid. "Qu'importe, acheva-t-il, moi, j'admire. J'admire et je suis reconnaissant. Je faisais partie du petit cortège qui a suivi le convoi de ce grand homme à qui je n'ai jamais parlé. Il a été méconnu; cela achève sa gloire. Il faudra, pour que rien ne manque au traitement que l'humanité a coutume d'infliger au génie, qu'il n'ait pas même sa statue dans le palais qu'il a enfanté. Pour moi, si je lui en souhaitais une, je la voudrais,comme celle d'Erwin dans la cathédrale de Strasbourg, en haut, dans quelque coin de la salle des Pas-Perdus, à demi-cachée derrière une colonne, le représentant pensif, contemplatif, ému, solitaire, regardant son oeuvre, tel que je l'ai vu, lion tranquille, dans la chambre grise et froide de la rue aux Laines. »
  32. Et non pas de la laïcité comme l'écrivent erronément Marcel M. Celis et Jos Vandenbreede (Cimetière de Laeken, éd. Epitaaf et Plaizier, Bruxelles, 1991), confondant ce symbole antique avec l'emblème laïque de la fin du XXe siècle.
  33. L’Art moderne, 1881, p. 53 : « J’aperçus là, dans un coin, sur une chaise dépaillée, regardant le modèle, muet, concentré, rêveur, un être mal soigné, hérissé et poussiéreux. C’était Poelaert, couvant son œuvre, méditatif, tourmenté, fasciné par son rêve… Pour moi, si je lui en souhaitais une (statue), je la voudrais,comme celle d'Erwin dans la cathédrale de Strasbourg, en haut, dans quelque coin de la salle des Pas-Perdus, à demi-cachée derrière une colonne, le représentant pensif, contemplatif, ému, solitaire, regardant son oeuvre, tel que je l'ai vu, lion tranquille, dans la chambre grise et froide de la rue aux Laines. »
  34. Entre autres : « La Chronique des Arts et de la Curiosité », Correspondance de Belgique, p. 296 : « Poelaert meurt, en effet, d’une congestion cérébrale », ainsi que Revue mensuelle publiée par Octave Uzanne, deuxième année, Paris : A. Quantin, imprimeur éditeur, 1881, p. 135 « M. Poelaert, mort l’an dernier. (...) M. Poelaert a succombé à une congestion cérébrale et n’a pas eu la joie, infiniment précieuse à tout créateur, d’assister au couronnement de son œuvre ; mais contrairement à beaucoup d’autres dont les créations disparaissent avec eux, M. Poelaert a eu cet honneur suprême de se voir presque dans la postérité avant de mourir, car son œuvre est pour ainsi dire achevée ».
  35. Saintenoy, op. cit., p. 146.
  36. Mémoires, Société des ingénieurs civils de France, 1885, p. 405 : "L'œuvre est évidemment hors ligne. Poelaert est mort fou, cela arrive très souvent aux hommes de génie : on dit qu'il n'y a qu'un fil entre la folie et le génie".
  37. Ainsi au Moyen Âge les populations attribuaient souvent les grands ouvrages architecturaux à l'œuvre des fées, des anges voire du diable avec lequel il était logique que l'architecte avait fait un pacte.
  38. C'est ce qui est écrit en 1903 dans le Guide de Bruxelles et de ses environs, Bruxelles : Grand-Hôtel Central, 1903 : "l'architecte qui en conçut le plan, mourut fou. Quel est le cerveau humain qui aurait résisté à la tension d’esprit qu’à exigé la conception d’une telle œuvre ?".
  39. Revue mensuelle publiée par Octave Uzanne, deuxième année, Paris : A. Quantin, imprimeur éditeur, 1881, p. 135 « M. Poelaert, mort l’an dernier. Ce nouveau palais, dont le dessin a été maintes fois donné déjà, sera incontestablement l’un des monuments les plus grandioses qui aient été élevés au XIXe siècle. Tout en reconnaissant la grandeur de l’œuvre et son mérite architectural, il est coûteux, même aux Belges les moins clairvoyants, d’accepter d’un cœur léger les dépenses toujours croissantes de ce monument qui rappelle dans ses gigantesques proportions les âges oubliés. On a dit avec raison qu’une telle conception germant dans un cerveau humain devait amener la folie ou la mort. M. Poelaert a succombé à une congestion cérébrale et n’a pas eu la joie, infiniment précieuse à tout créateur, d’assister au couronnement de son œuvre ; mais contrairement à beaucoup d’autres dont les créations disparaissent avec eux, M. Poelaert a eu cet honneur suprême de se voir presque dans la postérité avant de mourir, car son œuvre est pour ainsi dire achevée ».
  40. Texte non encore retrouvé dans l'œuvre de Jean Lorrain, cité p. 166 de Poelaert et son temps, 1980, ainsi que dans le livre de Pierre Loze, Eduardo Colombo, Paul Vercheval, 'Le Palais de justice de Bruxelles: monument XIXe, Bruxelles : atelier Vokaer, 1983, p. 80, mais sans références ni date.
  41. Mémoires, Société des ingénieurs civils de France, 1885, p. 405.
  42. Guide de Bruxelles et de ses environs, Bruxelles : Grand-Hôtel Central, 1903.
  43. Léon Delange-Janson, Paul Janson, 1840-1913 : sa vie généreuse, son époque,vol. I, p. 292.
  44. François Schuiten, Le Guide des Cités, Bruxelles, 1996.
  45. Patrick Roegiers, Le mal du pays : Autobiographie de la Belgique, 2003, p. 33
  46. René Maurice, La Fugue à Bruxelles: Proscrits, exilés, réfugiés et autres, 2003, p. 262.
  47. Sophie de Schaepdrijver, La Belgique et la Première Guerre mondiale, Bruxelles, 2004, p. 19.
  48. Christopher Gérard, Aux Armes de Bruxelles, récit, L'Âge d'Homme, 2009, p.|106.
  49. Ibidem, p. 29.
  50. Roel Jacobs, Bruxelles-Pentagone, Bruxelles : CFC éditions, 2013, p.288.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 1864 : Louis Hymans, Histoire populaire du règne de Léopold Ier, roi des Belges, 1864, p. 360.
  • 1880 : X.Z., "Poelaert, architecte", dans : L’Emulation, 1880, col. 3-6.
  • 1881 : François Joseph Albert Wellens[1], Nouveau palais de justice de Bruxelles. Architecte J. Poelaert. Notice descriptive, avec atlas comprenant 15 plans et détails du monument, 1881.
  • 1935 : Albert Guislain, Le palais de justice ou les confidences du mammouth, préface de M. le Bâtonnier Hennebicq, Forest-Bruxelles, éditions du Cheval de Bois, s. d. [1935]
  • 1945 : Paul Saintenoy, Joseph Poelaert, architecte du Palais de Justice de Bruxelles, 1817-1879, dans : Bulletin de la Classe des beaux-arts, Académie royale de Belgique, tome XXV, 1943 - 10-12, Bruxelles, 1945, pp. 132-154.
  • 1970 : Michèle Loiseau, Joseph Poelaert : zijn leven en zijn werk, Thesis UGent, 1970.
  • 1973 : (nl) Jos De Belder, De sociale oorsprong van de Brusselse gegoede burgerij van 1914, dans: Revue Belge d'Histoire contemporaine, Bruxelles, 1973, pp. 422 et 413, (concerne Jacques Poelaert, et famille Poelaert-Jacobs-Opdenbosch), 1973
  • 1983 : Pierre Loze, Le Palais de justice de Bruxelles, monument XIXe, Atelier Vokaer, Bruxelles, 1983.
  • 1994 : M. Célis, K. Vandenbreeden en L. Van Santvoort, Omtrent het Onze-Lieve-Vrouwvoorplein in Laken, Koning Bouwdewijnstichting, Gemeentekrediet van België, Bruxelles, 1994, 29-34.
  • 2008 : Jean van Win, Bruxelles maçonnique, faux mystères et vrais symboles, Cortext, 2008
  • 2009 : Thierry Demey, Léopold II (1865-1909). La marque royale sur Bruxelles, Bruxelles : Badeaux, 2009, p. 302
Conférence
  • 2011 : Joris Snaet, Bouwhistorische studie van het justitiepaleis / Étude historique de la construction du palais de justice, conférence donnée le mercredi 12 janvier 2011 au Palais de Justice (Salle d'audience solennelle de la cour d'appel)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Inspecteur-général des ponts-et-chaussées et président de la commission royale des monuments

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]