Paul de Smet de Naeyer

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir de Smet.
Paul de Smet de Naeyer
Paul de Smet de Naeyer
Paul de Smet de Naeyer
Fonctions
22e et 24e chef de cabinet belge
Monarque Léopold II
Gouvernement de Smet de Naeyer I
Coalition Catholique
Prédécesseur Jules de Burlet
Successeur Jules Vandenpeereboom
Monarque Léopold II
Gouvernement de Smet de Naeyer II
Coalition Catholique
Prédécesseur Jules Vandenpeereboom
Successeur Jules de Trooz
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Gand, (Belgique)
Date de décès (à 70 ans)
Lieu de décès Bruxelles, (Belgique)
Nationalité belge
Parti politique Parti catholique
Profession Banquier, PDG de la société générale et politicien
Résidence 16, rue de la Loi

Paul de Smet de Naeyer
Chefs de cabinet belges

Le comte Paul de Smet de Naeyer (Gand, Bruxelles, ) était un homme politique belge de tendance catholique. Issu d'une riche famille d'industriels gantois du coton, il reprit les activités du coton. Avant de se lancer dans la politique il devint banquier et fut à la tête de la Société générale de Belgique. Il dirigea également de nombreuses mines de charbon. Il participe avec Albert Nyssens et Jules Van den Heuvel à la fondation de l'hebdomadaire catholique L'impartial.

Entré en politique sur le tard, élu presque par hasard au Parlement en 1886 sur les listes du parti catholique, Paul de Smet de Naeyer devient, pour la première fois, ministre dans le gouvernement de Jules de Burlet avant de lui succéder deux ans plus tard à sa tête. Emporté par la question du suffrage universel, il revient aux affaires en 1899 en exigeant l’adoption de la représentation proportionnelle. Pendant sept ans, son gouvernement favorisera l’essor économique de la jeune Belgique industrielle, alors au faîte de sa puissance, autant que les vues du roi Léopold II de Belgique.

Doué d’un esprit clair et vif, d’un don d’assimilation remarquable, c’est un travailleur opiniâtre qui n’a aucune difficulté à cumuler les responsabilités. Dans son bureau encombré d’un joyeux fouillis, il travaille jusqu’aux petites heures avant de sombrer dans un sommeil réparateur dont il émerge un peu avant midi.

Alors qu’il est tombé en disgrâce suite à ses désaccords persistants avec Léopold II sur la reprise du Congo par la Belgique, sa candidature à la présidence du Sénat est pourtant soutenue par ce dernier qui, une fois n’est pas coutume, n’a pas oublié les mérites de ce serviteur zélé. Lorsque la petite commune de Jette décide de baptiser son tronçon des boulevards de Grande Ceinture du nom de son ancien ministre, Léopold relèvera ce geste de gratitude pour celui qui avait consenti tant d’efforts pour doter l’agglomération bruxelloise d’une voie de ceinture indispensable et réalisée à l’aide d’un budget modéré.

Il fut chef du gouvernement belge entre 1896 et 1899 et entre 1899 et 1907.

Lien externe[modifier | modifier le code]

Précédé par Paul de Smet de Naeyer Suivi par
Jules de Burlet
Premier ministre de Belgique
1896 - 1899
Jules Vandenpeereboom
Jules Vandenpeereboom
Premier ministre de Belgique
1899 - 1907
Jules de Trooz