Astrid de Belgique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Astrid de Belgique

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

La princesse Astrid, en 2010.

Biographie
Titulature Princesse de Belgique
« Archiduchesse d’Autriche-Este, princesse de Hongrie et de Bohême, duchesse de Modène »
Dynastie Maison de Belgique
Nom de naissance Astrid Joséphine-Charlotte Fabrizia Elizabeth Paola Marie de Belgique
Naissance 5 juin 1962 (52 ans)
Bruxelles (Belgique)
Père Albert II de Belgique
Mère Paola Ruffo di Calabria
Conjoint Lorenz d’Autriche-Este
Enfants Amedeo de Belgique
Maria Laura de Belgique
Joachim de Belgique
Luisa Maria de Belgique
Laetitia Maria de Belgique
Résidence Château du Stuyvenberg
alt=Description de l'image Crowned Arms of the Princess of Belgium.svg.

La princesse Astrid de Belgique, archiduchesse d'Autriche-Este, deuxième enfant du roi Albert II et de la reine Paola et sœur de l'actuel roi Philippe, est née le 5 juin 1962 au château du Belvédère (Bruxelles).

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Son parrain est son oncle Fabrizio Ruffo di Calabria et sa marraine est sa tante la grande-duchesse Joséphine-Charlotte de Luxembourg. Astrid effectue ses études primaires et secondaires à l'Institut de la Vierge-Fidèle à Bruxelles. Après ses études secondaires à Bruxelles, la princesse Astrid a étudié l'histoire de l'art durant une année à Leiden, aux Pays-Bas. Elle a complété sa formation à Genève, à l'Institut universitaire d'études européennes, ainsi qu'au Michigan, aux États-Unis.

Mariage[modifier | modifier le code]

Le 22 septembre 1984, elle épouse à Bruxelles Son Altesse impériale et royale l'archiduc Lorenz d'Autriche-Este, titré prince de Belgique en 1995. Le couple a cinq enfants :

  1. S.A.R. le prince Amedeo de Belgique (né le 21 février 1986), sixième dans l'ordre de succession au trône de Belgique
  2. S.A.R. la princesse Maria Laura de Belgique (née le 26 août 1988) septième dans l'ordre de succession au trône de Belgique
  3. S.A.R. le prince Joachim de Belgique (né le 9 décembre 1991) huitième dans l'ordre de succession au trône de Belgique
  4. S.A.R. la princesse Luisa Maria de Belgique (née le 11 octobre 1995) neuvième dans l'ordre de succession au trône de Belgique
  5. S.A.R. la princesse Laetitia Maria de Belgique (née le 23 avril 2003) dixième dans l'ordre de succession au trône de Belgique.

Ils vivent dans le domaine du Stuyvenberg, propriété de la Donation royale.

De 1984 à 1993, la princesse Astrid, son époux et leurs enfants vivent dans l'anonymat à Bâle en Suisse, où l'archiduc Lorenz travaille dans une banque. À cette époque, la princesse n'occupait aucune fonction officielle en Belgique.

Devoirs officiels[modifier | modifier le code]

Suite à l'abolition de la loi salique en 1991 par le Parlement, Astrid devient la première princesse de la famille royale à entrer dans l'ordre de succession au trône, à transmettre son titre à ses enfants, à être sénatrice de droit, à obtenir un grade dans l'armée belge et une dotation du gouvernement.

En juin 1993, le couple princier et leurs enfants reviennent en Belgique. La princesse Astrid est désormais la fille des nouveaux souverains et débute sa vie officielle. Elle succède en 1994 à son père à la présidence de la Croix-Rouge de Belgique et restera à ce poste jusqu'au 31 décembre 2007 (elle n'a ensuite plus souhaité renouveler son mandat). En 1996, elle prête serment comme sénatrice de droit et a prononcé plusieurs discours sur la pauvreté. Un an plus tard, elle devient colonel du Service médical belge et reçoit le grand cordon de l’ordre de Léopold, la plus haute distinction du pays.

La princesse Astrid accorde aussi son haut patronage à la section belge de l’Association mondiale des amis de l’enfance (AMADE), à la Fondation Vivat-Foyer général Cornet, à la Fédération francophone des sourds de Belgique, à l'Association Insuffisants respiratoires, à l'International Federation for Hydrocephalus and Spina Bifida, à l'Institut médico-pédagogique Sainte-Gertrude et à l'association sans but lucratif Les XXI. Elle est aussi la présidente d'honneur des Jeunesses musicales de Bruxelles et de l'association sans but lucratif Pinocchio (qui aide les enfants et adolescents brûlés).

Du 20 novembre 1996 au 25 mai 2014, elle est sénatrice de droit.

De 2003 à 2014, elle est présidente d'honneur de l'Organisation européenne pour la recherche et le traitement du cancer (qui gère une banque de données des cancers en Europe). Elle est également présidente d'honneur de la Fondation Médicale Reine Elisabeth (créée en 1926 par son arrière-grand-mère afin de soutenir la recherche dans les neurosciences) et des fonds scientifiques de la Fondation Roi-Baudouin. La princesse s'intéresse beaucoup à la recherche et visite des laboratoires chaque année. Elle accorde aussi son haut patronage à RaDiOrg.Be (Rare Diseases Organisation Belgium) qui coordonne 80 associations belges luttant contre des maladies orphelines.

En 2007, la princesse Astrid accepte de devenir représentante spéciale du Roll Back Malaria Partnership (RBM) pour la lutte contre la malaria, créé en 1998 par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) et l’Unicef. Chaque année, 1 à 2 million de personnes décèdent des suites de la malaria dans le monde. Afin que les médias fassent connaître cette maladie, la princesse s'est déjà rendue en Tanzanie et en Zambie. La Malaria Foundation International, dont le siège est basé à Atlanta (États-Unis), a désigné fin 2008 la princesse Astrid comme le membre de toutes les familles royales du monde qui s'engage le plus en faveur de la malaria. Son mandat de représentante spéciale est renouvelé tous les deux ans.

En avril 2008, la princesse Astrid a confié à la presse que devenus adultes, ses cinq enfants travailleraient, ne joueraient aucun rôle officiel en Belgique et ne recevraient donc pas de dotation publique.

En janvier 2010, la princesse Astrid a succédé à sa tante la reine Fabiola à la présidence d'honneur de l'Action Damien.

En 2012, le journal "Het Laaste Nieuws" a établi le classement des 100 femmes les plus puissantes de Belgique et la princesse Astrid y occupe la 53e place.

Depuis le 21 juillet 2013, date d'accession au trône de son frère, le roi Philippe de Belgique, elle occupe le 5e rang dans l'ordre de succession au trône, après sa nièce, la princesse Éléonore, quatrième enfant de son frère, le roi Philippe.

À la suite de l'avènement du nouveau monarque, la princesse Astrid préside les missions économiques belges à l'étranger, (du 20 au 26 octobre 2013 en Afrique du Sud et en Angola, du 27 au 29 novembre 2013 en Inde, en mars 2014 en Arabie-Saoudite et au Sultanat d’Oman, en octobre 2014 en Colombie et au Pérou).

Titulature[modifier | modifier le code]

  • depuis le 5 juin 1962 : Son Altesse royale la princesse Astrid Joséphine-Charlotte Fabrizia Elizabeth Paola Marie de Belgique, princesse de Belgique (naissance).
    • depuis le 22 septembre 1984 : Son Altesse impériale et royale la princesse Astrid de Belgique, princesse de Belgique, « archiduchesse d'Autriche-Este, princesse de Hongrie et de Bohême » (titulature de courtoisie, non reconnue en Belgique)

Distinctions et décorations[modifier | modifier le code]

Grade militaire[modifier | modifier le code]

OF-4 BEL Med comp Luitenant-kolonel.gif OF-5 BEL Med comp Kolonel.gif
1997 2003

Ascendance[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Soir, Article annonçant le grade
  2. Website de la Défense, Article évoquant la princesse Astrid et le prince Laurent
  3. Belgian Defense Website, Article évoquant la princesse Astrid, dernière section "Mon colonel !"
  4. Site de la Défense, Prestation de serment d'Amédéo, Photo d'Astrid en uniforme de colonel

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jo Gérard, Albert II et sa famille, éditions J.-M. Collet, 1993 réédition 2000 (ISBN 2873670207)
  • Patrick Weber, Dix princesses, éditions Racine, 2005 (ISBN 0785370307)
  • Vincent Leroy, La princesse Astrid de Belgique, éditions Imprimages, 2011

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]