Villa Leopolda

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Villa Leopolda
Image illustrative de l'article Villa Leopolda
Présentation
Période ou style Néo-Renaissance
Type Palais renaissance
Architecte Ogden Codman
Date de construction 1902
Destination actuelle Villa
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Côte d'Azur
Subdivision administrative Alpes-Maritimes
Localité Villefranche-sur-Mer
Localisation
Coordonnées 43° 42′ 34″ N 7° 19′ 16″ E / 43.709318, 7.32105643° 42′ 34″ Nord 7° 19′ 16″ Est / 43.709318, 7.321056  

La Villa Leopolda est un célèbre et luxueux palais de Villefranche-sur-Mer sur la Côte d'Azur.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

La Villa Leopolda est située sur les hauteurs de Villefranche-sur-Mer et Beaulieu-sur-mer, au lieu-dit col de Caire, entre Nice et Monaco.

Elle possède une vue panoramique sur le cap Ferrat et la mer Méditerranée.

Elle est entourée d'un parc de 8 hectares, planté de plus de 1200 arbres d'essences diverses (oliviers, cyprès, citronniers, orangers et pruniers) et nécessite pour son entretien plus d'une cinquantaine de jardiniers.

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1902, la propriété est acquise pour un franc symbolique par le roi Léopold II de Belgique, déjà propriétaire d’une grande partie du cap Ferrat. Il y fait édifier une villa dotée d’une tourelle centrale qu’il baptise Léopolda.

En 1915, son successeur, Albert Ier de Belgique, transforme le domaine en hôpital temporaire pour les martyrs de la Grande Guerre.

Propriétaires connus[modifier | modifier le code]

Les propriétaires connus sont[1] :

Événements récents[modifier | modifier le code]

À l'été 2008, le milliardaire russe Mikhaïl Prokhorov se porte acquéreur de la villa pour une somme de 300[4] à 500[5] millions d’euros et verse une garantie de 39 millions d’euros. Il renonce finalement à cet achat après le retournement du marché immobilier mondial lié à la crise des subprimes. Mikhaïl Prokhorov cherche alors à récupérer son dépôt de garantie. Mais le 1er mars 2010, le tribunal de grande instance de Nice rejette sa demande. La propriétaire de la villa, Lily Safra (en), décide de faire don de la somme ainsi recueillie à plusieurs associations caritatives et divers organismes de recherche médicale. À cette occasion on apprend que le montant de la vente était de 370 millions d’euros pour la villa et 19,5 millions d'euros pour les meubles[6]. Le jugement est confirmé par la cour d'appel 2011 et par la cour de cassation en 2012[7].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]