Jules Malou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jules Malou
Image illustrative de l'article Jules Malou
Fonctions
17e et 19e chef de cabinet belge
7 décembre 187119 juin 1878
Monarque Léopold II
Gouvernement Malou I
Coalition Catholique
Prédécesseur Jules d'Anethan
Successeur Walthère Frère-Orban
16 juin 188426 octobre 1884
Monarque Léopold II
Gouvernement Malou II
Coalition Catholique
Prédécesseur Walthère Frère-Orban
Successeur Auguste Beernaert
Biographie
Date de naissance 19 octobre 1810
Lieu de naissance Ypres, (France)
Date de décès 11 juillet 1886 (à 75 ans)
Lieu de décès Woluwe-Saint-Lambert, (Belgique)
Nationalité belge
Parti politique Parti catholique
Résidence 16, rue de la Loi à Bruxelles

Jules Malou
Chefs de cabinet belges

Jules Malou (né le 19 octobre 1810 à Ypres, mort le 11 juillet 1886 à Woluwe-Saint-Lambert) est un homme politique belge.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Il rencontre Walthère Frère et Victor Tesch lors de son passage à l’université de Liège[1]. Jules Malou est élu député en 1841 par l'arrondissement de Ypres[2], Gouverneur de la Province d'Anvers de 1844 à 1845, Ministre des Finances du 30 juillet 1845[1] au 12 août 1847, et ministre d'état en 1870[1]. Comme Ministre des Finances, Malou crée la Cour des Comptes et fait voter la loi sur la comptabilité générale de l'État. Lors de la victoire du parti libéral en 1847, il reprend son siège de député. Battu aux élections de 1859, Jules Malou est néanmoins élu sénateur de l’arrondissement de Saint Nicolas le 4 février 1862.

Jules Malou est directeur de la Société Générale de 1849 à 1871[1] puis son vice gouverneur à partir de 1871. Il est membre de la Commission Centrale de Statistique de sa nomination le 16 mars 1841 à sa démission le 20 novembre 1844.

Le 7 décembre 1871, il participe à la création du cabinet catholique Barthélemy de Theux-Jules Malou[3]. Il y assume réellement les fonctions de premier ministre belge jusqu'en 1878, nominalement après la mort du comte de Theux en 1874. Rappelé au pouvoir après la chute du cabinet Frère-Orban (1884), Malou entreprend de modifier la loi de 1879 sur l'enseignement primaire, mais il démissionne quelques mois plus tard suite à la révocation par le Roi des ministres Charles Woeste et Victor Jacobs. Il retrouve son siège au Sénat. Victime d'une congestion cérébrale, il meurt en 1886 à Woluwe-Saint-Lambert.

Il est l’auteur de plusieurs livres.

Famille[modifier | modifier le code]

Jules Malou est issu d'une famille de négociants[2]. Jules Malou est le fils de Jean-Baptiste Malou[4], ancien sénateur et de Mme née Vandenpeereboom[2]. Jules a deux frères, Victor[4] et Jean Baptiste, évêque de Bruges et 3 sœurs[2], dont Octavie[4], épouse de Floris Delbecque et Marie[4]. Devenu veuf, son grand-père devient prêtre.

Sa fille Hélène épousa le comte Adrien d'Oultremont et sa fille Mathilde épousa Alfred d'Huart.

Publications[modifier | modifier le code]

  • La Belgique : revue des revues : Etude sur les chemins de fer belges, t. 9, Bruxelles, De Mortier,‎ mars 1860 (lire en ligne), p. 282
  • Notice historique sur les finances de la Belgique (1835 à 1865),‎ 1867 (lire en ligne)
  • La question monétaire (10 octobre 1859), A. Decq,‎ 1859, 37 p. (lire en ligne)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Michel Dumoulin et Els Witte, Nouvelle histoire de Belgique, vol. 2, Éditions Complexe,‎ 2005, 223 p. (ISBN 2804800660, lire en ligne)
  • Henry Antoine Marie Jules de Trannoy, Jules Malou : 1810-1870, A. Dewit,‎ 1905, 589 p. (lire en ligne)
  • Auguste Roeykens, Jules Malou et l'œuvre congolaise de Léopold II (1876-1886),‎ 1962, 94 p. (lire en ligne)
  • Collectif, Recueil général des décisions administratives et judiciaires en matière de droits d'enregistrement, de timbre, de greffe, de succession, d'hypothèque et de notariat, vol. 21, Bruxelles, Raes,‎ 1868, 586 p. (lire en ligne), p. 455

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d (Dumoulin et Witte 2005, p. 109)
  2. a, b, c et d (Dumoulin et Witte 2005, p. 108)
  3. (Dumoulin et Witte 2005, p. 200)
  4. a, b, c et d (Collectif 1868, p. 455)