Actes Sud

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
logo
Logo de Actes Sud
Repères historiques
Création 1978
Fondateur(s) Hubert Nyssen
Fiche d’identité
Statut Éditeur indépendant
Siège social Arles
Drapeau de la France France
Direction Françoise Nyssen
Effectif 175 (2009)
Site officiel www.actes-sud.fr
Données financières
Chiffre d’affaires en augmentation 65 millions (2011)[1]
Résultat net en augmentation 4,71 millions (2009)[2]
Principaux concurrents
Gallimard

Actes Sud est une maison d'édition française, fondée en 1978 près d'Arles par Hubert Nyssen.

Historique[modifier | modifier le code]

Actes Sud est issu de l'« Atelier de cartographie thématique et statistique » (ACTeS). Comme celui-ci, elle s'est installée à ses débuts dans une bergerie du Paradou, village de la vallée des Baux, où le fondateur, Hubert Nyssen, assisté de son épouse Christine Le Bœuf (petite-fille du banquier et mécène belge Henry Le Bœuf), a été rejoint par ceux qui aujourd'hui dirigent l'entreprise : Françoise Nyssen, Bertrand Py et Jean-Paul Capitani.

En 1983, Actes Sud émigre à Arles au lieu-dit « Le Méjan » — aujourd'hui place Nina Berberova, en hommage à un auteur dont la découverte a été importante pour le développement éditorial de la maison.

Au début, cette situation décentralisée suscite des commentaires, car elle ne correspond pas à la tradition française marquée par le groupement parisien des maisons d'édition littéraires. Mais, depuis lors, l'idée reçue selon laquelle se jouait là une opposition à l'hégémonie centraliste a disparu, la carte de l'édition française a elle-même évolué et, en 1987, Actes Sud a ouvert des bureaux pour ses attachées de presse dans le 6e arrondissement de Paris.

En 2004, elle obtient son premier prix Goncourt pour Le Soleil des Scorta de Laurent Gaudé, vendu à 400 000 exemplaires. En 2007, elle lance Millénium de Stieg Larsson, un polar traduit du suédois, qui atteint un million de ventes en 2009, et s'assure ainsi une prospérité financière sans précédent depuis sa création[3],[1].

Aujourd'hui, Actes Sud, dont le catalogue compte près de 5 200 titres, regroupe une équipe de plus de cent dix collaborateurs dont bon nombre partagent leur activité entre Arles et Paris. De surcroît, une vingtaine de conseillers extérieurs et une pléiade de traducteurs sont répartis dans toute la France, et pour certains à l'étranger.

Après quelques premiers essais dans les années 1990, Actes Sud a lancé en 2005 une collection de bandes dessinées. Cette initiative a été couronnée par un certain succès critique, concrétisé par le prix du meilleur album du festival d'Angoulême 2006 décerné à Gipi pour Notes pour une histoire de guerre. En 2010, c'est le prix de l'Audace pour Alpha… Directions de Jens Harder qui est décerné par le Festival d'Angoulême.

Les éditions du Rouergue, également connues sous le nom de « Le Rouergue/Chambon » (du nom de l'éditrice Jacqueline Chambon) ont fusionné avec Actes Sud en 2004[1]. La maison d'édition reste cependant toujours dirigée par sa fondatrice, Danielle Dastugue[4].

Actes Sud possède également une filiale appelée « Actes Sud Junior », spécialisée dans l'édition d'ouvrages de littérature pour la jeunesse. Elle est dirigée, depuis 2007, par Thierry Magnier. Actes Sud édite également divers disques et possède un petit réseau de libraires en France[1].

Un second prix Goncourt est décerné à un roman d'Actes Sud en 2012, avec Sermon sur la chute de Rome de Jérôme Ferrari.

En janvier 2013, Actes Sud annonce le rachat de Payot & Rivages[5].

En octobre 2013, Actes Sud lance une nouvelle collection orientée science-fiction nommée Exofictions, sous la direction de Manuel Tricoteaux, et dont le premier ouvrage est Silo, un roman écrit par Hugh Howey.

Principaux auteurs publiés[modifier | modifier le code]

Collections et départements[modifier | modifier le code]

Éditeurs associés[modifier | modifier le code]

Les éditions Actes Sud ont racheté ou pris des parts au capital de nombreux autres éditeurs partageant une même vision d'exigence et d'originalité. Ces éditeurs continuent de publier leurs titres sans être intégré au bloc "Actes Sud" (contrairement, par exemple, aux éditions Solin ou L'An 2), en toute indépendance, mais font partie du groupe en tant qu'éditeurs associés[6].

Conseil de surveillance[modifier | modifier le code]

En janvier 2013, le Conseil de surveillance du groupe comprend[7],[8] :

  • Danielle Dastugue, présidente du conseil de surveillance,
  • Françoise Nyssen, présidente du directoire,
  • Jean-Paul Capitani, directeur commercial et du développement
  • Bertrand Py, directeur éditorial
  • Jean-François Lamunière, ancien président de Payot & Rivages, maison acquise en janvier 2013.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « Le Goncourt force la croissance d'Actes Sud », sur Les Échos (consulté le 11 novembre 2012)
  2. Classement Livres Hebdo 2009
  3. Le Bien public, 28 février 2009
  4. site officiel d'Actes Sud
  5. Alain Beuve-Méry, « Actes Sud rachète Payot & Rivages », Le Monde éco&entreptise, 3 janvier 2013, consulté le 5 janvier 2013.
  6. [www.lemonde.fr/economie/article/2013/01/03/actes-sud-rachete-payot-rivages_1812703_3234.html]
  7. Page « L'Equipe », sur le site des éditions Actes Sud, consultée le 5 janvier 2013. À noter que cette page ne liste pas encore Jean-François Lamunière, dont l'arrivée est annoncée par Livres Hebdo.
  8. Alw, « Actes Sud acquiert Payot & Rivages », 3 janvier 2013, Livreshebdo.fr, consulté le 5 janvier 2013.

Liens externes[modifier | modifier le code]