Blanche Delacroix

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Delacroix.
Blanche Delacroix et Léopold II de Belgique

Blanche Zélie Joséphine Delacroix, alias Caroline Lacroix, française, née à Bucarest le 13 mai 1883 et morte le 12 février 1948, est l'épouse morganatique et favorite du roi Léopold II de Belgique.

Notice historique[modifier | modifier le code]

Blanche Lacroix, fille de petit fonctionnaire, sans fortune, aventurière issue d'une famille nombreuse et bien instruite, aurait rencontré à Paris en 1900 alors qu'elle avait dix-sept ans, Léopold II, son aîné de quarante-huit ans, et en tombe éperdument amoureux ; elle est censée se marier bientôt à Antoine Emmanuel Durrieux, un capitaine d'armée, qu'elle abandonne. Il la combla de cadeaux tels le château de Balincourt[1] à Arronville dans le Val-d'Oise et la Villa Les Cèdres à Saint-Jean-Cap-Ferrat où il avait acquis d'immenses domaines. Il la fit aussi baronne de Vaughan, titre fictif, au grand scandale des Belges et de la Cour[2]. Parce qu’elle a revu son ancien promis, on a mis en doute la paternité du roi. Les enfants, dont la paternité ne fut jamais établie, Lucien Philippe Marie Antoine Delacroix-Durrieux (1906-1984) et Philippe Henri Marie François Delacroix-Durrieux (1907-1914)[3], furent adoptés en 1910 par le second mari de Blanche, Antoine Emmanuel Durrieux, qui leur donna son nom et qui avait été son amant et pendant l'épisode royal ; ils divorcèrent en 1913.

Celle que Léopold aimait appeler Très-Belle s'éteint le 12 février 1948 à Cambo-les-Bains dans les Pyrénées-Atlantiques.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Baronne de Vaughan, Presque reine, mémoires de ma vie, Paris, Le Livre de Paris, 1945
  2. Mémoires de Blanche Delacroix, Baronne de Vaughan - Quelques souvenirs de ma vie - Propos recueillis par Paul Faure, Éd. Jourdan le Clercq, Bruxelles, 2004.
  3. Les titres de duc de Tervuren et de comte de Ravenstein leur avaient été respectivement attribués par un décret royal qui ne fut jamais publié.