Katholieke Universiteit Leuven

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Université catholique de Louvain et KUL.
Katholieke Universiteit Leuven (KU Leuven)
Image illustrative de l'article Katholieke Universiteit Leuven
Devise Sedes sapientiae
Informations
Fondation 1834 à Malines[1]
1968 (scission)
Fondateur Le pape Grégoire XVI par bref du 13 décembre 1833 et les évêques de Belgique (1834)
Type Université privée catholique[2]
Régime linguistique Néerlandais
Localisation
Coordonnées 50° 52′ 40″ N 4° 42′ 02″ E / 50.877778, 4.70055650° 52′ 40″ Nord 4° 42′ 02″ Est / 50.877778, 4.700556  
Ville Louvain
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Direction
Recteur Rik Torfs
Chiffres clés
Étudiants 41 255 (2013)
Divers
Affiliation Groupe de Coïmbre, LEUR
Site web www.kuleuven.be

Géolocalisation sur la carte : Belgique

(Voir situation sur carte : Belgique)
Katholieke Universiteit Leuven (KU Leuven)
Le pape Grégoire XVI cofondateur avec les évêques de Belgique par bref du 13 décembre 1833 de l'université catholique de Malines puis de Louvain.

La Katholieke Universiteit Leuven (KU Leuven, Université catholique néerlandophone de Louvain) est une université néerlandophone belge dont le siège est à Louvain. L'institution offre également des cours à Courtrai, Anvers, Gand, Bruges, Geel, Ostende, Diepenbeek, Sainte-Catherine-Wavre, Alost et la capitale de Belgique Bruxelles.

La traduction littérale de Katholieke Universiteit Leuven (« Université catholique de Louvain ») peut porter à confusion avec l'actuelle Université catholique de Louvain. La Katholieke Universiteit Leuven donne un enseignement en français depuis 1834 à Malines, puis en français et en néerlandais depuis 1930, et devient unilingue néerlandaise en 1968.

Nom[modifier | modifier le code]

Une certaine confusion peut régner sur le nom de cette institution. Avant la scission, l'université est appelée en français Université catholique de Louvain (UCL) et en néerlandais Katholieke Universiteit Leuven. Aujourd'hui, Katholieke Universiteit Leuven (KU Leuven) peut être traduit « Université catholique néerlandophone de Louvain ».

En 2007, l'université risquait de perdre son accréditation catholique car elle poursuit des recherches non sanctionnées par l'Église en clonage thérapeutique.

Histoire[modifier | modifier le code]

Elle a été fondée à Malines en 1834[3] par les évêques de Belgique suite à l'autorisation par bref du 13 décembre 1833, donnée par le pape Grégoire XVI[4], puis s'est installée à Louvain qui avait jadis été le siège de l'Université fondée par les ducs de Brabant en 1425 et supprimée sous Joseph II et sous la République Française, ainsi que de l'Université d'État de Louvain à l'époque du Royaume uni des Pays-Bas.

L'université actuelle est issue de la scission en 1968 de l'Université catholique de Louvain en une section entièrement néerlandophone et une section entièrement francophone.

Organisation[modifier | modifier le code]

À sa tête, depuis août 2009, se trouve le recteur Mark Waer qui fait partie également du comité directeur. Le président en est depuis 2012 Herman Daems. Le chancelier est le primat de Belgique : Mgr André-Joseph Léonard a donc succédé au cardinal Danneels dans cette fonction en 2010.

La fête patronale de l'université a lieu le 2 février, c'est-à-dire à la Chandeleur. Chaque année ce jour-là, l'université remet ses titres de docteur honoris causa. Le sceau de l'université montre la Vierge Marie assise en tant que Sedes Sapientiae.

Pendant l'année universitaire 2012-2013, 41 255 étudiants étaient inscrits à la KU Leuven et se partageaient entre 15 facultés. La KU Leuven offre 62 formations académiques de base et 185 formations continues. La KU Leuven est membre du Groupe de Coïmbre et de la Ligue européenne des universités de recherche.

Bâtiments[modifier | modifier le code]

Le château Arenberg, sur le campus d'Heverlee

Le plus vieux et plus grand campus est a Louvain. Les bâtiments universitaires sont dispersés à travers toute la ville de Louvain, et à Heverlee et Rillaar. Elle étendit, tout au long de son histoire, son parc immobilier soit par la construction de bâtiments nouveaux à son intention particulière, soit par acquisition d’immeubles existants, dont quelques-uns historiques. Certains de ces bâtiments méritent une mention particulière :

Docteurs honoris causa[modifier | modifier le code]

Le roi Albert II et son fils aîné, le roi des Belges Philippe, ainsi que, entre autres, Eugène Ionesco, Óscar Romero, Umberto Eco, Jacques Delors, Mario Vargas Llosa, Roberto Benigni, Marjane Satrapi, Sari Nusseibeh, Paolo Dall'Oglio, Timothy Garton Ash, Navanethem Pillay, Leon Chua et Antonio Damasio sont docteur honoris causa de la Katholieke Universiteit Leuven.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon divers jugements, l'Université catholique de Louvain ne peut se prévaloir d'une fondation en 1425, voir jugement de la Cour d'Appel de 1844: La Belgique Judiciaire, 28 juillet 1844 n° 69, p. 1 : « Cour d’Appel de Bruxelles. Deuxième chambre. L'université libre de Louvain ne représente pas légalement l’antique université de cette ville. Attendu que cette université (l’ancienne Université de Louvain), instituée par une bulle papale, de concert avec l'autorité souveraine, formait un corps reconnu dans l'État, ayant différentes attributions, dont plusieurs même lui étaient déléguées par le pouvoir civil; Attendu que ce corps a été supprimé par les lois de la république française; Attendu que l'université existant actuellement à Louvain ne peut être considérée comme continuant celle qui existait en 1457, ces deux établissemens ayant un caractère bien distinct, puisque l'université actuelle, non reconnue comme personne civile, n'est qu'un établissement tout-à-fait privé, résultat de la liberté d'enseignement, en dehors de toute action du pouvoir et sans autorité dans l'État... », ainsi que l'arrêt de la cour de Cassation du 26 novembre 1846 qui interdit que l'on fasse passer l'UCL comme la continuatrice de l'ancienne université de Louvain: « L'université catholique de Louvain ne peut être considérée comme continuant l'ancienne université de Louvain; et lorsqu'un acte de fondation a désigné pour collateur un professeur de cette ancienne université, il y a lieu d'y pourvoir par le gouvernement », Table générale alphabétique et chronologique de la Pasicrisie Belge contenant la jurisprudence du Royaume de 1814 à 1850, Bruxelles, 1855, p. 585, colonne 1, alinea 2. Voir également: Bulletin Usuel des Lois et Arrêtés, 1861, p.166.
  2. Concernant la qualité d'Université privée rappelons ce jugement de la Cour d'Appel de 1844: La Belgique Judiciaire, 28 juillet 1844 n° 69, p. 1 : « Cour d’Appel de Bruxelles. Deuxième chambre. L'université libre de Louvain ne représente pas légalement l’antique université de cette ville (.....) l'université actuelle, non reconnue comme personne civile, n'est qu'un établissement tout-à-fait privé, résultat de la liberté d'enseignement, en dehors de toute action du pouvoir et sans autorité dans l'État... ».
  3. Selon le site historique de l'UCL : " *1834 – Création d’une Université libre catholique à Malines. * 1835 – L'Université catholique prend la suite de l'Université d'Etat qui est supprimée par la loi universitaire du 25 septembre réglant l'enseignement dans la Belgique indépendante depuis 1830". (consulté le 2 août 2014).
  4. Edward van Even, Louvain dans le passé et dans le présent, Louvain, 1895, p. 606 : « Par lettre collective du 14 novembre 1833, le corps épiscopal s'adressa à Grégoire XVI, à l'effet d'obtenir l'autorisation nécessaire pour ouvrir l'école. Cette autorisation fut octroyée par un bref du 13 décembre suivant. Une circulaire épiscopale, datée du 20 février 1834, annonça aux fidèles la fondation d'une Université catholique ».

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]