Andelarrot

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher


Andelarrot
Image illustrative de l'article Andelarrot
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Vesoul-1
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Vesoul
Maire
Mandat
Jean-François Poisot
2014-2020
Code postal 70000
Code commune 70020
Démographie
Population
municipale
235 hab. (2014)
Densité 41 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 34′ 55″ nord, 6° 06′ 18″ est
Altitude Min. 289 m
Max. 431 m
Superficie 5,71 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de Haute-Saône
City locator 14.svg
Andelarrot

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de Haute-Saône
City locator 14.svg
Andelarrot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Andelarrot

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Andelarrot

Andelarrot est une commune française, située dans le département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté.

La commune appartient à la communauté d'agglomération de Vesoul.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation d'Andelarrot.

Le village est situé à 7 km de Vesoul, au flanc d’importantes forêts et des plateaux de Haute-Saône, et à l’écart de l'ex-Route nationale 474 reliant Vesoul à Gray[1].

Le territoire communal s'étend sur 5,71 km2, avec une altitude minimale de 289 mètres et une altitude maximale de 431 mètres.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Andelarre Noidans-lès-Vesoul Rose des vents
Mont-le-Vernois N Échenoz-la-Méline
Vallerois-Lorioz
O    Andelarrot    E
S
Velle-le-Châtel Velleguindry-et-Levrecey Vellefaux

Transports[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Transports à Vesoul.

La Gare SNCF de Vesoul est la plus d'Andelarrot. Le terrain aménagé pour les avions le plus proche est l'Aérodrome de Vesoul - Frotey.

L'agglomération de Vesoul est desservie par son réseau de transports en commun VBus+.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Andelarrot est situé dans l'Aire urbaine de Vesoul, qui totalise en 2008, 59 288 habitants[2].

Logement[modifier | modifier le code]

Le nombre de logements dans la commune était de 101, en 2009, dont 93 résidences principales soit , % de l'ensemble des logements, 0 résidence secondaire et logement occasionnel, soit 0 % et 8 logements vacants, soit 8,1 %. On dénombre 56 résidences principales qui détiennent 5 pièces ou plus[3].

La commune comptait 97 maisons et 4 appartements en 2009, alors qu'elle possédait 69 maisons et 0 appartements, en 1999[3]. Ce nombre est en croissance à la suite du raccordement du réseau d'eau potable de la commune à celui du Breuchin, réalisé en 2012, permettant la construction de 19 maisons en 2014-2015[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Andelarrot s’écrivait aux XIIIe et XIVe siècles « Andelarret et Andelarrat » car le village a toujours été commune co-paroissiale d’Andelarre.

Quoique ayant depuis très longtemps une population plus élevée qu’Andelarre, le village fut nommé petit Andelarre, uniquement parce qu’il est d’origine plus récente.

Durant la féodalité, les terroirs d’Andelarre et d’Andelarrot formaient une même terre indivise possédée par le même seigneur. Le hameau s’agrandit jusqu’à l’affranchissement des communes. Ce n’est qu’à partir de cette époque qu’ils formèrent deux communes indépendantes.

Andelarrot se développa surtout après la création de la route de Vesoul à Dijon qui fut tracée au début du XVIIe siècle.

La commune d'Andelarrot absorbe fugacement celle d'Andelarre de 1806 à 1823[4].


Politique et administration[modifier | modifier le code]

Carte départementale montrant en rouge les communes de la communauté d'agglomération de Vesoul.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Vesoul. Celui-ci est scindé en 1973 et la commune intègre le canton de Vesoul-Ouest[4]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Vesoul-1.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Andelarrot fait partie depuis 2008 de la communauté de communes de l'agglomération de Vesoul, devenue en 2012 la communauté d'agglomération de Vesoul, appartenant elle-même au pays de Vesoul et du Val de Saône.

Conseil municipal[modifier | modifier le code]

Conformément aux dispositions relatives à la population de la commune, le conseil municipal de Andelarrot est composé de 11 membres[5].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[6]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Michel Houel    
mars 2008[7] en cours
(au 14 janvier 2016)
Jean-François Poisot DVG Cadre
Réélu pour le mandat 2014-2020[8]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 235 habitants, en augmentation de 1,73 % par rapport à 2009 (Haute-Saône : -0,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
224 249 218 351 260 276 280 270 264
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
233 238 190 174 171 194 196 185 160
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
156 143 143 144 146 123 113 101 104
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
113 103 105 151 173 163 227 227 235
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Santé[modifier | modifier le code]

L'hôpital le plus proche d'Andelarrot est le CHI de Vesoul.

Cultes[modifier | modifier le code]

.

Économie[modifier | modifier le code]

Une carrière de calcaire dur et non gélif est exploitée à ciel ouvert depuis 1851 et depuis 1913 par la même entreprise familiale de manière artisanale. Cette pierre permet de restaurer des bâtiments anciens ou des réalisations actuelles de style ancien comme la fontaine à obélisque sur la place du Palais de justice à Vesoul, ainsi que pour des tables et plans de travail de cuisine en style contemporain.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La chapelle néo-gothique du XIXe siècle abrite une Vierge à l’Enfant en bois polychrome du XVIIe siècle.

Un circuit d’orientation a été créé dans le Bois de la Craye. Un circuit de randonnée dit des Evêques permet de découvrir la « pelouse sèche » d’Andelarrot, un site de 45 hectares, à 350 mètres d’altitude, classé Natura 2000. Une faune et une flore riche se développe dans ce milieu : mantes religieuses, reptiles, oiseaux, une vingtaine d’espèces d’orchidées.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Andelarrot.svg

Les armes de la ville se blasonnent ainsi :
d’argent à la violette arraché de trois fleurs de pourpre tigées et feuillées de trois pièces de sinople, vêtu de même semé de billettes d’or.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Petit village deviendra grand », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  2. « Les grandes aires urbaines comtoises étendent leur emprise sur le territoire régional », sur le site de l'INSEE (consulté le 11 août 2013).
  3. a et b « Chiffres clés - Logement », sur le site de l'INSEE (consulté le 11 août 2013).
  4. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales, sur Légifrance.
  6. « Les maires de Andelarrot », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 27 novembre 2016).
  7. « Le maire, candidat », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « Maire du village depuis 2008, Jean-François Poisot sollicite ses administrés pour effectuer un deuxième mandat à la tête du conseil municipal, « temps nécessaire pour mener à bien les projets élaborés durant six ans ». Le gros chantier de l’eau et l’assainissement ayant vu son aboutissement durant ce premier mandat, l’édile, avec équipe renouvelée à 40 % dont six femmes et cinq hommes, entend axer ses projets en direction de la jeunesse ».
  8. « Jean-François Poisot réélu », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « Le premier conseil municipal portait principalement sur l’élection du maire : Jean-François Poisot a été réélu maire du village avec 11 voix, et ce pour un deuxième mandat ».
  9. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .