Châtenois (Haute-Saône)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Châtenois.
Châtenois
Vue générale.
Vue générale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Canton Lure-1
Intercommunalité Communauté de communes du Triangle Vert
Maire
Mandat
Victor Coulin
2014-2020
Code postal 70240
Code commune 70141
Démographie
Population
municipale
123 hab. (2014)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 41′ 06″ nord, 6° 18′ 49″ est
Altitude Min. 278 m
Max. 413 m
Superficie 5,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de Haute-Saône
City locator 14.svg
Châtenois

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de Haute-Saône
City locator 14.svg
Châtenois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châtenois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châtenois

Châtenois est une commune française, située dans le département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune de Châtenois est située à mi-distance des trois villes de Vesoul, Lure, et Luxeuil-les-Bains, au cœur de la campagne haut-saônoise.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saulx Châteney Adelans-et-le-Val-de-Bithaine Rose des vents
Creveney N La Creuse
O    Châtenois    E
S
Colombotte Velleminfroy

Géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal repose sur le gisement de schiste bitumineux de Haute-Saône daté du Toarcien[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Le site de Châtenois fut occupé très tôt : on y a retrouvé des vestiges d'habitat gallo-romain. Au Moyen Âge, la commune de Châtenois était une baronnie. Celle-ci possédait un château qui fut détruit à la fin du XVIe siècle. Le nom de Châtenois est issu du grand nombre de châtaigniers qui poussent (encore aujourd'hui) sur la commune. Quelques vestiges du château sont encore visibles, et notamment le grand portail qui est intact.

Châtenois possède deux grandes fontaines toujours en eau. L'une fut construite en 1890 en grès rose. Elle est surmontée d'une petite croix et faisait également office de lavoir (le bac de lavage étant séparé du bac de rinçage) et d'abreuvoir. L'autre fontaine, un peu plus modeste, date de la même époque.

Quant à l'élégante église de Châtenois, elle fut construite elle aussi au XIXe siècle dans un style néo-gothique. En la contournant, on peut découvrir un charmant parc verdoyant où se niche une petite chapelle. La façade de celle-ci est ornée des armoiries de la famille de Saint-Mauris

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Lure du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Saulx[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est rattachée au canton de Lure-1.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes du Pays de Saulx, créée le et qui regroupait 17 communes et environ 3 700 habitants.

Dans le cadre des dispositions de la loi du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales[3], qui prévoit toutefois d'achever et de rationaliser le dispositif intercommunal en France, et notamment d'intégrer la quasi-totalité des communes françaises dans des EPCI à fiscalité propre dont la population soit normalement supérieure à 5 000 habitants, le schéma départemental de coopération intercommunale de 2011 a prévu la fusion des communautés de communes :
- du Pays de Saulx,
- des grands bois
- des Franches Communes (sauf Amblans et Genevreuille),
et en y rajoutant la commune isolée de Velorcey, afin de former une nouvelle structure regroupant 42 communes et environ 11 200 habitants[4].

Cette fusion est effective depuis le et a permis la création, à la place des intercommunalités supprimées, de la Communauté de communes du Triangle Vert, dont la commune est désormais membre.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2008 Jean Gasser    
2008[5] en cours
(au 17 avril 2016)
Victor Coulin PS[6] Retraité
Réélu pour le mandat 2014-2020[7]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Châtenois comptait 123 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres « recensements » sont des estimations.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
281 359 394 447 429 417 438 436 403
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
337 344 347 337 303 273 271 267 260
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
233 228 243 205 173 159 170 126 126
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2014
91 104 97 112 108 126 130 120 123
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

L’économie de Châtenois est liée aux villes de Vesoul et Luxeuil-les-Bains. L'activité communale est essentiellement orientée vers l'agriculture en particulier l'élevage bovin pour la production de lait de vache et de viande[9].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église.

L'église, les fontaines, le monument aux morts et les calvaires.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marcel Lanoir, Carburants rhodaniens : les schistes bitumineux, notamment dans la Haute-Saône, vol. 7, coll. « Les Études rhodaniennes », (lire en ligne), p. 328.
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales sur Légifrance.
  4. « Arrêté préfectoral du 23 décembre 2011, portant définition du schéma départemental de coopération intercommunale du département de la Haute-Saône » [PDF], Préfecture de la Haute-Saône (consulté le 22 août 2016), p. 5.
  5. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône, consultée le 18 juillet 2013
  6. « Extrait de la fiche de M. Victor Coulin », sur http://www.lesbiographies.com (consulté le 24 août 2016).
  7. « Châtenois : Victor Coulin réélu », L'Est républicain, édition de la Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Élu au conseil municipal du village depuis 1972, soit 42 ans de vie municipale très active, Victor Coulin entame son second mandat de maire ».
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  9. « Orientation technico-économique de la commune », sur agreste.agriculture.gouv.fr (consulté le 16 mai 2016).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :