Cerre-lès-Noroy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Cerre-lès-Noroy
Cerre-lès-Noroy
Église Saint-Maurice.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Intercommunalité Communauté de communes du Triangle Vert
Maire
Mandat
Gilbert Henry
2020-2026
Code postal 70000
Code commune 70115
Démographie
Population
municipale
232 hab. (2018 en augmentation de 3,57 % par rapport à 2013)
Densité 23 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 36′ 05″ nord, 6° 19′ 01″ est
Altitude Min. 285 m
Max. 438 m
Superficie 9,96 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Vesoul
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Villersexel
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Cerre-lès-Noroy
Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône
Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Cerre-lès-Noroy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Cerre-lès-Noroy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Cerre-lès-Noroy

Cerre-lès-Noroy est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Cerre-lès-Noroy
Noroy-le-Bourg Autrey-lès-Cerre
Noroy-le-Bourg Cerre-lès-Noroy Borey
Vallerois-le-Bois

Le village s'étend au pied de la colline de « Champfleurey » culminant à 449 m. La croix de Champfleurey est le deuxième point géodésique du département de la Haute-Saône après le ballon de Servance, dès 1743 par Jacques Cassini.

Elle a servi aux ingénieurs géographes en 1809 pour lever les cartes d'état-major. Aujourd'hui, point de vue et pelouse sèche protégée, riche d'une faune et d'une flore très variées ; 17 espèces d'orchidées y fleurissent de mi-avril à début juillet, parmi le thym, le lotier et le serpolet, abritées par quelques arbustes (noisetiers, prunelliers, aubépine).

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Cerre-lès-Noroy est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Vesoul, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 158 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[4],[5].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (70,7 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (70,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (70,7 %), zones agricoles hétérogènes (20,9 %), prairies (5,9 %), zones urbanisées (2,5 %)[6].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[7].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de Cerre, ou plutôt Serre, Sarre, suivant l'ancienne orthographe, désignait primitivement des montagnes à cime dentelée (serra, scie). Plus tard, on l'a donné par extension aux bois qui couvraient ces montagnes, ou même simplement un sol montueux.

Le village de Cerre-Les-Noroy, entouré, comme il l'est, de collines boisées, parait avoir tiré son nom des bois, et non des collines[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Mentionné pour la première fois au XIIe siècle en 1164 dans une sentence de l'archevêque de Besançon Herbert, dont les titres temporels font état de possessions dans les villages de Noroy et de Cerre[9],le village faisait également partie des fiefs du comté de Bourgogne, ainsi qu'en atteste la reprise faite par Aymon de Faucogney, chevalier, seigneur de Villersexel, de ce que Hugues de Bourgogne tenait à Cerre-lez-Noroy, Arpenans, Echenoz le Sec[10]. Cerre est mentionné dans les actes du XIIIe siècle : Guillermus Domicellus (damoiseau) de Cert vivait en 1251.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

Elle était incluse depuis 1973 dans le canton de Noroy-le-Bourg[11]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais rattachée au canton de Villersexel.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes des grands bois, créée le et qui regroupait 12 communes et environ 3 100 habitants.

Dans le cadre des dispositions de la loi du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales[12], qui prévoit toutefois d'achever et de rationaliser le dispositif intercommunal en France, et notamment d'intégrer la quasi-totalité des communes françaises dans des EPCI à fiscalité propre dont la population soit normalement supérieure à 5 000 habitants, le schéma départemental de coopération intercommunale de 2011 a prévu la fusion des communautés de communes :
- du Pays de Saulx,
- des grands bois
- des Franches Communes (sauf Amblans et Genevreuille),
et en y rajoutant la commune isolée de Velorcey, afin de former une nouvelle structure regroupant 42 communes et environ 11 200 habitants[13].

Cette fusion est effective depuis le et a permis la création, à la place des intercommunalités supprimées, de la communauté de communes du Triangle Vert, dont la commune est désormais membre.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[14]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1957 mars 2001 Gabriel Petitjean[15] UDF Garagiste
Conseiller général de Noroy-le-Bourg (1979 → 1992)
Vice-président du conseil général[Quand ?]
mars 2001 mars 2008 Bruno Vejux    
mars 2008 En cours
(au 23/7/2016)
Gilbert Henry   Artisan menuisier retraité
Vice-président de la CC Triangle Vert (2014 → )
Réélu pour le mandat 2014-2020[16],[17],[18]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2018, Cerre-lès-Noroy comptait 232 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres « recensements » sont des estimations.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
499484535439503497470515506
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
440433438388368362344347330
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
318297299256237208203198192
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
177158176161177169193220231
2018 - - - - - - - -
232--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Linteau époque carolingienne.
  • Dépendances : le moulin de la Pie (aujourd'hui abandonné comme moulin) ; un autre petit moulin est alimenté par les eaux qui découlent du village et vont se perdre dans un entonnoir en aval de l'usine.
  • L'église du lieu, sous le titre de Saint-Maurice, était déjà paroissiale au XVIIe siècle. Elle a été reconstruite en 1766. On y voit une tombe provenant de l'ancienne église : c'est celle d'un curé de la paroisse qui mourut le 13 décembre 1701. On y trouve plusieurs objets classés par les monuments historiques, dont une croix de procession gothique en métal argenté de 50 cm datant du dernier quart du XVIe siècle (?) une statue de saint Maurice à cheval XVIe/XVIIIe siècle, ainsi qu'un ensemble de tableaux de la fin du XIXe siècle, réalisé par cinq Frères des écoles chrétiennes[20]. Le mobilier est du XVIIIe siècle[21].
  • Un tilleul centenaire est pris dans le mur du cimetière entourant l'église et ombrage la fontaine du haut. On remarque de nombreuses statues de la Vierge sous la protection de laquelle étaient placées les maisons du village et des fontaines.
Linteau P.P.P.P.
  • Plusieurs des maisons du village portent des noms de propriétaires et des millésimes. Sur l'une on remarque le sigle que voici – PPPP 1739 (entrée du château). Le sens traditionnel en est donné par quelques vieillards, de cette façon : Pauvre Paysans Prenez Patience.
  • Écho remarquable au sud du village, près de la croix qui est plantée à la pointe nord du bois de la Combe-Sedera.
  • Carrières de très bonne pierre de taille :
    • Carrière dite de l'église car la pierre extraite a servi à la construction de l'église de Cerre ;
    • Carrière Pillot : à gauche et à droite du sentier, monsieur Pillot tirait et taillait la pierre utilisée pour les maisons et édifices publics du village, entre autres, les fontaines. On trouve des blocs de pierre attendant encore aujourd'hui d'être extraits par le tailleur de pierre.
  • Les trois fontaines du village sont un modèle du genre et méritent le détour. Les eaux des sources qui les alimentaient ne tarissaient jamais.
    • La fontaine de l'église, construite en 1801 et rénovée en 1870, par l'architecte Servas de Vesoul. Elle est découverte en demi-cercle avec galerie pour les laveuses et un abreuvoir, cuvette octogonale avec gouliches surmontées d'une Vierge[22].
    • La fontaine du pont, située en bas du village fut reconstruite en 1870 en remplacement le lavoir du ruisseau[23].
    • La fontaine de la hye (1884) remplaçant l'ancienne fontaine de la Coquaire[24],[25].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Étienne Vivier, missionnaire en Cochinchine[26].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Cerre-lès-Noroy
Illustration possible des armes du village : "D’argent aux trois mâcles de sable posées à plomb et rangées en bande."


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  2. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 3 avril 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 3 avril 2021).
  4. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Vesoul », sur insee.fr (consulté le 3 avril 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 3 avril 2021).
  6. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 14 mai 2021)
  7. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 14 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  8. Ch.Longch., glan., p. 97.
  9. Histoire des diocèses de Besançon et Saint Claude de Jean François Nicolas Richard
  10. Inventaire sommaire des Archives du Doubs Jules Gauthier
  11. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales sur Légifrance.
  13. « Arrêté préfectoral du 23 décembre 2011, portant définition du schéma départemental de coopération intercommunale du département de la Haute-Saône » [PDF], Préfecture de la Haute-Saône (consulté le 22 août 2016), p. 5.
  14. « Les maires de Cerre-lès-Noroy », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 27 août 2016).
  15. « Décès de Gabriel Petitjean », L'Est républicain, édition de la Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  16. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône, consultée le 18 juillet 2013
  17. « Le maire sortant Gilbert Henry conduit sa liste », L'Est républicain, édition de la Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  18. « Liste des maires de la Haute-Saône » [PDF], Liste des maires de la Haute-Saône et des présidents de communautés de communes, Préfecture de la Haute-Saône, (consulté le 20 août 2016).
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. "Une inscription bien visible de 1897 donne les prénoms de ses enlumineurs: les frères Adolphe, Thérapion, Barnabé, Fidèle et Albert". Cerre-lès-Noroy, son église, Vesoul, p. 9. (ISBN 2-915402-41-8).
  21. http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palissy_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=INSEE&VALUE_1=70115 Ministère de la Culture Base Mérimée
  22. http://www.fontainesdefrance.info/fontaines/fontaine-cerrelesnoroyb.htm
  23. http://www.fontainesdefrance.info/fontaines/fontaine-cerrelesnoroya.htm
  24. http://www.fontainesdefrance.info/fontaines/fontaine-cerrelesnoroyc.htm
  25. « Cure de jouvence pour la fontaine de la Hye », L'Est républicain, édition de la Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  26. Biographie Étienne Vivier