Corbenay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Corbenay
Corbenay
La mairie et le monument aux morts.
Blason de Corbenay
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Canton Saint-Loup-sur-Semouse
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute Comté
Maire
Mandat
Georges Bardot
2014-2020
Code postal 70320
Code commune 70171
Démographie
Population
municipale
1 296 hab. (2015 en diminution de 3,57 % par rapport à 2010)
Densité 82 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 53′ 30″ nord, 6° 19′ 33″ est
Altitude Min. 246 m
Max. 331 m
Superficie 15,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de Haute-Saône
City locator 14.svg
Corbenay

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de Haute-Saône
City locator 14.svg
Corbenay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Corbenay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Corbenay

Corbenay est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Ses habitants s'appellent les Corbinusiens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Aillevillers-et-Lyaumont La Vaivre Rose des vents
Magnoncourt N Fougerolles
O    Corbenay    E
S
Saint-Loup-sur-Semouse Fontaine-lès-Luxeuil

Histoire[modifier | modifier le code]

Le nom du village est mentionné pour la première fois en 1293 dans un acte de la Seigneurie de Faucogney.

Pendant la Seconde Guerre Mondiale, le 14 juin 1940, bombardement de la Gare d'Aillevillers, causant 23 victimes.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Lure du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

Elle se trouve depuis 1801 dans le canton de Saint-Loup-sur-Semouse. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, son territoire s'est agrandi, passant de 13 à 23 communes[1].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes du val de Semouse, créée le 20 décembre 2001.

Dans le cadre des prescriptions du schéma départemental de coopération intercommunale approuvé en décembre 2011 par le préfet de Haute-Saône, et qui prévoit notamment la fusion de la communauté de communes des belles sources, de la communauté de communes Saône et Coney et de la communauté de communes du val de Semouse[2], la commune est membre depuis le de la communauté de communes de la Haute Comté.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
? 1793 Jean Baptiste Bardot    
1793 1809 Augustin Guyon    
1809 1810 Nicolas Chardin   maire par intérim
1810 1815 Jean Baptiste Bardot    
1815 1815 Nicolas Chardin    
1815 1820 Fortunat Bigey    
1820 1831 François Bigey    
1831 1831 Nicolas Roussel   maire par intérim
1831 1836 Nicolas Roussel    
1836 1840 Felix Caland    
1840 1843 Nicolas Bigey    
1843 1848 Felix Caland    
1848 1865 Joseph Faivre    
1865 1870 Nicolas Bigey    
1870 1871 Pierre Alexis Devoille    
1871 1880 Felix Caland    
1881 1887 Jean-Baptiste Poirot    
1888 1901 Jean Baptiste Henri Bernardin    
1902 ? Jules Simon    
Les données manquantes sont à compléter.
janvier 1966 mars 1983 Jean-Jacques Beucler   Officier de carrière puis industriel.
Secrétaire d’État (1977 → 1978)
Député de la Haute-Savoie (2e circ.) (1968 → 1981)
Conseiller général de Faucogney-et-la-Mer (1976 → 1983)
mars 1983 mars 2001 Louis Bigey    
mars 2001 mars 2008 Angel Damioli    
mars 2008 en cours Georges Bardot   Retraité du ministère des affaires étrangères
Vice-président de la CC de la Haute Comté (2014 → )
Réélu pour le mandat 2014-2020[4],[5]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2015, la commune de Corbenay comptait 1296 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres « recensements » sont des estimations.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7147728559121 0151 0211 0191 1131 125
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
9511 0451 0921 0561 1111 0941 1101 1141 162
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 1111 1341 1501 0401 0351 0491 0079541 037
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 0751 1571 2411 4181 3771 3921 3421 3351 327
2013 2015 - - - - - - -
1 3001 296-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Société Métallurgique de Corbenay (SMC) : fondée en 1870, elle est spécialisée dans les techniques de fabrication de pièces métalliques (découpage, emboutissage, pliage, soudures) et propose des produits propres destinés à la quincaillerie du bâtiment. Elle emploie une vingtaine de personnes environ[7].

Py constructeur : créé en 1977[8].

Compagnie Française du Panneau (Groupe Parisot) : créé en 1969, elle est spécialisée dans la fabrique de panneaux de bois, elle emploie 200 personnes[9].

Transports Clot : entreprise spécialisée dans le transport, affrettement, distribution et logistique qui s'est implanté sur la commune en 2016.

Eurocooler : fabrication de système de refroidissement pour transformateurs électriques.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église.
Église de Corbenay

Consacrée le 21 octobre 1779, l'église fut reconstruite au XIXe siècle et restaurée en 1995. Saint Laurent, diacre martyrisé en 258 à Rome, est le patron de l'église, le vitrail central derrière le maître-autel le représente sur le gril où il a été brulé. De chaque côté du chœur se trouve une statue représentant à gauche saint Laurent, patron de l'église, et saint Étienne à droite, patron de l'église de Fougerolles.

Dans l'église, vous pouvez observer :

  • la chaire sculptée style Louis XV ;
  • le calvaire de pierre du XVe siècle dans la chapelle des fonts baptismaux ;
  • une statue de la Vierge à l'enfant du XIVe siècle qui est la première statue à droite ;
  • le nouvel autel et le lieu de parole datent de 2003.

Chapelle de Corbenay

  • située « en bas du village » comme il est dit dans la commune, la rue Henri-Duhaut allant descendent de l'église à la chapelle ;
  • Notre-Dame-d'Espérance ;
  • elle fait partie des chapelles de l'unité pastorale de Fougerolles visitée lors du mois de mai lors des traditionnelles prières à Marie.

La mairie

  • reconstruite en 1913.

La salle d'asile

  • construite au XIXème siècle.
  • ancienne école maternelle.
  • Située à côté de l'église.

Les fontaines lavoirs

  • Dateraient d'un projet d'installation dans les années 1860.

Le monument aux morts

  • il fut inauguré le 21 août 1920.
  • Situé en face de la mairie, devant l'ancienne école primaire.

L'ancienne école primaire

  • Bâtiment situé face à la mairie, derrière l'église.
  • Réceptionnée le 25 juin 1860, le bâtiment actuel fut construit en lieu et place du précédent bâtiment faisant office d'école de 1825 à 1860.
  • Occupera sa fonction d'école primaire jusqu'en 2010, où le nouveau groupe scolaire de la commune sera inauguré.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Henri Duhaut (ébéniste, né le 28 juillet 1923), Gilbert Duhaut (facteur des postes, né le 17 juin 1914), résistants membres du FTPF, fusillés le 16 février 1944.
  • Georges Henry, Pierre Henry, résistants, fusillés le 16 février 1944.
  • Jean-Jacques Beucler (1923-1999), officier, industriel, maire de Corbenay, député, secrétaire d'État.
  • Philippe Ballot, archevêque de Chambéry (ordonné le 15 janvier 2009 à Chambéry)

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Corbenay Blason Parti de sinople et de pourpre, au cyclamor câblé sur lequel sont passants à l’intérieur trois lièvres réunis en abîme par les oreilles, chacun ayant une oreille en commun avec le précédent et le suivant, les trois oreilles formant un triangle renversé, le tout d’argent brochant sur la partition.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

La devise de la commune est "Varius Sed Unus" (Divers mais unis).

Jumelages[modifier | modifier le code]

  • Plaine-Haute, Côtes-d'Armor (France) depuis le 23 avril 2011.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. « Arrêté préfectoral du 23 décembre 2011, portant définition du schéma départemental de coopération intercommunale du département de la Haute-Saône » [PDF], Préfecture de la Haute-Saône (consulté le 12 août 2016), p. 5-6.
  3. « Les maires de Corbenay », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 15 août 2016).
  4. « Georges Bardot est candidat à sa succession », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  5. « Corbenay : Georges Bardot à la mairie », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  7. Société Métallurgique de Corbenay, « Site officiel » (consulté le 30 octobre 2009)
  8. Py Constructeur, « Site officiel »
  9. Didier PESENTI, « Compagnie Française du Panneau - Accueil », sur www.cfp.fr (consulté le 27 décembre 2016)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :