Froideconche

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Froideconche
La mairie-école et l'église de la Sainte-Trinité.
La mairie-école et l'église de la Sainte-Trinité.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Canton Luxeuil-les-Bains
Intercommunalité Communauté de communes du pays de Luxeuil
Maire
Mandat
Éric Petitjean
2014-2020
Code postal 70300
Code commune 70258
Démographie
Population
municipale
1 986 hab. (2014)
Densité 124 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 49′ 18″ nord, 6° 25′ 01″ est
Altitude Min. 288 m – Max. 436 m
Superficie 16,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de Haute-Saône
City locator 14.svg
Froideconche

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de Haute-Saône
City locator 14.svg
Froideconche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Froideconche

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Froideconche
Liens
Site web froideconche.fr

Froideconche est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune située au pied des Vosges, à l'est de Luxeuil-les-Bains.

Il y a 6 axes d'entrée :

  1. La Zouzette (zone commerciale) par la D 6 ;
  2. en venant de Raddon par la D 6 ;
  3. en venant d'Esboz-Brest par la D 370 ;
  4. en venant de Saint-Valbert ;
  5. en venant de Saint-Sauveur par la D 311 ;
  6. en venant de Breuchotte par la D 311.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Froideconche
Saint-Valbert Fougerolles Raddon-et-Chapendu
Luxeuil Froideconche Breuchotte
Saint-Sauveur Esboz-Brest

Hydrologie[modifier | modifier le code]

La commune est baignées par les eau de la rivière nommée « Le Breuchin » ainsi qu'un canal (creusé à main d’homme au XIIIe siècle) nommé « le Morbief » traversent de part en part Froideconche.

Quartiers et hameaux[modifier | modifier le code]

La commune peut être divisée en 3 zones distinctes :

  • le long du Morbief se situent les zones économiques et industrielles (Zouzette, Noyés, Corveraine) entourées d'habitations ;
  • à l'ouest du Breuchin se situe l'ancien village et ses commerces, entourés de terrains agricoles ;
  • à l'est du Breuchin, on trouve une zone résidentielle et agricole, le quartier du stade.

Histoire[modifier | modifier le code]

La commune disposait de 1902 à 1938 de la gare de la Corveraine sur la ligne Luxeuil-les-Bains - Corravillers des chemins de fer vicinaux de Haute-Saône.

Le , un Mirage 2000-5 de la Base aérienne 116 Luxeuil-Saint Sauveur s'écrase sur le territoire de Froideconche, dans l'étang Labbé, au lieu-dit du Bois d'Emery. Le lieutenant-colonel taïwanais Wang Tung-Yi qui pilotait l'appareil, meurt dans l'accident[1],[2],[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Carte départementale représentant en rouge la communauté de communes du Pays de Luxeuil.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Lure du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Luxeuil-les-Bains, puis, lors de sa scission en 1985, la commune a été rattachée au nouveau canton de Saint-Sauveur[4]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est à nouveau rattachée au canton de Luxeuil-les-Bains, qui compte désormais 12 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté de communes du Pays de Luxeuil créée le

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie-école.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1987 Marcel Hutin   Démissionnaire
1987 2014[5] Henri Passard SE  
2014[6],[7] En cours Eric Petitjean DVG Directeur de centre de loisirs

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 986 habitants, en diminution de -0,25 % par rapport à 2009 (Haute-Saône : -0,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
555 652 728 1 014 1 000 1 015 1 060 1 137 1 167
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 046 1 034 1 073 1 048 1 097 1 140 1 183 1 123 1 123
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 091 1 117 1 122 951 985 1 003 1 074 1 001 1 028
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
1 237 1 452 1 703 2 041 2 013 1 973 1 959 1 991 1 986
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Historiquement, l'économie de Froideconche repose essentiellement sur l'industrie du bois (de nombreux scieries, menuiseries et fabricants de meubles y sont implantés). Depuis le début des années 2000, de nouvelles entreprises s'installent dans les zones de la Zouzette et des Noyés, dans des domaines très variés (artisanat, secteurs secondaires et tertiaires).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église.
  • Église de la Sainte-Trinité.
  • Ancienne gare de la Corveraine (maintenant école maternelle).
  • Nombreux lavoirs d'époques et d'architectures différentes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Crash d'un Mirage près de Vesoul: le pilote est décédé », L'Express,‎ (lire en ligne).
  2. Article du 3.10.2012 sur lepays.fr.
  3. AFP, « Le taïwanais de 37 ans tué dans le crash d'un mirage était un pilote confirmé », macommune.info,‎ (lire en ligne).
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. « Le maire va laisser sa place », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « Henri Passard avait remplacé Marcel Hutin en 1987 qui avait mis fin à ses fonctions électives pour des raisons de santé ».
  6. « Eric Petitjean, candidat », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « Eric Petitjean se présente à Froideconche. Agé de 47 ans, marié et père de famille, il occupe les fonctions de directeur coordinateur au sein de l’association des Francas.
    Conseiller municipal depuis 2002, Eric Petitjean développe : « Henri Passard, le maire, m’a confié pour mon second mandat le poste d’adjoint aux finances et aux affaires scolaires »
    .
  7. « Eric Petitjean élu maire à l’unanimité », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .