Baulay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Baulay
Image illustrative de l'article Baulay
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Port-sur-Saône
Intercommunalité Communauté de communes Terres de Saône
Maire
Mandat
Frédéric Gérard
2014-2020
Code postal 70160
Code commune 70056
Démographie
Population
municipale
313 hab. (2014)
Densité 38 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 47′ 16″ nord, 6° 00′ 33″ est
Altitude Min. 210 m – Max. 292 m
Superficie 8,22 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de Haute-Saône
City locator 14.svg
Baulay

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de Haute-Saône
City locator 14.svg
Baulay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Baulay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Baulay

Baulay est une commune française, située dans le département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Montureux-lès-Baulay Buffignécourt Rose des vents
Fouchécourt N Amance
O    Baulay    E
S
Aboncourt Purgerot Faverney

Histoire[modifier | modifier le code]

Le tracé de la voie romaine qui menait de Besançon à Charmes, dans les Vosges, traversait la Saône à Baulay non loin de lieu où se trouve le pont actuel[1].

Baulay était mentionné dans des textes des XIIIe et XIVe siècles, et appelé tantôt Baaler, Baler, Balar, tantôt Balay, Baulai. C'est cette dernière dénomination qui a été adoptée à partir du XVIe siècle. Le village fut incendié en 1595 par les troupes de Tremblecourt (le roi de France Henri IV étant en guerre contre le roi Philippe II d'Espagne, souverain de la Franche-Comté et chef de la Ligue catholique).

Le village venait d'être en partie relevé quand il fut détruit de fond en comble lors de la guerre de Dix Ans et tellement dépeuplé que de 1636 à 1644 on n'y vit pas une seule naissance.

Suivant la tradition, Baulay était autrefois bâtie plus loin de la Saône qu'il ne l'est aujourd'hui. Le canton de champs appelé Sainte-Bénigne aurait été l'emplacement de l’ancien village. Il y existait encore au XIXe siècle des restes de constructions.

L'église Saint-Barthélemy, paroissiale depuis le XIIe siècle, a été reconstruite en 1835, sauf le clocher qui date de 1782. À l'entrée du cimetière, à l'extrémité Est de Baulay, le long du tracé de l'ancienne route de Faverney, la chapelle Saint-Thiébaut fut construite en 1677. Elle fut rebâtie et agrandie en 1854[2].

Lors de la Seconde Guerre mondiale, les Résistants du Maquis 82 du général René Omnès et du maquis de Paul Pothier, firent dérailler de plusieurs trains dans la tranchée de Baulay en août 1944, afin de ralentir les mouvements de l'armée allemande dans le cadre des combats de la Libération de la France[3],[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Baulay fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

La commune faisait partie depuis 1793 du canton d'Amance[5]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Port-sur-Saône.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes de la Saône jolie, créée en 1992.

L'article 35 de la loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010[6] « de réforme des collectivités territoriales » prévoyant d'achever et de rationaliser le dispositif intercommunal en France, et notamment d'intégrer la quasi-totalité des communes françaises dans des EPCI à fiscalité propre, dont la population soit normalement supérieure à 5 000 habitants, les communautés de communes :
- Agir ensemble ;
- de la Saône jolie ;
- des six villages ;
et les communes isolées de Bourguignon-lès-Conflans, Breurey-lès-Faverney et Vilory ont été regroupées pour former le la communauté de communes Terres de Saône, dont est désormais membre la commune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[réf. nécessaire]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1800 mars 1806 Jean François Dôle    
mars 1806 juin 1837 Claude Antoine Delaroche    
juin 1837 décembre 1860 Claude Etienne Auguste Delaroche    
décembre 1860 août 1870 Jean Baptiste Millot    
août 1870 juillet 1877 Charles Demandre    
juillet 1877 décembre 1887 Félicien Grandhaye    
décembre 1887 mai 1900 Edmond Millot    
mai 1900   Eugène Crapoix    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 mars 2008 Michel Gougeon    
mars 2008 2014[7] Gérard Liéval    
2014[8] en cours
(au 11 juin 2016)
Frédéric Gerard   Chef d’équipe

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, Baulay comptait 313 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres « recensements » sont des estimations.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
621 630 634 690 710 702 703 635 621
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
535 543 545 582 596 518 502 442 450
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
414 412 408 432 568 560 559 535 498
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
520 508 403 378 338 299 311 329 313
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église : située dans le diocèse de Besançon, elle est au sein de l'unité pastorale des Plateaux de Jussey. Les curés sont MM. les abbés Jean-Paul Guyot et Noël Roncet (modérateur).
  • chapelle Saint-Thiébault, érigée en 1677 grâce à la générosité de Thiébaud Fyard de Faverney et située à l'entrée du cimetière[10]. À l'intérieur, un retable qui se trouvait dans l'église du village, avant sa rénovation.
  • Calvaire située derrière l'église.
  • Plusieurs lavoirs et fontaines dont le lavoir « Bichette » en atrium.
  • la statue de la Vierge face au 11 Grande Rue.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Baulay.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : d’argent à la roue de moulin de gueules, chapé de sinople.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de Jonvelle et de ses environs par l'abbé Coudriet, 1862
  2. Louis Sychaux, Dictionnaire historique, topographique et statistique de la Haute-Saône, 1866
  3. « Une exposition sur la « tranchée » en août 1944 », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  4. « Manifestation - 70e anniversaire du déraillement à Baulay : En mémoire de la tranchée de Baulay », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  5. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales sur Légifrance.
  7. « Frédéric Gérard conduit une liste », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « Le maire sortant, Gérard Lièval, ne se représentant pas. C’est son premier adjoint, Frédéric Gérard qui a constitué une liste qu’il propose comme représentative de la population ».
  8. « Premier mandat pour Frédéric Gérard », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  10. « La commune au fil de l’Histoire », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).