Grattery

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Grattery
Grattery
L'église de la Nativité-de-Notre-Dame de Grattery.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Port-sur-Saône
Intercommunalité Communauté de communes Terres de Saône
Maire
Mandat
Jérôme Lallemand
2014-2020
Code postal 70170
Code commune 70278
Démographie
Population
municipale
213 hab. (2016 en augmentation de 7,04 % par rapport à 2011)
Densité 34 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 40′ 17″ nord, 6° 04′ 46″ est
Altitude Min. 218 m
Max. 296 m
Superficie 6,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Grattery

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Grattery

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Grattery

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Grattery

Grattery est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune disposait d'une gare sur la ligne de Paris-Est à Mulhouse-Ville, désormais fermée. Le service est assuré par des cars TER sur la liaison Jussey - Vesoul de la ligne n°16[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Port-sur-Saône Bougnon Rose des vents
Scye N Charmoille
O    Grattery    E
S
Montigny-lès-Vesoul Vaivre-et-Montoille Pusey

Hydrologie[modifier | modifier le code]

Village traversé par la Scyotte, un ruisseau se jetant dans la Saône à Vauchoux.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal repose sur le gisement de schiste bitumineux de Haute-Saône daté du Toarcien[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

À la fin du XVIIe siècle, le seigneur était Claude Regnaudin, avocat du roi au bailliage d'Amont.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Grattery fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

La commune fait partie depuis 1801 du canton de Port-sur-Saône[3]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, le territoire de ce canton s'est agrandi, passant de 17 à 46 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune était membre de la communauté de communes de la Saône jolie, créée en 1992.

L'article 35 de la loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010[4] « de réforme des collectivités territoriales » prévoyant d'achever et de rationaliser le dispositif intercommunal en France, et notamment d'intégrer la quasi-totalité des communes françaises dans des EPCI à fiscalité propre, dont la population soit normalement supérieure à 5 000 habitants, les communautés de communes :
- Agir ensemble ;
- de la Saône jolie ;
- des six villages ;
et les communes isolées de Bourguignon-lès-Conflans, Breurey-lès-Faverney et Vilory ont été regroupées pour former le la communauté de communes Terres de Saône, dont est désormais membre la commune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1979 2014[5] Jacques Lallemand   Président de la CC Saône jolie ( ? → 2013)
Président de la CC Terres de Saône (janvier → avril 2014)
2014[6] En cours
(au 31 juillet 2016)
Jérôme Lallemand   Fils du précédent

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2016, la commune de Grattery comptait 213 habitants (Gratterylois). À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres « recensements » sont des estimations.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
315351372365386367339332333
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
284297293266261246249234228
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
214226202172162173155172188
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
139145124146160168187190192
2013 2016 - - - - - - -
200213-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Le lavoir.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

On peut noter dans la commune[8] :

  • Église du XVIIIe siècle avec autel-tombeau et deux vierges dont l’une à l’enfant en bois doré du XVIIe siècle ;
  • Fontaine-lavoir et son abreuvoir extérieur ;
  • Sentier de randonnée des « Quatre Forêts » ;
  • Viaduc de la Scyotte (achèvement printemps 2018) de la route nationale 19.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Grattery.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi : Palé contre palé d’argent et de sinople.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Trains au départ de Grattery », sur http://www.ter.sncf.com (consulté le 5 septembre 2016).
  2. Marcel Lanoir, Carburants rhodaniens : les schistes bitumineux, notamment dans la Haute-Saône, vol. 7, coll. « Les Études rhodaniennes », (lire en ligne), p. 328.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales sur Légifrance.
  5. « Surprise de taille pour Jacky Lallemand », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « Jérôme Lallemand retraçait le parcours de son 1er adjoint, son père, « élu adjoint au maire en mai 1977 puis maire de septembre 1979 à mars 2014, cofondateur avec Jean-Paul Mariot de la communauté la Saône Jolie en 1993 » Convaincu de l’intercommunalité Jacky Lallemand en avait fait une priorité pour lui dans sa vie d’élu, assumant vice-présidence et présidence au sein de la Saône Jolie puis dans les premiers mois de Terres de Saône ».
  6. « Jérôme Lallemand, nouveau maire, succède à son père », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. « Un optimisme réaliste pour l’avenir », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).