Calmoutier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Calmoutier
L'église Saint-Martin.
L'église Saint-Martin.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Villersexel
Intercommunalité Communauté de communes du Triangle Vert
Maire
Mandat
Jean-Pierre Gasnet
2014-2020
Code postal 70240
Code commune 70111
Démographie
Population
municipale
255 hab. (2014)
Densité 18 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 38′ 42″ nord, 6° 16′ 45″ est
Altitude Min. 258 m
Max. 390 m
Superficie 14,04 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de Haute-Saône
City locator 14.svg
Calmoutier

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de Haute-Saône
City locator 14.svg
Calmoutier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Calmoutier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Calmoutier

Calmoutier est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune signifie "monastère de Colombine". Elle est située sur la rivière La Colombine.

Panorama sur Calmoutier, depuis la chapelle de la Côte.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Saulx Colombotte Rose des vents
Montcey N Velleminfroy
Pomoy
Liévans
O    Calmoutier    E
S
Dampvalley-lès-Colombe Noroy-le-Bourg

Géologie[modifier | modifier le code]

Le sous-sol de la commune fait partie du Réseau de cavités à rhinolophes de Vesoul. Le territoire de Calmoutier possède, sous ses terres, plusieurs cavités et grottes. La grotte de l'Église de Combe l'Épine se situe au nord-est de Calmoutier. La grotte se trouve dans un milieu où regorgent des prairies et des massifs forestiers. La grotte sert de lieu d'hibernation à plus de 40 rhinolophes mais également à des minioptères de Schreibers. Calmoutier possède également un autre lieu naturel prisé de ces animaux, une cavité naturelle appelée la cavité de Calmoutier. Cette cavité était auparavant une mine de fer. Elle est fréquentée, majoritairement par le grand rhinolophe[1].

Le territoire communal repose sur le gisement de schiste bitumineux de Haute-Saône daté du Toarcien[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

L'histoire du village a été profondément marqué par la religion. En 1636, le village a été pillé pendant la guerre de Dix ans et détruit en grande partie. Il comporte deux clochers, à côté de l'église du village, il existe sur une butte un 2e clocher d'une chapelle néogothique érigée à la suite d'une épidémie de choléra au XIXe siècle. L'histoire de Calmoutier a été aussi marquée par le Diable à travers un procès en sorcellerie qui s'y déroula au XVIIe siècle et concerna Claudine Richardey qui fut condamnée à être étranglée puis brûlée près du gibet de Montaigu.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

Elle était incluse depuis 1973 dans le canton de Noroy-le-Bourg[3]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais rattachée au canton de Villersexel.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes des grands bois, créée le et qui regroupait 12 communes et environ 3 100 habitants.

Dans le cadre des dispositions de la loi du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales[4], qui prévoit toutefois d'achever et de rationaliser le dispositif intercommunal en France, et notamment d'intégrer la quasi-totalité des communes françaises dans des EPCI à fiscalité propre dont la population soit normalement supérieure à 5 000 habitants, le schéma départemental de coopération intercommunale de 2011 a prévu la fusion des communautés de communes :
- du Pays de Saulx,
- des grands bois
- des Franches Communes (sauf Amblans et Genevreuille),
et en y rajoutant la commune isolée de Velorcey, afin de former une nouvelle structure regroupant 42 communes et environ 11 200 habitants[5].

Cette fusion est effective depuis le et a permis la création, à la place des intercommunalités supprimées, de la communauté de communes du Triangle Vert, dont la commune est désormais membre.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
vers An XIII   Laforrest    
    Denis Gérard    
    Joseph Cautenet    
    Augustin Gentit    
  1860 Jean-Baptiste Monnin    
1860   Simon Gentit    
    François Bessn    
  1890 Fortunat Mourey    
1890 1911 François Robin    
  1920 Auguste Lafforet    
1920 1930 François Mantion    
1930  ? Henri Lépine    
    Eugène Cautenet    
    Pierre Joffroy    
    Gabriel Maire    
Les données manquantes sont à compléter.
1983 2014[6] Michel Jacquet    
2014[7] en cours Jean-Pierre Gasnet DVG Retraité

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2014, Calmoutier comptait 255 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Les autres « recensements » sont des estimations.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
823 857 877 910 842 918 895 924 873
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
804 779 727 687 671 587 529 490 505
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
465 455 441 372 339 328 287 244 254
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2007 2011 2014
237 241 174 195 215 225 229 242 255
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Le Château Calmoutier - Privé - En vente
  • Des lavoirs couverts du XVe siècle sont encore présents dans le village.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Calmoutier.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :

D’or à la croix d’azur cantonnée de douze rais de soleil flamboyants de même, trois dans chaque canton mouvant des angles de l’écu.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Cavités de Calmoutier », sur http://www.donnees.franche-comte.developpement-durable.gouv.fr/ (consulté le 7 janvier 2013).
  2. Marcel Lanoir, Carburants rhodaniens : les schistes bitumineux, notamment dans la Haute-Saône, vol. 7, coll. « Les Études rhodaniennes », (lire en ligne), p. 328.
  3. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales sur Légifrance.
  5. « Arrêté préfectoral du 23 décembre 2011, portant définition du schéma départemental de coopération intercommunale du département de la Haute-Saône » [PDF], Préfecture de la Haute-Saône (consulté le 22 août 2016), p. 5.
  6. « Michel Jacquet raccroche l’écharpe après cinq mandats », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  7. « Jean-Pierre Gasnet élu maire », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .