Velleminfroy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Velleminfroy
Velleminfroy
Vue générale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Arrondissement de Lure
Canton Lure-1
Intercommunalité Communauté de communes du Triangle Vert
Maire
Mandat
Claude Thiédey
2014-2020
Code postal 70240
Code commune 70537
Démographie
Population
municipale
301 hab. (2016 en augmentation de 4,15 % par rapport à 2011)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 39′ 47″ nord, 6° 19′ 07″ est
Altitude Min. 278 m
Max. 379 m
Superficie 6,02 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Velleminfroy

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Velleminfroy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Velleminfroy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Velleminfroy

Velleminfroy est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Superficie : 602 ha - Voirie : 4 777 mètres.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Châtenois La Creuse Rose des vents
Colombotte N Pomoy
O    Velleminfroy    E
S
Calmoutier Liévans

Géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal repose sur le gisement de schiste bitumineux de Haute-Saône daté du Toarcien[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Lure du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

Elle faisait partie depuis 1801 du canton de Saulx[2]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est rattachée au canton de Lure-1.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes du Pays de Saulx, créée le et qui regroupait 17 communes et environ 3 700 habitants.

Dans le cadre des dispositions de la loi du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales[3], qui prévoit toutefois d'achever et de rationaliser le dispositif intercommunal en France, et notamment d'intégrer la quasi-totalité des communes françaises dans des EPCI à fiscalité propre dont la population soit normalement supérieure à 5 000 habitants, le schéma départemental de coopération intercommunale de 2011 a prévu la fusion des communautés de communes :
- du Pays de Saulx,
- des grands bois
- des Franches Communes (sauf Amblans et Genevreuille),
et en y rajoutant la commune isolée de Velorcey, afin de former une nouvelle structure regroupant 42 communes et environ 11 200 habitants[4].

Cette fusion est effective depuis le et a permis la création, à la place des intercommunalités supprimées, de la Communauté de communes du Triangle Vert, dont la commune est désormais membre.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2014 Christian Gentit    
mars 2014[5] En cours
(au 31/7/2016)
M. Claude Thiédey   Retraité PSA Peugeot

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[7].

En 2016, la commune comptait 301 habitants[Note 1], en augmentation de 4,15 % par rapport à 2011 (Haute-Saône : -1,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
528630674638734662625645590
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
511523503479450413382353337
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
306302270239245245255201195
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
203172205221247277275275297
2016 - - - - - - - -
301--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Eau minérale[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Eau minérale de Velleminfroy.

Usine d'embouteillage (50 000 bouteilles/jour) s'étendant sur plus de 2 hectares située sur le hameau de Chateau-Grenouille.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Christian Renet : Auteur Velleminfroy et sa source d'eau minérale (1996) (ISBN 978-2951083707)
  • Louis-Joseph Philippe, « le tueur de femmes », né à Velleminfroy le et guillotiné à Paris le , pour le meurtre de plusieurs prostituées et d'un enfant de quatre ans, fils d’une d’entre elles[9].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marcel Lanoir, Carburants rhodaniens : les schistes bitumineux, notamment dans la Haute-Saône, vol. 7, coll. « Les Études rhodaniennes », (lire en ligne), p. 328.
  2. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Loi n° 2010-1563 du 16 décembre 2010 de réforme des collectivités territoriales sur Légifrance.
  4. « Arrêté préfectoral du 23 décembre 2011, portant définition du schéma départemental de coopération intercommunale du département de la Haute-Saône » [PDF], Préfecture de la Haute-Saône (consulté le 22 août 2016), p. 5.
  5. « Velleminfroy : nouveau maire au village », L'Est républicain, édition de la Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Christian Gentit, maire sortant, ne se représentant pas, c’est Claude Thiédey son premier adjoint qui lui succède ».
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. Sylvain Larue et al., Tueurs en série de France, Sayat, de Borée, , 396 p. (ISBN 978-2-84494-827-4), p. 40-47.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :