Lieffrans

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lieffrans
Image illustrative de l'article Lieffrans
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Scey-sur-Saône-et-Saint-Albin
Intercommunalité Communauté de communes des monts de Gy
Maire
Mandat
Florence Gorris
2014-2020
Code postal 70190
Code commune 70301
Démographie
Population
municipale
61 hab. (2014)
Densité 14 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 31′ 15″ nord, 5° 58′ 19″ est
Altitude Min. 222 m
Max. 255 m
Superficie 4,37 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de Haute-Saône
City locator 14.svg
Lieffrans

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de Haute-Saône
City locator 14.svg
Lieffrans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lieffrans

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lieffrans

Lieffrans est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lieffrans
Neuvelle-lès-la-Charité
Lieffrans Grandvelle-et-le-Perrenot
Bourguignon-lès-la-Charité

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1801, Lieffrans-le-Grand absorbe Lieffrans-le-Petit et devient la commune de Lieffrans[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Carte départementale représentant en rouge la communauté de communes des monts de Gy (dans sa composition de 2015).

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

Elle fait partie depuis 1801 du canton de Scey-sur-Saône-et-Saint-Albin[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, le territoire de ce canton s'est étendu de 17 à 46 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre depuis 2009 de la communauté de communes des monts de Gy.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[2]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
2001 2010 Jean-Claude Delorme    
2010 mars 2014[3] Chantal Droit    
mars 2014[4] en cours Florence Gorris    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[6],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 61 habitants, en augmentation de 7,02 % par rapport à 2009 (Haute-Saône : -0,36 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
160 177 189 173 172 186 179 167 158
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
154 158 152 134 127 122 114 113 89
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
84 96 109 68 67 72 78 70 57
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
44 46 34 25 35 48 50 60 61
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Équipements publics[modifier | modifier le code]

La commune s'est dotée en 212 d'une nouvelle mairie de 235 m² conçue par M. Koenik, architecte[8].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Lieffrans Blason D’azur aux trois broyes d’or, au chef bastillé d’argent de quatre pièces et deux demies chargé d’un émouchet essorant de gueules posé sur le merlon du milieu.
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. « Les maires de Lieffrans », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 23 octobre 2016).
  3. « Le maire tire sa révérence », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « Le 5 février dernier, Chantal Droit, maire de Lieffrans depuis 2010, a annoncé à ses conseillers sa décision de ne pas se représenter aux municipales. « Il est difficile de concilier cet engagement avec des responsabilités professionnelles », a-t-elle précisé, fière du travail accompli ».
  4. « Une nouvelle équipe à la mairie », L'Est républicain, édition de Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  5. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  8. « La mairie inaugurée », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).