Saint-Germain (Haute-Saône)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Germain
2020-06 - Saint-Germain (Haute-Saône) - 02.jpg
2020-05 - Saint-Germain (70) - Étang du grand Saint-Maurice - 01.jpg 2020-05 - Tourbière de la Grande Pile - 02.jpg
De haut en bas, de gauche à droite : le village et son église avec les Vosges en arrière-plan, l'étang du grand Saint-Maurice et la tourbière de la Grande Pile.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Intercommunalité Communauté de communes du Pays de Lure
Maire
Mandat
Maryline Caravati
2020-2026
Code postal 70200
Code commune 70464
Démographie
Population
municipale
1 347 hab. (2018 en diminution de 0,37 % par rapport à 2013)
Densité 95 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 43′ 22″ nord, 6° 31′ 53″ est
Altitude Min. 302 m
Max. 357 m
Superficie 14,12 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Lure
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Lure-1
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Saint-Germain
Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône
Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Saint-Germain
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Germain
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Germain
Liens
Site web pays-de-lure.fr/saint-germain.htm

Saint-Germain est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Elle fait partie de la communauté de communes du pays de Lure.

Au Moyen Âge existaient deux fiefs, celui du village actuel et celui du Saulcy qui est un hameau, placés sous l'autorité du seigneur de Faucogney ils sont parfois administrés par des familles différentes et parfois par une seule famille (notamment entre le XIVe siècle et le XVIe siècle).

Peuplée de 1 349 habitants en 2018, la commune est située dans une région particulièrement vallonnée au pied des Vosges saônoises. Située en bordure du plateau des Mille étangs, la commune est principalement connue pour la tourbière de la Grande Pile qui est une référence pour l'histoire climatique de l'Europe occidentale. Au sud-est s'écoule l'Ognon, principal cours d'eau de la commune.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal dans son contexte local.

Situation[modifier | modifier le code]

Saint-Germain est situé aux portes de la haute vallée de l'Ognon. La commune fait partie de la communauté de communes du pays de Lure, dans le département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté, dans le Grand Est français. Les villes les plus proches sont Lure (4 km) et Luxeuil-les-Bains (16 km). Toutes les autres villes du secteur (Héricourt, Montbéliard, Belfort et la préfecture Vesoul) sont situées à plus de 20 km[1].

La localité se trouve dans le pays des Vosges saônoises, territoire aux paysages variés[2].

C'est une des 189 communes du parc naturel régional des Ballons des Vosges[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

Carte géologique de Saint-Germain[4]

Saint-Germain est construite sur le plateau de la Haute-Saône, dans la dépression sous-vosgienne[5] et s'appuie sur le versant méridional du massif des Vosges[6]. L’altitude varie entre 302 et 357 mètres, soit un dénivelé de 55 mètres La partie est de la commune, où sont établis les habitations est assez plate et ne dépasse pas 320 mètres d'altitude. La partie ouest, qui est occupé par de la forêt est plus vallonnée et dépasse régulièrement l'altitude de 340 mètres[1].

La tourbière de la Grande Pile (la plus connue du département) a fourni un enregistrement des fluctuations climatiques sur les derniers 135 000 ans sert de référence pour l'Europe occidentale[7].

Le territoire communal repose sur le bassin houiller stéphanien sous-vosgien, daté entre -307 et -299 millions d'années[8], ces formations carbonifères sont noyées sous 200 à 1 000 m de sédiments du Permien[B 1]. Les strates triasiques qui les recouvrent immédiatement n'affleurent que très localement, sous forme de grès (t2b), de grès à Voltzia (t2c) et de marnes (t3 et t4), au bord du talus des terrasses à la faveur d'un réseau de failles, ou des vallées des cours d'eau. Plus tard, l'histoire géomorphologique de Saint-Germain est fortement marquée par la glaciation de Riss dont les glaciers, à leur avancée maximale, atteignent la région du plateau des Mille étangs. Les dépôts glaciaires et les moraines sont variés et d'une grande épaisseur. Les dépôts des moraines (Gx) cèdent la place aux cônes de transition constitués par les alluvions charriés par les cours d'eau issus de la fonte des glaciers (FG). Les terrasses alluviales (Fya) n'affleurent qu'au sud-est de la commune. Tout ce système est recoupé par les vallées récentes des cours d'eau recouvertes d'alluvions (Fz) et dont les flancs abrupts sont propices à la présence d'éboulis (E) et de colluvions (C)[9].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

L'Ognon est le principal cours d'eau, venant de l'est, il traverse le territoire communal au sud. Plusieurs ruisseaux se déversent dans cette rivière. Le ruisseau des Pré-Richard coule nord-sud dans l'ouest. Situé au sud de la Région des Mille étangs, le sol communal est parsemé de plusieurs étangs dont certains sont particulièrement étendus comme celui du grand Saint-Maurice. La commune à la particularité de posséder une importante tourbière[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Nuvola apps kweather.png Relevés des précipitations et heures d'ensoleillement à Lure[10]
Mois Janv. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Total année
Heures moyennes d'ensoleillement 54.1 85.9 124 159.6 190.5 218.2 251.7 220.6 175.1 126.3 71.2 55.7 1732.8
Moyennes mensuelles de précipitations (mm) 92.8 78.3 80.6 74.9 93.2 90.1 78 89.2 79.6 76.8 101.6 101 1036
Moyennes mensuelles de la vitesse du vent (km/h)
Nuvola apps kweather.png Relevés de températures à Lure
Mois Janv. Fév. Mars Avr. Mai Juin Juil. Août Sept. Oct. Nov. Déc. Moyenne année
Températures minimales moyennes (°C) -2.7 -1.9 0.2 2.8 6.7 9.9 11.6 11.4 8.7 5.2 0.9 -2.1 4.2
Températures moyennes (°C) 0.8 2.5 5.4 8.7 12.8 16.1 18.2 17.8 14.9 10.5 4.9 1.4 9.5
Températures maximales moyennes (°C) 4.2 6.9 10.6 14.7 18.9 22.3 24.7 24.1 21 15.8 8.9 4.8 14.7

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Saint-Germain est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[11],[12],[13].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Lure, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 33 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[14],[15].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (44,5 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (44,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (42,1 %), zones agricoles hétérogènes (29,7 %), prairies (14,8 %), zones urbanisées (8,2 %), eaux continentales[Note 3] (2,4 %), zones humides intérieures (2,1 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,6 %)[16].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[17].

Morphologie du bâti[modifier | modifier le code]

Vue d'une carte en couleur représentant les étapes de développement du bâti d'un bourg.
Développement urbain de Saint-Germain, Froideterre et La Neuvelle-lès-Lure[1].

Saint-Germain est un village dont l'habitat est concentré dans le centre historique, et le long des deux départementales qui traversent la commune[1].

Logement[modifier | modifier le code]

En 2017, le nombre total de logements à Saint-Germain était de 370 dont 329 résidences principales, 10 résidences secondaires et logements occasionnels et 31 logements vacants.

La commune totalisait 622 maisons et 73 appartements[A 1]. La proportion des résidences principales, propriétés de leurs occupants était de 91,7 %, en 2017. Il existe 21 logements HLM sur la commune soit 3,5 % des logements[A 2].

Urbanisme et paysage[modifier | modifier le code]

La commune fait partie du plan local d'urbanisme intercommunal (PLUi) de la communauté de communes du pays de Lure (CCPL), document d'urbanisme de référence pour la commune et toute l'intercommunalité approuvé le [18]. Saint-Germain fait également partie du SCOT du pays des Vosges saônoises, un projet de territoire visant à mettre en cohérence l'ensemble des politiques sectorielles, notamment en matière d’habitat, de mobilité, d’aménagement commercial, d’environnement et de paysage[19].

Risques naturels et technologiques[modifier | modifier le code]

La commune est installée sur une zone sismique de niveau 3. Il existe des risques d'inondation et des risques géologiques localisés liés à la présence de cavités souterraines naturelles (hors mines)[20].

Transport et voies de communications[modifier | modifier le code]

Photo noir et blanc d'un petit entrepôt avec une église en arrière-plan.
La gare du Tacot en activité.

La gare de Lure est située à 5 km de Saint-Germain, sur la ligne de Paris-Est à Mulhouse-Ville alors que la gare de Belfort - Montbéliard TGV est à une distance plus importante[1]. Au début du XXe siècle, Saint-Germain était desservie par les chemins de fer vicinaux de Haute-Saône (le « Tacot »).

La commune est traversée sur la longueur par la RD 486 reliée à la RD 619 et à la double-voie expresse E 54 (RN 19) au niveau de Lure[1].

Le seul transport en commun desservant directement la commune est l'autobus. La commune est desservie par le réseau interurbain de la Bourgogne-Franche-Comté (Mobigo) reprenant anciennes les lignes saônoises[21].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dans la période de 1187-1191, on parlait de Sanctus Germanus, puis de Saint Germains après le XIIe siècle.

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Le Mont-Germain[22].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

Une voie romaine passait par ce qui deviendra plus tard le village[B 2].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Sur le territoire de l'actuelle commune existaient deux fiefs, celui du village actuel et celui du Saulcy qui est un hameau. Ils sont sous l'autorité du seigneur de Faucogney et sont parfois administrés par des familles différentes et parfois par une seule famille. C'est notamment le cas entre le XIVe siècle et le XVIe siècle, période pendant laquelle des deux fiefs appartiennent à la famille Parisot de Courbessaint[B 2].

En 1599, le fief de Saint-Germain appartient à Antoine de Blicterswick avant de passer sous l'égide de la maison de Bauffremont. L'abbaye de Lure, voisine bénéficiait de droit de cens et possède quelques étangs sur le territoire de Saint-Germain[B 2].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

Révolution française[modifier | modifier le code]

Le château seigneurial du Saulcy, maison de maître construite en 1740 et en grande partie dévasté au début de la Révolution française avec sa chapelle et ses archives. Il est reconstruit vers 1800[B 2].

Industrialisation[modifier | modifier le code]

Carte mettant en valeur les limites d'une concession minière, l’emplacement de sondages par rapport aux villages, cour d'eau et routes et chemin de fer.
Carte de la concession de Saint-Germain et localisation des sondages numérotés.
  • Sondages positifs
  • Sondages négatifs
  • Limites de la concession
  • Voies ferrées

En 1866, l'ancien moulin de l'Aulne, établi sur une dérivation de l'Ognon est devenu une féculerie. La tourbière de la Grande Pile et la tourbière des Monts Reveaux sont exploitées pour leurs riches gisements de tourbe. Au nord de la commune, des carrières fournissent de la pierre de taille de bonne qualité utilisée comme moellon de construction ou comme couverture de bâtiment. Ces pierres sont exportées, parfois sur de longues distances, grâce à la proximité immédiate avec la route principale traversant la commune du nord au sud, ce qui permet également l'expédition par chemin de fer via la gare de Lure[B 3].

La féculerie et un tissage sont en activité au début du XXe siècle[23].

La concession minière de Saint-Germain, occupant une surface de 5 308 ha pour l'exploitation de la houille est accordée à Saint-Germain en juin 1914. Mais il n'y eut aucune extraction de charbon, retardée par les guerres mondiales, les crises du charbon et l'incertitude d'une rentabilité[24],[25]. Le charbon est identifié sous la commune par trois sondages[B 1] :

  • sondage no 2, Saint-Germain I (1907), une veine de 0,90 mètre d'épaisseur, légèrement barré à 240 mètres de profondeur et des filets de houille à 236,70 et 350 mètres ;
  • sondage no 4, Saint-Germain II (1911[26]), une couche mesurant 0,94 mètre d'épaisseur à 324,65 mètres de profondeur, cinq veines cumulant 1,24 m entre 333,70 mètres et 337,10 mètres puis une couche de 30 cm à 347,75 mètres et enfin, des filets à 380 mètres ;
  • sondage no 6 du Mont[26], ou Marcoudant (1926), un filet de 10 cm à 530,65 mètres, une veine de 0,80 mètre d'épaisseur à 600,40 mètres, trois filets entre 626,55 et 632,20 mètres de profondeur et plusieurs filets 647 et 656,78 mètres, sondage arrêté accidentellement à 692,80 mètres.

Depuis la Libération[modifier | modifier le code]

La commune est libérée le [27].

Dans les années 1960, un dépôt de munition annexe de l'aérodrome de Malbouhans est construit sur le territoire communal. il est utilisé jusque dans les années 1990[28].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Saint-Germain fait partie de l'arrondissement de Lure du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

La commune était historiquement rattachée depuis la Révolution française au canton de Lure. Celui-ci a été scindé en 1985 et la commune rattachée au canton de Lure-Nord[22]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du Canton de Lure-1.

La commune de Saint-Germain se trouve dans le ressort des tribunaux d'instance, paritaire des baux ruraux et du conseil de prud'hommes de Lure, des tribunaux de grande instance et de commerce ainsi que de la cour d'assises de Vesoul et du tribunal des affaires de Sécurité sociale du Territoire de Belfort. Ces juridictions sont rattachées à la cour d'appel de Besançon.

Dans l'ordre administratif, la commune se trouve dans le ressort du tribunal administratif de Besançon et de la cour administrative d'appel de Nancy[29],[30].

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune est membre de la communauté de communes du pays de Lure, créée au .

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1965 1999 Roger Boffy DVG  
1999[31] mai 2020 Jean-Louis Gatschiné DVG[32] Professeur de lettres
Vice-président de la CC du pays de Lure (2014 → 2020)
mai 2020[33] En cours
(au 2 décembre 2020)
Maryline Caravati   Vice-présidente de la CC du Pays de Lure (2020 → )

Population et société[modifier | modifier le code]

Évolutions démographiques[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[34]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[35].

En 2018, la commune comptait 1 347 habitants[Note 4], en diminution de 0,37 % par rapport à 2013 (Haute-Saône : −1,23 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6897597458871 0651 1201 2051 2851 330
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 2351 2761 2251 1671 1371 1361 0811 0721 075
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0331 0621 0589549901 0061 009968979
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
1 0271 0071 1041 1461 1661 1941 2871 2981 308
2013 2018 - - - - - - -
1 3521 347-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[36].)
Histogramme de l'évolution démographique

La Première Guerre mondiale causa la mort de 51 personnes, la seconde quatre soldats et neuf civils. Une personne a été déportée.

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école.

La commune de Saint-Germain possède une école primaire qui dépend de l'académie de Besançon.

Pour les niveaux de scolarisation des collégiens et des lycéens, les collèges de Lure et le lycée G-Colomb (dans la même ville) sont les établissements privilégiés.

Santé[modifier | modifier le code]

L'hôpital le plus proche étant celui de Lure, de plus en plus désinvestis par les services publics au profit de celui de Vesoul[réf. nécessaire], contraignant à la fréquentation des hôpitaux de Belfort, Montbéliard ou Vesoul, accessible entre 30 minutes et une heure en voiture. Par ailleurs, ces hôpitaux sont appelés à fusionner en 2015 au profit de la nouvelle infrastructure commune du Centre hospitalier de Belfort-Montbéliard, à mi-chemin entre les deux villes, à Trévenans.

Services[modifier | modifier le code]

Le bureau de poste.

Hormis les services assurés par la mairie, la commune n'a aucun service public sur son territoire. L'ensemble des services publics sont disponibles à Lure, qui concentre le Pôle emploi, EDF, les impôts, la justice ou la bibliothèque, médiathèque et espace culturel.

Cultes[modifier | modifier le code]

Le village dispose d'une église catholique.

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2017, la commune compte 597 foyers fiscaux. Le revenu fiscal médian par ménage était alors de 20 930 €[A 3] légèrement en dessous de la moyenne départementale de 2 090 €[I 1].

Emploi[modifier | modifier le code]

En 2017, la population âgée de 15 à 64 ans s'élevait à 5 799 personnes, parmi lesquelles on comptait 71,8 % d'actifs dont 64,9 % ayant un emploi et 6,9 % de chômeurs contre 9,5 % en 2012[A 4].

On comptait 201 emplois dans la zone d'emploi, chiffre en progression à la hausse depuis 2012. Le nombre d'actifs ayant un emploi résidant dans la zone d'emploi étant de 525, l'indicateur de concentration d'emploi est de 63,2[A 5].

Le taux d'activité parmi les 15 ans ou plus a atteint 52,7 % en 2017[A 5].

Entreprises et secteurs d'activité[modifier | modifier le code]

Le village dépend économiquement des deux centres urbains de Lure et de l'agglomération d'Héricourt-Belfort-Montbéliard, en effet 5 à 8 % de la population travail à Belfort et 9 à 17 % travaillent à Montbéliard ou Sochaux, soit 14 à 25 % de la population de Saint-Germain qui travaille dans une de ces trois villes. Ces deux pôles offrent de nombreux emplois et sont rapidement accessibles par une voie express passant dans ces axes à proximité de Saint-Germain[1],[I 2].

La sablière du Bourset est exploitée depuis 1998 dans la partie sud-est du territoire communale, entre le village et l'aérodrome de Lure - Malbouhans. Les granulats alluvionnaires sont traités sur le site de la sablière Bellefleure à Lure[37].

Le principal employeur de la commune est l'usine de boulangerie-pâtisserie Caput qui emploie entre 50 et 99 salariés sur le site de l'ancienne féculerie[38].

Au , Saint-Germain comptait 78 établissements dont 2 dans l'agriculture, 8 dans l'industrie, 17 dans la construction, 40 dans le commerce-transports-services divers et 26 relatifs au secteur administratif[A 6]. En 2018, 12 entreprises ont été créées à Saint-Germain dont huit sous le régime auto-entrepreneur[A 7].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Localisation des monuments historiques et des édifices remarquables de Saint-Germain :
(1) : L'église ;
(2) : le château du Saulcy ;
(3) : tombes de guerre du Commonwealth ;
(4) : monument aux morts.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'entrée de l'église.
  • L'église du village reconstruite à neuf en 1840 en remplacement d’une ancienne église du XVIIe siècle déjà agrandie à plusieurs reprises suivant la croissance de la population[B 3].

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

ZNIEFF de Saint-Germain et des communes limitrophes.

Saint-Germain est couverte en majorité d'une forêt de feuillus de plaine. Le reste est occupé par des exploitations agricoles. La commune compte 592 espèces indigènes (en particulier les genres Agrostis, Alopecurus, Carex, Epilobium, Galium, Juncus, Lathyrus, Persicaria, Potentilla, Ranunculus, Rubus, Leucanthemum vulgare, trèfle, sapin, chêne), 20 espèces introduites parmi lesquelles quatre sont envahissantes (le Ragondin, Impatiens glandulifera, Reynoutria japonica et Robinia pseudoacacia), une cryptogène (Carduus crispus) et deux domestiques (seigle et Vicia sativa). Parmi toutes les espèces présentes, 144 sont protégées[41] et 24 sont inscrites dans la liste des espèces menacées, 32 font partie de la liste rouge au niveau régional, 21 au niveau national et deux au niveau européen et une au niveau mondial[42].

La commune et les environs comptent plusieurs zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) :

  1. zone Natura 2000 du Plateau des mille étangs ;
  2. étang et tourbière du grand Saint-Maurice ;
  3. ruisseau de la Noue Armand ;
  4. vallée supérieure de l'Ognon et ses affluents ;
  5. réserve naturelle régionale de la tourbière de la Grande Pile ;
  6. ancien aérodrome de Lure Malbouhans.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • L. Suchaux, La Haute-Saône : dictionnaire historique, topographique et statistique des communes du département, (lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article
  • [PDF] Louis Guillaume, Rapport géologique sur les recherches de houille dans la région de Saint-Germain (Haute-Saône), BRGM, (lire en ligne). Ouvrage utilisé pour la rédaction de l'article

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références aux ouvrages en bibliographie[modifier | modifier le code]

  1. a et b Louis Guillaume 1943, p. 1, 2 et Annexe II.
  2. a b c d et e L. Suchaux 1866, p. 296.
  3. a et b L. Suchaux 1866, p. 296 et 297.
  4. L. Suchaux 1866, p. 297.

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

  1. LOG T2 - Catégories et types de logements.
  2. LOG T7 - Résidences principales selon le statut d'occupation.
  3. REV T1 - Impôts sur le revenu des foyers fiscaux.
  4. EMP T1 - Population de 15 à 64 ans par type d'activité.
  5. a et b EMP T5 - Emploi et activité.
  6. CEN T1 - Établissements actifs par secteur d'activité au 31 décembre 2015.
  7. DEN T1 - Créations d'entreprises par secteur d'activité en 2018.
  • Autres références à l'Insee
  1. « REV T1 - Ménages fiscaux de l'année 2016 (département de la Haute-Saône) » (consulté le ).
  2. [PDF] Insee, Pays de l'aire urbaine Belfort-Montbéliard-Héricourt-Delle : Les salariés résident de plus en plus en dehors des pôles d'emplois, coll. « L'essentielle » (no 115), (lire en ligne), p. 4.

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e f g h et i « Carte IGN de Saint-Germain » sur Géoportail..
  2. « Présentation », sur le site du syndicat mixte du pays des Vosges saônoises (consulté le ).
  3. « Liste des 189 communes adhérentes au parc naturel régional des ballons des Vosges, 3e Charte 2012 - 2024 » [PDF] (consulté le ).
  4. « Carte géologique de Saint-Germain » sur Géoportail (consulté le )..
  5. « La dépression sous-vosgienne », sur http://www.caue-franche-comte.fr/.
  6. [PDF] « Carte du massif des Vosges », sur http://www.massif-des-vosges.com/.
  7. « Tourbière de la Grande Pile - 70200 Saint-Germain », sur besac.com.
  8. Édouard Thirria, Manuel à l'usage de l'habitant du département de la Haute-Saône, (lire en ligne), p. 184-185.
  9. « Carte géologique de la France au 1/50 000 - Giromagny » [PDF], sur le site Ficheinfoterre du BRGM (consulté le ).
  10. « Luxeuil, Haute Saône(70), 271m - [1961-1990] », sur www.infoclimat.fr (consulté le ).
  11. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  12. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  13. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  14. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Lure », sur insee.fr (consulté le ).
  15. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  16. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  17. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  18. « Plan Local d'Urbanisme Intercommunal », sur le site de la communauté de communes du pays de Lure, (consulté le ).
  19. « SCOT du pays des Vosges saônoises » [PDF], sur haute-saone.gouv.fr (consulté le ).
  20. « Saint-Germain : État des risques naturels, miniers et technologiques », sur georisques.gouv.fr (consulté le ).
  21. « Avec Mobigo, vous voyagez pour 1,50 euro », sur Le Progrès, (consulté le ).
  22. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. « Tissage de coton de la Société Industrielle de la Haute-Saône, puis G. Risler et Cie, puis Tissages de Haute-Saône, puis Kohler », notice no IA70000293, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  24. Alain Banach, « Le bassin houiller de Ronchamp et les concessions », sur www.abamm.org (site personnel), Ronchamp, Les amis du musée de la mine (consulté le ).
  25. « En 1914, le bassin houiller de Ronchamp faillit avoir un voisin… », sur http://aetdebesancon.blog.lemonde.fr, .
  26. a et b [PDF] « Bordereau de versement aux archives Départementales du Doubs » [archive du ], sur recherche-archives.doubs.fr (consulté le ), p. 3.
  27. « Libération de la Haute-Saône », sur GMVC de Franche Comté (consulté le ).
  28. a et b « Histoire, photographies et vestiges du site » (consulté le ).
  29. « Juridictions de Vesoul », sur le site du ministère de la Justice (consulté le ).
  30. [PDF]« Carte judiciaire », sur le site du ministère de la Justice (consulté le ).
  31. « Saint-Germain : Le blues des maires », sur L'Est républicain, .
  32. « Extrait de la fihe de M. Jean-Louis Gatschine », sur http://www.lesbiographies.com, (consulté le ).
  33. « Maryline Caravati à la tête de la commune », sur L'Est républicain, (consulté le ).
  34. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  35. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  36. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  37. [PDF] ENCEM, Demande d'autorisation de renouvellement et extension d'une carrière (sablière du Bourset) à Saint-Germain (département de la Haute-Saône) (lire en ligne).
  38. « Caput (boulangerie pâtisserie Caput) » (consulté le ).
  39. P. L, « Maire et châtelain à Saint-Germain », (consulté le ).
  40. « Synthèse des relevés - Saint-Germain (insee: 70464) », sur memorialgenweb.org, Éric Blachais (consulté le ).
  41. INPN, « Inventaire du patrimoine naturel de Saint-Germain », sur inpn.mnhn.fr (consulté le ).
  42. INPN, « Liste des espèces menacées de Saint-Germain », sur inpn.mnhn.fr (consulté le ).