Noidans-lès-Vesoul

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Noidans-lès-Vesoul
Noidans-lès-Vesoul
Église de l'Assomption.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Intercommunalité Communauté d'agglomération de Vesoul
Maire
Mandat
Sylvain Guillemain
2020-2026
Code postal 70000
Code commune 70388
Démographie
Population
municipale
1 984 hab. (2018 en diminution de 2,02 % par rapport à 2013)
Densité 230 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 36′ 55″ nord, 6° 07′ 35″ est
Altitude Min. 215 m
Max. 434 m
Superficie 8,64 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Vesoul
(banlieue)
Aire d'attraction Vesoul
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Vesoul-1
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Noidans-lès-Vesoul
Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône
Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Noidans-lès-Vesoul
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Noidans-lès-Vesoul
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Noidans-lès-Vesoul

Noidans-lès-Vesoul est une commune française, située en banlieue sud de Vesoul, dans le département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté. La ville fait partie du canton de Vesoul-Ouest, de l'agglomération de Vesoul et de l'aire urbaine de Vesoul.

Noidans-lès-Vesoul est notamment connue pour être le siège de la logistique du constructeur automobile Peugeot-Citroën avec l'usine PSA de Vesoul qui est implantée sur le territoire de la commune. Avec ses 3 000 salariés en 2015, c'est la plus grosse et la plus importante entreprise de Haute-Saône, qui s'étend sur 121 hectares. C'est aussi le premier employeur privé du département.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Noidans-lès-Vesoul est une commune située dans l'est de la France, à 2 kilomètres du centre de Vesoul, 70 km à l'ouest de Belfort et 50 km au nord de Besançon. Le village est établi sur les coteaux surplombant la vallée du Durgeon, affluent de la Saône, à une altitude moyenne de 325 mètres. Son altitude minimale est de 215 mètres et son altitude maximale et de 434 mètres. L'altitude de la mairie de Noidans-lès-Vesoul est de 229 mètres[1].

Noidans se situe à 314 km de Paris, 484 km de Marseille, 229 km de Lyon, 576 km de Toulouse, 445 km de Nice, 583 km de Nantes, 162 km de Strasbourg, 479 km de Montpellier, 602 km de Bordeaux, 403 km de Lille, 584 km de Rennes, 240 km de Reims, 487 km de Le Havre, 277 km de Saint-Étienne et 500 km de Toulon. La plus grande ville la plus proche est Besançon à 42 km et la grande ville la plus éloignée est Brest à 794 km[2].

Situation de Noidans-lès-Vesoul.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Noidans-Lès-Vesoul et ses communes limitrophes.jpg
Noidans-lès-Vesoul
La commune Noidans-lès-Vesoul
Vesoul
La commune Vesoul
Vaivre-et-Montoille
La commune Vaivre-et-Montoille
Chariez
La commune Chariez
Andelarre
La commune Andelarre
Andelarrot
La commune Andelarrot
Échenoz-la-Méline
La commune Échenoz-la-Méline

La commune de Noidans-lès-Vesoul est limitrophe de 6 communes. Au nord-ouest, Noidans est bordée par Vaivre-et-Montoille, puis au nord-est, le Durgeon occupe la plus grande longueur de la limite avec Vesoul. Ensuite à l'est,on trouve la commune d'Échenoz-la-Méline. Plus au sud, sur les plateaux, Noidans partage les limites de son territoire avec Andelarrot et Andelarre. Pour finir à l'ouest, Noidans est limitrophe de Chariez sur le plateau séparant les deux communes.

Géologie[modifier | modifier le code]

Le territoire communal repose sur le gisement de schiste bitumineux de Haute-Saône daté du Toarcien[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Plusieurs cours d'eau et rivières traversent la ville tel le Durgeon et le ruisseau de la Fontaine au Diable[4].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Vesoul et des environs est de type océanique avec des étés tempérés[5].

Risques environnementaux[modifier | modifier le code]

Ce tableau dresse les types de catastrophes qui ont eu lieu et leurs dates :

Type de catastrophe[6] Début
Inondations et coulées de boue le
Inondations, coulées de boue et mouvements de terrain du 25 au
Inondations et coulées de boue le
Inondations et coulées de boue le
Inondations et coulées de boue du 8 au
Inondations et coulées de boue le
Inondations et coulées de boue le

Voies de communication et transport[modifier | modifier le code]

La ville est desservie par les lignes  5  et  9  des transports en commun VBus de la communauté d'agglomération de Vesoul.

La gare la plus proche de Noidans est la gare de Vesoul, située à moins de 2 kilomètres de la ville.

L'aérodrome de Vesoul - Frotey est situé à environ 5 kilomètres de Noidans.

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Noidans-lès-Vesoul est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[7],[8],[9]. Elle appartient à l'unité urbaine de Vesoul, une agglomération intra-départementale regroupant 8 communes[10] et 28 500 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[11],[12].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Vesoul dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 158 communes, est catégorisée dans les aires de 50 000 à moins de 200 000 habitants[13],[14].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (42,3 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (41,8 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (42,3 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (18,6 %), zones urbanisées (11,7 %), zones agricoles hétérogènes (10,5 %), terres arables (9,7 %), prairies (6,4 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (0,6 %), cultures permanentes (0,2 %)[15].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[16].

Morphologie urbaine[modifier | modifier le code]

Noidans fait partie de l'unité urbaine de Vesoul et de l'aire urbaine de Vesoul.

Quartiers[modifier | modifier le code]

La ville se compose de plusieurs quartiers bien distincts :

  • le vieux village autour et en contrebas de l'église ;
  • des quartiers datant des années 1950-60 essentiellement dans une couronne entourant le centre ancien, et se prolongeant pour rejoindre Vesoul par la rue des Frères-Doillon ;
  • les immeubles du quartier de la République et du Moulin de la Vèze ;
  • des habitations plus récentes, sur le coteau au-dessus du vieux village et dans les lotissements du Breuil et du Vernois.

Logement[modifier | modifier le code]

Logement[17] Chiffre de 2009
Nombre total de logements 944
Part des résidences principales, en % 94,2
Part des résidences secondaires, en % 0,8
Part des logements vacants, en % 5,0
Part des ménages propriétaires de leur résidence principale, en % 58,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Noidans serait d'origine burgonde, et signifierait « Le domaine de Nodo » (nom d'homme)[18],[19].

Évolution du toponyme[20] :

  • 1174 : Noydant ;
  • 1187 : Noydan ;
  • 1229 : Noydant sub Vesulio ;
  • 1312 : Noidant ;
  • 1404 : Noydam ;
  • 1429 : Noidan ;
  • 1740 : Noulan[21] ;
  • 1749 : Nodan[22] ;
  • 1791 : Noidans[23] ;
  • NC : Noidant les Vesoul.

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Carte départementale montrant en rouge les communes de la communauté d'agglomération de Vesoul.

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de Haute Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Vesoul. Celui-ci est scindé en 1973 et la commune intègre le canton de Vesoul-Ouest[24]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune fait désormais partie du canton de Vesoul-1.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie depuis 1969 du District urbain de Vesoul, transformé en 2001 en communauté de communes de l'agglomération de Vesoul, puis en 2012 la communauté d'agglomération de Vesoul, appartenant elle-même au pays de Vesoul et du Val de Saône.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

La mairie.

Ce tableau présente la liste des maires de Noidans-lès-Vesoul depuis 1830[25]

Liste des maires depuis la Libération
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1945 Henri Villeret    
1945 1945 Charles Charrière    
1945 1946 René Lentz    
1946 mars 1965 Carlos Bloch    
mars 1965 mars 1989 René Billet    
mars 1989 mars 2001 Serge Lafontaine    
mars 2001[26] juillet 2020 Jean-Pierre Wadoux DVG Cadre technique dans les télécoms
Réélu pour le mandat 2014-2020[27],[28]
juillet 2020 en cours Sylvain Guillemain    

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[30]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[31].

En 2018, la commune comptait 1 984 habitants[Note 3], en diminution de 2,02 % par rapport à 2013 (Haute-Saône : −1,23 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
689665675603608599584585628
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
525541537559618616603575516
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
485532558592628888759924822
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008
8299041 7461 8671 9992 1092 0962 0942 092
2013 2018 - - - - - - -
2 0251 984-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[24] puis Insee à partir de 2006[32].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école maternelle de L'Hommeret et l'école élémentaire Jules-Vallès (166 élèves à la rentrée 2016-2017[33]) accueillent les enfants de Noidans, Andelarre et Andelarrot.

Le collège René-Cassin accueille les élèves des écoles de Noidans-lès-Vesoul, Échenoz-la-Méline et Vaivre-et-Montoille.

Médias[modifier | modifier le code]

le village de Noidans est le siège de la radio Vintage. Créée en 2008, c'est une radio pop-rock associative qui a pour but de promouvoir les artistes locaux et de faire découvrir par diverses émissions le patrimoine, les associations, la faune et la flore de la Haute-Saône. Sa fréquence est de 103.4[34].

Sports[modifier | modifier le code]

Le gymnase

La ville compte de nombreux clubs et associations sportives : Football Club noidanais, La Gymnastique volontaire de Noidans, Hand-Ball Club Noidans (HBCN), Natation Vesoul Noidans, Noidans Tennis de table, Racing Tennis Club, La Roue d'or[35](RON).

La commune est dotée d'un vaste espace sportif : le complexe sportif René-Billet. Il est équipé d'un gymnase qui permet de pratiquer le basket-ball, le handball, la gymnastique, le tennis, le badminton, le volley-ball et le ping-pong à divers utilisateurs comme des associations sportives et des écoles. Il y a également un dojo pour pratiquer divers arts martiaux (judo, karaté, aïkido, ju-jitsu). Le complexe sportif René-Billet est également doté d'une piscine, ouverte en 1983, disposant de deux bassins de nage : un bassin de natation de 25 mètres sur 10 mètres et un bassin d'apprentissage de 10 mètres sur 10 mètres. À l'extérieur, on dénombre un terrain stabilisé, une piste d'athlétisme, un terrain en herbe, un mur d'escalade avec paroi en béton armé avec 21 voies, un anneau d'endurance de 4 couloirs de 300 mètres, une piste de vitesse synthétique de 100 mètres et deux courts de tennis[36],[37].

Associations[modifier | modifier le code]

Plusieurs associations sont domiciliées à Noidans : l'Association des chasseurs, Âge d'or noidanais, Anciens Combattants, Association culturelle et familiale, Fédération générale des retraités des chemins de fer, Les Fléchettes noidanaises[38]...

Salle des fêtes[modifier | modifier le code]

La salle des fêtes

La commune de Noidans-lès-Vesoul possède différentes salles. Elles sont à la disposition des Noidanais, des associations, du personnel administratif de la mairie... La salle no 1 est une salle des fêtes d'une capacité de 400 personnes. Elle sert essentiellement pour les assemblées générales ou aux réunions importantes. La salle no 2 est réservée aux Noidanais. Elle a une capacité maximum de 48 personnes assises ou 96 personnes debout. La salle no 3 peut accueillir 20 personnes[39].

Économie[modifier | modifier le code]

Zone industrielle[modifier | modifier le code]

  • Usine PSA de Vesoul ;
  • Zone industrielle Les Saussis ;
  • Zone industrielle le Durgeon 1 ;
  • Zone industrielle le Durgeon 2.

Revenus[modifier | modifier le code]

Revenus[40] Chiffre de 2009
Revenu net déclaré moyen par foyer fiscal en 2009, en euros 20 975
Foyers fiscaux imposables en % de l'ensemble des foyers fiscaux en 2009 55,2
Médiane du revenu fiscal des ménages par unité de consommation en 2010, en euros 17 953

Emploi[modifier | modifier le code]

Emplois[41] Chiffre de 2009
Emploi total (salarié et non salarié) au lieu de travail en 2009 1 471
Variation de l'emploi total au lieu de travail : taux annuel moyen entre 1999 et 2009, en % 2,6
Taux d'activité des 15 à 64 ans en 2009 73,0
Taux de chômage des 15 à 64 ans en 2009 8,9
Nombre de demandeurs d'emploi de catégorie ABC au 129

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à Noidans[modifier | modifier le code]

  • Soline Lamboley (1996), coureuse cycliste, a commencé le cyclisme dans le club de "la Roue d'Or" à Noidans.
  • Vincent Luis (1989), triathlète professionnel, champion de France, champion d'Europe, champion du monde.
  • Rémi Mathis (1982), président de Wikimédia France, historien et acteur de la diffusion de la connaissance, a étudié au collège René-Cassin de Noidans.
  • Frédéric Vichot (1959), cycliste professionnel, dirige un magasin à Noidans[42].
  • Lieutenant Patrick de Barbeyrac, qui, pilotant un mirage 3 de la BA 102 de Dijon-Longvic, a sacrifié sa vie le pour épargner la population de Noidans en crashant son avion en perdition loin des habitations[43].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Noidans-lès-Vesoul
Blason de Noidans-lès-Vesoul Blason
De gueules à la croix cousue d’azur* chargée de huit mouchetures d'hermine d’argent, deux sur la branche supérieure rangées en bande, quatre sur la traverse et deux sur la branche inférieure rangées en barre.
Détails
* Ces armes emploient le terme « cousu » dans le seul but de contrevenir à la règle de contrariété des couleurs : elles sont fautives.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Différentes altitudes de Noidans », sur le site de l'annuaire des mairies (consulté le ).
  2. « Localisation de Noidans par rapport aux grandes villes françaises », sur le site de l'annuaire des mairies (consulté le ).
  3. Marcel Lanoir, Carburants rhodaniens : les schistes bitumineux, notamment dans la Haute-Saône, vol. 7, coll. « Les Études rhodaniennes », (lire en ligne), p. 328.
  4. « Hydrographie de Noidans », sur le site de l'annuaire des mairies (consulté le ).
  5. « Climat de Noidans », sur le site de l'annuaire des mairies (consulté le ).
  6. « Risques environnementaux à Noidans », sur le site de l'annuaire des mairies (consulté le ).
  7. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Unité urbaine 2020 de Vesoul », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  11. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  12. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  13. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Vesoul », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  16. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  17. « Logement », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  18. Site de la commune de Neydans
  19. Les noms de Lieux de France page 198 - Archive.org
  20. Noidans-lès-Vesoul sur picard.genea.free.fr, consulté le 24/10/2013
  21. « Carte "SEQUANI" par N. Sanson d'Abbeville », sur biblio.unibe.ch, (consulté le ).
  22. « Carte "Partie Septentrionale du Comté de Bourgogne ou Franche-Comté" », sur www.davidrumsey.com, (consulté le ).
  23. « Carte des départemens de la Haute Saône, du Doubs et du Jura, qui composoient, ci-devant, la province de Franche-Comté », sur biblio.unibe.ch, (consulté le ).
  24. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  25. « Liste des maires depuis 1830 », sur http://www.francegenweb.org/ (consulté le ).
  26. « Jean-Pierre Wadoux sollicite un troisième mandat », L'Est républicain, édition de Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Maire depuis 2001, Jean-Pierre Wadoux repart avec une liste en partie renouvelée pour notamment respecter la parité. Sur 19 colistiers, neuf proviennent de l’ancienne équipe, « certains souhaitaient passer la main aux jeunes, tout en continuant à nous soutenir, d’autres voulaient s’engager », souligne le maire sortant, âgé de 59 ans ».
  27. Préfecture de Haute-Saône, Liste des communes de Haute-Saône, publiée le 23 janvier 2013, consultée le 18 juillet 2013
  28. « Jean-Pierre Wadoux réélu maire », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  29. « 10 ans de jumelage avec la Pologne », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  30. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  31. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  32. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  33. « Trois nouveaux enseignants à l’école primaire », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  34. « Radio Vintage », sur le site de la radio Vintage (consulté le ).
  35. « Sport à Noidans », sur le site officiel de Noidans (consulté le ).
  36. « Piscine municipale de Noidans-lès-Vesoul », sur le site de la ville de Noidans-lès-Vesoul (consulté le ).
  37. « Fiche du complexe sportif René Michel Billet », sur http://www.res.sports.gouv.fr (consulté le ).
  38. « Associations non sportives », sur le site de la ville (consulté le ).
  39. « Salle des fêtes », sur le site de la ville (consulté le ).
  40. « Revenus », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  41. « Emploi », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  42. « http://blog.france3.fr/france3hautesaone/2009/07/16/la-passion-persistante-de-frederic-vignot/ »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  43. « À la mémoire de ce jeune lieutenant », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).