Euthydème Ier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Euthydème.
Roi gréco-bactrien Euthydème Ier (223 à 200 av.J-C), atelier A, près d'Ai Khanoum.
Tétradrachme d'Euthydème. L'inscription en grec ΒΑΣΙΛΕΩΣ ΕΥΘΥΔΗΜΟΥ signifie « par le roi Euthydème »
Pièce d'Euthydème Ier, frappée à Aï Khanoum.
Pièce commémorative d'Antimaque Ier Theos, "le Dieu", mentionné au revers, pour Euthydème Ier Theos, "le Dieu", avec son profil sur la face.

Euthydème Ier ou Euthydemos ou Euthydmus (en grec : Εὐθύδημος Α΄) est un souverain de la Bactriane grecque, qui règne de 223 à 200 ou 195 av. J.-C.

Biographie[modifier | modifier le code]

Originaire de Magnésie en Grèce[S 1], Euthydème Ier a pris le pouvoir en renversant Diodote II et fondé sa propre dynastie (euthydèmide). Il étend son royaume à partir de la Sogdiane, dont il était l'ancien satrape, allant au-delà de la ville d'Alexandrie Eskhaté (actuelle Khodjent) fondée au Ferghana (en actuel Ouzbékistan) par Alexandre le Grand (-336/-323). Il reprend ainsi aux Mauryas qui dirigeaient l’Inde, les anciennes satrapies achéménides situées au sud de l’Hindū-Kūsh.

Règne[modifier | modifier le code]

On sait peu de choses de son règne jusqu'en -208, quand il est attaqué par le roi séleucide Antiochos III Mégas (-223/-187) qui envahit la Bactriane. Bien qu'il commande une armée de 10 000 cavaliers, Euthydème Ier perd la bataille sur la rivière Hari (Arios ou Areios en Grec) en Arie et doit se retirer.

Face à Antiochos III[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Antiochos III.

Il résiste ensuite avec succès à trois ans de siège dans sa ville fortifiée de Bactres, ce qui contraint Antiochos III à finalement le reconnaître comme roi. Selon Polybe, Il en fait la demande à Antiochos III[1].

Dans le conflit armé qui l'a opposé à Antiochos, il parvient, en reconnaissant une tutelle théorique exercée par le Séleucide, à maintenir l'indépendance de son royaume, en éloignant son dangereux suzerain, auquel il ne verse même par le tribut qui lui est dû[1]. De plus, il ravitaille largement l'armée séleucide, pour la voir quitter son royaume plus rapidement[2]; enfin, afin de sceller une alliance, en -206, Antiochos III offre une de ses filles en mariage au fils d'Euthydème Ier, Démétrios Ier.

Il est aussi dit par les auteurs antiques qu'Euthydème Ier négocia la paix avec Antiochos III en lui prouvant qu'il pouvait constituer une protection grâce à ses défenses contre l'invasion éventuelle de l'Asie centrale par les nomades. Cependant, ces sources, notamment Polybe, adoptent le point de vue des Grecs en lien avec Rome, ou les contours de la propagande royale séleucide; de ce fait, les adversaires orientaux des rois séleucides apparaissent souvent comme des personnages secondaires[2] ou comme des usurpateurs que la puissance royale réduit au rang de représentant du roi[2].

Après le départ de l'armée séleucide, le royaume de Bactriane semble s'être encore élargi. À l'ouest, il semble avoir contrôlé la partie du nord-est de l'Iran qui appartenait aux Parthes auparavant, ceux-ci ayant été pour un temps défaits par Antiochos III.

Disparition[modifier | modifier le code]

La mort d'Euthydème Ier a eu lieu entre 200 et 195 av. J.-C. et les dernières années de son règne ont sans doute vu le début de l'invasion de l'Inde. Son fils Démétrios Ier lui succède. Il existe de nombreuses pièces de monnaie d'Euthydème Ier le représentant à différents âges de sa vie, jeune, d'âge moyen et à la fin de sa vie.

La Bactriane durant son règne[modifier | modifier le code]

Politique expansionniste[modifier | modifier le code]

Probable statuette d'un soldat Grec, portant une version du casque Phrygien, en provenance d'un site de sépultures du IIIe siècle av. J.-C., au nord du Tian Shan. Xinjiang Region Museum, Urumqi.

Au nord, Euthydème Ier, déjà en possession de la région du Ferghana, mène des expéditions dans le Kashgar (ou Kachgar ou Kashi ou Turkestan chinois) et sur Ürümqi (aujourd'hui la capitale de la région autonome du Xinjiang, au nord-ouest de la Chine) ce qui conduit aux premiers contacts entre la Chine et l'Occident. Strabon écrit : « Ils (les Bactriens) ont étendu leur empire, même en ce qui concerne le pays des Seres (chinois) et la Phryni »[S 2]. Ces faits seraient confirmés par la découverte au nord du Tien Shan, à la porte de la Chine, de plusieurs statuettes représentant des soldats grecs. Elles sont aujourd'hui exposées au musée du Xinjiang à Ürümqi.

Liens avec la Chine[modifier | modifier le code]

La numismatique suggère également que certains échanges de technologies ont eu lieu à ces occasions. Les Gréco-bactriens ont été les premiers à utiliser le cupronickel (alliage de cuivre et de nickel) pour leur monnaie, technologie connue par les Chinois de cette époque sous le nom de « cuivre blanc » (certaines armes des royaumes combattants étaient en cuivre et nickel). L'exportation des métaux chinois, en particulier le fer, est attestée autour de cette période.

Traductions, notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

  1. Polybe, Histoire, livre XI chap. 34 v. 1
  2. Strabon, XI.XI.I [10]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bernard 1994, p. 478.
  2. a, b et c Bernard 1994, p. 479.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]


Rois Gréco-Bactriens et Indo-Grecs, et leurs territoires
d'après Osmund Bopearachchi (1991)
Territoires/
dates
Bactriane
Occidentale
Bactriane
Orientale
Paropamisades
Arachosie Gandhara Punjab occidental Punjab oriental Mathura Inde centrale
326-325 AEC Campagnes d'Alexandre le Grand Empire Nanda
305-281 AEC Empire séleucide
Séleucos Ier Nicator
Empire Maurya
Chandragupta Maurya
281-261 AEC Antiochos Ier Sôter
Fondation de Ai Khanoum (280)
261-246 AEC Antiochos II Théos Ashoka (268-232)
255-239 AEC Royaume gréco-bactrien
Diodote Ier Agathokles commemorative coin for Diodotos Sotiros.jpg
239-223 AEC Diodote II Coin of Diodotos II.jpg
240-225 AEC Antiochos Antiochos Nicator.jpg
230-200 AEC Euthydème Ier Euthydemos I Ai Khanoum.jpg
200–190 AEC Royaumes indo-grecs Empire Shunga
Démétrios Ier DemetriusCoin.jpg
190–180 AEC Euthydème II Euthydemos II.jpg Agathoclès Coin of the Bactrian king Agathokles.jpg Pantaléon Coin of Greco-Baktrian Kingdom king Pantaleon.jpg
185–170 AEC Antimaque Ier AntimachusMedaille.jpg
180–160 AEC Apollodote Ier Coin of Indo-Greek king Apollodotos I.jpg
175–170 AEC Démétrios II Coin of the Baktrian king Demetrios II.jpg
160–155 AEC Antimaque II Coin of Antimachus II.jpg
170–145 AEC Eucratide Ier Monnaie de Bactriane, Eucratide I, 2 faces.jpg Plaque d'Aï Khanoum
155–130 AEC Ménandre Ier Menander Alexandria-Kapisa.jpg Attaque de la vallée du Gange[1] Attaque de Pataliputra[2],[3],[4],[1]
145–140 AEC Invasions Yuezhi
Chute d'Ai Khanoum
(145)
Eucratides II Eukratides II young.jpg
Platon Plato Tetradrachm MZ.jpg
145–130 AEC Helioclès Ier HelioclesCoin.jpg
130–120 AEC Zoilos Ier Coin of Zoilos I.jpg Agathocléia Coin of Agathokleia.jpg Yavanarajya inscription.jpg
Inscription
Yavanarajya (en):
"Reigne des
Indo-Grecs
à Mathura"
Yavanas (en) à:
Udayagiri (en) Udayagiri Yavana warrior.jpg
120–110 AEC Lysias Anicétus Coin of Lysias.jpg Straton Ier Coin of Agathokleia & Strato.jpg Yavanas à:
Bharhut Bharhut Stupa Yavana symbolism.jpg
110–100 AEC Antialkidès Coin of Antialcidas.jpg Hélioclès II Coin of Heliocles II.jpg Pilier d'Héliodoros
100 AEC Polyxénos Coin of Indo-Greek king Polyxenos.jpg Démétrios IIIDemetrios III Aniketos.jpg Satavahanas


Yavanas à:
Sanchi Foreigners at Sanchi Stupa I North Gateway.jpg
100–95 AEC Philoxénus Coin of Philoxenos.jpg
95–90 AEC Diomédès Coin of Diomedes Soter.jpg Amyntas Coin of Amyntas Nicator.jpg Épandre Coin of Epander.jpg
90 AEC Theophilos (roi) (en) Coin of Indo-Greek king Theophilos Dikaios.jpg Peukolaos (en) Peukolaos coin.jpg Thrason (en) Thraso coin simulation.jpg
90–85 AEC Nicias (en) Coin of Indo-Greek king Nikias Soter.jpg Ménandre II (en) Coin of Menander Dikaiou.jpg Artémidore Coin of Artimedoros.jpg
90–70 AEC Hermaeus (en) HermaeusCoin.jpg Archebius (en) Coin of Indo-Greek king Archebios.jpg
Invasions Yuezhi Mauès (en) (Indo-Scythe)
75–70 AEC Telephos (en) Coin of Telephos.jpg Apollodote II (en) Coin of Appollodotos II.jpg Dynastie Mitra (en)
Dynastie Datta (en)
65–55 AEC Hippostrate (en) Coin of Hippostratos.jpg Dionysios (en) Dyonisos coin.jpg
55–35 AEC Azes Ier (en) (Indo-Scythe) Zoilos II (en) ZoilosIICoin.JPG
55–35 AEC Apollophane Coin of Apollophanes.jpg
25 AEC – 10 EC Straton II (en)
Straton III (en) Coin of Strato II.jpg
Gondopharès Ier (Indo-Parthe) Rajuvula (en) (Indo-Scythe)
Kujula Kadphises (Empire kouchan) Bhadayasa (en) (Indo-Scythe) Sodasa (en) (Indo-Scythe) Inscriptions de Yavanas à:
Karla (en)
Manmodi (en)
Nasik (en)
Shivneri
  1. a et b Bopearachchi, Monnaies Gréco-Bactriennes et Indo-Grecques, p 82-83
  2. The Geography of India: Sacred and Historic Places Educational Britannica Educational p.156
  3. Shane Wallace Greek Culture in Afghanistan and India: Old Evidence and New Discoveries 2016, p.210
  4. Rocher, Ludo (1986), The Puranas, p.254: "The Yuga Purana (en) is important primarily as a historical document. It is a matter-of-fact chronicle [...] of the Magadha empire, down to the breakdown of the Sungas and the arrival of the Sakas. It is unique in its description of the invasion and retirement of the Yavanas in Magadha."