Pentaour (fils de Ramsès III)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pentaour.

Pentaour
Image illustrative de l’article Pentaour (fils de Ramsès III)
Momie hypothétiquement identifiée comme Pentaour
Nom en hiéroglyphe
p
n
t&A wr
r
Z5
Famille
Père Ramsès III
Mère Tiyi

Pentaour est un enfant royal de la XIXe dynastie. Fils de Ramsès III et de Tiyi[1].

À la fin du règne de Ramsès III, la mère de Pentaour organise un vaste complot pour que son fils accède au trône à la place du futur Ramsès IV né de la première grande épouse royale, Iset. Le complot est démasqué au dernier moment et le prince Pentaour est condamné au suicide[2].

Généalogie[modifier | modifier le code]

La « conspiration du harem »[modifier | modifier le code]

La fin du règne de Ramsès III est marquée par deux évènements majeurs : les grèves des artisans de l'« Institution de la Tombe » à Deir el-Médineh accusant l'administration de retards chroniques dans le ravitaillement, charge de l'État en paiement des travaux exclusivement destinés à l'aménagement des sépultures royales, et le déclenchement d'une cabale de palais, la conspiration dite du harem. Le déroulement du procès des conjurés et ses rebondissements sont relatés dans le papyrus dit judiciaire de Turin. Le principal des trois fragments qui le composent est conservé au musée égyptologique de Turin. Ces événements sont également corroborés par une série de fragments, les papyri Lee, Rollin, Varzy et les « textes Rifaud ».

Selon Pierre Grandet[2], ses instigateurs[3] profitèrent vraisemblablement de l'annonce imminente de la mort du roi pour passer à l'acte. Il s'agissait de remplacer l'héritier légitime du trône, le prince Ramsès alors âgé de plus de 45 ans, par l'un de ses demi-frères, Pentaour, soutenu par sa mère, la reine Tiyi qui avait su rallier à sa cause un très grand nombre de hauts fonctionnaires et gradés de l'armée.

L'affaire, ébruitée, finit par attirer l'attention du prince Ramsès qui, l'expérience et les appuis militaires aidant, réussit à faire traduire les principaux instigateurs devant un tribunal d'exception : quarante personnes dont des prêtres accusés d'avoir eu recours à la magie noire pour parvenir à leurs fins. Trois des douze juges mandatés pour procéder à l'examen des actes d'accusation se laissèrent corrompre et vinrent grossir le nombre des prévenus.

Le papyrus judiciaire de Turin dresse plusieurs listes d'accusés. Ceux de la première voient leurs noms transformés pour les vouer à la déchéance éternelle, ils seront exécutés (sans que l'on sache précisément comment, le texte se contentant d'utiliser la formule « leur peine est venue vers eux »). Ceux de la seconde, du fait de leur proximité avec la fonction royale, Pentaour le premier, sont condamnés au suicide par empoisonnement. Les juges corrompus subissent des mutilations, oreilles et nez. L'un d'eux se suicide à la suite de cette peine infamante.

En ce qui concerne la reine Tiyi et les proches de la famille royale, les sources disponibles ne donnent aucune précision quant à leur sort. Il est fort possible que leur position dans la hiérarchie ainsi que leurs fonctions sacerdotales les aient définitivement mis à l'abri de la peine capitale. Ayant réglé la succession de son père défunt et légitimé son accession en présidant aux cérémonies funéraires, Ramsès IV put désormais commencer son propre règne qui dura six années.

La momie de Pentaour[modifier | modifier le code]

Selon les dernières recherches par IRM sur le corps de Ramsès III[4], ce dernier serait mort la gorge tranchée jusqu'aux vertèbres cervicales[5], laissant penser qu'il est mort assassiné durant la tentative de coup d'État, bien que ce dernier ait finalement échoué[5].

La même étude par IRM s'est également intéressée, outre Ramsès III, à une momie non identifiée découverte à proximité de celle du roi.

Cette momie, appelée « homme inconnu E », est celle d'un homme jeune, de 18 à 20 ans, et une analyse génétique a montré qu'il est apparenté à Ramsès III : les deux momies présentent en effet un chromosome Y identique. Ce fait, associé aux particularités du procédé de momification employé - utilisation de matériaux considérés comme impurs, notamment une peau de chèvre -, suggère fortement que l'inconnu E est la momie du prince Pentaour[4].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. A. M. Dodson & D. Hilton, The Complete Royal Families of Ancient Egypt, p. 193
  2. a et b P. Grandet, Ramsès III, p. 339-340
  3. un nombre important de membres de la famille royale et de hauts dignitaires de la cour, de l'armée, du clergé ou de l'administration ; au total plus de trente personnes.
  4. a et b Article du British Medical Journal, décembre 2012, en anglais.
  5. a et b Article du Monde (18 décembre 2012)

Bibliographie[modifier | modifier le code]