Langdarma

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant l’histoire image illustrant la monarchie image illustrant le Tibet
Cet article est une ébauche concernant l’histoire, la monarchie et le Tibet.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Langdarma
Fonction
Empereur
-
Yumten (d) et Osung (d)
Biographie
Naissance
Décès
Activité
Père
Frère
Enfants
Yumten (d)
Osung (d)Voir et modifier les données sur Wikidata

Langdarma (tibétain : གླང་དར་མ།, Wylie : gLang dar ma, chinois simplifié : 朗达玛) ou tibétain : དར་མ་འུ་དུམ་བཙན་, Wylie : dar ma u'i dum btsan (chinois simplifié : 达玛·乌东赞) ou u'i dum btsan po ou Khri 'U'i dum brtsan), dernier empereur du Tibet, régna de 838 à 842. La tradition veut qu'il ait mené une politique anti-bouddhique et favorisé l'ancienne religion autochtone, le Bön.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 838, il tue son frère le roi bouddhiste Tri Ralpachen pour accéder au trône et par opposition religieuse. Il persécute alors les moines, démantèle les institutions avant d'être à son tour assassiné par Lhalung Pelgyi Dorje, un moine qui aurait caché un arc sous ses vêtements lors d'un spectacle de danses.

Son règne fut caractérisé non seulement par des troubles internes, mais aussi par des troubles externes, notamment au nord du royaume. La mort de Langdarma en 842 marquera la fin de l'empire tibétain en Asie centrale et le début de l'ère de la fragmentation.

En effet, Langdarma a eu deux fils, Yumten, de sa première femme, et Osung de sa seconde épouse. Ils ont tous deux revendiqué le pouvoir, menant à un morcellement du territoire conquis par les précédents rois du Tibet. Yumten régnera sur le royaume central de U-Tsang (拉萨地区), et Osung sur les territoires de l'est (山南地区) [1],[2].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. (en) Rolf Stein, 1972, Tibetan Civilization. Stanford University Press, pp. 70-71. ISBN 0-8047-0806-1 (cloth); ISBN 0-8047-0901-7 (pbk).
  2. (fr) Rolf Stein, La Civilisation tibétaine, 1ère édit. Paris : Dunod (Coll. Sigma), 1962, xiv + 269 p. ; 2ème édit. revue et augmentée, Paris : L’Asiathèque, 1981, 307 p. ; 3ème édit., Paris : L’Asiathèque, 1987, ix + 307 p

Voir aussi[modifier | modifier le code]