Sévère Alexandre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sévère (homonymie).
Sévère Alexandre
Empereur romain
Image illustrative de l'article Sévère Alexandre
Denier de Sévère Alexandre.
Règne
18/19 mars 235 (~13 ans)
Période Sévères
Précédé par Élagabal
Suivi de Maximin Ier le Thrace
Biographie
Nom de naissance Gessius Bassianus Alexianus
Naissance
Arca Cæsarea (Syrie)
Décès 18/19 mars 235 (26 ans)
Moguntiacum (Germanie sup.)
Père Marcus Julius Gessius Marcianus
Mère Julia Mamaea
Épouse Orbiane (225 - 227)
Liste des empereurs romains

Sévère Alexandre (Imperator Caesar Marcus Aurelius Severus Alexander Pius Felix Augustus, Persicus Maximus (?)) est un empereur romain qui régna de 222 à 235.

Ses débuts[modifier | modifier le code]

Orbiane femme de Septime Alexandre (musée du Louvre)

Né en 208 à Arca (Tell Arqa) en Phénicie et nommé Alexianus, il est élevé par sa grand-mère Julia Mæsa, belle-sœur de Septime Sévère, et par sa mère Julia Mamaea, et reçoit une éducation soignée. Il est le petit neveu de l'empereur Septime Sévère et succède à son cousin Élagabal, qui le choisit comme César en 221. Alexianus prend alors le nom de Severus Alexander. Élagabal tente ensuite de revenir sur sa décision mais Julia Maesa provoque une révolte des prétoriens qui coûte la vie à Élagabal. Aussitôt Sévère Alexandre est nommé Auguste par le Sénat. Il prend des mesures allant à l'encontre de celles de son prédécesseur, surtout dans le domaine religieux. Ainsi, il renvoie à Émèse la pierre noire du culte solaire, qui était pour certains Romains un objet d'indignation.

Il épouse la fille de son cousin Varius Marcianus, Orbiane, déclarée Augusta et mal vue de Mammée.

Un pouvoir fragilisé[modifier | modifier le code]

Portrait d'Alexandre Sévère. Marbre, œuvre romaine, 222-235

Les sources antiques accablent Élagabal et encensent le nouvel empereur en le parant de toutes les qualités. Seul Hérodien émet des réserves : Sévère Alexandre est doux et aimable mais se révèle faible et manque d'autorité. Le nouvel empereur, sous l'influence de sa mère et de sa grand-mère, redonne un rôle important au Sénat dont douze membres vont former un « conseil de régence ou de gouvernement » autour de l'empereur. Il s'entoure de conseillers éminents tels les juristes Ulpien qui devient préfet du prétoire (commandant de la garde impériale) ou Papinien, Herennius, Modestinus. Il lance une politique d'urbanisation avec la construction de thermes qui s'élèvent sur le Champ-de-Mars. La mort de Julia Maesa en 223 affaiblit l'empereur car cette femme avait une influence forte y compris auprès de nombreux officiers. Les militaires, justement, voient d'un assez mauvais œil le rétablissement d'un régime politique dominé par les civils. Une révolte des prétoriens coûte ainsi la vie à Ulpien, tué sous les yeux de l'empereur, et l'ancien gouverneur de Pannonie, l'historien Dion Cassius préfère prendre sa retraite en Bithynie sa province natale.

En politique étrangère, l'empereur est confronté aux Perses sassanides. Ceux-ci ont refait leur unité en 227 sous la conduite du roi Ardachîr Ier et pillent la Mésopotamie et la Cappadoce en 231. L'empereur à la tête d'une armée considérable entreprend contre les Perses une campagne qui ne sera qu'un demi-succès. Il est souvent confronté à des révoltes sporadiques de ses troupes qui craignent son irrésolution. De retour à Rome en 233, l'empereur donne des Jeux Persiques qui ne suffisent cependant pas à le rendre populaire. Il lui est souvent reproché l'influence de sa mère. En 234, il se rend à Mogontiacum (Mayence) pour repousser les Germains, en particulier les Alamans, mais hésite à combattre et préfère acheter la paix. Il est taxé de mollesse par l'armée qui l'assassine sous sa tente ainsi que sa mère et proclame empereur l'un des siens, Maximin. C'est le début de la période d'anarchie militaire qui va durer jusqu'aux règnes d'Aurélien et de Dioclétien.

Sa figure a été grandie par l'Histoire Auguste.

La dynastie des Sévères prend fin comme elle a commencé, par un coup d'État. L'armée, qui a été son principal soutien, est désormais consciente de sa force : elle va jouer un rôle prépondérant dans la période qui s'ouvre.

Noms successifs[modifier | modifier le code]

  • 208, naît Gessius Bassianus Alexianus
  • 221, est fait César par Héliogabale : Imperatori Caesaris Marci Aurelii Antonini Pii Felicis Augusti Filius Divi Antonini Magni Pii Nepos Divi Severis Pronepos Marcus Aurelius Alexander
  • 222, accède à l'Empire : Imperator Caesar Marcus Aurelius Severus Alexander Pius Felix Augustus
  • 235, titulature à sa mort : Imperator Caesar Marcus Aurelius Severus Alexander Pius Felix Augustus, Pontifex Maximus, Tribuniciae Potestatis XIV, Imperator XIV, Consul III, Pater Patriae

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Hérodien, traduction de Denis Roques, Histoire des empereurs romains de Marc-Aurèle à Gordien III, Les Belles Lettres, Collection la Roue à livres, Paris, 1990, (ISBN 2-251-33903-5)
  • Paul Petit, Histoire générale de l’Empire romain, Seuil, 1974, (ISBN 2020026775)
  • François Zosso et Christian Zingg, Les Empereurs romains, édition Errance, 1995, (ISBN 2877722260)