Mohammad Nadir Shah

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Muhammad Shah.
Mohammad Nadir Shah
محمد نادر شاه
Le roi Nadir
Le roi Nadir
Titre
Roi d'Afghanistan

(4 ans et 22 jours)
Premier ministre Prince Mohammad Hashim Khan
Prédécesseur Habibullah Ghazi
Successeur Mohammad Zaher Shah
Biographie
Titre complet Al-Mutawakkil Allah, Pairaw ud-din-i-Matin-i-Islam Mohammed (Roi à qui Dieu a accordé le Royaume de l'Afghanistan et ses dépendances)
Dynastie Barakzaï
Nom de naissance Mohammad Nadir Khan
Date de naissance
Lieu de naissance Dehra Dun (Empire des Indes)
Date de décès (à 53 ans)
Lieu de décès Kaboul (Afghanistan)
Père Mohammad Yussof Khan Mosaheb
Mère Sharaf Sultana Hukumat Begum
Conjoint Mah Parwar Begum
Enfants Princesse Tahera Khanum
Prince Mohammad Taher Khan
Mohammad Zaher Shah Red crown.png
Princesse Zahra
Princesse Zamina
Princesse Sultana
Princesse Bilkis
Héritier Mohammad Zaher

Mohammad Nadir Shah
Monarques d'Afghanistan

Mohammad Nadir Shah, né Mohammad Nadir Khan le à Dehra Dun et mort assassiné le à Kaboul, est roi d'Afghanistan du au . Après sa mort, il va être connu sous le nom d'Ala-Hazrat Shahid c'est-à-dire le « roi martyr ».

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines familiales[modifier | modifier le code]

Membre de la dynastie Mohammadzaï, du clan des Barakzaï lui-même issu de la tribu des Durrani, Mohammad Nadir Khan est le fils de sardar Mohammad Yussof Khan Mosaheb de la branche des sardar (gouverneurs-régnants) de Peshawar et de Kohat. Il descend du frère de l'émir Dost Mohammad Khan.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

En 1880, son père suit l'ancien émir Mohammad Yakub Khan en exil en Inde, où naissent Mohammad Nadir Khan et ses frères. Lors de l'amnistie lancée par l'émir Habibullah accordant aux exilés politiques de rentrer au pays, le jeune Nadir Khan met le pied pour la première fois sur la terre de ses aïeux, accompagné de son père, de son oncle sardar Mohammad Assef Khan Mosaheb, ainsi que de ses frères et cousins.

Très vite, Nadir Khan gravit les échelons militaires. En février 1919, il prête allégeance au nouvel émir Amanullah Khan. Lors de la guerre d'indépendance, celui-ci lui confie le commandement du front du sud. Victorieux avec la prise de Thal sur le territoire indo-britannique, Nadir Khan voit sa popularité s'étendre sur l'ensemble du territoire. Lors d'une inspection dans le Badakhchan, il va être à l'origine d'un journal Islah qui sera plus tard transféré dans le Sud du pays avant d'être l'organe officiel de l'État durant les années 1930-1970.

En 1924, Mohammad Nadir est nommé ministre plénipotentiaire (ambassadeur) à Paris en France. Très attaché à la tradition, il désapprouve la rapidité de la politique de modernisation du roi Amanullah. Deux ans plus tard, il lui envoie sa démission et se retire sur la Côte d'Azur dans le sud de la France.

Prise du pouvoir[modifier | modifier le code]

En janvier 1929, le roi Amanullah est contraint à l'abdication et l'exil face à la rébellion dans l'Est du pays et surtout la menace d'Habibullah Ghazi dit Bacha e Saqao (« fils du porteur d'eau »); ce dernier va s'emparer de la capitale où il va imposer un régime d'anarchie et fondamentaliste. Amanullah résiste depuis Kandahar, son armée avance jusqu'à Ghazni. Mais au mois de mai, pour éviter un bain de sang inutile, l'ancien roi prend le chemin de l'exil et après un court séjour en Inde s'installe en Italie. De son côté, Mohammad Nadir Khan est rentré de la France et prend la tête de la résistance. Au mois d'octobre, son frère, le général Shah Wali Khan bat l'armée de l'usurpateur Habibullah qui s'enfuit dans les montagnes. Le lendemain, le général Mohammad Nadir Khan entre à Kaboul en héros. Aussitôt, dans l'enceinte d'Arg la citadelle royale, il s'est proclamé roi sous le nom de Mohammad Nadir Shah.

Règne[modifier | modifier le code]

Mohammad Nadir Shah dirige un gouvernement prudent et méfiant vis-à-vis à la fois des oulémas, des partisans de l'ancien roi Amanullah Khan dont il craint le retour. Dans un premier temps, il va débaptiser les édifices d'Amanullah comme les lycées Amaniyeh et Amani qui deviennent respectivement Esteqlal et Nejat, cependant que le quartier Dar-ul-Aman prend le nom de Dar-ul-fanoum. Les partisans de l'ancien roi sont surveillés et même arrêtés. Des intellectuels comme le célèbre Anis sont jetés en prison, d'autres sont exilés.
Le , Mohammad Nadir Shah fait assassiner Ghulam Nabi Khan Tcharkhi, un des hommes les plus influents dans le pays et partisan farouche d'Amanullah, à qui il avait donné des garanties de sécurité pour le rencontrer. Juste un an plus tard, le , le roi Mohammad Nadir Shah est assassiné à son tour lors d'une remise de prix par Abdul Khaliq, un jeune étudiant hazara voulant venger la mort de Tcharkhi, chez qui il avait grandi.

Le fils survivant de Mohammad Nadir Shah lui succède sur le trône sous le nom de Mohammad Zaher Shah.

Sur les autres projets Wikimedia :