Mort et funérailles d'Élisabeth II

Cette page est semi-protégée.
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Mort d'Élisabeth II)

Mort et funérailles d'Élisabeth II
Description de cette image, également commentée ci-après
La reine Élisabeth II, au sommet du G7 de 2021.

Lieu
Chronologie
Décès
Funérailles d'État

La mort d'Élisabeth II, reine du Royaume-Uni et des autres royaumes du Commonwealth, survient le jeudi au château de Balmoral, en Écosse. Après une série de processions, de cérémonies et de veillées, la dépouille royale est emmenée en Angleterre, où d'autres veillées, d'autres processions et les funérailles d'État ont lieu à Londres, avant l'inhumation à Windsor.

L'annonce est faite officiellement à 18 h 30 BST par le palais de Buckingham[n 1]. Sa mort suscite une vague d'émotion et d'hommages à travers le Royaume-Uni et le monde entier.

Les funérailles d'État ont lieu le à l'abbaye de Westminster. Enfin, la reine est inhumée à la chapelle Saint-Georges du château de Windsor.

Présentation d'Elisabeth II

À sa naissance le , sous le règne de son grand-père George V, Élisabeth II est troisième dans l'ordre de succession au trône après son oncle Edward, prince de Galles, futur Édouard VIII, et son père Albert, duc d'York, futur George VI.

À la mort de son père, Élisabeth II devient reine du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord et des autres royaumes du Commonwealth le . Son couronnement a lieu le à l'abbaye de Westminster à Londres.

Le , elle épouse Philip Mountbatten, prince de Grèce et de Danemark, avec qui elle a quatre enfants : Charles, prince de Galles, Anne, princesse royale, Andrew, duc d'York, et Edward, comte de Wessex. Son mari meurt le .

Contexte

Du au , le Royaume-Uni célèbre le jubilé de platine d'Élisabeth II commémorant ses 70 ans de règne. Les apparitions de la reine restent discrètes en raison de sa santé. Plusieurs commentateurs parlent déjà d'adieux[2],[3].

Le , au départ du château de Windsor, la reine Élisabeth II arrive en Écosse et s'installe au pavillon Craigowan en attendant que la saison des visites du château de Balmoral soit achevée. Le , elle s'y installe mais la traditionnelle cérémonie militaire qui marque son arrivée s’est déroulée cette fois à l'intérieur, sans public ni journalistes. Le Palais a justifié ce changement en évoquant le « confort » de la monarque[4].

Dans les jours précédant la mort de la reine, le Royaume-Uni commémore la mort de Diana Spencer, princesse de Galles, survenue 25 ans auparavant[5]. Lors du décès de Diana le à Paris, la reine Élisabeth II se trouvait aussi au château de Balmoral, où la famille royale passait ses vacances ; la reine y était en compagnie de son mari et ses deux petits-fils William et Harry, les enfants de Diana[6].

Le , la reine n'assiste pas, en raison de ses soucis de santé, au Highland Braemar Gathering, très célèbre rassemblement annuel de jeux traditionnels écossais, qu'elle adore, qui se déroule chaque premier week-end de septembre, à Braemar dans l’Aberdeenshire, non loin du château de Balmoral. Le prince Charles, qui la représentait, était néanmoins présent, en compagnie de Camilla et la princesse Anne[7]. La famille royale britannique y assiste depuis 1848, été où la reine Victoria et son époux le prince Albert ont commencé à prendre villégiature au château. En tant que marraine royale, Élisabeth II interrompait habituellement chaque été ses vacances pour y assister[8]. Les jeux ont été annulés en 2020 et 2021 en raison de la pandémie de Covid-19 au Royaume-Uni[9].

Le , la reine Élisabeth II voit une nouvelle Première ministre, Liz Truss, prendre ses fonctions à la suite de la démission de Boris Johnson. C'est la première fois que la reine reçoit le premier ministre au château de Balmoral au lieu du palais de Buckingham, en raison de ses problèmes de mobilité[10]. Plusieurs clichés sont alors pris dans l'après-midi montrant la reine Élisabeth II accueillir Liz Truss et lui serrer la main. Il s'agit des dernières photos de la reine en vie[11].

Chronologie

Dernières heures

Le lieu du décès, le château de Balmoral en Écosse.

Vers 12 h 30 BST, le , le palais de Buckingham annonce dans un communiqué que la reine est sous surveillance médicale au château de Balmoral après que ses médecins ont exprimé leur inquiétude. La déclaration indique : « après une nouvelle évaluation ce matin, les médecins de la reine sont préoccupés par la santé de Sa Majesté et ont recommandé qu'elle reste sous surveillance médicale. La reine reste à l'aise et à Balmoral »[12],[13]. Les chaînes de télévisions, dont la BBC, interrompent leurs émissions habituelles, les présentateurs portent des costumes sombres. C'est le premier communiqué précis concernant l'état de santé de la reine. Plusieurs spécialistes royaux déclarent que cette annonce permet de préparer les esprits à l'éventualité du décès proche de la souveraine[14]. Les quatre enfants de la reine et ses belles-filles, ainsi que les princes William et Harry, font le déplacement le jour même pour être à son chevet[15],[16].

Seuls ses enfants aînés Charles et Anne, ainsi que sa belle-fille Camilla, qui étaient déjà en Écosse, sont arrivés à Balmoral avant sa mort, mais les autres sont arrivés d'Angleterre trop tard[17],[18].

Mort de la reine

Avis de décès d'Élisabeth II affiché au public sur les grilles du palais de Holyrood, à Édimbourg.

Le à 16 h 30 BST, Liz Truss est informée de la mort de la reine[19].

À 18 h 30 BST, la BBC annonce la mort de la reine Élisabeth II, dans son château de Balmoral, à l'âge de 96 ans et après plus de 70 ans de règne[20].

L'Opération London Bridge, nom de code du plan prévu depuis les années 1960 et organisant le déroulement des journées suivant la mort de la reine, est lancée en début de soirée[21].

Entre le décès et les funérailles d'État

9 septembre

Charles et Camilla quittent Balmoral avant midi le [22]. Ils se rendent à l'aéroport d'Aberdeen pour partir à Londres[22],[23]. L'apparition de Charles à l'aéroport d'Aberdeen constitue la première fois qu'il est vu en public depuis qu'il est devenu roi[23]. Harry quitte également Balmoral ce matin-là. Les autres enfants d'Élisabeth — Anne, Andrew et Edward — restent en Écosse pour participer aux cérémonies accompagnant le cercueil royal[22].

À 13 h 0 BST, la Royal Artillery tire un salut de 96 canons depuis les remparts du château d'Édimbourg[22]. D'autres salves sont tirées au Royaume-Uni : au château de Cardiff par le 104e régiment et la Royal Artillery (en)[24], au château de Caernarfon[24], à Stonehenge, dans le Wiltshire, par le 14e régiment Royal Artillery (en) et dans les Museum Gardens (en) à York[25],[26]. Au HMNB Devonport, à Plymouth, trois canons ont tiré le salut de 96 coups[27]. Une pièce d'artillerie est tirée toutes les dix secondes, une fois pour chaque année de la vie d'Élisabeth[22]. Au HMNB Portsmouth, le salut est de 117 coups[28]. À Jersey, le salut de 96 canons est tiré par la 1781 Jersey Militia à fort Régent[29]. À Guernesey, la salve de 96 canons est tirée depuis le château Cornet[30]. Des saluts similaires sont tirés dans le Commonwealth. Les cloches de plusieurs églises sonnent à travers le royaume[22]. À Londres, le roi s'adresse à la nation à 18 h 0 BST[22]. Le , plusieurs rues d'Édimbourg, en particulier dans la vieille ville (Old Town), sont fermées en prévision des cérémonies. Toutes les poubelles côté rue sont retirées de la longueur du Royal Mile[31].

10 septembre

La dépouille de la reine reste durant une journée au château de Balmoral, afin que le personnel de la maison royale lui rende un dernier hommage[22],[32]. Le cercueil royal est exposé dans la salle de bal du château[33],[34].

Les trois plus jeunes enfants de la reine, la princesse Anne et son mari le vice admiral Sir Timothy Laurence, le prince Andrew et le prince Edward ainsi que son épouse Sophie, comtesse de Wessex, et cinq de ses petits-enfants (Peter Phillips, Zara Tindall, la princesse Beatrice, la princesse Eugenie et Lady Louise Windsor), assistent à un service à Crathie Kirk (en), près de Balmoral, et contemplent les hommages floraux à l'extérieur du château[35]. Les fils du roi, les princes William et Harry, ainsi que leurs épouses, Catherine, princesse de Galles et Meghan, duchesse de Sussex, vont ensemble voir les fleurs déposées à l'extérieur du château de Windsor[36].

11 septembre

À 10 h 0 BST, le cercueil est porté jusqu'au corbillard par six gardes-chasse du domaine de Balmoral[33],[34]. Une couronne de fleurs coupées du domaine de Balmoral recouvre le sommet de la bière. Le cercueil est drapé de l'étendard royal utilisé en Écosse[37]. De Balmoral, un cortège conduit le cercueil de la reine vers le palais de Holyroodhouse[32]. Le corbillard entre dans la ville d'Édimbourg et arrive au palais vers 16 h 0 BST le . Le cercueil repose dès lors dans la salle du trône[33],[38],[34].

12 septembre

Le , le cercueil quitte le palais de Holyroodhouse avant de parcourir le Royal Mile.

Du palais de Holyroodhouse, le cercueil est emmené en procession à travers Édimbourg jusqu'à la cathédrale Saint-Gilles, où, après un office religieux, le public peut le voir[32],[39]. Le cortège parcourt le Royal Mile dans l'après-midi du , accompagné de membres de la famille royale[39]. Les quatre enfants de la reine — Charles, Anne, Andrew et Edward — marchent derrière le corbillard, accompagnés du mari de la princesse Anne, l'amiral Laurence[39],[40]. Deux belles-filles de la reine Élisabeth — la reine Camilla et la princesse Sophie — suivent en voiture[39]. Alors que le cortège passe le long de la Canongate (en), des cris de « God Save the King » sont entendus, alors qu'un homme qui chahute le prince Andrew est saisi par des spectateurs et arrêté par la police[39]. L'homme de vingt-deux ans est accusé d'atteinte à l'ordre public (breach of the peace (en))[41]. Des soldats du Royal Regiment of Scotland portent le cercueil au catafalque à l'intérieur de l'église[39],[42]. Alexander Douglas-Hamilton, le 16e duc de Hamilton, premier pair d'Écosse, place la couronne d'Écosse sur le cercueil royal pendant le service ; il y reste tout au long de la veillée[43].

La première lecture (Ecclésiaste 3,1-15) est faite par le Premier ministre d'Écosse, Nicola Sturgeon. L'épître (Rm 8,18, 28, 31-36a, 37-39) est lue par Leo Cushley (en), archevêque catholique de Saint Andrews et Édimbourg. L'Évangile (Jn 14,1-4, 6, 27) est lu par Mark Strange (en), évêque épiscopalien écossais de Moray, de Ross, et de Caithness. L'homélie a été prononcée par Iain Greenshields (en), modérateur de l'Assemblée générale (en) de l'Église d'Écosse. Des prières sont dirigées par le doyen de la Chapelle royale en Écosse, David Fergusson (en)[44],[45].

La dépouille mortelle reste dans l'église pendant vingt-quatre heures avant d'être conduite le lendemain à l'aéroport d'Édimbourg[38]. Le cercueil est gardé constamment par la Royal Company of Archers, permettant au peuple écossais de rendre hommage à la défunte[46]. Dans la soirée, le roi, la princesse Anne, le prince Andrew et le prince Edward tiennent une veillée à l'église[46]. Cette coutume est connue sous le nom de « Veillée des Princes » (« Vigil of the Princes » (en)). C'est la première fois qu'une princesse participe[47]. La file d'attente pour l'entrée à l'église s'étendait à travers la vieille ville et le long des sentiers pédestres de The Meadows, l'un des parcs de la ville[48]. Environ 33 000 personnes défilent devant le cercueil[49]. Les gens font la queue toute la nuit[48].

13 septembre

Le cercueil est ensuite transporté à Londres[32]. L'avion qui emmène le cercueil, accompagné de la princesse Anne et de son mari Sir Timothy Lawrence, décolle de l'aéroport d'Édimbourg à 17 h 45 BST[38],[50].

Le gouvernement écossais déclare au journal i que l'étendard royal utilisé en Écosse serait remplacé par l'étendard utilisé ailleurs lors du vol vers l'Angleterre[51]. L'avion atterrit à la station RAF de Northolt à 18 h 26 BST[32]. Le cercueil est ensuite placé au palais de Buckingham dans la Bow Room, en présence de ses enfants et petits-enfants, ainsi que de leurs conjoints, dont le roi et la reine consort, le prince et la princesse de Galles et le duc et la duchesse de Sussex[38].

Le , des marins de la Royal Navy s'entraînent à tirer au moyen de cordages l'affût de canon prévu pour les funérailles d'État (Royal Navy State Funeral Gun Carriage (en)) au HMS Collingwood : 98 marins tirent l'affût de canon et 40 autres agissent comme son frein[52].

14 septembre

Le , le cercueil drapé sur son affût de canon prend la direction du palais de Westminster.
Une partie de la procession escortant le cercueil devant la foule.

Avant de gagner le palais de Westminster, le cercueil de la reine, orné de la couronne impériale d'apparat et porté sur un affût de canon de la troupe du roi de la Royal Horse Artillery (King's Troop, Royal Horse Artillery (en)), est transporté depuis le palais de Buckingham, lors d'une procession militaire de 38 minutes, à laquelle le roi, la princesse Anne, le prince Andrew, le prince Edward, le prince William, le prince Harry, l'amiral Laurence, Peter Phillips, David Armstrong-Jones et Richard de Gloucester participent[38]. La reine consort, la princesse de Galles, la comtesse de Wessex et la duchesse de Sussex suivent le cortège en voitures et sont rejointes, plus tard dans le hall, par Edward, duc de Kent et le prince Michael de Kent[53].

Les fanfares militaires interprètent des morceaux de Ludwig van Beethoven, Felix Mendelssohn et Frédéric Chopin, tandis que des battements de tambour rythment la marche, chorégraphiée à 75 pas par minute. Durant la procession, Big Ben sonne toutes les minutes et des salves sont tirées depuis Hyde Park par la Royal Horse Artillery. Des membres des trois forces armées forment une haie d'honneur lors du passage du cercueil sur la place du Parlement[38].

Peu avant 15 h 0 BST, le cercueil royal arrive à Westminster Hall, qui fait partie du palais de Westminster[38]. Après l'arrivée du cercueil, l'archevêque de Cantorbéry et le doyen de Westminster célèbrent un service de 20 minutes en présence du roi et des membres de la famille royale. Durant le service, le psaume 139 est chanté. Ensuite, le Hall de Westminster est ouvert au public[38].

Le , le cercueil de la reine sur son catafalque à Westminster Hall.

La reine repose ensuite en état pendant quatre jours sur un catafalque à Westminster Hall jusqu'au matin des funérailles, prévues le . En plus de la couronne impériale d'apparat, l'orbe et le sceptre du souverain avec croix sont placés sur le cercueil. Pendant tout ce temps, le public peut défiler pour rendre hommage[38].

15 septembre

Le , tandis que le roi et la reine consort passent la journée à Highgrove House, le prince et la princesse de Galles se rendent dans le Norfolk afin de voir les hommages et de rencontrer les personnes du public[54]. Le comte et la comtesse de Wessex se rendent à Manchester[55] et la princesse Anne et son mari à Glasgow pour effectuer des visites analogues[56].

16 septembre

Le , le roi et la reine consort visitent le Pays de Galles, concluant leur tournée des quatre nations du Royaume-Uni[57]. Ils arrivent au château de Cardiff, alors que les membres des trois forces armées marquent l'occasion par une salve au canon et une cérémonie. Le public, dont certaines personnes ont attendu toute la nuit afin d'assister à la première visite royale du nouveau règne, est autorisé à entrer l'intérieur du château[58].

On note une protestation silencieuse de 100 personnes contre la monarchie organisée par les syndicats et les militants pour l'égalité. Le couple royal commence par assister à un service de prière et de réflexion pour la reine à la cathédrale de Llandaff[59],[60]. L'archevêque du pays de Galles prononce un discours en anglais et en gallois[60],[61]. La cérémonie comprenait également une prière galloise, interprétée par la chorale et les harpistes[60]. Après le service religieux, le roi et la reine consort rencontrent le public[62]. Ils se rendent ensuite au Senedd pour recevoir leurs condoléances[60], puis le roi s'adresse au parlement en anglais et en gallois[61]. Au château de Cardiff, le roi reçoit en audience le premier ministre du pays de Galles, Mark Drakeford[61].

17 septembre

Le , au palais de Buckingham, le roi reçoit les chefs d'état-major de la défense[63]. Il a rencontre ensuite des travailleurs des services d'urgence à la salle des opérations spéciales de la police métropolitaine de Londres pour organiser certains aspects des funérailles d'État de la reine[63]. Puis, le roi et le prince de Galles visitent la file d'attente pour s'entretenir avec certains des participants[63]. Le comte et la comtesse de Wessex ont également rencontré des membres de la foule devant le palais de Buckingham[64]. Les gouverneurs généraux des royaumes du Commonwealth assistent à une réception et à un déjeuner au palais de Buckingham organisés par le roi, la reine consort, le prince et la princesse de Galles, le comte et la comtesse de Wessex, la princesse royale, le duc de Gloucester et sa duchesse Birgitte, le duc de Kent et la princesse Alexandra[63].

Dans la soirée, à partir de 18 h 0 BST, les huit petits-enfants de la reine (le prince de Galles, le duc de Sussex, les princesses Beatrice et Eugenie, Lady Louise, le Vicomte Severn, Peter Phillips et Zara Tindall) montent la garde auprès du catafalque de leur défunte grand-mère durant 15 minutes. Le prince de Galles et le duc de Sussex — spécialement autorisé par le roi pour l'occasion — portent tous deux l'uniforme[65].

18 septembre

Le , à 20 h 0 BST, une minute de silence est observée dans tout le Royaume-Uni pour rendre hommage à la reine[66].

Succession

Le roi Charles III succède à sa mère Élisabeth II en tant que roi du Royaume-Uni et des autres royaumes du Commonwealth, dès l'instant de la mort de la reine[67]. Charles est le premier monarque à accéder au trône alors qu'il séjourne en Écosse depuis l'Union des Couronnes en 1603, le peuple écossais étant dès lors placé au cœur des cérémonies funéraires, ce qui n'aurait pas été le cas si la reine était morte en Angleterre[68]. Le roi déclare le jour même en son hommage dans un communiqué diffusé par le palais de Buckingham :

Déclaration du roi Charles III concernant la mort de la reine Élisabeth II, sa mère.

The death of my beloved Mother, Her Majesty The Queen, is a moment of the greatest sadness for me and all members of my family. We mourn profoundly the passing of a cherished Sovereign and a much loved Mother. I know her loss will be deeply felt throughout the country, the Realms and the Commonwealth, and by countless people around the world.

— Charles III, A statement from His Majesty The King at the time of The Queen's death[69]

« Le décès de ma mère bien-aimée, Sa Majesté la Reine, est un moment de très grande tristesse pour moi et tous les membres de ma famille. Nous pleurons profondément la disparition d'une souveraine chérie et d'une mère bien aimée. Je sais que sa perte sera profondément ressentie dans tout le pays, les royaumes et le Commonwealth, ainsi que par d'innombrables personnes dans le monde entier[70]. »

— A statement from His Majesty The King at the time of The Queen's death[69]

Selon les dispositions de Act of Settlement 1701, le règne du nouveau roi commence immédiatement à la mort du précédent monarque. L'annonce solennelle du nouveau titre du roi est confirmée par le Conseil d'accession au palais Saint James composé du Conseil privé, du lord-maire de Londres et d'autres fonctionnaires[71].

Le lord président du Conseil, Penny Mordaunt, annonce officiellement la mort du monarque à la session du Conseil d'Accession. Le greffier du Conseil privé, Richard Tilbrook (en) lit la Accession Proclamation, confirmant ainsi le nom du nouveau monarque. La proclamation est signée par les membres de la famille royale, par le Premier ministre britannique, l'archevêque de Cantorbéry, le lord grand chancelier et le comte-maréchal. Le lord président du Conseil ordonne que la proclamation soit diffusée et que des salves d'artillerie soient tirées à la Tour de Londres et à Hyde Park. La proclamation est ensuite lue au grand public depuis le balcon de Friary Court (en) par le Garter Principal King of Arms (en), accompagné du comte-maréchal et de ses autres officiers héraldiques[71].

La proclamation est accompagnée de fanfares des trompettes d'État de la musique régimentaire (en) de la Household Cavalry. La Garde du Roi au palais Saint James est montée par la 7e compagnie des Coldstream Guards. La musique régimentaire de ce régiment est également présente[72]. Les saluts royaux sont tirés de Hyde Park et de la Tour de Londres. La King's Troop, Royal Horse Artillery tire un salut de coups de feu de six canons de 13 livres (QF 13-pounder gun (en)) à Hyde Park. (Les canons sont tirés par trente-six chevaux. Soixante et onze chevaux font partie de la procession de Wellington Barracks au parc[72].) L'Honourable Artillery Company tire le salut de soixante-deux coups depuis la Tour de Londres[72]. Bien que le salut royal habituel soit de vingt et un coups, le parc royal de Hyde Park est honoré de vingt coups supplémentaires. De même, la Tour de Londres, en tant que forteresse royale, salue d'une vingtaine de coups supplémentaires. Les vingt coups supplémentaires démontrent la loyauté de la cité de Londres[72]. Au même moment, des salves de vingt-et-un coups sont tirées à York par le 4e régiment Royal Artillery (en)[73] et à Colchester par le F (Sphinx) Parachute Battery Royal Horse Artillery (en)[74]. Au château de Cardiff, le 104e régiment Royal Artillery tire une salve de vingt-et-un coups[75]. À Guernesey, une salve de vingt-et-un coupsest tirée depuis le château Cornet[76].

Le roi est présent lors de la deuxième partie de la session du Conseil d'Accession. Il commémore la défunte reine et déclare ses engagements envers la constitution[71]. Le roi déclare que le jour des funérailles royales sera un jour férié, bien que la date de la cérémonie n'ait pas été annoncée[77],[78]. Selon les dispositions des actes d'Union de 1707, le roi jure et signe deux exemplaires d'un serment de protéger l'Église d'Écosse. La forme actuelle du serment est déterminée par le Accession Declaration Act 1910 (en)[71].

Proclamation officielle de la mort d'Élisabeth II et de l'accession de Charles III dans la cité de Londres à Cornhill.

Le Conseil d'Accession se tient généralement dans les vingt-quatre heures suivant la mort du monarque ; en l'occurrence, le conseil s'est tenu le matin du . La date du couronnement de Charles III n'est alors pas fixée. Le couronnement de sa mère Élisabeth avait par exemple eu lieu 16 mois après sa proclamation comme reine[71].

Le lendemain de la lecture de la proclamation principale à Londres, la proclamation est lue au public sur tout le territoire britannique. À Édimbourg, la proclamation est lue au public depuis la Mercat Cross par le Lord Lyon Joseph Morrow (en), le héraut en chef de l'Écosse, accompagné des trompettes d'État, des autres hérauts écossais, du Lord Provost d'Édimbourg, du shérif principal de Lothian et des Borders (en), et d'autres fonctionnaires de la cité. Cette première proclamation est, dit-on, adressée aux habitants d'Écosse. Une seconde lecture par le Lord Lyon au pont-levis du château serait adressée aux citoyens d'Edimbourg[79]. À Cardiff, la mort et la succession sont lues sur une estrade dans l'enceinte du château. La proclamation est lue en gallois par le lord-lieutenant du South Glamorgan, Morfudd Meredith, et en anglais par le Wales Herald (en), Thomas Lloyd[79]. En Irlande du Nord, la proclamation est lue depuis l'entrée officielle du château de Hillsborough par le Norroy and Ulster King of Arms (en), Robert Noel (en)[79]. Dans toute l'Angleterre et le pays de Galles, la proclamation est lue au grand public par les haut-shérifs, les maires, les lord-maires et autres[79].

Le , le roi et la reine consort Camilla s'envolent pour l'aéroport d'Édimbourg, où ils rencontrent sur le tarmac Nicola Sturgeon, le Premier ministre d'Écosse, Alister Jack, le secrétaire d'État pour l'Écosse, et Robert Aldridge, le Lord Provost[39],[80]. Ils se rendent ensuite au palais de Holyroodhouse[39]. Après que le roi et la reine aient salué à pied la foule à l'extérieur du palais, le roi inspecte la garde d'honneur des soldats du Royal Regiment of Scotland et reçoit les clés d'Édimbourg du Lord Provost lors de la cérémonie des clés (en), les rendant à nouveau aux autorités de la ville[39],[81].

Le , le roi et la reine consort se rendent à Belfast puis visitent le château de Hillsborough, résidence officielle du monarque en Irlande du Nord[46]. Ils assistent ensuite à une exposition qui met en évidence les liens de la reine Élisabeth avec l'Irlande du Nord[46]. Le roi rencontre ensuite Chris Heaton-Harris, Secrétaire d'État pour l'Irlande du Nord et les chefs de parti. Le président de l'Assemblée d'Irlande du Nord délivre un message de condoléances[46]. Après une courte réception à Hillsborough, le roi et la reine consort se rendent à la Cathédrale Sainte-Anne de Belfast avant de quitter la ville pour Londres[46].

Funérailles d'État

Contexte

Le cercueil de la reine.

Le [82], des funérailles d'État ont lieu à l'abbaye de Westminster, à Londres[77]. Ces funérailles sont les premières d'un monarque britannique dans l'abbaye depuis celles du roi George II en 1760[83], ainsi que les premières funérailles d'État dans le pays depuis celles de Winston Churchill en 1965[84]. Le mariage d'Élisabeth II et son couronnement ont eu lieu à l'abbaye et les funérailles de la mère de la reine (en), l'épouse de George VI, ont eu lieu à l'abbaye en 2002[77].

Arrivée à l'abbaye de Westminster

Des marins de la Royal Navy tirent au moyen de cordages l'affût de canon prévu pour les funérailles d'État depuis Westminster Hall jusqu'à l'abbaye de Westminster. Cette tradition a été appliquée pour les funérailles de Louis Mountbatten — l'oncle du prince Philip — ainsi que pour toutes les funérailles d'État depuis une mésaventure avec les chevaux de trait lors des funérailles de la reine Victoria (en), au cours de laquelle des marins sont intervenus[52]. À cette occasion deux minutes de silence sont observées à travers le pays à midi heure locale[85].

Service funèbre dans l'abbaye de Westminster

Le service funèbre, qui débute à 11 h 0 BST est dirigé par l'archevêque de Cantorbéry, Justin Welby, et le doyen de Westminster pour se terminer à 12 h 15 BST[86]. Le major Paul Burns, le sonneur de cornemuse attitré de la défunte reine, membre du Régiment Royal d’Écosse, conclut le service religieux en jouant un air de lamentation choisi par elle, Sleep, Dearie, Sleep[87]. Dans l'abbaye de Westminster, qui peut accueillir jusqu'à 2 200 personnes, l'assistance comprend quelque deux mille invités, dont cinq cents chefs d'État et dignitaires étrangers (en)[88]. En raison du nombre limité de sièges, les chefs d'État ne sont accompagnés que de leur conjoint et il leur avait été demandé de restreindre leurs délégations[89].

Assistance des dignitaires étrangers

Parmi l'assistance, figurent notamment[86] :

Assistance des membres de la famille royale

De nombreux membres de la famille royale sont présents dans l'abbaye de Westminster, parmi lesquels les descendants suivants de la reine[91] :

Après le service funèbre

À 12 h 15 BST, le cercueil est emmené en procession de l'abbaye de Westminster à l'arche de Wellington sur le corbillard d'État, tiré par 98 marins de la Royal Navy, précédés par la Gendarmerie royale du Canada et suivis du roi, de la princesse royale, du duc de York, du comte de Wessex, du prince de Galles, du duc de Sussex, Peter Phillips, du comte de Snowdon, du duc de Gloucester et de Sir Timothy Laurence[92]. Camilla, la reine consort, la princesse de Galles, la comtesse de Wessex et la duchesse de Sussex se sont jointes au cortège en voitures. Parvenu à Wellington Arch, le cercueil est transféré dans le nouveau corbillard d'État pour son dernier voyage vers le château de Windsor. La foule jette des fleurs au passage du véhicule[92].

Le corbillard arrive à Windsor juste après 15 h 0 BST et continue en procession à pied sur la longue promenade du château de Windsor. La foule et des membres des forces armées bordent l'avenue de trois milles, (5 km)[92]. Le roi et les principaux membres de la famille royale ont rejoint le cortège dans le quadrilatère du château de Windsor. Les cloches du castles's Sebastopol et de la Turfew Tower sonnent à chaque minute et des coups de feu sont tirés depuis le parc du château. Le roi et les membres de la famille royale rejoignent le cortège dans le quadrilatère du château de Windsor[92].

Inhumation

Juste après 16 h 0 BST, le cortège funèbre parvient au château de Windsor[92].

En présence d'une assistance plus petite et plus intime d'environ 800 invités, le service funèbre est dirigé par le doyen de Windsor David Conner, avec la bénédiction de l'archevêque de Cantorbéry Justin Welby. Le service, dont l'assistance est en grande partie composée d'anciens et actuels membres du personnel de la maison et des domaines privés de la reine, respecte des traditions symbolisant la fin de son règne. Les insignes royaux, le sceptre, puis l'orbe et enfin la couronne impériale d'État, sont retirés du dessus du cercueil par le joaillier de la Couronne (en)[92].

À la fin du dernier hymne, le roi place le drapeau du camp de la Queen's Company des Grenadier Guards sur le cercueil. Au même moment, le lord-chambellan Andrew Parker brise son bâton de fonction et le place sur le cercueil, signalant la fin de son service à la souveraine en tant que plus haut fonctionnaire de la maison royale[92].

Le cercueil de la reine est ensuite descendu dans le caveau royal situé en-dessous de la chapelle, et Paul Burns, le sonneur de cornemuse personnel de la reine, rejoue Sleep, Dearie, Sleep[93], avant une bénédiction et l'interprétation du God Save the King. La prestation de Paul Burns à Windsor avait été expressément demandée par la reine, a déclaré le palais de Buckingham[92].

Dans la soirée, à 19 h 30 BST, lors d'un service familial privé, la reine est inhumée avec son défunt mari, le duc d'Édimbourg, dans le caveau funéraire de la chapelle commémorative du roi George VI (King George VI Memorial Chapel), que la reine avait fait elle-même construire dans les années 1960, située à l'intérieur de la chapelle Saint-Georges[92].

Sur la plaque en marbre noir où figurent déjà les noms et dates des parents de la reine est gravée l'inscription : « ELIZABETH II 1926-2022 »[92].

Réactions

Londoniens réunis le soir même de sa mort devant le palais de Buckingham.

Conformément au protocole mis en place après la mort de Diana, princesse de Galles, le drapeau britannique, l'Union Jack, est mis en berne au palais de Buckingham[94], tout comme au 10, Downing Street. Le nouveau monarque étant déjà à Balmoral lorsqu'il est devenu roi, l'Étendard royal est resté volant au château immédiatement après la mort de sa mère.

Des centaines de personnes se rassemblent devant les résidences royales, dès l'annonce de la mort de la reine[94].

Réactions de la famille royale

Le roi Charles III, ainé de la reine, a rendu hommage à sa mère dans un discours le lendemain matin[95] :

« À ma Maman chérie, alors que vous entamez votre dernier grand voyage pour rejoindre mon cher feu Papa, je veux simplement dire ceci : Merci.
Merci pour votre amour et votre dévouement envers notre famille et la famille des nations que vous avez servies avec tant de diligence pendant toutes ces années.
Que des nuées d'anges te bercent de leurs chants ! »

Le roi, ainsi que la princesse Anne et le prince Edward, rendent hommage à leur mère dans l'émission spéciale diffusée sur la BBC One A Tribute to Her Majesty The Queen[96].

Le , le prince William publie une déclaration, rendant hommage à sa grand-mère qu'il a qualifiée de « reine extraordinaire »[97].

Le , le prince Harry publie une déclaration, décrivant sa grand-mère comme une « boussole » dans le devoir et le service[98].

Le , la princesse Anne a publié une déclaration, remerciant le public pour ses messages et décrivant l'opportunité d'accompagner le cercueil de sa mère de Balmoral à Londres comme « un honneur et un privilège »[99].

Le , Camilla, reine consort du Royaume-Uni, lui rend hommage à la fois pour la difficulté de sa fonction en tant que reine à ses débuts et d'une manière plus intime pour sa personne : « Cela a dû être si difficile pour elle d'être une femme solitaire. Il n'y avait pas de femmes premiers ministres ou présidents. Elle était la seule, alors je pense qu'elle s'est taillé son propre rôle ». « Elle avait ces merveilleux yeux bleus qui, lorsqu'elle souriait, illuminaient tout son visage. Je me souviendrai toujours de son sourire. Ce sourire est inoubliable »[100].

Réactions nationales

Le drapeau britannique, l'Union Jack, est mis en berne au palais de Buckingham.
  • Royaume-Uni: Liz Truss : la nouvelle Première ministre britannique conservatrice s'adresse à la nation depuis le 10, Downing Street, peu après l'annonce de la mort de la reine Élisabeth II, qui l'avait investie mardi à son poste. « Nous sommes tous dévastés par les nouvelles que nous venons d'entendre de Balmoral, déclare-t-elle. Le décès de Sa Majesté la Reine est un énorme choc pour la nation et le monde entier. La reine Élisabeth II était le rocher sur lequel le Royaume-Uni moderne s'est construit. Notre pays a grandi et prospéré sous son règne. Le Royaume-Uni est le grand pays qu'il est aujourd'hui grâce à elle […] Contre vents et marées, la reine Élisabeth II nous a apporté la stabilité et la force dont nous avions besoin […] Elle était l'esprit même du Royaume-Uni et cet esprit perdurera […] Sa vie de service s'est étendue au-delà de la plupart de nos souvenirs. En retour, elle a été aimée et admirée par les citoyens du Royaume-Uni et du monde entier »[101]. Le chef de l'opposition travailliste Keir Starmer confie qu'« au-dessus des affrontements politiques, elle ne défendait pas ce pour quoi la nation s'était battue, mais ce sur quoi elle s'était mise d'accord. Alors que la Grande-Bretagne changeait rapidement autour d'elle, ce dévouement est devenu un repère de notre monde en mouvement. Alors que notre grande ère élisabéthaine touche à sa fin, nous honorerons la mémoire de feu la reine en gardant vivantes les valeurs du service public qu'elle incarnait. »[102]
  • Écosse : Nicola Sturgeon : la Première ministre écossaise estime jeudi que la mort de la reine Élisabeth II est « un moment profondément triste pour le Royaume-Uni, le Commonwealth et le monde ». « Sa vie a été marquée par un dévouement et un service extraordinaires. Au nom du peuple écossais, je présente mes plus sincères condoléances au Roi et à la famille royale », déclare la dirigeante écossaise sur Twitter.
  • Pays de Galles : Mark Drakeford : le Premier ministre du pays de Galles se dit « incroyablement triste » de la mort d'Élisabeth II, dont il salue le « dévouement désintéressé ». « Au nom du peuple du pays de Galles, j'offre nos plus sincères condoléances à la famille de Sa Majesté en cette triste période »[103].
  • Irlande du Nord : la première ministre pressentie Michelle O'Neill a déclaré : « Personnellement, je suis reconnaissant de l'importante contribution de la reine Élisabeth et de ses efforts déterminés pour faire avancer la paix et la réconciliation entre nos deux îles. Tout au long du processus de paix, elle a montré l'exemple en établissant des relations avec ceux d'entre nous qui sont irlandais et qui partagent une allégeance et des aspirations politiques différentes d'elle-même et de son gouvernement »[104].

Dépendances de la Couronne

  • Île de Man : Alfred Cannan (en) : le ministre en chef de l'île de Man a rendu hommage : « Nous sommes tous profondément attristés d'apprendre le décès de Sa Majesté la Reine. Tout au long de son long règne, la Reine — notre Seigneur de Man — a été un phare de force et de stabilité, de fiabilité et de continuité. Elle a mené une vie consacrée au service de son peuple, donnant l'exemple pour nous tous. Au nom du gouvernement et du peuple de l'île de Man, j'adresse mes plus sincères condoléances à la famille royale en ce triste moment »[105].
  • Guernesey : sur le site du gouvernement, le lieutenant-gouverneur de Guernesey Richard Cripwell (en) a tenu à présenter ses condoléances en ces termes : « J'ai servi Sa Majesté la reine Élisabeth II dans l'armée pendant plus de 40 ans et j'ai eu l'honneur et le privilège d'être son représentant personnel au bailliage depuis . C'était mon devoir le plus triste et le plus solennel de recevoir l'annonce officielle du décès de Sa Majesté et de le transmettre aux autres dans le Bailliage. Même en cette période de grande tristesse, je sais que tout le monde au Bailliage se souviendra toujours du dévouement exceptionnel de Sa Majesté envers son peuple, de son service extraordinaire envers ceux qu'elle représentait et de son amour pour ces îles. »[106]
  • Jersey : Le lieutenant-gouverneur de Jersey par intérim Timothy Le Cocq (en) publie la déclaration officielle suivante :« Je sais que les insulaires seront profondément attristés, tout comme moi, à la nouvelle du palais de Buckingham de la mort de Sa Majesté la Reine. Il est presque impossible d'exagérer son importance dans la vie de la nation et de tous ses dominions durant ses soixante-dix années de règne. Elle a été un exemple de devoir accompli et de promesses tenues, et elle a travaillé sans relâche au cours des décennies pour le bien-être de tous ses sujets et de ceux du Commonwealth. »[107]

Territoires d'outre-mer

  • Gibraltar : Fabian Picardo : le ministre en chef de Gibraltar déclare : « J'ai écrit à Sa Majesté le Roi pour lui faire part des plus profondes condoléances du gouvernement, du peuple de Gibraltar, ainsi qu'à tous les membres de la famille royale en ces tristes instants »[108].
  • Bermudes : David Burt, Premier ministre des Bermudes, s'est exprimé : « La reconnaissance de sa longévité et l'importance de ses services confèrent à ce règne conséquent une place unique dans l'histoire. Au-delà du rôle que la reine a rempli pendant ces 70 ans au sein du Royaume-Uni et du Commonwealth, elle était mère, grand-mère et arrière-grand-mère et sa famille pleure maintenant cette perte. Au nom du Gouvernement et du peuple des Bermudes, j'exprime mes sincères condoléances à la famille royale et au peuple du Royaume-Uni »[109].

Réactions dans les royaumes du Commonwealth

  • Antigua-et-Barbuda : Gaston Browne : le Premier ministre d'Antigua-et-Barbuda déclare, « La vie de Sa Majesté personnifiait les qualités les plus simples : la tolérance et la décence. Sa capacité à inspirer et à s'unir a été l'une des nombreuses caractéristiques remarquables de sa vie que nous admirons tous »[110].
  • Australie : Anthony Albanese : le Premier ministre d'Australie présente au peuple britannique les condoléances du peuple australien, partageant la monarchie comme chef d'État. « La reine Élisabeth II a été un guide sage et encourageant, voulant toujours le meilleur pour notre nation et saluant chaque changement avec compréhension, bonne grâce et une foi inébranlable dans le jugement du peuple australien »[111].
  • Bahamas : Philip Davis : le Premier ministre des Bahamas déclare, « C'est avec un profond regret et une profonde tristesse que nous avons appris le décès de Sa Majesté la reine Élisabeth II ». Il s'exprime également « Au nom du gouvernement et du peuple du Commonwealth des Bahamas, nous offrons nos sincères condoléances aux membres de la famille royale »[112]
  • Canada : Justin Trudeau : Élisabeth II a représenté une « partie importante de l'histoire » du Canada, dont elle est chef d'État, écrit sur Twitter le Premier ministre du Canada, ajoutant qu'« elle [lui] manquera énormément »[113].
  • Grenade : Dickon Mitchell : le Premier ministre de la Grenade s'exprime, le cœur lourd et au nom du peuple grenadin, « Je suis sincèrement attristé d'apprendre le décès de Sa Majesté la reine Élisabeth II. En tant que chef du Commonwealth, le leadership constant de Sa Majesté a contribué à unir les peuples et les pays du monde entier dans une cause commune, et pour cela, on se souviendra toujours de la reine Élisabeth II. Nous pleurons son décès et continuerons d'honorer son héritage »[114].
  • Îles Salomon : Manasseh Sogavare : le Premier ministre des Îles Salomon déclare trois jours de deuil national qui auront lieu du 12 au [115]. Le gouverneur général des Îles Salomon, Sir David Vunagi, représentera le pays aux obsèques de la reine[116].
  • Jamaïque : Andrew Holness : le Premier ministre de la Jamaïque, qui exprimait plus tôt dans l'année l'envie de devenir une république comme la Barbade et de tourner la page britannique, déclare sur Twitter que « Nous [le peuple jamaïcain] nous joignons à nos frères et sœurs du Commonwealth pour pleurer son décès, et nous prions pour le réconfort des membres de sa famille et du peuple du Royaume-Uni, qui pleurent la perte de leur bien-aimée reine et matriarche »[117]
  • Nouvelle-Zélande : Jacinda Ardern : la Première ministre de Nouvelle-Zélande a été attristée en apprenant le décès de la reine Élisabeth. Elle déclare, « Je sais que je parle au nom des gens à travers la Nouvelle-Zélande en offrant nos plus sincères condoléances aux membres de la famille royale à l'occasion du décès de la reine. Pour nous, elle était une monarque très admirée et respectée, pour eux, elle était une mère et une grand-mère »[118]
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée : James Marape : le Premier ministre de Papouasie-Nouvelle-Guinée déclare que « Mama Queen », comme les Papouasiens la surnomment, « était la matriarche de notre pays autant qu'elle l'était pour sa famille et ses royaumes souverains »[119]. Le jour des obsèques de la reine, auxquelles assisteront le Premier ministre ainsi que le gouverneur général de Papouasie-Nouvelle-Guinée Sir Bob Dadae, est déclaré jour de deuil public[120].
  • Saint-Vincent-et-les-Grenadines : Ralph Gonsalves : le Premier ministre de Saint-Vincent-et-les-Grenadines décrit Élisabeth II en tant que « chef d'État qui a maintenu la stabilité pour les Britanniques au Royaume-Uni et qui, en tant que chef du Commonwealth, titulaire, a apporté d'importantes contributions à l'avancement de la démocratie, à la décolonisation des anciennes colonies britanniques » et comme une « femme de dignité »[121].

Réactions dans les autres pays du Commonwealth

Réactions internationales

Réactions d'organisations supranationales

Pays

De nombreuses personnalités (chefs d'État et maires de grandes villes mondiales, ainsi que des personnalités internationales) et institutions ont réagi dès qu'elles ont été informées de la mort d'Élisabeth II.

Manifestations

Le , en Angleterre, un manifestant Symon Hill est arrêté puis libéré par la police après avoir crié « Qui l'a élu ? » lors d'une cérémonie de proclamation pour le roi Charles III[152].

Le , à Édimbourg, un homme de 22 ans est arrêté après avoir chahuté le prince Andrew lors de la procession du cercueil de la reine à travers la ville et accusé de violation de la paix. En outre, en Écosse, une femme de 22 ans a également été arrêtée et inculpée pour avoir tenu un panneau qui contestait « l'impérialisme et la monarchie[153] ».

Des militants des droits de l'homme ont protesté après que la Grande-Bretagne a invité Mohammed Ben Salmane, le prince héritier saoudien, aux funérailles d'Élisabeth II[154]. La campagne contre l'organisation du commerce des armes a accusé l'Arabie saoudite et d'autres nations du Golfe d'avoir instrumentalisé les funérailles de la reine pour « blanchir » leurs dossiers des droits de l'homme[155].

Notes et références

Notes

  1. À 18 h 30, heure locale, Buckingham Palace annonce que « la reine est morte paisiblement à Balmoral cet après-midi »[1].

Références

  1. « Mort d'Elizabeth II : la journée qui a plongé le Royaume-Uni dans une immense tristesse », sur Ouest-France, .
  2. « Elizabeth II largement absente pour la fin de son jubilé: “Un parfum d’adieu” », sur 7 sur 7,
  3. « Les quasi-adieux des Britanniques à leur reine », sur Le Temps,
  4. Elizabeth II s’est installée dans son château de Balmoral en toute discrétion, Paris Match, 12 août 2022
  5. « Mort de Lady Di : 25 ans après, l’émotion est intacte à Londres », sur Elle,
  6. "En tant que reine et en tant que grand-mère..." : le jour où Elizabeth II s'est réconciliée avec les Britanniques en honorant Lady Diana, France Info, 9 septembre 2022
  7. Prince Charles et princesse Anne, franche rigolade au Highland Braemar Gathering, Paris Match, 5 septembre 2022
  8. Royal Protocole - Les jeux de Braemar, tradition et plaisir de vacances pour la reine Elizabeth II, Paris Match, 29 août 2022
  9. Britain’s Queen Elizabeth will not attend event in Scotland, NBC News, 2 septembre 2022
  10. « Royaume-Uni : la reine Élisabeth II officie la passation de pouvoir entre Boris Johnson et Liz Truss », sur RTL,
  11. « Les photos de la dernière apparition de la reine d'Angleterre », sur Elle,
  12. « Queen's doctors concerned for her health – palace », BBC News, (consulté le ).
  13. Davies, « Queen under medical supervision at Balmoral after doctors’ concerns », The Guardian, (consulté le ).
  14. « Santé de la reine Elizabeth : pourquoi les commentateurs royaux sont particulièrement inquiets », sur BFM TV,
  15. « Queen under medical supervision as doctors are concerned for her health. Prince Charles, Camilla and Prince William are currently travelling to Balmoral, Clarence House and Kensington Palace said », Sky News, (consulté le ).
  16. Shaw, « Duke of York, Princess Anne and Prince Edward all called to Queen's side », Plymouth Live, (consulté le ).
  17. (en-GB) « King Charles and Princess Anne only senior royals who made it to Balmoral before Queen Elizabeth died », sur The Telegraph, (ISSN 0307-1235, consulté le ).
  18. (en-CA) « Prince Charles and Princess Anne Arrived at Mother Queen Elizabeth's Side Before She Died », sur Yahoo! News, (consulté le ).
  19. (en) « Queen Elizabeth II dies: King Charles III expresses ‘greatest sadness’ upon passing of his mother in first statement as monarch – latest updates », sur The Guardian, (consulté le ).
  20. Le Monde.fr, « Mort de la reine Elizabeth II : quand la BBC a annoncé la mort de la reine du Royaume-Uni », Article,‎ (lire en ligne Accès libre).
  21. Marc Roche, « Mort d'Elizabeth II : l'opération « London Bridge is down » est lancée », sur Le Point, (consulté le ).
  22. a b c d e f g et h (en-GB) « Edinburgh Castle gun salute as Scotland mourns Queen's death », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  23. a et b (en-GB) « King Charles III boards plane for London », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. a et b (en-GB) « Queen Elizabeth II: Gun salute tribute in Cardiff », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  25. (en-GB) « Queen Elizabeth II: Yorkshire pays tribute to her 'faithful presence' », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  26. (en-GB) « Queen Elizabeth II: Gun salute tribute fired at Stonehenge », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  27. (en-GB) « Gun salute tribute for Queen in Plymouth », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  28. (en-GB) « Queen Elizabeth II: Tributes pour in across Hampshire », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  29. (en-GB) « Queen honoured with 96-gun salute in Jersey », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  30. (en-GB) « Gun salute sounds out in Guernsey », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  31. (en-GB) « Edinburgh roads close as city prepares for Queen mourners », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  32. a b c d et e (en-GB) « Plans for the Queen's lying in state and funeral », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  33. a b et c (en-GB) « Queen Elizabeth II: A day-by-day guide from now to the funeral », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  34. a b et c (en-GB) « Queen Elizabeth II's cortege arrives to huge crowds in Edinburgh », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  35. (en-GB) « Royal Family view floral tributes at Balmoral Castle gates », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. (en-GB) « William, Kate, Meghan and Harry pay respects at Windsor », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. Mort d'Elizabeth II : le cercueil de la Reine attendu à Edimbourg, TV5 Monde, 11 septembre 2022.
  38. a b c d e f g h et i (en-GB) Sean Coughlan et Claire Heald, « Queen to lie in state for four full days before state funeral », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  39. a b c d e f g h i j et k (en-GB) « Thousands line Edinburgh's streets to see Queen's coffin », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  40. (en-GB) « King leads procession behind Queen's coffin », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  41. (en-GB) « Man charged over heckling of Prince Andrew as he followed coffin », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  42. (en-GB) « Royal Regiment place Queen's coffin on catafalque », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  43. (en-GB) « Pictures of King Charles in Scotland after speech in Westminster Hall », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  44. (en-GB) « Full order of service for today's thanksgiving service for Queen Elizabeth », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne, consulté le )
  45. (en) « Edinburgh's historic cathedral will hold Scotland's farewell to The Queen », sur The Church of Scotland, (consulté le )
  46. a b c d e et f (en) « Queen Elizabeth II : A day-by-day guide from now to the funeral », sur bbc.com, (consulté le ).
  47. (en-GB) « Queen's children perform Vigil of the Princes », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  48. a et b (en-GB) Katy Scott, « Mourners queue all night to see Queen's coffin in Edinburgh », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  49. (en-GB) « Queen's coffin vigil in Edinburgh witnessed by 33,000 people », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  50. (en) Sian Traynor, « Queen Elizabeth II LIVE updates and road closures as Her Majesty leaves Edinburgh », sur edinburghlive.co.uk, (consulté le ).
  51. (en) Sally Guyoncourt, « Why the Royal Standard is being draped over the Queen's coffin instead of the Union Flag », iNews, (consulté le )
  52. a et b (en-GB) « Queen Elizabeth II: Navy officers rehearse state funeral », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  53. (en-GB) « William and Harry to walk behind Queen's coffin to Westminster Hall », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  54. « Queen procession brought back memories of Diana's funeral - William », BBC News, (consulté le ).
  55. « Queen Elizabeth II: Earl and Countess of Wessex visit Manchester », BBC News, (consulté le ).
  56. « Princess Anne meets Queen well-wishers on Scotland visit », BBC News, (consulté le ).
  57. (en-GB) « King Charles III: Llandaff prepares for Royal couple's first visit », BBC News, (consulté le ).
  58. (en-GB) « King Charles III: Public invited to greet monarch in Cardiff », BBC News, (consulté le ).
  59. (en-GB) Cathy Owen, « King Charles III's first visit to Wales - our live coverage as it happened », sur walesonline.co.uk, (consulté le ).
  60. a b c et d (en-GB) « King Charles III: Cardiff to host first visit to Wales by new monarch », BBC News, (consulté le ).
  61. a b et c (en-GB) « King Charles III in Cardiff for first Wales visit as monarch », BBC News, (consulté le ).
  62. (en-GB) David Deans, « King Charles III: What happens during Cardiff royal visit? », BBC News, (consulté le ).
  63. a b c et d (en-GB) « Saturday 17 September », sur royal.uk, (consulté le ).
  64. (en-GB) Alex Binley, « King Charles and Prince William meet people in lying-in-state queue », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  65. (en) « Princes William, Harry to stand vigil at Queen Elizabeth's coffin on Saturday », sur reuters.com, (consulté le ).
  66. (en) Sophie Morris, « UK to hold minute's silence for the Queen on Sunday in shared national moment of reflection », sur news.sky.com, (consulté le ).
  67. « Queen Elizabeth II has died, Buckingham Palace announces », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  68. (en-GB) Robert Booth, Libby Brooks et Severin Carrell, « Edinburgh crowd quiets to witness Queen's coffin and King Charles », The Guardian, (consulté le )
  69. (en-GB) « Statement from The King following the death of The Queen », sur The Royal Family, (consulté le )
  70. « Décès d'Elizabeth II : son fils, le nouveau roi Charles III, évoque «un moment de grande tristesse» », Le Parisien,‎ (lire en ligne, consulté le )
  71. a b c d et e (en-GB) Jon Kelly, « King Charles III: A guide to his Accession Council and proclamation », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  72. a b c et d (en-GB) Dominic Nicholls, « Charles III proclamation: King's Guard detachment seen for first time since the reign of King George VI : King’s Guard accompanied by band of the Coldstream Guards and State Trumpeters of the Household Cavalry at the Principal Proclamation », The Telegraph,‎ (ISSN 0307-1235, lire en ligne, consulté le )
  73. (en-GB) « Gun salute in York marks proclamation of King », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  74. (en-GB) « Colchester: Formal 21-gun salute marks Proclamation of the King », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  75. (en-GB) « King Charles III: Cardiff Castle gun salute marks proclamation », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  76. (en-GB) « Gun salute in Guernsey marks proclamation of King », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  77. a b et c (en-GB) Leo Sands, « Bank holiday approved for day of Queen's funeral », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  78. (en-GB) Andre Rhoden-Paul, « Charles praises Queen's reign as he is formally confirmed as king », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  79. a b c et d « The Proclamation : Accession Proclamation », sur College of Arms (consulté le )
  80. (en-GB) « King Charles III meets Nicola Sturgeon », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  81. (en-GB) « King Charles presented with the keys of Edinburgh », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le )
  82. « Mort d’Elizabeth II : les funérailles de la reine auront lieu le lundi 19 septembre, annonce Buckingham », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  83. « Westminster, abbaye millénaire à l'histoire étroitement liée à la royauté », sur weekend.levif.be, (consulté le ).
  84. (en) Sophie Zeldin-O'Neil, « King Charles approves bank holiday for day of Queen’s funeral », sur theguardian.com, (consulté le ).
  85. « Mort d’Elizabeth II: que va-t-il se passer dans les heures et les jours qui viennent au Royaume-Uni? », sur BFMTV (consulté le )
  86. a et b « Funérailles d'Elizabeth II : les moments forts en images », sur LExpress.fr, (consulté le ).
  87. Funérailles d'Elizabeth II : le joueur de cornemuse personnel de la reine conclut la cérémonie à Windsor, TF1, 19 septembre 2022
  88. « Queen's funeral guests: Who will - and who won't - attend », BBC News, (consulté le ).
  89. (en-GB) Jessica Elgot et Pippa Crerar, « Foreign dignitaries must share buses to travel to the Queen’s funeral », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  90. « Histoires Royales 👑 sur Instagram: "Le roi Charles III organise sa première réception au palais de Buckingham pour accueillir et remercier les chefs d’État et dignitaires du monde entier qui se sont déplacés pour assister aux funérailles de la reine Elizabeth II demain. Parmi eux, de nombreuses royautés : 📷1. Margareta et Radu de Roumanie, Alois et Sophie de Liechtenstein, Philippe et Mathilde de Belgique. 📷2. Felipe VI et Letizia d’Espagne 📷3. Willem-Alexander, Máxima et Beatrix des Pays-Bas, Jigme Khesar Wangchuck et Jetsun Pema du Bhoutan, Henri et Maria Teresa de Luxembourg, Naruhito du Japon, Albert II et Charlène de Monaco, Margrethe II et Frederik de Danemark 📷4. Anne-Marie, Paul et Marie-Chantal de Grèce, Moulay Rachid du Maroc, Harald V et Sonja de Norvège, Carl XVI Gustaf et Silvia de Suède et Simeon II de Bulgarie 📷5. Siméon II de Bulgarie, Alexander et Katherine de Serbie 📷6. Hassanal Bolkiah et Mateen Bolkiah de Brunei #royals #buckinghampalace #kingcharlesiii" », sur Instagram (consulté le )
  91. (en-GB) Court Circular, « Court Circular », The Times, (consulté le ).
  92. a b c d e f g h i et j « Your complete guide to the Queen's funeral », BBC News, (consulté le ).
  93. « Funérailles d'Elizabeth II : le joueur de cornemuse personnel de la reine conclut la cérémonie à Windsor », sur TF1,
  94. a et b (en-GB) « UK and world react to death of Queen Elizabeth II », BBC News (consulté le ).
  95. King Charles III speech: What does ‘flights of angels sing thee to thy rest’ mean?
  96. Queen Elizabeth II: Children remember 'that fantastic twinkle’
  97. Le poignant hommage du prince William à la reine Élisabeth
  98. Le prince Harry remercie sa « mamie », « boussole » au « sourire contagieux »
  99. Mort d'Elizabeth II : la princesse Anne a rendu un hommage bouleversant à sa mère
  100. Mort d'Elizabeth II : Camilla rend hommage à la reine, « femme solitaire » dans un monde dirigé par des hommes, Madame Figaro, 18 septembre 2022
  101. « Le décès d’Elisabeth II : notre suivi du 8 septembre », Le Temps,‎ (ISSN 1423-3967, lire en ligne, consulté le ).
  102. Queen Elizabeth II: in tributes
  103. (en) « Queen Elizabeth II: First Minister Mark Drakeford leads Welsh tributes », BBC, 8 septembre 2022.
  104. Irish nationalists Sinn Fein offer 'sincere sympathies' upon Queen's death
  105. Isle of Man Government, The Chief Minister of the Isle of Man, Alfred Cannan MHK, has paid tribute to a life of service, (lire en ligne)
  106. The death of Her Majesty Queen Elizabeth II
  107. Her Majesty The Queen has died, Buckingham Palace has announced
  108. a b c d e f et g « DIRECT : La reine d'Angleterre est morte, les réactions à travers le monde », sur TV5MONDE, (consulté le ).
  109. Premier: the Queen was a ‘model of strength’
  110. (en-GB) Makeida Antonio, « Antigua and Barbuda expresses condolences on the death of Queen Elizabeth II », sur Antigua Observer Newspaper (consulté le )
  111. (en) « Australia has lost a ‘wise and encouraging guide’, PM Anthony Albanese says in tribute to the Queen », The Guardian, 8 septembre 2022.
  112. (en) « Queen Elizabeth II, Britain's monarch for 70 years, dies – updates », sur www.tribune242.com (consulté le )
  113. « « Elle me manquera énormément », réagit Justin Trudeau au décès de la reine », sur www.lesaffaires.com (consulté le ).
  114. (en-US) Anglina Byron, « How Caribbean leaders mourn demise of Queen Elizabeth II », sur Associates Times a Caribbean News website, (consulté le )
  115. (en-US) Sol Star News, « THREE DAYS OF MOURNING IN HONOR OF THE DEMISE OF HER MAJESTY », sur Solomon Star News (consulté le )
  116. (en) "King Charles III Officially Declared Head of State of Solomon Islands", The Solomon Times, 13 septembre 2022
  117. « https://twitter.com/andrewholnessjm/status/1567956370586206208 », sur Twitter (consulté le )
  118. « PM mourns death of Queen Elizabeth II », sur The official website of the New Zealand Government (consulté le )
  119. (en) Lucy Craymer et Jill Gralow, « 'She was extraordinary,' New Zealand Prime Minister Ardern says as the world mourns the Queen », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le )
  120. (en) "Papua New Guinea Proclaims King Charles III as Head of State", Papua New Guinea Today, 12 septembre 2022
  121. (en) « SVG observing 10 days of mourning on the passing of Queen Elizabeth II », sur www.searchlight.vc, (consulté le )
  122. (en) Government of Barbados, « Statement At The Passing Of Her Majesty Queen Elizabeth II », sur GIS, (consulté le ).
  123. a et b (en) "Queen Elizabeth death: Pacific leaders pay tribute to fallen monarch and remember special bond", The New Zealand Herald, 9 septembre 2022
  124. a et b Le JDD, « Mort d’Elizabeth II : les réactions des chefs d'État internationaux », sur lejdd.fr (consulté le )
  125. a b c et d « Mort de la reine Elizabeth : premières réactions internationales », sur LExpress.fr, (consulté le )
  126. « Décès d’Elizabeth II : l'ONU salue une « présence rassurante » durant des décennies de changements », sur ONU Info, (consulté le ).
  127. « Les dirigeants du monde pleurent le décès de la reine Elizabeth II - Xinhua - french.news.cn », sur french.xinhuanet.com (consulté le )
  128. « Décès de la Reine Élisabeth II : Le président Tebboune présente ses condoléances au Roi Charles », sur aps.dz (consulté le )
  129. « Elizabeth II était un symbole de "réconciliation" avec l'Allemagne (président allemand) », sur LNC.nc | Les Nouvelles Calédoniennes, le Journal de Nouvelle Calédonie, (consulté le ).
  130. Agence Belga, « Décès de la reine Elizabeth II - Elizabeth II, 'une monarque d'exception qui a profondément marqué l'histoire" », sur rtl.be, (consulté le )
  131. Adrien de Marneffe, « Le mariage de la princesse Maria Laura, prévu dimanche, est maintenu malgré le décès d’Elizabeth II », sur lalibre.be, (consulté le ).
  132. Gontran Adjan, « Brésil : Bolsonaro décrète trois jours de deuil après le décès de la reine Elizabeth », sur On voit tout, (consulté le )
  133. « Elizabeth II : Xi Jinping présente ses «sincères condoléances» au Royaume-Uni », sur LEFIGARO, (consulté le )
  134. Dominique Bonnet, « Mort d’Elizabeth II, la reine Margrethe II de Danemark modifie le programme de son Jubilé d’or », sur parismatch.com, (consulté le ).
  135. « Mort d'Elizabeth II: la reine du Danemark annule une grande partie de son jubilé ce week-end », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  136. « Les chefs d’État saluent Elisabeth II qui « a marqué à jamais son siècle » », sur www.20minutes.fr (consulté le ).
  137. « Mort d'Elizabeth II : Macron salue "une amie de la France" qui "a marqué à jamais son siècle" », sur Europe 1 (consulté le ).
  138. (it) « Il messaggio di cordoglio del Presidente Draghi per la scomparsa della Regina Elisabetta II », governo.it, 8 septembre 2022.
  139. « L’empereur du Japon Naruhito rend chaleureusement hommage à Elizabeth II dans un communiqué », sur www3.nhk.or.jp (consulté le )
  140. « Elizabeth II: le premier ministre japonais déplore une «grande perte» pour le monde », sur amp.lefigaro.fr (consulté le )
  141. Nicolas Fontaine, « Les réactions des rois et reines d'Europe à l'annonce de la mort d'Elizabeth II », sur Histoires Royales, (consulté le )
  142. l'Opinion, « Roi Mohammed VI : Avec la disparition de la Reine Elizabeth, le Maroc a perdu une « grande amie » », sur L'Opinion Maroc - Actualité et Infos au Maroc et dans le monde. (consulté le ).
  143. (nl) « Reactie van Koning Willem-Alexander, Koningin Máxima en Prinses Beatrix op het overlijden van Koningin Elizabeth II », Koninklijk Huis, 8 septembre 2022.
  144. « Le Portugal rend hommage au décès de la reine Elizabeth II », sur theportugalnews.com (consulté le )
  145. « Décès d’Elizabeth II: Vladimir Poutine rend hommage à la souveraine, qui avait «l’amour, le respect de ses sujets et une autorité mondiale» », sur sudinfo.be, (consulté le )
  146. Elizabeth II était le «compas du monde», selon Ignazio Cassis, Le Nouvelliste, 9 septembre 2022
  147. Elizabeth II: son unique visite officielle en Suisse, Le Matin, 9 septembre 2022
  148. « Tunisie- Royaume-Uni : Saïed signe le registre de condoléances en hommage à la reine Elizabeth II (Photos & vidéo) », sur kapitalis.com, (consulté le )
  149. « Mort d'Elizabeth II: Najla Bouden inscrit un message de condoléances », sur mosaiquefm.net, (consulté le )
  150. « Pour Volodymyr Zelensky, la mort de la reine Elizabeth II est "une lourde perte pour le monde entier" », sur BFM TV (consulté le ).
  151. « Le Pape François pleure la disparition de la reine Elizabeth II - Vatican News », sur www.vaticannews.va, (consulté le )
  152. (en) « Protester arrests fuel concern over free speech as queen's death reignites criticism of Britain's monarchy », sur CBS News (consulté le ).
  153. (en) « Protester arrests fuel concern over free speech as queen's death reignites criticism of Britain's monarchy », sur CBS News (consulté le ).
  154. (en) « Mohammed Bin Salman: Saudi prince's controversial invitation to the Queen's funeral », sur BBC (consulté le ).
  155. (en) « Saudi prince's invitation to Queen's funeral criticized », sur i 24 News (consulté le ).

Liens externes

Sur les autres projets Wikimedia :