Épître aux Romains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Romains
Image illustrative de l’article Épître aux Romains
L'Épître aux Romains
dans le Papyrus 10 (IVe siècle).

Auteur traditionnel Paul
Datation traditionnelle vers 57
Nombre de chapitres 16
Canon biblique Épîtres pauliniennes

L'Épître aux Romains est une lettre du Nouveau Testament envoyée par l'apôtre Paul à l'Église de Rome.

Elle porte sur le contenu de la foi chrétienne. Il veut montrer que le message du Christ s'adresse aux Juifs tout comme aux non-Juifs.

Le contenu se situe dans deux registres. D'une part, il s'agit d'une lettre adressée à la communauté des chrétiens de Rome qui connaissait des tensions entre partisans du maintien des rites et lois juives et les nouveaux convertis étrangers au judaïsme; d'autre part, l'auteur expose sa vision du salut et de la foi et insiste sur l'idée qu'ils sont tous deux ouvertes aux juifs comme aux non-juifs dès lors qu'ils adhèrent au message de Jésus de Nazareth.

Rédigée dans le grec de la koinè, elle est la plus longue des épîtres de Paul et une des plus explicites sur son enseignement. Les idées qu'elle développe forment en effet le fondement de la doctrine des Églises chrétiennes au sujet de la justification par la foi. Cette épître a joué un rôle central dans l'histoire du christianisme et il représente en particulier la base de la Réforme protestante.

Rédaction[modifier | modifier le code]

Date, langue et lieu de rédaction[modifier | modifier le code]

Carte du troisième voyage missionnaire (vers 54-58)

L'Épître aux Romains fait partie des sept épîtres reconnues comme authentiquement rédigées par Paul[1].

Papyrus, Oxyrhynchus, Égypte : VIe – Épître aux Romains 1 : 1–16

La date exacte de la rédaction n'est pas mentionnée dans la lettre, mais on peut la déduire des projets de voyage qu'elle contient. Paul anticipait sur son prochain voyage à Jérusalem. On comprend généralement que la lettre a été écrite alors que les voyages en mer étaient interrompus pendant le semestre d'hiver et qu'ils reprenaient au printemps.[2] Néanmoins, la majorité des chercheurs datent aujourd'hui cette lettre de 55/56 après J.-C.[3],[4], peut-être un ou deux ans plus tard durant le troisième voyage missionnaire, à Corinthe où Paul passe l'hiver 57-58 (Ac 20,2-3). Il y annonce qu'il va bientôt se rendre à Jérusalem pour y porter des aumônes (Rm 15,25-28)[5].

En faveur de Corinthe comme lieu de rédaction, il y a entre autres le fait qu'un Gaius soit mentionné dans l'épître, qui avait accueilli Paul chez lui au moment de la rédaction de la lettre. Or, ce Gaius est probablement identique au Corinthien Gaius, baptisé par Paul. Paul le désigne respectueusement comme "l'hôte de toute l'Église", ce qui signifie probablement que Gaius hébergeait des chrétiens de passage à Corinthe[6].

Tertius écrit la lettre sous la dictée de Paul[7]. Phoibe de la ville portuaire voisine Kenchreai, où il y avait aussi une communauté chrétienne, a transmis la lettre à la communauté chrétienne à Rome. Phoibe était diacre à Kenchreai[8], ce qui, d'après Wilckens, signifie probablement qu'elle y était la personne de contact pour les chrétiens qui arrivaient ou partaient et qu'elle leur offrait une aide. Or, elle avait elle-même quelque chose à faire à Rome, et elle avait besoin du soutien des chrétiens sur place[9]. Paul demanda de l'accueillir honorablement et de l'aider après avoir été soutenu lui-même par Phoibe[10].

L'épître a été écrite en grec de la koinè. Paul étaye souvent ses propos par des citations de l'Ancien Testament notamment du livre Isaïe. Il s'appuie généralement sur la traduction grecque de l'Ancien Testament.

Genre littéraire[modifier | modifier le code]

L'épître aux Romains est une lettre d'amitié telle que l'a décrite le Pseudo-Demetrios. Les tentatives de déterminer la structure de la lettre n'ont pas donné de résultats universellement reconnus. Mais si on part de Romains 1,16–17, il devient clair que ces versets font office de propositio qui indique le thème de l'ensemble de la lettre[11].

Paul utilise dans certains passages la forme courante à son époque d'une diatribe, lorsqu'il écrit comme s'il répondait à des interpellations et à des critiques de sa thèse que le salut est accordé par la foi seule[12]. Le texte est ainsi structuré comme une discussion entre Paul et des critiques qui lui serait formulées. La forme laisse supposer que Paul soupçonnait des malentendus sur sa théologie et qu'il voulait éviter avant de venir lui-même à Rome. Au cours de la lettre, Paul change plusieurs fois d'interlocuteurs : il semble parfois s'adresser aux chrétiens juifs, puis aux chrétiens non-juifs et parfois même à l'ensemble de l’Église[13].

Dans différents passages, Paul recourt à d'autres genres littéraires plus spécifiques. Au chapitre 7, on reconnaît en particulier une prosopopée c'est-à-dire un discours qui consiste à donner la parole à une personne ou entité à la première personne[14]. Ses lecteurs connaissaient ce procédé dans les drames antiques. En se glissant ainsi dans des rôles différents, Paul montrait des choses typiques et impliquait émotionnellement ses lecteurs.[11] Comme Jésus, Paul utilise aussi le style de la parabole[15]. Il utilise par exemple à plusieurs reprises l'image de la relation entre le maître et esclave, qui se réfère à la position de l'homme face au péché ou à la grâce[16]. L'épître recourt aussi au genre littéraire de l'interprétation c'est-à-dire du commentaire savant des Écritures et qui révèle une influence du judaïsme hellénistique et des pharisiens de Jérusalem[17],[18].

Destinataire[modifier | modifier le code]

Le christianisme avait d'abord trouvé des adeptes à Rome parmi les nombreux juifs de la diaspora et dans les communautés synagogales juives, auxquelles se joignaient également des prosélytes et des non-juifs qualifiés de "craignant Dieu". Mais à l'époque de l'épître aux Romains, les chrétiens n'étaient déjà plus tolérés dans les synagogues[19]. Des conflits à ce sujet semblent avoir conduit à l'expulsion des juifs de Rome sous l'empereur Claude, comme le rapporte Suétone[20].

L'église de Rome à laquelle Paul écrivait comprenait aussi bien des juifs que des chrétiens non-juifs[21]. Les premières communautés devaient déjà avoir atteint une taille considérable et être répartie sur plusieurs églises de maison, probablement indépendantes les unes des autres (Rm 16,5.10f.14f.). Le fait qu'un tiers des personnes nommées soient des femmes, comme Junia, pourrait être un indice du rôle important que jouaient les femmes dans l'Église primitive de Rome.

Le fait que les membres de l'église devaient payer des impôts et que la plupart des noms n'étaient pas typiquement romains, suggère qu'il s'agissait d'un nom de famille. Les noms suggèrent que la plupart n'étaient pas des citoyens romains, mais des peregrini c'est-à-dire des affranchis ou des esclaves comme Narcisse[22].

Contrairement aux destinataires de ses autres lettres, Paul n'avait pas fondé la communauté romaine et ne la connaissait pas[23]. Cependant, il connaissait déjà certains membres, comme Prisca et Aquila, qui avaient quitté Rome en raison de l'édit de Claude, depuis la Grèce. .

Résumé[modifier | modifier le code]

Thèmes[modifier | modifier le code]

Rome est une Église naissante, que Paul n'a pas lui-même fondée, mais à laquelle il envisage de rendre visite. À Rome, se côtoient des judéo-chrétiens et des pagano-chrétiens. Les deux communautés initialement séparées doivent apprendre à cohabiter et coopérer.

Le thème central est le caractère universelle de la foi en Dieu. Juifs et non-Juifs sont déclarés justes devant Dieu par la foi en Jésus (Rm 3: 21-26) . La justification : tous les humains sont coupables devant Dieu et méritent sa colère (Rm 2: 1 - 3: 20), mais il y a une bonne nouvelle : la promesse de salut en Christ pour qui croit ; sa mort lave du péché dont la conséquence est la mort. (Rm 3: 21 - 5: 21) Unis à Jésus, les chrétiens expriment l'action du Saint-Esprit qui leur permet de mener une vie juste ici-bas (Rm 6-8). Enfin la réconciliation et la sensibilité à l'autre au-delà des barrières culturelles. On trouve également des conseils pour la résolution de conflits dans l'église (Rm 14: 1 - 15: 6) : prendre exemple sur Christ. (Rm 15: 1-6). Paul rappelle l'enseignement de Jésus : l'amour pour son prochain accomplit l'objectif de la loi (Rm 13: 8 - 10)[24].

Paul souligne l'importance de l'Ancien Testament et sa continuité avec le message du Christ et redonne une place particulière au peuple d'Israël dans l'histoire du salut. Il insiste néanmoins aussi sur la portée du message de Jésus pour les non-Juifs et le rôle de la foi. Paul exhorte donc les deux communautés à s'entendre et propose une théologie à ambition universelle visant à amener les Juifs et les non-Juifs à se réunir autour de la figure de Jésus.

Partie doctrinale[modifier | modifier le code]

La partie doctrinale représente la première partie de la lettre et s'étend du chapitre 1 à 12. Elle se présente sous forme d'un exposé méthodique. Paul y évoque la malédiction du péché, la détresse de l'humanité et lui oppose la justice de Dieu et sa compassion, la puissance de la grâce, la justification par la foi en Jésus-Christ, la gloire du Christ ressuscité et la force de l'action de l'Esprit[25].

Après l'exposé du salut de Dieu pour les hommes (chapitre 1 à 8), Paul examine la situation d'Israël à la lumière de l'incarnation (chapitre 9 à 11).

Le début de l'épître dans le Codex Alexandrinus

Le salut de Dieu pour les hommes (1-8)[modifier | modifier le code]

L'adresse à l'Église de Rome (1,1-17)[modifier | modifier le code]

L'épître débute par une présentation spirituelle de Paul. Il poursuit par des salutations et des actions de grâce adressées aux membres de l'Église de Rome (1,1-8). Puis l'auteur fait part de son désir de se rendre à Rome (1,9-15).

Il présente ensuite le thème principal : Dieu est venu sauver le peuple élu (les Juifs) mais aussi les païens au moyen de l'évangile annoncé par le Christ et grâce à la foi (1,16-17).

La condition des hommes devant Dieu (1,18 - 3,20)[modifier | modifier le code]

Dans un premier temps il démontre que les hommes ont besoin d'être sauvés par Dieu. Les païens notamment qui refusent de croire en lui malgré le témoignage de sa puissance créatrice. Ne se souciant pas de posséder la connaissance de Dieu, ils sont abandonnés à eux-mêmes, livrés à leur esprit insouciant, à une conduite indigne. C'est comme une punition, mais cette punition est la conséquence de l’absence d’une vraie lumière, d’un guide sûr (1,18-32). Il s'adresse ensuite à ceux qui jugent les autres à la place de Dieu pensant ainsi échapper au jugement sur leur propre conduite (2,1-6).

La vie éternelle sera pour ceux qui font le bien, qu'ils soient juifs ou païens car faire le bien ne dépend pas de l'application scrupuleuse d'une loi ou de la circoncision mais d'une disposition intérieure du cœur (2,7-29).

Quel est dans ce cas l'avantage d'être juif ? Le peuple juif a le privilège d'avoir été choisi par Dieu qui lui a confié sa Parole. Que certains ne soient pas dignes de cette confiance ne remet pas en cause la fidélité de Dieu à son peuple (3,1-8). Mais ce privilège ne rend pas les Juifs meilleurs, ils sont comme tous les Hommes, sous l'emprise d'une inclinaison à choisir le mal (3,9-18). Ainsi, la Loi révélée par Dieu permet la connaissance du péché mais son observation rigoureuse n'est pas le moyen pour avoir la vie éternelle (3,19-20).

Le moyen de la réconciliation entre l'homme et Dieu (3, 21 à 5, 21)[modifier | modifier le code]

Après avoir affirmé que le péché est présent aussi bien chez ceux qui possèdent la Loi que chez les païens, Paul entreprend de montrer que la justification est indépendante de la possession de la Loi, qu'elle est « donnée par la foi en Jésus-Christ, pour tous ceux qui croient » (3, 22).

Ce n'est pas « au nom d'une loi qu'il pratiquerait » que l'homme est sauvé, mais par la foi. Si ce n'était pas le cas, Dieu serait seulement le Dieu des juifs. Or « il est aussi le Dieu des païens, puisqu'il n'y a qu'un seul Dieu » (3, 29-30). Il n'y a qu'un seul mode de justification, commun aux païens et aux juifs : la foi.

Abraham a eu foi en Dieu avant que la Loi ne soit donnée et avant sa circoncision, qui ne fut que le signe postérieur de sa foi en Dieu. Abraham est ainsi le père des circoncis et des incirconcis (4,1-12). C'est uniquement par sa foi que Dieu l'a considéré comme un juste et lui a donné le monde en héritage; ainsi, par la foi seule, tout homme peut devenir juste devant Dieu qui a ressuscité Jésus d'entre les morts (4,13-25).

Ceux ayant la foi, grâce au Christ, sont ainsi dans l'espérance d'avoir part à la gloire de Dieu et jouissent de son amour répandu dans leur cœur par l'Esprit Saint (5,1-5). Cet amour est sans limite, car loin de punir les hommes qui ont crucifié le Christ, Il leur permet d'être sauvés par la foi (5,6-11).

Autant la mort et le péché sont la condition humaine depuis le premier homme, Adam, qui a refusé la vie avec Dieu ; autant la grâce de Dieu venant du Christ, justification qui donne la vie, est répandue gratuitement et en abondance sur tous les Hommes (5,12-21).

La grâce délivre du péché et de la Loi pour une vie nouvelle (6-8)[modifier | modifier le code]

Par le baptême en Jésus-Christ les chrétiens marchent dans une vie nouvelle. Leur corps n'est plus soumis au péché mais il est sous l'emprise de la grâce. Libéré du péché par la grâce ils sont au service de la justice, ont pour fruit la sainteté, et pour fin la vie éternelle (6).

Servant Dieu dans un esprit nouveau, les chrétiens n'ont plus besoin du régime de la Loi (7,1-6). En effet le rôle de la Loi est de canaliser les passions des péchés (7,7-25)> or, l'Esprit en Jésus-Christ qui vit en nous condamne le péché qui est dans notre chair; l'Esprit purifie, la Loi est donc inutile (8,1-8). Vivant ainsi de l'Esprit de Celui qui a ressuscité le Christ d'entre les morts, Il fera revivre nos corps mortels par ce même Esprit qui habite en nous (8,9-11). C'est à ce titre que nous sommes les enfants de Dieu et qu'il nous fera participer à sa Gloire (8,12-17).

Cette espérance et les prémices de l'Esprit que nous possédons concourent déjà à notre bien et nous aide à supporter les souffrances du temps présent (8,18-30). Cet amour de Dieu manifesté par le Christ est notre bien le plus précieux (8,31-39

La situation d'Israël (9-11)[modifier | modifier le code]

Dieu appelle tout homme à la foi, les juifs comme les non-juifs (9)[modifier | modifier le code]

En préambule, Paul témoigne de son affection pour Israël (9,1-5). Il démontre ensuite que la grâce souveraine n'est pas liée à un avantage héréditaire mais à notre volonté d'accueillir Dieu. Ainsi, Ésaü, bien que frère jumeau de Jacob n'a pu hériter de la bénédiction (9,6-13) car, comme Pharaon, il a endurci son cœur (9,14-18).

Dieu pouvant tout, il peut sembler qu'il crée certains hommes destinés à se perdre et d'autres à être sauvés. Or, Paul nous dit que les hommes qui choisissent la perdition n'ont pas été préparés pour cette voie à l'avance par Dieu, mais, qu'au contraire, Il les soutient avec patience (9,19-23).

Personne n'étant exclu de l'appel de la grâce de Dieu, le salut est offert à tous les hommes car il dépend de la foi et non de l'application d'une loi. Le Christ, cette "pierre d'achoppement" pour Israël, est venu le révéler (9,24-33).

L'évangile est pour les Juifs et les païens (Rm 10)[modifier | modifier le code]

Peinture du XVII° siècle représentant Paul écrivant ses épîtres. Rm 16, 22 précise que Tertius était son copiste.[Traduire passage]

La justice qui vient de la foi dit : ne pas se demander dans son cœur qui montera au ciel ou qui descendra dans l'abîme (Rm10: 5-7) Mais croire en la Parole de Dieu et en témoigner: "La parole est tout près de toi, dans ta bouche et dans ton cœur (Rm10: 8). Être sauvé est possible pour tous les hommes : "Si tu reconnais publiquement de ta bouche que Jésus est Le Seigneur et si tu crois dans ton cœur que Dieu l'a ressuscité, tu seras sauvé. En effet, c'est avec le cœur que l'on croit et parvient à La justice, et c'est avec la bouche que l'on affirme une conviction et parvient au salut" (Rm 10: 9-10) Il n'y a aucune différence entre le juif et le non-juif...un seul Seigneur, qui se montre généreux pour tous ceux qui font appel à Lui .. . seront sauvés (Rm 10: 12-13)

La Parole est proclamée sur toute la terre (Rm 10: 18). Mais Israël ne l'a pas compris (Rm10,16-21), sauf une partie (Rm 11: 1-10).

Par la chute d'Israël, le salut est parvenu aux nations (11,11-36)[modifier | modifier le code]

Le rejet de l'évangile par Israël a profité aux païens qui l'ont accueilli (11,11-15). Israël est comme un olivier cultivé dont des branches ont été arrachées. À leur place, des rameaux sauvages, représentant les païens, ont été greffés. C'est une grâce divine qui nous permet de bénéficier de la promesse faite à Abraham (11,16-24). Cependant choisi dès l'origine, Israël sera finalement sauvé (11,25-32). Saint Paul conclut cette partie par un hymne à la sagesse divine (11,33-36).

Enseignements pratiques pour les chrétiens (12-16)[modifier | modifier le code]

La deuxième partie de l'épître contient des enseignements pratiques pour les chrétiens (chapitre 12 à 15).

Les chrétiens sont consacrés à Dieu (12,1-2); ils sont les membres d'un seul corps (12,3-8) et ont un devoir d'amour envers leurs frères chrétiens (12,9-16) et envers les autres hommes (12,17-21). Ils sont soumis aux autorités institutionnelles qui visent le bien commun (13,1-7). Revêtus du Christ, l'amour du prochain est leur Loi (13,8-14).

Paul invite aussi à ne pas critiquer les autres selon leurs pratiques extérieures qui sont secondaires (14,1-18) mais à choisir des attitudes favorisant la communion fraternelle, de tel manière à ce que les forts portent plus d'égards aux faibles (14,19-15,13).

Paul s'adresse en fin à ses frères de Rome, à cœur ouvert, pour leur faire part de sa vocation et de ses projets de visites (15,14-33). Il termine sa lettre par des salutations à ses frères et sœurs en Christ (16,1-16) et un avertissement contre ceux qui sont la cause de scandales et de divisions (16,17-18).

Réception[modifier | modifier le code]

Commentaire antique et médiéval[modifier | modifier le code]

L'épître aux Romains a eu une histoire de l'Église comme aucun autre livre biblique. Le premier commentaire de l'épître aux Romains, qui n'existe toutefois que dans une version traduite et abrégée en latin par Rufinus, à l'exception de quelques fragments grecs, est celui d'Origène. Il y réfute entre autres les enseignements de Marcion, qui voit en Paul un adversaire de toute loi. Origène souligne en revanche la continuité entre l'Ancien et le Nouveau Testament. Le dialogue entre juifs et chrétiens est au cœur de son interprétation[26]. Pour Origène, la vie dans l'esprit s'éprouve dans la mortification du corps terrestre par l'ascétisme.

Augustin d'Hippone fut converti au christianisme par la lecture de l'épître aux Romains.[27] Il développa à partir de 'épître aux Romains la doctrine du péché originel, qui devint déterminante pour le développement ultérieur de la doctrine chrétienne. Dans la discussion avec Pélage, il a fondé la polarité de la grâce et de la loi à partir de l'épître aux Romains. L’Épître aux Romains fut commentée par Origène, Jean Chrysostome et Théodoret de Cyr. Son interprétation fut largement débattue au Ve siècle, lors de la crise pélagienne à propos de la gratuité du salut, puis approfondie au Moyen Âge par Pierre Abélard et Thomas d'Aquin.

Commentaire par les réformés[modifier | modifier le code]

Mais c'est à l'époque de la Réforme que l'épître aux Romains a eu le plus d'impact. Martin Luther a formulé sa doctrine de la justification. C'est en lisant l'épître aux Romains, plus précisément en étudiant l'épître aux Romains, qu'il élabora sa thèse selon laquelle seule la grâce de Dieu, et non les bonnes œuvres, permettait à l'homme d'être juste devant Dieu, ce qui devint plus tard un élément central de la Réforme. Il trouvait dans l'épître aux Romains les éléments et les idées centrales du christianisme et estimait que l'épître était si centrale que, même si l'on ne connaissait pas encore un autre livre biblique, on y découvrait déjà Christ et tout ce qui était important.

Philipp Melanchthon l'appelait le compendium theologiae christianae, le résumé de la théologie chrétienne. Jean Calvin avait une opinion similaire. Au cours des siècles suivants, une compréhension dogmatique et doctrinale de l'épître aux Romains a prévalu dans les Églises protestantes.

John Wesley, l'un des cofondateurs du méthodisme a vécu une conversion intérieure grâce à la Préface à l'Épître aux Romains de Luther.

Karl Barth a profondément influencé la théologie du XXe siècle. Il existe un certain nombre de cours sur l'épître aux Romains de théologiens connus.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Outils de travail et édition du texte[modifier | modifier le code]

  • Concordance de la Bible TOB(1993), Paris, LeCerf/Sociétébiblique française, 2002.
  • Nestle Eberhard et Erwin, Aland Barbara et Kurt, Karavidopoulos Johannes, Martini Carlo M., Metzger Bruce M., Novum Testamentum graece, Stuttgart, Deutsche Bibelstiftung, 2012.
  • Klaus Berger, Formen und Gattungen im Neuen Testament, Tübingen, Francke, 2005, 483 p.

Ouvrages généralistes sur les épîtres de Saint Paul[modifier | modifier le code]

  • Régis Burnet, Epîtres et lettres, Ier – IIe siècle: de Paul de Tarse à Polycarpe de Smyrne, Paris, Cerf, 2003, 458 p.

Commentaires anciens[modifier | modifier le code]

  • Abélard: Expositio in epistolam ad Romanos. Lateinisch – deutsch. Römerbriefkommentar, 3 Bände (= Fontes Christiani 26). Herder, Freiburg 2000.
  • Karl Barth: Der Römerbrief. 15. Aufl. Theol. Verlag, Zürich 1989 (ISBN 3-290-11363-9).
  • Johann Albrecht Bengel: Gnomon. Auslegung des Neuen Testamentes in fortlaufenden Anmerkungen. Bd. 2: Briefe und Offenbarung. Stuttgart 8. Aufl. 1970, S. 1–130.
  • Jean Calvin, Commentaires de l'épître aux Romains, 1540
  • Martin Luther: Vorrede zum Römerbrief. 1522. Vandenhoeck und Ruprecht, Göttingen 1982.
  • Origène, Commentarii in epistulam ad Romanos. Lateinisch und deutsch. Römerbriefkommentar, 6 Bände (= Fontes Christiani 2). Herder, Freiburg i. Br. 1990–1999.

Ouvrages modernes[modifier | modifier le code]

  • Giorgio Agamben, Le temps qui reste : un commentaire de l'épître aux Romains.
  • Karl Barth, L'Épitre aux Romains
  • Samuel Bénétreau, L'Épître de Paul aux Romains, CEB, Vaux-sur-Seine, Edifac, 1996, 1997, 2 t.
  • Alain Gignac, « Introduction et notes de la Lettre aux Romains », dans Frédéric Boyer, Jean-Pierre Prévost et Marc Sévin (dir.), la bible, Paris; Montréal, Bayard; Médiaspaul, 2001, p. 3035-3042.
  • Alain Gignac, Juifs et chrétiens à l'école de Paul de Tarse. Enjeux identitaires et éthiques d'une lecture de Rm 9-11, Montréal, Médiaspaul (Sciences bibliques; 9), 1999.
  • Simon Légasse, L'Épître de Paul aux Romains, Cerf, 2002, 1 008 p.
  • Dominique Martens, La justification par la foi dans Romains 3,21-26. Pas sans Dieu. Pas sans l'homme. Pas sans le Christ, coll. « Connaître la Bible », no 52, Bruxelles, Lumen Vitae, 2008, 80 p. (ISBN 978-2-87324-340-1).
  • Ekkehard W. Stegemann, Le sujet de l'épître aux Romains et Romains 9-11, dans Le déchirement, Juifs et chrétiens au premier siècle. Daniel Marguerat éditeur, 1996.

Ouvrages en anglais et allemand[modifier | modifier le code]

  • Klaus Berger: Gottes einziger Ölbaum. Betrachtungen zum Römerbrief. Quell-Verlag, Stuttgart 1990 (ISBN 3-7918-1414-1).
  • Joseph Fitzmyer: Romans. A New Translation with Introduction and Commentary (= The Anchor Bible 33). Doubleday, New York u. a. 1993 (ISBN 0-385-23317-5).
  • Raniero Cantalamessa: Als neuer Mensch leben. Die geistliche Botschaft des Römerbriefes. Aus dem Italienischen von Ingrid Stampa. Herder, Freiburg i. Br. 2003 (ISBN 3-451-28020-5).
  • Joachim Cochlovius: Leben im Zeichen des Kreuzes. Eine Auslegung des Römerbriefs. Hänssler, Neuhausen-Stuttgart 1997 (ISBN 3-7751-2651-1).
  • Walter Lüthi: Der Römerbrief. Brunnen-Verlag, Gießen u. a. 2001 (ISBN 3-7655-3711-X).
  • Bruce, F. F., The Epistle of Paul to the Romans: An Introduction and Commentary, Leicester, England, Inter-Varsity Press, coll. « Tyndale New Testament Commentaries », (ISBN 0851118550)
  • Dunn, J. D. G., Romans 1–8, Dallas, Texas, Word Books, Publisher, coll. « Word Bible Commentary », 1988a
  • Dunn, J. D. G., Romans 9–16, Dallas, Texas, Word Books, Publisher, coll. « Word Bible Commentary », 1988b
  • Joseph A. Fitzmyer, Romans: A New Translation with Introduction and Commentary, New York, Doubleday, coll. « Anchor Bible »,
  • Eduard Lohse: Der Brief an die Römer (= Kritisch-exegetischer Kommentar über das Neue Testament 4). Vandenhoeck und Ruprecht, Göttingen 15. Aufl. (1. Aufl. dieser Auslegung) 2003 (ISBN 3-525-51630-4).
  • Rudolf Pesch: Römerbrief (= Die neue Echter-Bibel 6). Echter-Verlag, Würzburg 3. Aufl. 1994 (ISBN 3-429-00844-1) (allgemeinverständlich)
  • Rutherford, Graeme (1993). The Heart of Christianity: Romans [chapters] 1 to 8. Second ed. Oxford, Eng.: Bible Reading Fellowship. 248 p. (ISBN 0-7459-2810-2)
  • Stuhlmacher, Peter, Paul's Letter to the Romans: A Commentary, Westminster, John Knox Press, (ISBN 0-664-25287-7)
  • Heinrich Warnecke, Die tatsächliche Romfahrt des Apostels Paulus, Stuttgart, Verlag Katholisches Bibelwerk, Stuttgarter Bibelstudien 127, 1989.
  • Ulrich Wilckens: Der Brief an die Römer (= Evangelisch-Katholischer Kommentar zum Neuen Testament 6). Neukirchener Verlag, Neukirchen-Vluyn u. a. 1978–1982 (ausführlichster Kommentar)
  • Volume 1: Röm 1–5, 1978 2. Aufl. 1987 (ISBN 3-545-23103-8).
  • Volume 2: Röm 6–11, 1980 4. Aufl. 2003 (ISBN 3-545-23104-6).
  • Volume 3: Röm 12–16, 1982 3. Aufl. 2003 (ISBN 3-545-23105-4).

Références[modifier | modifier le code]

  1. "Finally, there are seven letters that virtually all scholars agree were written by Paul himself: Romans, 1 and 2 Corinthians, Galatians, Philippians, 1 Thessalonians, and Philemon. These 'undisputed' epistles are similar in terms of writing style, vocabulary, and theology. In addition, the issues that they address can plausibly be situated in the early Christian movement of the 40s and 50s of the Common Era, when Paul was active as an apostle and missionary." Bart Ehrman (2000, 2nd ed.). The New Testament: A Historical Introduction to the Early Christian Writings.
  2. Stefan Schreiber : Der Römerbrief, Stuttgart 2020, p. 292.
  3. Michael Theobald : Der Römerbrief. Wissenschaftliche Buchgesellschaft, Darmstadt 2000 (ISBN 3-534-10912-0), p. 27.
  4. Modèle:RGG, ici sp. 612.
  5. Michael Theobald, Der Römerbrief, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, (ISBN 3-534-10912-0 et 978-3-534-10912-8, OCLC 45860548, lire en ligne)
  6. Ulrich Wilckens : Der Brief an die Römer (Röm 12-16), Neukirchen-Vluyn 1982, p. 146.
  7. Dunn, xliv; Stuhlmacher, 5
  8. οὖσαν διάκονον τῆς ἐκκλησίας τῆς ἐν Κεγχρεαῖς
  9. Dunn, xliv
  10. Ulrich Wilckens : Der Brief an die Römer (Röm 12-16), Neukirchen-Vluyn 1982, p. 131 et suivantes.
  11. a et b Stefan Schreiber : Der Römerbrief, Stuttgart 2020, p. 291.
  12. Bullinger, E. W. (Ethelbert William), 1837-1913, author., The church epistles (Romans to Thessalonians) : their importance, order, inter-relation, structure, scope, and interpretation (OCLC 854162492, lire en ligne)
  13. Klaus Berger, « Hellenistische Gattungen im Neuen Testament », dans Religion (Vorkonstantinisches Christentum: Leben und Umwelt Jesu; Neues Testament; Kanonische Schriften und Apokryphen [Forts.]), De Gruyter, (lire en ligne), p. 308
  14. Klaus Berger, « Hellenistische Gattungen im Neuen Testament », dans Religion (Vorkonstantinisches Christentum: Leben und Umwelt Jesu; Neues Testament; Kanonische Schriften und Apokryphen [Forts.]), De Gruyter, (lire en ligne), p. 127-134
  15. Klaus Berger, « Hellenistische Gattungen im Neuen Testament », dans Religion (Vorkonstantinisches Christentum: Leben und Umwelt Jesu; Neues Testament; Kanonische Schriften und Apokryphen [Forts.]), De Gruyter, (lire en ligne), p. 95
  16. Klaus Berger, « Hellenistische Gattungen im Neuen Testament », dans Religion (Vorkonstantinisches Christentum: Leben und Umwelt Jesu; Neues Testament; Kanonische Schriften und Apokryphen [Forts.]), De Gruyter, (lire en ligne), p. 101
  17. Theobald : Der Römerbrief, 2000, p. 87-88.
  18. Klaus Berger, « Hellenistische Gattungen im Neuen Testament », dans Religion (Vorkonstantinisches Christentum: Leben und Umwelt Jesu; Neues Testament; Kanonische Schriften und Apokryphen [Forts.]), De Gruyter, (lire en ligne), p. 172
  19. Rodgers, « JOSEPH A. FITZMYER, Romans, A New Translation with Introduction and Commentary, Anchor Bible, Vol. 33 (Doubleday, New York, 1993), pp. 793 $ US $40.00. », Novum Testamentum, vol. 37, no 2,‎ , p. 202–204 (ISSN 0048-1009 et 1568-5365, DOI 10.1163/1568536952662745, lire en ligne, consulté le )
  20. Suétone : Claude 25,4 ; cf. .
  21. Walter Harrelson, « The New Interpreter's Bible Volume 1: General and Old Testament Articles, Genesis, Exodus, Leviticus; Edited by Leander E. Keck et al. Nashville, Abingdon, 1994. 1195 pp. $65.00 », Theology Today, vol. 52, no 3,‎ , p. 406–410 (ISSN 0040-5736 et 2044-2556, DOI 10.1177/004057369505200316, lire en ligne, consulté le )
  22. Peter Lampe : Die Stadtrömischen Christen in den ersten beiden Jahrhunderten. Recherches sur l'histoire sociale. (WUNT 2/18), Mohr, Tübingen 1987 ; 2. erg. A. ibid. 1989 (ISBN 3-16-145422-7), p. 138-153.
  23. B.D. Chilton, « Book Reviews : Frank E. Gaebelein (ed.), The Expositor's Bible Commentary, Volume 9: John by M.C. Tenney, and Acts by R.C. Longenecker. Zondervan, 1981. Pp. 573. $19.95 », Journal for the Study of the New Testament, vol. 7, no 20,‎ , p. 125–125 (ISSN 0142-064X et 1745-5294, DOI 10.1177/0142064x8400702018, lire en ligne, consulté le )
  24. Roselyne Dupont-Roc, « Peut-on parler de « loi naturelle » chez saint Paul ? », Transversalités, vol. 117, no 1,‎ , p. 55 (ISSN 1286-9449 et 2259-3799, DOI 10.3917/trans.117.0055, lire en ligne, consulté le ).
  25. Nouveau Testament. TOB. Introduction à l'Epitre aux Romains, Paris, Cerf et Les Bergers et les Mages., 1975;, p. 446
  26. Sœur Thérèse Heither OSB : Origène - un exégète moderne.
  27. Augustin : Confessiones VIII 2,2-4.

Liens externes[modifier | modifier le code]