Nicola Sturgeon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Nicola Sturgeon
Nicola Sturgeon en 2015.
Nicola Sturgeon en 2015.
Fonctions
Première ministre d'Écosse
En fonction depuis le
(1 an 8 mois et 11 jours)
Monarque Élisabeth II
Gouvernement Sturgeon I et II
Législature 4e
Coalition SNP
Prédécesseur Alex Salmond
Leader du Parti national écossais
En fonction depuis le
Prédécesseur Alex Salmond
Ministre écossaise des Infrastructures, des Investissements et de la Ville
Premier ministre Alex Salmond
Gouvernement Salmond II
Prédécesseur Alex Neil
Successeur Keith Brown
Ministre de la Santé et du Bien-être
Premier ministre Alex Salmond
Gouvernement Salmond I et II
Prédécesseur Andy Kerr
Successeur Alex Neil
Vice-Première ministre
Premier ministre Alex Salmond
Gouvernement Salmond I et II
Prédécesseur Nicol Stephen
Successeur John Swinney
Biographie
Date de naissance (46 ans)
Lieu de naissance Irvine, Écosse
Nationalité Britannique
Parti politique SNP
Conjoint Peter Murrell
Diplômé de Université de Glasgow
Profession Solliciteur
Résidence Bute House, Édimbourg

Nicola Ferguson Sturgeon, née le à Irvine, dans le North Ayrshire, est une femme politique britannique écossaise, chef du Parti national écossais (SNP) depuis le et Première ministre d'Écosse depuis le 20 novembre de la même année. Elle est la première femme à accéder à ce poste.

Biographie[modifier | modifier le code]

Elle étudie le droit à l'université de Glasgow, où elle obtient son bachelor of Laws et un diplôme de pratique juridique (legal practice), qui lui permet de travailler comme solliciteur à Drumchapel, un quartier de Glasgow.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Elle est en couple avec Peter Murrell depuis 2003. Ils se sont mariés le et vivent actuellement à Glasgow.

Activité politique[modifier | modifier le code]

Débuts militants[modifier | modifier le code]

À l'université, elle était active au sein de la Fédération des étudiants nationalistes (FSN), parfois appelée « SNP étudiants », à travers l'Association nationaliste écossaise de l'université de Glasgow (GUSNA).

En 1986, elle adhère au Parti national écossais (SNP) et devient coordinatrice adjointe pour la jeunesse et coordinatrice adjointe pour la propagande. Elle est alors membre du comité exécutif.

Candidate aux législatives britanniques[modifier | modifier le code]

Lors des élections législatives de 1992, elle se présente dans la circonscription de « Glasgow Shettleston ». À 22 ans, elle est la plus jeune candidate aux législatives dans tout le pays. Elle n’est toutefois pas élue. Cet échec se répète cinq ans plus tard, aux législatives de mai 1997, mais dans la circonscription de « Glasgow Govan » cette fois.

Au Parlement écossais[modifier | modifier le code]

En mai 1999, elle est candidate aux premières élections au Parlement écossais dans la circonscription de Glasgow Govan et tête de liste du SNP pour la région électorale de Glasgow[1]. Battue au scrutin uninominal majoritaire à un tour, elle devient néanmoins membre du parlement écossais parmi les sept élus de la région (méthode d'Hondt). Il en est de même lors des élections de mai 2003. En 2007, toujours en première place de la liste régionale, elle gagne cette fois la circonscription. En 2011, elle mène à nouveau la liste régionale ; la circonscription de Glasgow Govan ayant disparu après un redécoupage électoral, elle remporte au scrutin majoritaire la circonscription de Glasgow Southside.

Elle est successivement porte-parole du SNP pour la santé et l’éducation, puis pour la justice.

Vice-présidente du SNP[modifier | modifier le code]

À la suite de la démission du chef du parti, John Swinney, le , conséquemment aux mauvais résultats obtenus aux élections européennes, Nicola Sturgeon annonce son intention de concourir à la direction du parti, contre la vice-présidente sortante, Roseanna Cunningham. Toutefois, elle décide de se retirer de la course après que l’ancien chef du SNP, Alex Salmond, a annoncé sa candidature, et forme un ticket avec lui, comme candidate à la vice-présidence.

Elle est élue vice-présidente du SNP le , et en devient la chef au Parlement écossais dans la mesure où Salmond siège à la Chambre des communes. À ce poste, elle s’illustre par son opposition farouche au Premier ministre travailliste d’alors, Jack McConnell.

Vice-Première ministre et ministre dans les gouvernements d'Alex Salmond[modifier | modifier le code]

Le , le Parti national écossais remporte, avec 47 sièges contre 46 aux travaillistes, les élections au Parlement écossais. Treize jours plus tard, Nicola Sturgeon est nommée vice-Première ministre et ministre de la Santé et du Bien-être dans le gouvernement d’Alex Salmond. Elle est assistée notamment par Shona Robison, ministre déléguée à la Santé publique et aux Sports. À l'occasion d'un remaniement ministériel opéré le , elle devient ministre des Infrastructures, des Investissements et de la Ville, permutant son ministère avec celui détenu par Alex Neil.

Première ministre d'Écosse[modifier | modifier le code]

Le , à la suite de la démission d'Alex Salmond après l'échec indépendantiste au référendum sur l'indépendance de l'Écosse, elle est désignée leader du parti lors de la conférence nationale qui se tient à Perth. Elle est la première femme à diriger le Parti national écossais. Elle est ensuite élue par le Parlement écossais au poste de Premier ministre le [2] et entre en fonction le lendemain 20 novembre. Elle devient ainsi la première femme à occuper ce poste.

Elle mène le SNP lors des élections générales britanniques de 2015, qui donnent au parti un score historique de 56 députés sur les 59 circonscriptions situées en Écosse. Nicola Sturgeon entend ensuite utiliser cette victoire pour obtenir davantage de mesures de décentralisation envers l'Écosse[3].

Elle remporte les élections parlementaires écossaises du 5 mai 2016 avec 41,7 % des voix. Cependant, avec 63 sièges remportés, soit 6 de moins que pour les précédentes élections de 2011, le SNP perd la majorité absolue. Sturgeon est réélue première ministre le 17 mai suivant et forme son deuxième gouvernement le lendemain 18 mai.

À la suite du référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne, à l'issue duquel les Britanniques se sont prononcés à 51,9 % en faveur d'une sortie de l'UE alors que les Écossais ont largement voté pour y rester, Nicola Sturgeon déclare qu'il est « clair que le peuple d'Écosse voit son avenir dans l'Union européenne[4]. » À la suite des résultats, elle annonce à Édimbourg la préparation d'un nouveau référendum sur l'indépendance de l'Écosse[5],[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]