Elizabeth Bowes-Lyon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Elizabeth Bowes-Lyon
Description de cette image, également commentée ci-après
Portrait de la reine-mère en 1986.

Titres

Reine consort du Royaume-Uni et des dominions


(15 ans, 1 mois et 26 jours)

Prédécesseur Mary de Teck
Successeur Philip Mountbatten

Impératrice consort des Indes

[1]
(11 ans, 6 mois et 11 jours)

Prédécesseur Mary de Teck
Successeur Titre supprimé
Biographie
Nom de naissance Elizabeth Angela Marguerite Bowes-Lyon
Naissance
Westminster, Londres
(Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni)
Décès (à 101 ans)
Château de Windsor
(Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni)
Sépulture Chapelle Saint-Georges
Père Claude Bowes-Lyon,
Comte de Strathmore et Kinghorne
Mère Cecilia Cavendish-Bentinck
Conjoint George VI
Enfants Élisabeth II Red crown.png
Margaret du Royaume-Uni
Résidence Château de Windsor
Clarence House (Londres)

Description de cette image, également commentée ci-après
INF3-78 pt2 HM The Queen.jpg

Elizabeth Angela Marguerite Bowes-Lyon, née le à Londres et morte le au château de Windsor, est une dame de la noblesse écossaise qui devient reine consort du Royaume-Uni de Grande-Bretagne et d'Irlande du Nord (de 1936 à 1952) lorsque son mari le prince Albert, alors duc d'York, monte sur le trône sous le nom de George VI. Après la mort de son mari le roi, sous le règne de sa fille Elisabeth II qui porte le même nom qu'elle, elle est connue comme la « Reine mère ». Elle a également porté le titre d'Impératrice des Indes de 1936 à 1948.

Elle a été considérée comme la doyenne de la famille royale jusqu'à son décès, mais elle fut surpassée par sa belle-sœur, la duchesse de Gloucester (épouse d'Henry de Gloucester, frère cadet de George VI) décédée en 2004 à deux mois de son 103e anniversaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Naissance et jeunesse[modifier | modifier le code]

Elizabeth est la neuvième des dix enfants et quatrième fille de Claude Bowes-Lyon, alors lord Glamis, puis 14e comte de Strathmore et Kinghorne à partir de 1904, et de son épouse, lady Cecilia Nina Cavendish-Bentinck. Cette dernière est une descendante des rois Robert Ier d'Écosse et Henri VII d'Angleterre. Elizabeth Bowes-Lyon est également une descendante, par son arrière-grand-mère paternelle Henrietta Mildred Hodgson (v. 1805–1891), de Mary Warner, arrière-petite-fille de Nicolas Martiau (1591 - 1657) — un huguenot rétais ayant fui la France — la grand-tante paternelle du premier président américain George Washington[2].

Le lieu de sa naissance demeure incertain, mais elle est probablement née dans la maison de ses parents, Belgrave Mansions à Westminster ou dans une ambulance sur le chemin de l'hôpital. Elle est baptisée le 23 septembre 1900.

Elle passe la plus grande partie de son enfance à St Paul's Waden et au château Glamis en Écosse. Elle est scolarisée à la maison et suivie par une gouvernante jusqu'à l'âge de huit ans. Elle entre à l'école à Londres, puis est de nouveau éduquée par une gouvernante avant de passer le Oxford Local Examination à l'âge de 13 ans.

Quatre de ses cinq frères servent dans l'armée pendant la Première Guerre mondiale.

Mariage avec le prince Albert[modifier | modifier le code]

En 1920, Elizabeth Bowes-Lyon rencontre le prince Albert, duc d'York, second fils du roi, qui exprime son désir de l'épouser. Elle rejette sa proposition à deux reprises et hésite pendant près de deux ans, parce qu'elle était peu disposée à faire les sacrifices nécessaires pour devenir membre de la famille royale. Cependant, après une longue cour, Elizabeth accepte de se marier.

Le mariage a lieu le à l'abbaye de Westminster. La BBC, nouvellement formée, souhaite alors enregistrer et diffuser l'événement à la radio, mais le prêtre met son veto à cette idée. Le mariage d’Albert avec une jeune fille qui n'était pas issue d'une famille princière, royale ou même anciennement régnante, est considéré à l'époque comme un geste de modernité.

Par son mariage, Elizabeth devient Son Altesse Royale, la Duchesse d'York.

Duchesse d'York[modifier | modifier le code]

Le duc et la duchesse d'York visitent l'Irlande du Nord en 1924, puis l'Afrique orientale en 1924 et 1925, l'Australie, la Nouvelle-Zélande et les Fidji via le canal de Panama à l'aller, l'île Maurice et le canal de Suez en 1927.

Elizabeth assiste son mari dans une thérapie contre le bégaiement, qui le handicape dans ses discours.

À la fin de l'été 1925, la duchesse d'York fait savoir qu'elle attend son premier enfant. Cet enfant sera le premier des petits-enfants du roi en ligne masculine et à terme l'héritier possible de la couronne. La princesse Elizabeth Alexandra Mary d'York, naît le 21 avril 1926. Troisième dans le rang de succession au trône après son oncle le prince de Galles et son père. Elle est suivie quatre ans plus tard d'une petite sœur, la princesse Margaret Rose d'York le 21 août 1930.

Reine du Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

George VI et Elizabeth Bowes-Lyon.
Elizabeth et George VI en visite au Canada, en 1939.

Le roi George V meurt le et le frère d'Albert, David, monte sur le trône sous le nom d'Édouard VIII. Ce dernier abdique le et le duc d'York devint roi du Royaume-Uni et empereur des Indes sous le nom de George VI. Le nouveau roi a 41 ans. Son épouse et lui sont sacrés le en l'abbaye de Westminster.

En 1938, le couple royal visite officiellement la France. En 1939, ils se rendent au Canada puis aux États-Unis.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, en juin 1940, la reine Elizabeth refuse de se réfugier au Canada avec ses deux filles pendant que le roi reste à Londres. Elle inspecte régulièrement les dégâts causés par les bombardements allemands. Par sa détermination à soutenir la résistance britannique face au Blitz, elle représente pour Hitler au début des années 1940 « la femme la plus dangereuse d'Europe ». Elle encourage la transformation temporaire de la demeure familiale de St Paul's Walden Bury en hôpital de campagne, et l'enrôlement en mars 1945 de sa fille aînée, l'héritière du trône qui va sur ses 19 ans, dans le Service de transport auxiliaire.

Le courage du couple royal pendant la guerre, et notamment sous les bombardements de la bataille d'Angleterre, lui vaudra un grand respect et une grande popularité auprès du peuple.

Après la guerre, le couple royal visite l'Afrique du Sud en 1947. En 1948, un voyage officiel en Australie et Nouvelle-Zélande est annulé en raison de la santé du roi. Celui-ci s'éteint le et sa fille aînée, alors en voyage officiel au Kenya, devient la reine Élisabeth II.

Reine mère[modifier | modifier le code]

Elizabeth, devenue veuve, porte le titre de « Sa Majesté la Reine Elizabeth, la Reine mère » (Her Majesty Queen Elizabeth, The Queen Mother), mais les Britanniques utilisaient le plus souvent le terme affectueux de Queen Mum. Les reines veuves antérieures portaient habituellement le titre de « Reine douairière » (The Queen Dowager), mais la reine Mary, veuve du roi George V, étant alors encore en vie et portant ce titre, le titre de Reine mère fut créé.

Après une période de deuil pendant laquelle elle se retire en Écosse, la Reine mère reprend ses visites officielles. En 1953, elle se rend en Rhodésie, puis de nouveau en 1957. Elle supervise la restauration du château de Mey en Écosse et s'intéresse aux courses de chevaux. Elle se rend en Iran en 1975 et entre 1976 et 1984 se rend chaque année en France.

Chaque année le 4 août (à l'occasion de son anniversaire), la Reine mère se rend à l'entrée de Clarence House, sa résidence où elle est saluée par une foule de Britanniques. Des enfants viennent lui offrir des fleurs ou des dessins. S'en suit une tournée à bord d'une voiturette avant de revenir devant Clarence House accompagnée de sa famille (ses deux filles, son gendre et ses petits-enfants à partir des années 90).

Extrêmement aimée des Britanniques, la Reine mère sera jusqu'à son décès la personnalité de la famille royale préférée des Britanniques. Seule Lady Diana lui ravira temporairement cette position jusqu'à sa mort tragique en 1997.

Son centenaire est célébré en 2000. Elle meurt dans son sommeil à l'âge de 101 ans, le au château de Windsor, un peu moins de deux mois après sa fille cadette, la princesse Margaret. Elle est inhumée le 9 avril 2002 à la chapelle Saint-Georges.

Problèmes de santé[modifier | modifier le code]

Longtemps, la reine mère a joui d'une bonne santé. Elle doit cependant subir une appendicectomie en février 1962, reportant sa tournée en Australie, en Nouvelle-Zélande ainsi qu'aux îles Fidji en 1966.

Un cancer du côlon en décembre 1966 ainsi qu'un cancer du sein en 1984 furent diagnostiqués mais les tumeurs ont réussi à être enlevées.

D'autres incidents eurent lieu en 1982 ainsi qu'en mai 1993 : la reine mère fut opérée en raison d'une arête de poisson coincée dans sa gorge.

Elle fut hospitalisée en 1986 sans être opérée.

Une cataracte à l’œil gauche fut opérée en 1995.

La reine mère utilisa une canne pour marcher à partir de l'âge de 92 ans et deux cannes, quand elle eut 99 ans. Elle subit la pose d'une prothèse à la hanche droite en 1995, puis à la hanche gauche en 1998.

En janvier 1999, la reine mère dut être opérée suite à des saignements de nez fréquents.

En novembre 2000, sa clavicule fut cassée suite à une chute.

Trois jours avant son 101e anniversaire, la reine mère dut subir une transfusion sanguine afin de soigner une anémie après avoir souffert d'un léger épuisement dû à la chaleur.

Après quelques apparitions les 8 et 15 novembre 2001, la reine mère fit sa dernière apparition publique le 22 novembre à l'occasion de la remise en service du HMS Ark Royal.

Un mois plus tard, la reine mère se fractura le bassin à la suite d'une nouvelle chute. Elle insista pour participer à une commémoration en l'honneur de son mari le 6 février 2002 de l'année suivante. Elle insista également pour participer aux funérailles de sa fille, la princesse Margaret. Sa dernière participation fut le 5 mars 2002 lors d'un déjeuner annuel sur la pelouse des Eton Beagles, à la suite duquel elle regarda le Cheltenham Music Festival.

Ses problèmes de santé n'étaient généralement pas dévoilés au public, comme par exemple lors des funérailles de la princesse Margaret en 2002, où une entrée discrète lui fut ménagée pour que les médias ne la voient pas en fauteuil roulant.

Pendant plus de vingt ans l’Operation Tay Bridge, protocole à appliquer pour ses funérailles, fut soigneusement répété pour finalement être appliqué du 30 mars au 10 avril 2002 (similaire à l'Opération London Bridge pour la reine Élisabeth II).

Au cinéma[modifier | modifier le code]

À la télévision[modifier | modifier le code]

Titres[modifier | modifier le code]

Titulature complète[modifier | modifier le code]

Elizabeth porta durant sa vie plusieurs sortes de titres en tant que fille de comte, épouse du prince Albert et enfin souveraine de plusieurs pays du Commonwealth. Couramment appelée la reine, on s'adressait à elle en l'appelant majesté ou encore madame. À la fin de sa vie, sa titulature complète était Sa Majesté la reine mère.

Elle porta successivement les titres de :

  • L'honorable Elizabeth Bowes-Lyon (1900-1904)
  • Lady Elizabeth Bowes-Lyon (1904-1923)
  • Son Altesse Royale la duchesse d'York (1923-1936)
  • Sa Majesté la Reine (1936-1952)
    • En Inde : Sa Majesté Impériale la Reine-Impératrice (1936-1947)
  • Sa Majesté la Reine Elizabeth; la Reine mère (1952-2002)

Distinctions[modifier | modifier le code]

Mémorial de la reine Elizabeth à Londres.

Distinctions du Commonwealth[modifier | modifier le code]

Distinctions étrangères[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le titre est abandonné le 22 juin 1948 mais l’indépendance de l’Inde est effective le 15 août 1947.
  2. Généalogie de Nicolas Martiau

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]