Drapeau en berne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Drapeau argentin en berne après la mort du président Néstor Kirchner en 2010

Un drapeau en berne est un drapeau maintenu à mi-hauteur de son mât dans des circonstances particulières, deuil national ou tragédie, à la suite de la décision d'un État ou d'une organisation s'occupant de commémoration. Le drapeau est d'abord hissé en haut de son mât puis abaissé à mi-hauteur ou juste hors d'atteinte. En principe, les autres drapeaux sont également mis en berne ou complètement retirés. La mise en berne peut être complétée par un ruban arborant la couleur du deuil (en général le noir) au sommet de la hampe.

Exemples[modifier | modifier le code]

Arabie saoudite[modifier | modifier le code]

Le drapeau de l'Arabie saoudite n'est jamais mis en berne.

Le drapeau de l'Arabie saoudite est l'exception parmi les drapeaux nationaux puisqu'il n'est jamais mis en berne du fait qu'il porte la Chahada symbolisant l'unicité de Dieu : le drapeau reste en haut de son mât aux temps de deuil, même lors de la mort d'un roi d'Arabie saoudite[1].

Canada[modifier | modifier le code]

Au Canada, le drapeau est mis en berne dans les occasions suivantes :

États-Unis[modifier | modifier le code]

Le drapeau américain en berne à l'extérieur du Capitole après la mort de Ronald Reagan en 2004.

Aux États-Unis, le président peut ordonner que le drapeau soit mis en berne en cas de décès des figures principales du gouvernement des États-Unis. Mais puisque selon le droit fédéral, les drapeaux des États, des cités, des localités et sociétés, ne sont jamais mis au-dessus du drapeau des États-Unis, ils sont tous mis en berne en même temps que lui.

Les gouverneurs des États ou des territoires des États-Unis sont autorisés par le droit fédéral à ordonner que tous les drapeaux nationaux et régionaux dans leur juridiction soient mis en berne en cas de mort d'un officiel (ancien ou actuel) ou d'un membre des forces armées.

Selon le droit fédéral, et par décision présidentielle, il est prévu que le drapeau des États-Unis soit mis en berne dans les circonstances suivantes[2] :

France[modifier | modifier le code]

Drapeau français en berne à la préfecture de police de Paris le 8 janvier 2015, en hommage aux victimes de l’attentat contre Charlie Hebdo.

Le drapeau tricolore français est mis en berne par décret, notamment en cas de deuil national[3].

Royaume-Uni[modifier | modifier le code]

Au Royaume-Uni, la façon de mettre le drapeau en berne est de le fixer aux deux-tiers du mât, avec au moins la largeur du drapeau entre le haut du drapeau et le haut du mât, après décision du Département de la Culture, des Médias et du Sport et ordre du monarque. Le drapeau peut être mis en berne sur un bâtiment gouvernemental principalement les jours suivants :

  • De l'annonce de la mort du monarque jusqu'à ses funérailles, sauf le Proclamation Day, quand les drapeaux sont hissés en haut de leurs mâts, de 11 h. jusqu'au coucher du soleil.
  • Les funérailles des membres de la famille royale.
  • Les funérailles des chefs d'État étrangers.
  • Les funérailles des Premiers ministres et des anciens Premiers Ministres du Royaume-Uni[4].

Parce qu'il y a toujours un monarque au Royaume-Uni, le drapeau royal, le Royal Standard, n'est jamais mis en berne.

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Saudi King Fahd is laid to rest », BBC News,‎ (lire en ligne)
  2. (en) « Flag Code - Position and Manner of Display », sur École de Droit, Université Cornell (consulté le 17 avril 2014)
  3. Exemple de décret : Décret du 7 janvier 2015 portant déclaration de deuil national, accompagné des circulaires du 7 janvier 2015 relative au jour de deuil national en hommage aux victimes de l'attentat commis à Paris le 7 janvier 2015 et du 9 janvier 2015 relative à la prolongation de la mise en berne des drapeaux sur les bâtiments et édifices publics.
  4. (en) Nick Groom, The Union Jack, The Story of the British Flag, Atlantic Books,‎ (ISBN 978-1-84354-337-4), p. 329