Rétrocession de Hong Kong à la Chine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Grande-Bretagne acquit l'île de Hong Kong en 1842, la péninsule de Kowloon en 1860 et les Nouveaux Territoires en 1898.

La rétrocession de Hong Kong à la Chine est, le , la fin du bail de 99 ans établi entre l'Empire du Grand Qing et l'Empire britannique, au sein de trois traités inégaux, dont le premier eut lieu à la fin de la première guerre de l'opium (1839-1842). Il s'agit du Traité de Nankin (), limité à l'île de Hong Kong, de la Convention de Pékin (), à la fin de la seconde guerre de l'opium (1856 - 1860) et y ajoutant la péninsule de Kowloon, et de la Convention pour l'extension du territoire de Hong Kong (), y ajoutant les Nouveaux Territoires, suite à la défaite de l'Empire Qing dans la guerre sino-japonaise (1894-1895), repoussant à chaque fois la fin des 99 ans du bail.

La Déclaration commune sino-britannique sur la question de Hong Kong, signée le , confirme la fin de ce bail et signe un calendrier de rétrocession progressive de Hong Kong à la Chine sur une période de 50 ans. Il s'agit de la politique dite « un pays, deux systèmes » et Hong Kong devient la première région administrative spéciale chinoise, quelques années avant son voisin Macao, rétrocédé le par le Portugal. L'événement donne lieu à une cérémonie retransmise dans le monde entier en présence du prince Charles, héritier de la couronne britannique.

Transition démocratique[modifier | modifier le code]

Selon les accords, les changements politiques sont effectués progressivement sur 50 années de rétrocession, évoluant d'un pouvoir dicté par la couronne britannique à un pouvoir choisi par la population de Hong Kong.

Le chef de l’exécutif appelé Gouverneur de Hong Kong est choisi unilatéralement par la couronne britannique. À partir de la rétrocession, le Chef de l'exécutif de Hong Kong est dans un premier temps, choisi unilatéralement par l'Assemblée nationale populaire de la République populaire de Chine, puis, à partir de 2017, élu au suffrage universel par la population de Hong Kong.

Le Conseil législatif de Hong Kong, établi en 1943, un siècle après le rattachement de Hong Kong à l'Empire britannique, ne comportait que quatre conseillers. À partir de 1985, un an après la signature de la rétrocession, les premières élections législatives (en) ont lieu.

À partir de 1991, cinq ans après la signature de la rétrocession, les premières élections législatives par la population (en) ont lieu, permettant l'élection des soixante membres de cette assemblée monocamérale. Ce système reste en place pendant les 50 ans de la rétrocession de Hong Kong.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Bibliographie en anglais[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]