Château de Balmoral

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Château de Balmoral
Image illustrative de l’article Château de Balmoral
Nom local Balmoral Castle
Période ou style Scottish baronial style
Architecte William Smith (dirigé par le prince Albert)
Début construction 1853
Fin construction 1856
Propriétaire initial Victoria et le prince Albert
Destination initiale Résidence privée de la reine et du prince
Propriétaire actuel Élisabeth II
Destination actuelle Résidence d'été de la reine Élisabeth II
Protection Catégorie A
Site web www.balmoralcastle.comVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées 57° 02′ 27″ nord, 3° 13′ 49″ ouest
Pays Drapeau du Royaume-Uni Royaume-Uni
Nation constitutive Drapeau de l'Écosse Écosse
Council area Aberdeenshire
Localité Ballater

Le château de Balmoral (en anglais : Balmoral Castle) est un grand manoir situé à mi-chemin des localités de Braemar et de Ballater, sur les rives de la rivière Dee, dans la région écossaise d’Aberdeenshire, également connue sous le nom de Royal Deeside.

La propriété a été achetée par le prince Albert de Saxe-Cobourg-Gotha, époux de la reine Victoria et demeure depuis lors une résidence privée du souverain ne faisant pas partie des possessions du Crown Estate.

Origines[modifier | modifier le code]

Cette propriété était à l'origine une possession du roi d’Écosse Robert II qui y avait un pavillon de chasse. Par la suite Sir William Drummond y construisit une gentilhommière en 1390. Après lui, elle fut vendue au XVe siècle à Alexander Gordon, 1er comte de Huntly (en) et elle resta dans cette famille jusqu’à ce que le clan Farquharson (en) d’Inverey en fasse l’acquisition en 1662.

La famille reçut le titre de « comte de Balmoral », et resta propriétaire du domaine jusqu’à sa vente en 1798 à James Duff, 2e comte de Fife. Il s’y déroula une partie des cérémonies de couronnement du roi George IV en 1822.

Résidence royale[modifier | modifier le code]

Son histoire comme résidence royale date de 1848, quand la maison fut louée à la reine Victoria et au prince consort Albert par le diplomate Robert Gordon, ayant obtenu une concession à long terme du château à partir de 1830, et qui décéda en 1897.
Le couple apprécia tellement ces lieux qu’il paya plus de 30 000 livres pour en acquérir la propriété. Immédiatement le prince Albert commença à dresser des plans, destiné à agrandir ce château qui datait du XVe siècle, afin d’en faire une construction nouvelle plus spacieuse de style néogothique en grès gris du pays, convenant mieux à une famille royale. Mélange de schloss (en) germanique et de forteresse de chef de clan écossais, il est décoré de tapis, tentures et lambrequins en tartan vert, jaune et bleu, de canapés en chintz[1].

Le château de Balmoral vu de la rive nord de la Dee.

Une découverte récente a montré que le financement des aménagements de Balmoral est venu principalement d’un certain John Camden Neild (en), poète excentrique, réformateur des prisons et bijoutier, qui légua à la reine 500 000 livres sterling dans son testament, ce qui était une aide considérable (correspondant à 46 millions de £ de 2005) pour la réalisation des projets architecturaux du couple royal[2],[3].

Le château de Balmoral vu du sud-ouest par George Washington Wilson (1823–1893), 1860

Les travaux se déroulèrent entre 1853 et 1856, sous la direction de l'architecte William Smith (en) d'Aberdeen, bien que ses créations aient été amendées par le Prince Albert. Une photographie d'Ernst Becker montre l'ancien château de Balmoral avec son logis de style Tudor et son vieux donjon en 1853[4]. Une vue prise par Wilson & Hay en montre des travaux avancés, n'ayant quasiment rien laissé de l'ancienne bâtisse[5]. Des troisième et quatrième vues datées de septembre et le figurent en état d'achèvement[6],[7].

En 1856, le bâtiment fut terminé, il s’agissait d’une propriété complète et fonctionnelle, avec de 100 à 150 bâtiments qui entouraient le château lui-même. Celui-ci, le terrain et la propriété non compris, est au début du XXIe siècle évalué à environ 160 millions de livres, restant propriété privée de la famille royale britannique.

Balmoral est aujourd’hui toujours utilisé comme résidence royale privée, le séjour d’été de la reine Élisabeth II.

La propriété occupe plus de 200 km2 (20 000 ha) de terrain. La famille royale y emploie environ 50 personnes à plein temps et de 50 à 100 à mi-temps pour entretenir le domaine, soigner les animaux, etc. Le personnel à mi-temps étant surtout utilisé pendant la visite annuelle de la reine.

Royal Deeside[modifier | modifier le code]

Le domaine[modifier | modifier le code]

Le château de Balmoral est situé dans le parc national de Cairngorms. Les 20 000 ha du domaine contiennent une grande variété de paysages. Le domaine intègre également les 7 500 ha de forêts achetés par Élisabeth II en 1978.

Le domaine comprend des forêts, des terres agricoles, ainsi que des grandes plaines.

Les deux tiers du domaine sont constitués de forêts, avec près de 3 000 ha utilisés pour la foresterie. La forêt de Ballochbuie est une des plus grandes forêts de pins écossais qui s'étend sur environ 3 000 ha.

Le château au cœur du domaine royal.

Les domaines de Lochnagar et Ballochbuie ont été désignés en 1998 par le secrétaire d’État pour l'Écosse en tant que zones de protection spéciale. Le domaine est extrêmement riche.

Le pavillon Craigowan est régulièrement utilisé par la famille et les amis de la famille royale tandis que le château de Balmoral est utilisé lors du séjour de la reine en août. Six petits bâtiments de la propriété sont loués comme gîtes.

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Un arc-en-ciel sur le château de Balmoral.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bertrand Meyer-Stabley, Majesté !, Éditions Flammarion, , p. 147.
  2. (en)The Miser, the Queen and Balmoral castle, sur le site theroyalfirm.com, consulté le 21 juillet 2014.
  3. La reine Victoria indique dans son journal en 1852 : « Une très belle fortune m'avait inexplicablement été léguée par un certain M. John Camden Neild. Il savait que je ne la gaspillerais pas » (A very handsome fortune had inexplicably been bequeathed to me by a Mr. John Camden Neild. He knew I would not squander it).
  4. The Royal Collection [1].
  5. The Royal Collection [2].
  6. The Royal Collection [3].
  7. The Royal Collection [4].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • « Balmoral, le joyau écossais de la reine », Le Monde, , p. 22.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]