Wang Qishan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Dans ce nom chinois, le nom de famille, Wang, précède le nom personnel.
Wang Qishan
Wang Qishan en 2010.
Wang Qishan en 2010.
Fonctions
Secrétaire du Comité central pour l'Inspection disciplinaire du Parti communiste chinois
En fonction depuis le
Prédécesseur He Guoqiang
Successeur en fonction
4e Vice-premier ministre de la République populaire de Chine
Président Hu Jintao
Premier ministre Wen Jiabao
Prédécesseur Hui Liangyu
Successeur Ma Kai
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Qingdao, Drapeau de la République populaire de Chine Chine
Nationalité Chinois
Parti politique Parti communiste chinois
Entourage gendre de Yao Yilin

National Emblem of the People's Republic of China.svg
Vice-premier ministre de la République populaire de Chine

Wang Qishan (en chinois : 王岐山), né en à Qingdao, est un homme politique chinois.

Maire de Pékin entre 2003 et 2007, Wang Qishan est l'un des 7 membres du Comité permanent du bureau politique du Parti communiste chinois élus par le 18e bureau politique du Parti communiste chinois en . Par ailleurs, il a été élu en 2012 secrétaire du Comité central pour l'Inspection disciplinaire du Parti communiste chinois.

Biographie[modifier | modifier le code]

Wang Qishan est un prince rouge, en effet son père était à la tête de la province du Shanxi et son beau-père, Yao Yilin, premier vice-premier ministre[1].

Wang Qishan fut le gouverneur de la China Construction Bank de 1994 à 1997. En 2003, il a été secrétaire du parti à Hainan et a été confirmé en tant que maire au début de 2004. De 2003 à 2007, Wang a été le maire de Pékin. Il est connu pour être franc et responsable. Dans une émission de radio, les auditeurs ont été étonnés d'entendre le maire s'excuser[2].

Wang Qishan a été membre du Bureau politique du 17e Comité central du PCC entre 2007 et 2013 et vice-Premier ministre chinois de 2008 à 2013[3].

Sa première fonction serait de moraliser cette commission de discipline. Ses membres auraient la réputation de s’enrichir sur le dos des personnes corrompues qu’ils sont amenés à contrôler[4].

Références[modifier | modifier le code]

  1. Wang Qishan, Li Yuanchao get high approval ratings in party poll: Insider South China Morning Post, 2 octobre 2012
  2. Regard sur les nouveaux dirigeants du Parti Communiste Chinois: Wang Qishan Epoch Times, 26 novembre 2012
  3. Wang Qishan élu au Comité central du PCC et à la Commission centrale de Contrôle de la Discipline Xinhua, 14 novembre 2012
  4. Ursula Gauthier Chine : un nouveau patron pour lutter contre les ripoux Décembre 2012