Silvia Sommerlath

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Silvia Sommerlath
Description de cette image, également commentée ci-après
La reine Silvia de Suède en 2023.

Titre

Reine consort de Suède

Depuis le
(47 ans, 8 mois et 10 jours)

Prédécesseur Louise Mountbatten
Biographie
Distinctions Ordre du Séraphin
Ordre de l'Éléphant
Ordre de Saint-Olaf
Ordre du Faucon
Nom de naissance Silvia Renate Sommerlath
Naissance (80 ans)
Heidelberg (Allemagne)
Père Walther Sommerlath
Mère Alice Soares de Toledo
Conjoint Charles XVI Gustave
Enfants Victoria, duchesse de Västergötland
Carl Philip, duc de Värmland
Madeleine, duchesse de Hälsingland
Résidence Palais royal de Stockholm
Château de Drottningholm
Religion Luthéranisme suédois

Signature

Signature de Silvia Sommerlath
Description de cette image, également commentée ci-après

Silvia de Suède (en suédois : Silvia av Sverige), née Silvia Renate Sommerlath le à Heidelberg en Allemagne, est l'actuelle reine de Suède. Elle est l'épouse du roi Charles XVI Gustave et la mère de l'héritière au trône, la princesse Victoria.

Biographie[modifier | modifier le code]

Naissance et famille[modifier | modifier le code]

La reine Silvia est la fille de Walther Sommerlath (1901-1990), homme d'affaires allemand, président de la filiale brésilienne du groupe Böhler-Uddeholm après la Seconde Guerre mondiale ; ancien membre du Parti nazi, il a également été le directeur d'une entreprise confisquée à un juif[1]. Sa mère est Alice Soares de Toledo (1906-1997), une Brésilienne descendant de colons portugais établis au Brésil au XVIe siècle. Elle a trois frères, Ralf (1929), Walther-Ludwig (1934-2020) et Jörg (1941-2006), qui vit en France et au Luxembourg[2].

Ses grands-parents maternels sont Artur Floriano de Toledo (1873-1935, descendant du roi Denis Ier de Portugal et de sa maîtresse, Maria Peres de Enxara[3]) et Elisa Novais Soares (1881-1928)[4].

Elle naît à Heidelberg, en Allemagne, pendant la Seconde Guerre mondiale. Après la guerre, elle et sa famille déménagent au Brésil, à São Paulo, entre 1947 et 1957, avant de revenir en Allemagne. Elle a ainsi les trois nationalités, allemande, brésilienne, et suédoise.

Carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Avant son mariage avec le roi de Suède, Silvia Sommerlath travaille au consulat d'Argentine à Munich, qui en 1972 accueille les Jeux olympiques d'été. Elle y est hôtesse et y rencontre le futur roi, alors prince héritier. Aux Jeux olympiques d'hiver de 1976, à Innsbruck en Autriche, elle est chef du protocole. Elle est aussi, mais très brièvement, hôtesse de l'air.

Silvia Sommerlath est une interprète confirmée et parle six langues, le suédois, ses langues maternelles l'allemand et le portugais, le français, l'espagnol et l'anglais. Elle maîtrise également la langue des signes.

Reine consort de Suède[modifier | modifier le code]

Mariage et célébrations[modifier | modifier le code]

Après le décès du roi Gustave VI Adolphe, le , son petit-fils, le prince Charles-Gustave devient roi sous le nom de Charles XVI Gustave, son père, le prince héritier Gustave-Adolphe, duc de Västerbotten, étant mort en 1947 dans un accident d'avion au Danemark.

Le roi et Silvia Sommerlath annoncent leur union le et se marient un mois plus tard, le 19 juin, dans la Cathédrale de Stockholm, aussi appelée la Storkyrkan. C'est alors le premier mariage d'un monarque suédois en exercice depuis 1797, quand Gustave IV Adolf épousa Frédérique de Bade cinq ans après son accession au trône de Suède. La décision de Charles XVI Gustave de se marier après le décès de son grand-père, Gustave VI Adolphe, aurait été motivée par sa volonté de conserver ses droits au trône, connaissant l'inflexibilité du précédent roi (dont l'autorisation, pour toutes noces princières suédoises, était incontournable) concernant les règles d'égalité matrimoniale et dynastique pour lesquelles il etait impossible, jusque là, à un prince de Suède d'épouser une roturière.

C'est aussi la raison pour laquelle l'oncle de Charles XVI Gustave, le prince Bertil de Suède, deuxième dans l'ordre de succession au trône, ne s'était pas mariée avec Lilian Davies, une roturière galloise divorcée (ex-Mme Ivan Craig), du vivant du roi Gustave VI Adolphe, afin de conserver ses droits au trône et pour pouvoir assurer une régence en cas de minorité du roi Charles XVI Gustave. Après plusieurs années de vie commune et secrète avec Lilian Davies, il l'épouse le avec l'autorisation de son neveu, le roi Charles XVI Gustave, conservant ainsi l'usage de ses droits de succession.

La veille de la célébration du mariage de Silvia Sommerlath avec le roi Charles XVI Gustave, le groupe de pop ABBA, alors au sommet de sa popularité, interprète à l'opéra royal de Stockholm une toute nouvelle chanson retransmise à la télévision et, dit-on, composée en hommage à la future reine et qui fera histoire : Dancing Queen. Ce titre, dont les enregistrements ont commencé un an auparavant, n'est, contrairement à la légende, pas composé initialement pour Silvia. Néanmoins, le groupe, portant costumes et perruques baroques, dédie le morceau à celle qui était encore, pour quelques heures, la fiancée du roi. Ce titre à succès sortira sur l'album Arrival qui se vendra à plus de dix millions d'exemplaires dans le monde.

Relations avec les médias[modifier | modifier le code]

La reine à la cérémonie du centenaire de la fin de l'union suédo-norvégienne.

Bien qu'assez réfractaire à l'idée d'avoir une reine roturière, la presse suédoise a rapidement commencé à publier des articles admiratifs sur Silvia Sommerlath, insistant sur le fait qu'elle s'était pliée aux attentes des Suédois sur le rôle qu'elle devait tenir. Le journal suédois Svenska Dagbladet, note en 1994, à l'occasion du cinquantième anniversaire de la reine, qu'elle a réanimé la popularité de la monarchie : « Avec Silvia, la république est morte ».

En 2003, la reine Silvia confie à un journaliste suédois qu'elle et la famille royale voudraient être encore plus en contact avec le monde de la presse. Hélas, les magazines de la presse people, montrant par exemple des montages de sa fille, la princesse Madeleine, avec un « bébé secret », publiées dans le magazine allemand Frau mit Herz, l'ont rendue plus prudente. Comme elle le confie à l'agence de presse suédoise TT : « Si une personne vous blesse, la réaction naturelle est de se retirer. C'est triste, parce que je pense vraiment que nos enfants sont à l'aise et ouverts dans leur rapport aux autres et aux journalistes ».

En 2002, la reine est sujette à une polémique concernant son père. En effet, l'Organisation centrale des ouvriers de Suède, un groupe anarcho-syndicaliste, révèle dans son journal Arbetaren qu'elle a trouvé dans des archives allemandes que le père de la reine, Walther Sommerlath, avait adhéré à une aile étrangère du Parti national-socialiste allemand, le NSDAP/AO, en 1934, alors qu'il vivait au Brésil et travaillait pour une compagnie d'aciérie allemande. Son numéro de carte du parti est no 3592030. Des rumeurs avaient alors déjà circulé sur sa vie durant la Seconde Guerre mondiale, plus particulièrement lorsque la relation de sa fille avec le futur roi de Suède avait été rendue publique. Mais jusqu'à sa mort, en 1990, l'homme d'affaires a toujours nié tout rapprochement avec les nationaux-socialistes allemands. Pourtant, une étude de dossiers publiée par le journal The Scotsman le , révèle qu'en 1938, il était devenu propriétaire d'une aciérie qui a participé à l'effort de guerre allemand, incluant notamment des Panzer et des masques à gaz. Il convient pourtant d'insister sur le fait que son travail pour une entreprise allemande située à l'autre bout du monde ne semble pas l'avoir conduit à adhérer aux idéaux nationaux-socialistes, son engagement politique étant resté réduit à posséder la carte du parti. À la suite de cette polémique, un porte-parole du palais déclare : « le père de la reine n'a jamais fait partie de la famille royale et donc je n'ai aucun commentaire ».

Engagement caritatif[modifier | modifier le code]

La reine Silvia est engagée dans nombre d'organisations caritatives mais plus particulièrement dans celles luttant pour les enfants défavorisés ; elle a notamment fait plusieurs discours sur les droits de l'homme et l'exploitation sexuelle des enfants. Elle est la cofondatrice de la World Childhood Foundation, en 1999. Elle s'est aussi engagée pour la lutte contre les handicaps, plus particulièrement avec les fonds de son jubilé ; en 1990, elle est décorée du prestigieux prix allemand Deutscher Kulturpreis, pour son travail. La reine est également membre honoraire du The Mentor Foundation International, qui lutte contre l'usage des drogues par les adolescents et les jeunes adultes. Elle est la marraine du Fonds de la reine Silvia, géré par la World Scout Foundation pour les scouts infirmes. Elle est également membre du Comité honoraire du Centre international pour enfants disparus et sexuellement exploités.

Son engagement envers les personnes souffrant de démence ou étant en fin de vie lui a aussi apporté un certain respect. Sur son initiative, le Silviahemmet est créé à Stockholm. C'est un centre d'éducation pour aider le personnel hospitalier à travailler avec des malades souffrant de démence.

La reine a également évoqué le fait que le roi Charles XVI Gustave souffre de dyslexie. Longtemps, ce n'était qu'une rumeur mais des journalistes avaient remarqué qu'en 1973, alors qu'il visitait une mine de charbon, il avait mal épelé son nom. La chose s'était reproduite à maintes reprises. Dans un entretien à la télévision suédoise, en 1997, elle admet publiquement le problème : « Quand il était petit, les gens ne faisaient pas attention à ce problème. Il n'a pas été aidé quand il en avait besoin ».

Pour son engagement en faveur des enfants en difficulté, elle est décorée en par la fondation européenne de la culture Pro Europa de son prix annuel « Pro Humanitate »[5].

Décorations[modifier | modifier le code]

Nationales[modifier | modifier le code]

Étrangères[modifier | modifier le code]

Descendance[modifier | modifier le code]

Enfants[modifier | modifier le code]

Le roi et la reine de Suède ont trois enfants :

Petits-enfants[modifier | modifier le code]

Le roi et la reine de Suède ont huit petits-enfants :

Généalogie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « Silvia de Suecia, 75 años y una serie de polémicas », El País,‎ jueves 20 de diciembre, p. 44
  2. « La reine Silvia perd son frère : Walter est mort à 86 ans », sur Histoires Royales (consulté en ).
  3. (pt) A Rainha de Porto Feliz, bemporto.com,
  4. Ancestry of Queen Silvia of Sweden compiled by William Addams Reitwiesner, wargs.com, daté du
  5. Pauline Sommelet, « Leonore de Suède, première visite au Vatican », lexpress.fr, 12 mai 2015.
  6. (en-US) « State Visit Tiaras in Stockholm », sur The Court Jeweller, (consulté le )
  7. « Queen Silvia awarded with the Bavarian Order of Merit », sur Newmyroyals & Hollywood Fashion (consulté le )
  8. (en-US) Meghan St Pierre, « 9 Things You Didn’t Know About The Swedish Royal Family », sur Jetset Times, (consulté le )
  9. (en-GB) « King Carl Gustaf And Queen Silvia Of Sweden Host A Return Dinner At... », sur Getty Images (consulté le )
  10. « Pin by Milka Hudáková on Švedska kráľovská rodina | Swedish royalty, Queen of sweden, Princess victoria », sur Pinterest (consulté le )
  11. « Prince Brunei Sultan Brunei King Carl : photos éditoriales de stock – Images de stock », sur Shutterstock (consulté le )
  12. (en) Alamy Limited, « STOCKHOLM 20160510 Queen Silvia and the President of Chile, Ms. Michelle Bachelet, at the Royal Palace in Stockholm May 10, 2016. President Bachelet arrived in Sweden Tuesday for a three-day official visit. Foto Pontus Lundahl / TT kod 10050 Stock Photo - Alamy », sur www.alamy.com (consulté le )
  13. (en) Alamy Limited, « Queen Silvia of Sweden arrives for the Gala Dinner on the occasion of the 40th jubilee of Queen Margrethe at Christiansborg church in Copenhagen, Denmark, 15 January 2012. Photo: Patrick van Katwijk NETHERLANDS OUT Stock Photo - Alamy », sur www.alamy.com (consulté le )
  14. (en-GB) « Queen Silvia of Sweden and Estonian President Toomas Hendrik Ilves... », sur Getty Images (consulté le )
  15. (en-US) « Sparkling Swedish State Banquet Tiaras in Stockholm », sur The Court Jeweller, (consulté le )
  16. « https://twitter.com/saadsalman719/status/1273043695156125702 », sur Twitter (consulté le )
  17. (en) Alamy Limited, « Swedish Queen Silvia smiles during a gala for the Greek President at the Royal Palace in Stockholm, Sweden, 20 May 2008. Photo: Albert Nieboer (NETHERLANDS OUT Stock Photo - Alamy », sur www.alamy.com (consulté le )
  18. « Queen Silvia of Sweden arrives at a gala dinner hosted by the Swedish... », sur Getty Images (consulté le )
  19. (en) Alamy Limited, « Queen Silvia of Sweden (L) and Japanese Empress Michiko arrive for a banquet at Uppsala Castle, Sweden, 23 May 2007. The Japanese Royal couple were guests of honour at festivities in Uppsala, as Sweden marks the 300th anniversary of its botanist Carolus Linnaeus. Photo: RoyalPress/Nieboer (NETHERLANDS OUT Stock Photo - Alamy », sur www.alamy.com (consulté le )
  20. « Queen Silvia wore this tiara for a dinner during the Latvian State Visit in October 1995. | Kungligheter, Kungahus, Drottning », sur Pinterest (consulté le )
  21. (en-US) « Queen Silvia of Sweden escorts Grand Duke Henri of Luxembourg, to a... », sur Getty Images (consulté le )
  22. « Malaysian State Visit to Sweden in September 2005. When Malaysia gained independence in 1957, they established a Head of Stat… | Court dresses, Sweden, Queen silvia », sur Pinterest (consulté le )
  23. (en) Alamy Limited, « Amsterdam, The Netherlands. 04th Apr, 2014. Queen Silvia of Sweden poses for the official photograph before a banquet at the Royal Palace in Amsterdam, The Netherlands, 04 April 2014. Sweden and The Netherlands celebrate 400 years of diplomatic relations between both countries. Photo: Patrick van Katwijk/NETHERLANDS AND FRANCE OUT - NO WIRE SERVICE -/dpa/Alamy Live News Stock Photo - Alamy », sur www.alamy.com (consulté le )
  24. (en-US) « King Harald, Queen Sonja & Crown Prince Haakon Of Norway Visit... », sur Getty Images (consulté le )
  25. (en) Alamy Limited, « Stockholm 20131001 The First lady of Portugal Maria Cavaco Silva and Queen Silvia of Sweden at gala dinner for the Portuguese president the Royal Palace in Stockholm, Sweden, October 1, 2013.The Portuguese President is on State Visit to Sweden. Foto: Janerik Henriksson / TT/ Kod 10010 Stock Photo - Alamy », sur www.alamy.com (consulté le )
  26. (en) Alamy Limited, « Queen Silvia of Sweden arrives for a gala dinner during a visit of Romanian president Traian Basescu in Stockholm, Sweden, 11 March 2008. The King and Queen of Sweden received and welcomed the Romanian president officially at the Royal Palace. Photo: Albert Nieboer NETHERLANDS OUT Stock Photo - Alamy », sur www.alamy.com (consulté le )
  27. (en-CA) « The King And Queen of Sweden Host State Banquet For The President And First Lady of Korea », sur Royal Portraits Gallery (consulté le )
  28. (en-GB) « Queen Silvia dons special tiara for Spanish State Banquet », sur Royal Central, (consulté le )
  29. « Swedish State Visit to Thailand: February 25-March 1, 2003 - The Royal Forums », sur www.theroyalforums.com (consulté le )
  30. « Banquet for President Beji Caid Essebsi at the Stockholm Palace », sur Newmyroyals & Hollywood Fashion (consulté le )

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]