Ranil Wickremesinghe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Ranil Wickremesinghe
රනිල් වික්‍රමසිංහ (si)
ரணில் விக்கிரமசிங்க (ta)
Illustration.
Ranil Wickramasingha en 2017.
Fonctions
Président de la République démocratique socialiste du Sri Lanka
En fonction depuis le [N 1]
(2 mois et 17 jours)
Élection 20 juillet 2022
Premier ministre Dinesh Gunawardena
Prédécesseur Gotabaya Rajapaksa
Premier ministre du Sri Lanka

(2 mois et 8 jours)
Président Gotabaya Rajapaksa
Gouvernement Wickremesinghe VI
Prédécesseur Mahinda Rajapaksa
Successeur Dinesh Gunawardena
[N 2]
(4 ans, 10 mois et 12 jours)
Président Maithripala Sirisena
Gouvernement Wickremesinghe III, IV et V
Prédécesseur D. M. Jayaratne
Successeur Mahinda Rajapaksa

(2 ans, 3 mois et 28 jours)
Président Chandrika Kumaratunga
Gouvernement Wickremesinghe II
Prédécesseur Ratnasiri Wickremanayake
Successeur Mahinda Rajapaksa

(1 an, 3 mois et 12 jours)
Président Dingiri Banda Wijetunga
Gouvernement Wickremesinghe I
Prédécesseur Dingiri Banda Wijetunga
Successeur Chandrika Kumaratunga
Député

(1 an et 28 jours)
Élection 5 août 2020
Législature 16e
Successeur Wajira Abeywardena

(25 ans, 11 mois et 20 jours)
Élection 15 février 1989
Réélection 16 août 1994
10 octobre 2000
5 décembre 2001
8 avril 2004
17 août 2015
Législature 10e, 11e, 12e, 13e, 14e et 15e
Chef de l'opposition

(10 ans, 8 mois et 18 jours)
Président Chandrika Kumaratunga
Mahinda Rajapaksa
Prédécesseur Mahinda Rajapaksa
Successeur Nimal Siripala de Silva

(6 ans, 11 mois et 12 jours)
Président Chandrika Kumaratunga
Prédécesseur Gamini Dissanayake
Successeur Ratnasiri Wickremanayake
Biographie
Nom de naissance Ranil Shriyan Wickremesinghe
Date de naissance (73 ans)
Lieu de naissance Colombo (Dominion de Ceylan)
Nationalité cingalaise puis
sri-lankaise
Parti politique Parti national uni
Entourage Junius Richard Jayewardene (oncle)
Diplômé de Université de Colombo
Profession Avocat
Religion Bouddhisme

Ranil Wickremesinghe
Premiers ministres du Sri Lanka
Présidents de la République démocratique socialiste du Sri Lanka

Ranil Wickremesinghe (en singhalais : රනිල් වික්‍රමසිංහ ; en tamoul : ரணில் விக்கிரமசிங்க), né le à Colombo, est un avocat et un homme d'État sri-lankais, membre du Parti national uni qu'il dirige depuis 1994. Il est plusieurs fois Premier ministre, du au , du au et du au . D'octobre à , il est l'objet d'une crise politique liée à son limogeage controversé, puis celle-ci se termine après la démission de son successeur controversé Mahinda Rajapaksa et de sa propre réinvestiture.

Il est à nouveau nommé Premier ministre le , au cours de la crise politique qui frappe son pays. Le suivant, il exerce à ce titre les fonctions de président de la République par intérim après le départ de Gotabaya Rajapaksa. Le 20 juillet enfin, il est élu président par le Parlement.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est le neveu de l'ancien président Junius Richard Jayewardene[1].

Premier mandat de Premier ministre[modifier | modifier le code]

Chef de l'opposition parlementaire[modifier | modifier le code]

Deuxième mandat de Premier ministre[modifier | modifier le code]

Chef de l'opposition parlementaire[modifier | modifier le code]

Troisième mandat de Premier ministre[modifier | modifier le code]

Nomination[modifier | modifier le code]

Le , le nouveau président Maithripala Sirisena le nomme Premier ministre[2]. Il avait noué avec ce dernier une alliance de circonstance[3], qu'il reconduit à la suite des élections législatives srilankaises de 2015[4].

Par la suite, des dissensions apparaissent entre les deux alliés[5].

Crise politique de 2018[modifier | modifier le code]

Le , le président Maithripala Sirisena démet Ranil Wickremesinghe de ses fonctions et nomme immédiatement l'ancien président Mahinda Rajapaksa à sa place. Ayant fait amender en 2015 la constitution de sorte de retirer au président le droit de limoger le Premier ministre[6], Wickremesinghe considère cet acte comme inconstitutionnel et déclare demeurer à son poste[7]. Il refuse alors de quitter ses fonctions, recevant ainsi le soutien de Karu Jayasuriya, le président du Parlement, institution suspendue jusqu'au par le président de la République[8]. Le , alors que les partisans de Rajapaksa tentent d'entrer dans sa résidence, un garde du corps du ministre sortant du Pétrole tire sur eux, faisant un mort et deux blessés[9].

Le 1er novembre, le président annonce la levée de la suspension du parlement[10] et le convoque pour le [11], puis reporte la date au 7 puis au [12]. Le , le président dissout le parlement et convoque des législatives anticipées pour le [13]. Le , le président du Parlement conteste cette décision, estime que le président ne possède pas le pouvoir de dissolution[14]. Le , la Cour suprême annule la dissolution[15].

Le , le gouvernement de son rival est renversé par une motion de censure[16]. Les 15 et , ont lieu des séances houleuses au parlement[17]. Wickremesinghe demande alors à être réinvesti[18]. Le a lieu une réunion de sortie de crise[19].

Le , Sirisena annonce qu'il ne nommera plus jamais Wickremesinghe comme Premier ministre, l'accusant de corruption[20].

Le , la Cour suprême suspend les pouvoirs du second Premier ministre, Mahinda Rajapaksa. Cette décision très attendue des magistrats a été rendue avant le , car ils ont estimé que des « dommages irréparables ou irrémédiables » pouvaient survenir sur l'île[21].

Le , la Cour suprême confirme l'annulation des élections anticipées, estimant que le président ne possède pas le droit de dissoudre la chambre[22].

Le , la démission prochaine de Rajapaksa est annoncée par son fils, étant effective pour le lendemain [23]. Wickremesinghe est réinvesti le [24].

Quatrième mandat de Premier ministre[modifier | modifier le code]

Deux mois après sa nomination, il élabore un plan d'urgence avec le président Gotabaya Rajapaksa[25].

Il prête serment le alors que son pays s'enfonce dans une crise sociale et économique sur fond de violences et d'affrontements entre manifestants et policiers[26].

Selon Delon Madavan, « Il n’aurait pas dû remplacer Mahinda Rajapaksa. Son frère Gotabaya Rajapaksa serait parti. Il y aurait eu besoin d’un gouvernement national. Sa nomination aurait pu être logique", explique Delon Madavan. "Maintenant, il est associé comme un traître à la cause du peuple. »[1].

Le suivant, le président Rajapaksa est contraint de fuir le palais présidentiel de Colombo, menacé par des dizaines de milliers de manifestants. Il quitte finalement le pays à bord d'un avion de l'armée pour se rendre aux Maldives le [27].

Président de la République[modifier | modifier le code]

Par intérim[modifier | modifier le code]

En l'absence du président, Wickremesingue assure ainsi l'intérim à la tête de l'État[28]. Cette décision provoque l'envahissement du siège du gouvernement par les protestataires alors que le président par intérim décrète l'état d'urgence et un couvre-feu et appelle les forces de sécurité à « faire le nécessaire pour rétablir l'ordre » pour ne pas « permettre aux fascistes de prendre le pouvoir »[29].

Le 14 juillet, Rajapaksa arrive à Singapour à bord d'un avion de ligne. Il envoie sa lettre de démission par e-mail au président du Parlement. Le jour même, les manifestants tentent sans succès de prendre d'assaut le Parlement mais ils sont repoussés par les forces de sécurité. Au même moment, ils se retirent du palais présidentiel et du siège du gouvernement, avant leur reprise par les forces de l'ordre. Après sa démission, le Premier ministre doit, selon la Constitution, exercer l'intérim jusqu'à l'élection d'un nouveau président par le Parlement[30].

Alors qu'il présente sa candidature à l'élection présidentielle srilankaise de 2022, le mouvement contestataire décide de manifester contre l'éventualité qu'il soit élu[31].

Ses premières mesures sont de mettre en place un plan d'urgence sur les aliments et le carburant[32].

De plein exercice[modifier | modifier le code]

Le 20 juillet, il est élu président de la République par le Parlement en obtenant 134 voix sur 225[33]. Il est assermenté le lendemain[34].

Peu après son élection, il déclare à l'adresse des manifestants : « si on essaye de renverser le gouvernement, d'occuper le bureau du président et celui du Premier ministre, il ne s'agit pas de démocratie, et nous traiterons ceux-là avec fermeté »[35].

Selon le politologue Jayadewa Uyangoda, « il a indéniablement pour lui l'expérience politique, ce qui a rassuré les députés. Mais ce vote exprime aussi le rejet, par le Parlement, des attentes exprimées par les citoyens depuis quatre mois. Les gens voulaient un changement. Avec Ranil Wickremesinghe, il n'y en a pas eu. Le Parlement envoie ainsi un terrible message au peuple, qui avait tenté de protester pacifiquement. »[36]. Selon son confrère Kusal Perera, « Ranil a regagné l'acceptation des classes moyennes urbaines en rétablissant certains services comme le gaz, et il a déjà montré sa fermeté en faisant évacuer les bâtiments du gouvernement »[37]. Selon le politologue Ranga Kalansooriya, « le clan Rajapaksa continue à tirer les ficelles du Parlement. Et ce Parlement ne reflète pas les aspirations des gens, qui veulent de nouveaux visages et un nouveau système. Mais, parmi tous les politiciens, Ranil Wickremesinghe est le meilleur choix en raison de son expérience politique. » Il ajoute que « Il n'est peut-être pas populaire, mais il a un large réseau international et, en cette période cruciale, le Sri Lanka a besoin d'un dirigeant dynamique, intellectuel et expérimenté »[38].

Dans la nuit du 20 au 21 juillet, le principal camp des manifestants est dispersé, provoquant des arrestations et des blessés[39]. Les jours qui suivent marquent une poursuite des arrestations[40].

Le , il nomme son ami d'enfance Dinesh Gunawardena au poste de Premier ministre[41],[42]. Il forme un gouvernement composé de nombreux ministres ayant été en fonction sous les Rajapaksa[43].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Nommé président par intérim le 13 juillet 2022 par son prédécesseur Gotabaya Rajapaksa qui vient de fuir le pays lors de la Révolution srilankaise, celui-ci démissionne le lendemain. Wickremesinghe prête serment le 15 juillet. Par intérim jusqu'au 21 juillet 2022.
  2. Dispute le poste à Mahinda Rajapaksa du 26 octobre au 15 décembre 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Qui est Ranil Wickremesinghe, nouveau président du Sri Lanka élu et contesté par le peuple ? », sur TV5MONDE, (consulté le ).
  2. (en) « Ranil new Prime Minister », sur Dailymirror.lk,
  3. « Au Sri Lanka, le premier ministre Ranil Wickremesinghe réinvesti après son limogeage », sur Le Monde.fr, Le Monde, (ISSN 1950-6244, consulté le ).
  4. « Sri Lanka: le parti au pouvoir remporte les élections législatives », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
  5. « Crise au Sri Lanka: mobilisation de masse pour le Premier ministre démis », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
  6. « Le Sri Lanka s’enfonce dans une crise politique », sur Libération.fr (consulté le )
  7. (en) Rulers.
  8. https://www.swissinfo.ch/fre/le-premier-ministre-refuse-de-quitter-sa-résidence--un-mort/44504184
  9. Le Point, magazine, « Sri Lanka : la crise politique s'aggrave, un tué par balles », sur Le Point (consulté le )
  10. « Crise au Sri Lanka : la suspension du Parlement levée », sur Le Monde.fr (consulté le )
  11. Zone Bourse, « Le parlement sri-lankais convoqué en session le 5 novembre » (consulté le )
  12. « Sri Lanka: le parlement convoqué une semaine plus tard que prévu », sur Libération.fr (consulté le )
  13. « Sri Lanka : le président dissout le Parlement », sur Le Monde.fr (consulté le )
  14. « Sri Lanka: le président "usurpe" les pouvoirs des députés (président du Parlement) » (consulté le )
  15. BFMTV, « Sri Lanka: la Cour suprême annule la dissolution du Parlement », sur BFMTV (consulté le )
  16. « Sri Lanka: le Parlement vote une motion de censure contre le Premier ministre - Asie-Pacifique - RFI », sur RFI (consulté le )
  17. « Sri Lanka: des députés se balancent des chaises et du piment », sur LExpress.fr (consulté le )
  18. Le Point, magazine, « Crise au Sri Lanka: l'ex-Premier ministre demande à reprendre ses fonctions », sur Le Point (consulté le )
  19. « Sri Lanka : le président convoque une réunion », sur Le Figaro (consulté le )
  20. « Sri Lanka : le président promet de ne jamais reprendre le Premier ministre limogé », sur LExpress.fr (consulté le ).
  21. https://www.la-croix.com/Monde/Asie-et-Oceanie/Au-Sri-Lanka-cour-supreme-suspend-premier-ministre-2018-12-03-1200987179
  22. « Sri Lanka: la Cour suprême juge la dissolution du Parlement illégale - Asie-Pacifique - RFI », sur RFI (consulté le )
  23. « Sri Lanka: démission du premier ministre », sur Le Figaro (consulté le )
  24. Le Point, magazine, « Sri Lanka: Rajapakse se retire, mettant fin à l'impasse politique », sur Le Point (consulté le )
  25. L'Obs avec AFP, « Nouveau Premier ministre au Sri Lanka, en pleine crise économique », sur L'Obs, (consulté le ).
  26. « Sri Lanka : Ranil Wickremesinghe prête serment comme nouveau Premier ministre », sur Le Figaro, (consulté le )
  27. AFP, « Le président du Sri Lanka a quitté son pays pour les Maldives », sur Le Temps, (consulté le ).
  28. (en) Press Trust of India, « Sri Lankan PM Ranil Wickremesinghe appointed as acting President: Speaker », sur www.business-standard.com, (consulté le ).
  29. Le Point, magazine, « Sri Lanka: la foule envahit les bureaux du Premier ministre, le président en fuite », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
  30. « Sri Lanka: le président démissionne, les manifestants évacuent les bâtiments occupés », sur Libération (consulté le )
  31. « Sri Lankans to protest against Wickremesinghe's bid for president », sur SWI swissinfo.ch (consulté le )
  32. « Sri Lanka Acting President To Implement Urgent Food, Fuel Relief Programme », sur NDTV.com (consulté le )
  33. « Sri Lanka : «Nos divisions sont terminées», déclare le nouveau président Wickremesinghe », Le Figaro,
  34. Le Point, magazine, « Sri Lanka : le président Wickremesinghe investi, en quête d'un gouvernement », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
  35. « Sri Lanka: le nouveau président du promet la «fermeté» aux fauteurs de troubles », sur LEFIGARO, lefigaro, (ISSN 0182-5852, consulté le ).
  36. La-Croix.com, « Sri Lanka : Ranil Wickremesinghe, le nouveau président impopulaire d’un pays en déroute », sur La Croix, lacroix.journal, (consulté le ).
  37. AFP, « Sri Lanka : Ranil Wickremesinghe élu président, pourquoi les manifestations vont malgré tout se poursuivre », sur La Voix du Nord, La Voix du Nord, (consulté le ).
  38. Vanessa Dougnac, « Sri Lanka – Ranil Wickremesinghe, président mal aimé », sur Le Point, lepoint.fr, (consulté le ).
  39. Zone International - ICI.Radio-Canada.ca, « Le principal camp de manifestants au Sri Lanka a été démantelé », sur Radio-Canada.ca, (consulté le ).
  40. « "La voix du peuple n'a pas été entendue" : le Sri Lanka s'enfonce dans la crise », sur LExpress.fr, lexpress, (consulté le ).
  41. https://www.facebook.com/FRANCE24, « Sri Lanka : le principal camp de manifestants démantelé par les forces de l'ordre », sur France 24, FRANCE24, (consulté le ).
  42. « Qui est Dinesh Gunawardena, le nouveau Premier ministre du Sri Lanka ? », sur dernières-nouvelles.com,
  43. https://www.facebook.com/RFI, « Sri Lanka: un nouveau gouvernement formé avec des caciques de l’ancien pouvoir », sur RFI, RFI, (consulté le ).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) C. A. Gunarwardena, « Ranil Wickremesinghe », dans Encyclopedia of Sri Lanka, New Delhi, New Dawn Press, , 2e éd. (ISBN 978-1932705485), p. 387-388

Liens externes[modifier | modifier le code]