Frucourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Fricourt.
Frucourt
La place et son armée de tilleuls émondés.
La place et son armée de tilleuls émondés.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Picardie
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Canton Gamaches
Intercommunalité Communauté de communes de la Région d'Hallencourt
Maire
Mandat
Gilbert Duchemin
2014-2020
Code postal 80490
Code commune 80372
Démographie
Population
municipale
136 hab. (2012)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 59′ 47″ N 1° 48′ 36″ E / 49.9964, 1.8149° 59′ 47″ Nord 1° 48′ 36″ Est / 49.9964, 1.81
Altitude Min. 48 m – Max. 114 m
Superficie 5,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Frucourt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Frucourt

Frucourt est une commune française, située dans le département de la Somme en région Picardie.

Géographie[modifier | modifier le code]

L'agglomération est implantée à l'ouest du département, au croisement de l'axe nord-sud reliant Limeux à Oisemont par la route départementale « RD 93 » et de l'axe est-ouest reliant Hallencourt et Doudelainville.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les cahiers de doléances de la commune sont consultables sur le site des Archives départementales, p. 187 à p. 188[1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[2]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1925 1930 Elisée Barbette   décédé en 1930
1930 juin 1944 Louis Picourt   démissionnaire en 1944
juin 1944 mai 1958 Armand Barbette   démissionnaire en 1958
17 mai 1958 décembre 1958 Eugène Cordier   conseiller, fait fonction
décembre 1958 mai 1984 Philippe de Forceville   décédé en 1984
mai 1984 mars 2001 Jacques Picourt    
mars 2001 mars 2008 Pierre Barbette    
mars 2008[3] en cours
(au 6 mai 2014)
Gilbert Duchemin   Réélu pour le mandat 2014-2020[4]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 136 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
347 367 378 393 356 353 368 387 376
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
352 354 341 345 314 301 298 287 301
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
313 318 290 227 187 182 188 175 167
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2006 2009
163 155 165 162 142 121 136 133 136
2012 - - - - - - - -
136 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique


Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Le village dépend du Canton de Gamaches et de la Communauté de communes de la Région d'Hallencourt [7],[8]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Monuments[modifier | modifier le code]

  • Moulin

Frucourt est doté d'un moulin fortifié situé au sud du village sur la route de Citernes . La famille de Monthomer propriétaire de la seigneurie a décidé de relever l'ancien moulin dont les travaux de construction furent achevés en 1641. Bâti entièrement en briques, le moulin possède des murs d'une épaisseur de 1,80 m à la base et de 1,20 m au sommet. Il servait principalement de point d'observation et à moudre le grain.

Lors d'une attaque, une brèche permettait de déverser de l'huile bouillante sur l'ennemi. Les provisions du moulin étaient convoitées par les maraudeurs et les troupes armées qui agressaient régulièrement la région.

Il porte les armoiries du seigneur du château de Frucourt (famille Monthomer), effacées durant la Révolution.

Inscrit à l'Inventaire des Monuments Historiques depuis le 17 avril 1931, il figure aussi sur la route des moulins des vallées de la Bresle et de la Somme.

En juin 2004, il a été entièrement rénové et a reçu un prix du concours « Les Rubans du Patrimoine ».

Le dernier meunier était Cyrille Piedecoq, décédé en 1927.

  • Château


  • Église
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

La couturière Elsa Schiaparelli, décédée le 13 novembre 1973, est enterrée au cimetière de Frucourt.

Économie et commerces[modifier | modifier le code]

A Frucourt se trouve une Société spécialisée dans l'étiquetage, le flocage et l'emballage.


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://archives.somme.fr/ark:/58483/a0113409565588ytyui/1/1 Lire les cahiers en ligne.
  2. source CIS hallencourt
  3. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr,‎ (consulté le 31 août 2008)
  4. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme,‎ (consulté le 9 juin 2014)
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.
  7. Intercommunalité [1]
  8. Communauté de commune d'hallencourt [2]
  9. Source:Mémorial morts pour la France (80): nombres de morts [3]