Moislains

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Moislains
L'église Saint-Pierre.
L'église Saint-Pierre.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Canton Péronne
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute Somme
Maire
Mandat
Jean-Pierre Carpentier
2014-2020
Code postal 80200
Code commune 80552
Démographie
Population
municipale
1 212 hab. (2015 en diminution de 3,58 % par rapport à 2010)
Densité 59 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 59′ 26″ nord, 2° 57′ 53″ est
Altitude Min. 62 m
Max. 152 m
Superficie 20,62 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Moislains

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Moislains

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Moislains

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Moislains

Moislains est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.


Géographie[modifier | modifier le code]

Moislains est traversée par le canal du Nord, qui suit la Tortille, affluent de la Somme. Par la route, le village se situe à une dizaine de kilomètres au nord de Péronne.

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Nature du sol et du sous-sol[modifier | modifier le code]

Le sous-sol de la commune est, pour partie, d'origine secondaire, du Crétacé : craie, bélemnite, silex ; tertiaire ; quaternaire : diluvium gris, riche en débris d'animaux fossiles (mollusques fluviatiles ou terrestres, helix, planorbes, lymnées, cyènes...)[1].

Au nord de la commune, on rencontre des terrains modernes et des marais transformés en prairies. Sous la terre végétale, on trouve de la marne (pierre à chaux) recouverte d'alluvions, des sables de Bracheux avec banc de silex, des argiles à lignite le long des pentes. Au nord-est et à l'est, ont été rencontrés des calcaires et argiles siliceux[1].

Relief, paysage, végétation[modifier | modifier le code]

Le relief de la commune est celui d'un plateau parcouru par une vallée - celle de la Tortille - et de petits vallons.

Le point culminant de la commune se situe à la Sablière (135 m)[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est traversée du nord au sud par la Tortille, affluent de la rive droite de la Somme, au cours très sinueux[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Le climat de Moislains est tempéré océanique avec vents dominants de nord-ouest et sud-ouest.

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Urbanisme et aménagement du territoire[modifier | modifier le code]

La commune de Moislains se compose d'un habitat groupé. Le village fut reconstruit après les destructions de la Première Guerre mondiale.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Moislains
Sailly-Saillisel Etricourt-Manancourt Equancourt
Rancourt Moislains Nurlu
Bouchavesnes-Bergen Aizecourt-le-Haut et Allaines Templeux-la-Fosse

Toponymie[modifier | modifier le code]

On rencontre plusieurs formes pour désigner Moislains dans les textes anciens : Molanium (1070), Meulanum (1080), Melins (1147), Miolens (1164), Muesmalinoe (1202), Meilanoe (1214, Moilanse, Morlens, Molinoe (1330), Molemlinoe, Mzelins, Moislans, Moillans, Mediolani villa[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge et époque moderne[modifier | modifier le code]

  • Le village de Moislains existait déjà au VIIe siècle car il en fut fait donation à l'abbaye Saint-Vaast d'Arras.
  • Moislains obtint une charte communale en 1110.
  • En 1214, Girard d'Aquancourt avait des droits sur la taille et le moulin de Moislains.
  • En 1278, Pierre de Moislains prit part au tournoi de Ham.
  • Au XIVe siècle, il existait un château fort à Moislains.
  • En 1557, les Espagnols et les Anglais furent défaits à Moislains.
  • Au XVIIIe siècle, 34 habitants de Moislains furent arrêtés pour avoir démoli le corps de garde de Péronne et molesté les receveurs des aides et impôts.

Epoque contemporaine[modifier | modifier le code]

  • En 1870, les Prussiens occupèrent la commune[1].

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Le dimanche 2 août 1914, l'ordre de mobilisation générale est publié. Le jeudi 6 août au matin, le 307e régiment de réserve d'Angoulême, après une manifestation patriotique, s'embarque pour la région de Bapaume. Le 28 août, il a pour mission de déloger de Moislains, les Allemands marchant sur Paris.

Venant de la Ferme du Gouvernement, les Charentais descendent vers le village dans un épais brouillard. Les fantassins allemands, en position dans le village font depuis la veille, pleuvoir sur eux un déluge d'obus[2]. Les survivants (parmi lesquels se trouve le lieutenant Antoine Monis) seront faits prisonniers et envoyés en Allemagne. Dans l'après-midi, la population non évacuée de Moislains peut venir secourir les blessés. Les Allemands créent le cimetière en 1914.

Le 31 août 1924, à l'initiative du département de la Charente et du département de la Somme, un ossuaire et un cimetière militaire dit « Cimetière des Charentais » au lieu-dit le chemin de la Récrière furent inaugurés. L'ossuaire est surmonté par le monument des Charentais.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1792 An II Antoine Guillain Magnier - -
An II An III Marie Charles Antoine Corbeaux - -
An III An IV Pierre Dollé - -
An IV An V Segard - -
An V An VI Blaise Le Grain - -
An VI An VI Pierre Martelle - -
An VI An VII Jean Baptiste Lescarcelle - -
An VII An VII Jean Louis Baudelot - -
An VII An VII Blaise Le Grain - -
An VII An X Jean Louis Baudelot - -
1807 1813 Philippe Capron - -
1813 1821 Gabriel François Capron - Meunier
1821 1824 Jean Baptiste Banchart - -
Les données manquantes sont à compléter.
1857 1864 Charles Augustin Prosper Caron - -
- 1872 M. Fourrière - -
1874 1890 Henri Loyeux - -
1890 1898 Jean Loyeux - -
1900 1925 Ernest Loyeux - -
1914 - Joseph Morienvalle - -
1925 1929 Jean Péru - Agriculteur
1934 - Abel Bouchandam - -
1941 - Octave Coquel - Berger
- - Daboval - -
Les données manquantes sont à compléter.
1939 1959 Julien Auriol - Agriculteur
1959 1983 Georges Obert - -
1983 1995 Raymond Fouquet - Cadre à la lainière de Picardie
1995 2001 Jean Lemoine - Entrepreneur Bâtiment
2001 2008 Raymond Leriche DVD Agriculteur
2008 2014 Jean-Hugues Mention DDE  
2014 en cours
(au 6 mai 2014)
Jean Pierre Carpentier   Agriculteur

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans. Pour Moislains, cela correspond à 2005, 2010[3], etc. Les autres dates de « recensements » (2006, 2009, etc.) sont des estimations légales. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5].

En 2015, la commune comptait 1 212 habitants[Note 1], en diminution de 3,58 % par rapport à 2010 (Somme : +0,2 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3981 5831 4681 5571 7281 7911 8011 8411 764
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 7271 7561 7941 7711 7661 5071 4971 4881 477
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4151 4001 3519551 3341 4021 4421 3081 398
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
1 4631 5791 4641 4341 3761 3661 3201 2571 212
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école primaire locale compte 152 élèves à la rentrée 2017[8].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Église Saint-Pierre[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Pierre, reconstruite de 1928 à 1932 par l'architecte Louis Faille, originaire de Nurlu. Le chemin de croix, la mosaïque du maître-autel ainsi que les vitraux (vingt-et-une verrières), sont l'œuvre de Gérard Ansart. Les vitraux furent réalisés par l'atelier Cagnart en 1932. L'église possède des orgues mises en valeur par l'Association des amis des orgues de Péronne, Moislains et Epehy (ADOPME) depuis 2008.
Article détaillé : Église Saint-Pierre de Moislains.

Nécropole nationale des Charentais[modifier | modifier le code]

  • Cimetière militaire des Charentais qui rassemble les corps des soldats des 123e et 124e brigades d'infanterie composées essentiellement de jeunes hommes originaires du département de la Charente tombés le 28 août 1914 lors d'une attaque de l'armée allemande. Sur le monument au fond du cimetière a été gravée cette inscription : « La Charente à ses enfants morts pour la France le 28 août 1914 ».

Autre lieu[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Ferdinand Carré était un ingénieur français, né à Moislains le 10 mars 1824, et mort le 11 janvier 1900 à Pommeuse, hameau du Poncet (Seine-et-Marne). Inventeur d'appareils frigorifiques destinés à produire de la glace, d'un régulateur de lumière électrique ou encore d'une machine à influence qui porte son nom. Il est l'auteur de nombreux travaux sur l'électricité. Chevalier de la Légion d'honneur en 1863.
  • Édouard-Edmond Carré, ingénieur civil, frère de Ferdinand, né à Moislains 22 janvier 1833, décédé le 7 mai 1884, chevalier de la Légion d'honneur en 1881, inhumé au cimetière de Moislains.
  • Marie-Omer-Augustin Fourrière, capitaine de cavalerie au 4e dragons, né le 5 juin 1836 à Moislains, mort en 1910 à Lectoure (Gers), chevalier de la Légion d'honneur en 1882.
  • Jérôme Le Borgne, né en 1896 à Hénon (Côtes-d'Armor), fut mobilisé en 1915, démobilisé en 1919 avec le grade de lieutenant. Instituteur, puis directeur de l'école communale, il fut à nouveau mobilisé en septembre 1938, remobilisé en septembre 1939, fait prisonnier le 22 juin 1940 puis libéré. Arrêté le 1er juin 1944 pour faits de Résistance, déporté au camp de Neuengamme en Allemagne où il meurt en mai 1945. Jérôme Le Borgne est enterré à Moislains.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Abbé Paul Decagny, L'Arrondissement de Péronne ou recherches sur les villes, bourgs, villages et hameaux qui le composent, 1844 - réédition partielle, Péronne et son canton, Inval-Boiron, La Vague verte, 2010 (ISBN 978 - 2 - 913 924 - 75 - 8)
  • Pascal Duvidal, La Bataille de Moislains 28 août 1914, Angoulême, Pascal Duvidal, , 162 p. (ISBN 978-2-9 548 998-0-0)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f Notice géographique et historique sur la commune de Moislains, rédigée par M. Tholomé, instituteur, 189?, Archives départementales de la Somme.
  2. http://www.memoiredeshommes.sga.defense.gouv.fr/fr/arkotheque/visionneuse/visionneuse.php?arko=YToxMDp7czoxMDoidHlwZV9mb25kcyI7czo3OiJhcmtvX2lyIjtzOjg6ImltZ190eXBlIjtzOjM6ImpwZyI7czo0OiJyZWYwIjtzOjQ6IjE1NzAiO3M6NDoicmVmMSI7czoxOiI2IjtzOjQ6InJlZjIiO2k6MjEzODtzOjQ6InJlZjMiO3M6NzE6IjFHTS9KVU5JVEVTMTQxOC9MT1QwNC8yNl9OXzc0Nl8wMDEvU0hER1JfX0dSXzI2X05fNzQ2X18wMDFfXzAwMDFfX1QuSlBHIjtzOjQ6InJlZjQiO3M6NzE6IjFHTS9KVU5JVEVTMTQxOC9MT1QwNC8yNl9OXzc0Nl8wMDEvU0hER1JfX0dSXzI2X05fNzQ2X18wMDFfXzAwMzBfX1QuSlBHIjtzOjE4OiJpZF9hcmtfZWFkX2ZhbWlsbGUiO2k6MztzOjE2OiJ2aXNpb25uZXVzZV9odG1sIjtiOjE7czoyMToidmlzaW9ubmV1c2VfaHRtbF9tb2RlIjtzOjQ6InByb2QiO30=#uielem_move=0%2C0&uielem_rotate=F&uielem_islocked=0&uielem_zoom=59
  3. « Calendrier de recensement », sur Insee (consulté le 9 mars 2012)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  8. L'école sur le site du ministère de l'éducation nationale.
  9. Le point 50N3E sur le Degree Confluence Project
  10. Hélène Tierchant, Hommes de la Gironde, ou La liberté éclairée, Les Dossiers d'Aquitaine, 1993, 187 pages, p. 75 (ISBN 2905212187).