Hallencourt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Hallencourt
Hallencourt
La mairie.
Blason de Hallencourt
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Intercommunalité CA Baie de Somme
Maire
Mandat
Frédéric Delohen
2020-2026
Code postal 80490
Code commune 80406
Démographie
Gentilé Hallencourtois
Population
municipale
1 302 hab. (2019 en diminution de 5,24 % par rapport à 2013)
Densité 63 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 59′ 32″ nord, 1° 52′ 40″ est
Altitude Min. 35 m
Max. 121 m
Superficie 20,55 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Amiens
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Gamaches
Législatives 3e circonscription de la Somme
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Hallencourt
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Hallencourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Hallencourt
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Hallencourt
Liens
Site web https://www.hallencourt.fr/

Hallencourt est une commune française située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Représentations cartographiques de la commune
Maki2-town-hall-12.svg La commune avec l'emplacement de la mairie dans le département
Carte OpenStreetMap
Carte OpenStreetMap
Carte topographique
Carte topographique
Avec les communes environnantes
Avec les communes environnantes
Vue de la rue de la République
Vue de la rue de la République
1 : carte dynamique ; 2 : carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique ; 4 : avec les communes environnantes ; 5 : vue de la rue de la République

Hallencourt est un bourg picard du Vimeu situé à l'ouest du département et à 13 km au sud d'Abbeville.

Depuis , la commune fait partie du Parc naturel régional de la Baie de Somme Picardie Maritime.

Elle est au située croisement de l'axe nord-sud reliant Fontaine-sur-Somme et Mérélessart par la route départementale RD 21 et de l'axe est-ouest reliant Bettencourt-Rivière et Frucourt, aisément accessible par l'ancien tracé de la RN 1 (actuelle RD 901) ou l'ancienne RN 336 (actuelle RD 936).Les autoroutes A16 et A28 sont situées à faible distance.

En 2020, la localité est desservie par les lignes d'autocars no 1 (Mers-lès-Bains - Oisemont - Amiens) et no 19 (Abbeville - Airaines) du réseau Trans'80, Hauts-de-France, chaque jour de la semaine sauf le dimanche et les jours fériés[1]. L'intercommunalité organise également un service de transport à la demande rural[2].

Les anciennes communes d'Hocquincourt et de Wanel ont été fusionnées avec Hallencourt le [3],[4].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Hallencourt est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[5],[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Amiens, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 369 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (90,2 % en 2018), une proportion identique à celle de 1990 (90,2 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (71,8 %), prairies (16,8 %), zones urbanisées (6,6 %), forêts (3,2 %), zones agricoles hétérogènes (1,6 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Habitat et logement[modifier | modifier le code]

En 2018, le nombre total de logements dans la commune était de 695, alors qu'il était de 690 en 2013 et de 654 en 2008[I 1].

Parmi ces logements, 82 % étaient des résidences principales, 4,7 % des résidences secondaires et 13,2 % des logements vacants. Ces logements étaient pour 94,2 % d'entre eux des maisons individuelles et pour 4,6 % des appartements[I 2].

Le tableau ci-dessous présente la typologie des logements à Hallencourt en 2018 en comparaison avec celle de la Somme et de la France entière. Une caractéristique marquante du parc de logements est ainsi une proportion de résidences secondaires et logements occasionnels (4,7 %) inférieure à celle du département (8,3 %) mais supérieure à celle de la France entière (9,7 %). Concernant le statut d'occupation de ces logements, 74,7 % des habitants de la commune sont propriétaires de leur logement (75,3 % en 2013), contre 60,3 % pour la Somme et 57,5 pour la France entière[I 3].

Le logement à Hallencourt en 2018.
Typologie Hallencourt[I 1] Somme[I 4] France entière[I 5]
Résidences principales (en %) 82 83,3 82,1
Résidences secondaires et logements occasionnels (en %) 4,7 8,3 9,7
Logements vacants (en %) 13,2 8,4 8,2

Toponymie[modifier | modifier le code]

Dans les environs, on trouve : Saucourt, Vaudricourt, Woincourt, Béthencourt, Méréaucourt, Biencourt.

Tous ces noms de villages se terminent par -court. Ce sont le plus souvent des hameaux ou de petits villages ; l'appellatif toponymique -court (> français moderne cour) est issu du gallo-roman CŌRTE qui signifie « cour de ferme, ferme ». Cet appellatif est généralement précédé d'un nom de personne germanique. Ces formations toponymiques datent du Moyen Âge. Cette façon de nommer les lieux serait liée à l'apport germanique du VIe siècle[Note 3],[12]. En effet, les toponymes en -court typiques de l'extrême nord et nord-est de la France sont calqués sur les noms de lieux en -hof, -hov, -hoffen, -hoven « cour de ferme, ferme » des pays de langue germanique (Flandres, Alsace-Lorraine, Pays-Bas, Allemagne), ainsi aux Béthencourt, Bétancourt, etc. correspondent Bettenhof, Bettenhoffen, Bettenhoven, etc.

Histoire[modifier | modifier le code]

On a retrouvé des traces d'occupation néolithique dans le village, avec des puits d'extraction du silex, ainsi que des traces d'une villa gallo-romaine.

Hallencourt, comme tous les villages des environs, connait une importante activité de tissage qui se terminera en 1954 avec la vente des anciens établissements Deneux[13].

En 1871, elle dispose d'une machine à vapeur de 25 Ch et, en 1892, de 3 chaudières à vapeur, 6 pareuses et une encolleuse à vapeur. En 1905, 4 chaudières à vapeur sont en activité. En 1871, l'usine emploie 182 salariés (dont 12 de moins de 16 ans). En 1939, l'usine tourne en trois équipes de huit heures avec 72 ouvriers[14],[15].

Ses locaux sont repris par une fonderie de laiton sous pression, Favi, venue du Vimeu industriel, et qui s'installe à Hallencourt en 1950. Elle emploie, en 1962, plus de 50 salariés, puis, en 1983, 185 salariés[16],[17],[14].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Les anciennes communes d'Hocquincourt et Wanel fusionnent le avec la commune d'Hallencourt[18]. Sorel-en-Vimeu n'a alors pas souhaité participer à cette fusion[19].

Un projet de fusion simple des trois anciennes communes est mise en débat en 2021, qui permettrait de simplifier la gestion communale en supprimant les mandats de maires délégués[19],[20]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Abbeville du département de la Somme.

Elle était depuis 1793 le chef-lieu du canton de Hallencourt[18]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, cette circonscription administrative territoriale a disparu, et le canton n'est plus qu'une circonscription électorale.

Rattachements électoraux[modifier | modifier le code]

Pour les élections départementales, la commune fait partie depuis 2014 du canton de Gamaches

Pour l'élection des députés, elle fait partie de la troisième circonscription de la Somme.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

Hallencourt était le siège de la communauté de communes de la Région d'Hallencourt, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé fin 1995 et auquel la commune avait transféré un certain nombre de ses compétences, dans les conditions déterminées par le code général des collectivités territoriales.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, cette intercommunalité a fusionné avec ses voisines pour former, le , la communauté d'agglomération de la Baie de Somme dont est désormais membre la commune.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[21]
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1944 Laurent Berger   Agriculteur
1944 1953 Almex Dufossé   Principal clerc de notaire
1953 1959 Pierre Longue Épée   Huissier de justice
1959 1965 Joseph Hornstein   Médecin
1965 1966 Pierre Longue Épée   Huissier de justice
1966 1967 Gaston Deneux   Commerçant
1967 1971 André Deschamps   pharmacien,
Conseiller général du canton d'Hallencourt (1961 → 1976)
1971 1983 Jean Canaple   Négociant
1983 2014 Pierre Martin UMP Instituteur,
sénateur de la Somme (1995 → 2014),
conseiller général du canton d'Hallencourt (1982 → 2008)
mars 2014[22] En cours
(au 12 septembre 2021)
Frédéric Delohen PS Cheminot retraité
conseiller départemental du canton de Gamaches (2021)
Réélu pour le mandat 2020-2026[23],[24]

Les deux communes déléguées disposent chacune d'un maire délégué, soit, pour le mandat 2020-2026 : Corinne Olen à Hocquincourt et Jean Moniez à Wanel[23].

Politique de développement durable[modifier | modifier le code]

Afin de réduire la pollution lumineuse et de réduire les coûts, l'éclairage public est arrêté en pleine nuit, de 23 h à h du matin[25].

Équipements et services publics[modifier | modifier le code]

De nombreux services publics ont quitté la commune dans les années 2010 -2020 : le centre médico-social, le service de protection maternelle et infantile, la trésorerie[26],[27]

Afin de maintenir l'attractivité du bourg, la commune a reconstruit une boulangerie, ce qui a permis de faire revenir un boulanger[28],[27].

L'ancienne salle de classe de Wanel a étérénovée en 2018 afin d'accueillir les associations[29].

Eau et déchets[modifier | modifier le code]

Une station d'assainissement datant de 1986 traite les effluents de la commune. Vieillissante, son remplacement est envisagé dans les années 2020-2025[30].

Enseignement[modifier | modifier le code]

En matière d'enseignement primaire, la commune administre une école maternelle et élémentaire située dans l'académie d'Amiens, en zone B pour les vacances scolaires.

En 2021, elle compte environ 200 élèves[27].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Équipements sportifs[modifier | modifier le code]

Hallencourt s'est doté en 2019 d'un gymnase multisports aménagé dans les locaux de l'ancienne entreprise Favi puis de l’usine Ergos, liquidée en 2011. Les locaux avaient été rachetés par la commune la même année[31].

Postes et télécommunications[modifier | modifier le code]

La commune dispose d'un bureau de poste, bien que sa transformation en agence postale communale ait été envisagée par La Poste en 2021[32].

Santé[modifier | modifier le code]

En 2021, malgré les efforts de la commune[33] et l'aménagement d'une maison médicale, celle-ci ne dispose plus d'un médecin généraliste. C'est pourquoi une borne médicale gérée par une entreprise privée et équipée de dispositifs médicaux (stéthoscope, dermatoscope, otoscope) a été implantée dans la maison de santé, permettant des téléconsultations avec un médecin généraliste[34],[35].

Une pharmacie est présente à Hallencourt en 2021[34], ainsi qu'un cabinet infirmier[36].

Une résidence de 16 logements pour personnes âgées en perte d'autonomie est construite pour 2022[37].

Justice, sécurité, secours et défense[modifier | modifier le code]

La sécurité des habitants est assurée en 2019 par la communauté de brigades de la Gendarmerie nationale d’Abbeville, Ailly-le-Haut-Clocher et Hallencourt[38].

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[39]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[40].

En 2019, la commune comptait 1 302 habitants[Note 4], en diminution de 5,24 % par rapport à 2013 (Somme : −0,2 %, France hors Mayotte : +2,17 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 2351 2531 2781 5441 6241 6391 7391 8621 893
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 8921 9141 9881 9861 9811 9561 9502 0801 997
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 9621 8591 8621 5051 4221 3821 2891 2331 188
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
1 1201 1201 3701 4071 3741 3481 3821 3921 374
2018 2019 - - - - - - -
1 3061 302-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[41].)
Histogramme de l'évolution démographique

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

La fanfare locale effectue ses sorties avec le renfort des formations de Beaucamps-le-Vieux et Liomer[42].

Économie[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La commune a été constituée par la fusion en 1972 de d'Hocquincourt et Wanel avec l'ancienne commune d'Hallencourt. De ce fait, Hallencourt dispose notamment de trois églises et trois cimetières[43],[44]

  • Par la photographie aérienne, l'archéologue Roger Agache a révélé au lieu cadastré « le Bout du Mont » l'emplacement d'ateliers néolithiques d'extraction et de taille du silex. Les ébauches et les pièces achevées qui ont été ainsi trouvées à l'emplacement des puits sont conservées au musée Boucher-de-Perthes d'Abbeville[45].
  • Église Saint-Firmin d'Hocquincourt des XVe et XVIe siècles, classée monument historique en 1942. Ses clefs pendantes des voûtes d'ogives figurent parmi les plus remarquables du Vimeu[46], et l'on note également une statue en bois de sainte Catherine datant de la construction de l’église[43].
  • Église Saint-Fuscien de Wanel.
  • Église Saint-Denis d'Hallencourt, du XVe siècle. Elle contient un haut-relief du XVe siècle représentant le Christ en croix avec quatre saints ou évêques, découvert à la suite de la suppression du retable d'autel qui le cachai[47],[48].
  • Ancien bâtiment industriel de la fin du XIXe siècle (usine de tissage), 44, rue de la République, restructuré et aménagé en 2019 pour accueillir un gymnase, un cabinet infirmier[36] et une boulangerie[49],[14],[31].
  • Chapelle, route de Sorel. Elle a été construite sur l'emplacement d'une autre, ruinée. Édifiée en 1895, rénovée en 1992, son intérieur représente la grotte de Lourdes[52].
  • Chapelle Sainte-Marguerite, route de Moyenneville. Chapelle privée, elle a été restaurée vers 1980[52].
  • Chapelle funéraire d'Hocquincourt. C'est le seul témoin de l'ancien cimetière, hébergeant les défunts de la famille Hecquet de Beaufort[52].

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Information Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Hallencourt Blason
D'argent à la bande de sable, accostée de deux cotices du même : au chef d'azur chargé de 3 bandes d'or, à la bordure de gueules.
Détails
Ces armes ont été reprises de celles des anciens seigneurs locaux. Le chef de Ponthieu a été ajouté dans les années 1960[56]
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arthur Lecointe, À l'aube du XXe siècle, le tissage à Hallencourt et sa région, 1976, collection particulière.
  • René Boyenval, René Debrie, René Vaillant, Répertoire des noms de famille de la Somme en 1849, Amiens, éditions Éklitra, 1972, 232 p.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Proposition émise en 1976, par Maurice Lebègue, professeur de français à l'École Normale d'Amiens, à la suite d'un travail réalisé sur l'origine des noms des communes de la Somme.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2022, millésimée 2019, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2021, date de référence statistique : 1er janvier 2019.

Références[modifier | modifier le code]

Site de l'Insee[modifier | modifier le code]

Autres sources[modifier | modifier le code]

  1. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  2. Alexandra Mauviel, « À Abbeville, les lignes de bus à l’arrêt… mais il reste le transport à la demande », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  3. Anciennes communes de la Somme
  4. FranceGenWeb, « CommunesGenWeb » (consulté le ).
  5. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  7. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Amiens », sur insee.fr (consulté le ).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. Jacques Chaurand et Maurice Lebègue, Noms de lieux de Picardie, éditions Bonneton, 232 p., novembre 2000, p. 71 à p. 80, (ISBN 978-2-862-53265-3).
  13. Jean-René Blin, Le tissage, à Hallencourt et sa proche région, extrait du bulletin de la Société d'émulation d'Abbeville, tome XXX, fascicule 5, 2010, p. 643.
  14. a b et c « Tissage de linge de table dit Tissage Deneux Frères ; puis fonderies et ateliers du Vimeu, puis FAVI le Laiton Injecté ; puis usine d'ouvrages en matière plastique Vimplast », notice no IA00076518, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. « Ancienne usine de blanchiment de linge de table Deneux Frères (vestiges) », notice no IA00076417, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. Florence Gillet-Goinard, Hugues Molet, Gaëlle Monteiller, Happy management. Osez manager par l'enthousiasme, Dunod, 2016, p. 95-98.
  17. « Caroline Racapé, « Favi, l'usine qui tourne sans chefs », Capital », .
  18. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. a et b Alexandra Mauviel, « Vers une fusion simple d’Hallencourt et de ses deux communes annexes Hocquincourt et Wanel ? : Une réunion publique est prévue vendredi 3 septembre, à 18 heures, à l’espace culturel pour en discuter. Elle est ouverte aux trois communes », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. Alexandra Mauviel, « La fusion simple d’Hallencourt et ses deux annexes échauffe les esprits : Une réunion a été organisée à l’initiative du maire et des maires délégués de Wanel et Hocquincourt. Certains participants se sont clairement positionnés contre la fusion annoncée », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  21. Source : mairie d'Hallencourt.
  22. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 2 avril 2014, p. 13..
  23. a et b « Somme : Frédéric Delohen conserve son siège de maire à Hallencourt : L’installation du conseil municipal de Hallencourt a eu lieu samedi 23 mai 2020. À l’issue des votes, Frédéric Delohen conserve son siège de maire. Il entame son troisième mandat », Le Journal d'Abbeville,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Suite au premier tour des élections municipales le 15 mars 2020 à Hallencourt (1096 inscrits, 701 votants 63,96 %, abstentions 36,04 %), la liste portée par le maire sortant Frédéric Delohen remporte douze siège (avec 375 voix 54,58 %) (...) La liste d’Emmanuel Decayeux a trois sièges (avec 312 voix 45,41 %) ».
  24. « Hallencourt: l’opposition privée de commissions : La majorité du maire sortant, Frédéric Delohen, s’est employée à évincer l’opposition des commissions. Problème, c’est contraire aux textes du Code général des collectivités territoriales », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Ce samedi 23 mai, lors de l’installation du nouveau conseil municipal, l’opposition s’est vu priver de représentation dans toutes les commissions, par la nouvelle majorité issue des urnes. Pour le maire sortant, Frédéric Delohen, réélu avec 12 voix sur 15, sa majorité « a eu à cœur de faire payer » à l’opposition une campagne qu’il juge « particulièrement âpre » et six années de mandat précédent « très difficiles ».
  25. Coralie Destroye, « Le conseil municipal d'Hallencourt décide d'éteindre l'éclairage public de 23 h à 4 h : Le conseil municipal d'Hallencourt (Somme) a voté favorablement pour l'extinction partielle de l'éclairage public. Elle ne sera pas mise en place avant le premier trimestre 2019 », Le Journal d'Abbeville,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  26. Ludovic Jouanserre, « La trésorerie d'Hallencourt fermera le 31 décembre prochain : Frédéric Delohen, maire d'Hallencourt, a appris il y a plusieurs semaines, que la trésorerie de sa commune allait fermer à la fin de l'année. À son grand dam », Le Journal d'Abbeville,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  27. a b et c Olivier Bacquet, « Hallencourt se lance à la reconquête de nouveaux habitants : Les maisons à vendre se font rares à Hallencourt. Pour le maire, c'est le résultat de nombreux efforts qui doivent se poursuivre pour attirer de nouveaux habitants », Le Journal d'Abbeville,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. Timothée Petitjean, « La boulangerie ouvre ce samedi 23 juin à Hallencourt : Les élus se sont réunis le mardi 12 juin en conseil municipal. Ils ont abordé la fin des travaux de la zone d'activités. L'ouverture de la boulangerie est prévue pour le 23 juin », Le Journal d'Abbeville,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. Timothée Petitjean, « Après un an de travaux, l'ancienne salle de classe de Wanel inaugurée : L'inauguration de l'ancienne salle de classe de Wanel rénovée a eu lieu le vendredi 23 mars. Après un an de travaux, la salle est prête pour accueillir les associations locales », Le Journal d'Abbeville,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  30. « Station d'épuration et microcrèche : deux gros projets à l'étude à Hallencourt : Deux gros projets sont à l'étude en 2021 à Hallencourt. 400 000 € de travaux sont prévus sur la station d'épuration. Quant à la microcrèche, les marchés vont être renégociés », Le Journal d'Abbeville,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  31. a et b ure Besnier, « Une nouvelle salle de sport pour un nouveau souffle à Hallencourt : Pour la rentrée, la ville d'Hallencourt (Somme) s'offre une salle multisports dans l'ancienne friche industrielle, rue de la République. L'idée ? Se redonner un nouveau souffle », Le Journal d'Abbeville,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  32. Cynthia Lherondel, « A Hallencourt, La Poste est sauvée... pour l'instant : À Hallencourt, la Poste envisageait la fermeture du bureau de poste pour le transformer en agence postale communale. Mais elle a revu sa position », Le Journal d'Abbeville,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  33. Lucy Embark, « Pallier l’absence de médecin à Hallencourt, un défi pour la commune : La commune de Hallencourt (Somme) ne dispose pas de médecin généraliste. Un manque ressenti par les riverains qui sont obligés de se rendre à Oisemont », Le Journal d'Abbeville,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  34. a et b « A Hallencourt, la borne médicale va bientôt être mise en service : Faute de médecin, Hallencourt va disposer d'une borne médicale pour des téléconsultations. Ce nouvel équipement doit être mis en service en avril 2021 », Le Journal d'Abbeville,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. Olivier Bacquet, « Une borne médicale à Hallencourt, pour des consultations sans rendez-vous : En attendant l'arrivée d'un hypothétique médecin généraliste, une borne médicale a été installée à Hallencourt, pour des consultations sans rendez-vous, avec de "vrais" médecins », Le Journal d'Abbeville,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  36. a et b Aurélie Chupin, « La friche industrielle d'Hallencourt laisse place à un espace commercial : Depuis six mois, la friche industrielle située rue de la République reprend vie, des travaux y ont été entrepris et une partie des locaux ont trouvé preneur », Le Journal d'Abbeville,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  37. Alexandra Mauviel, « Seize logements pour les Hallencourtois en perte d’autonomie : La résidence est portée par Âges et vie habitat sur une parcelle située avenue Général-de-Gaulle. Les travaux devraient démarrer l’an prochain », Le Courrier picard,‎ (Alexandra Mauviel, consulté le ).
  38. « La brigade de gendarmerie d'Hallencourt a vécu une année noire : Le territoire de la communauté de brigades d’Ailly, Hallencourt (Somme) et Abbeville a été marquée par de tragiques épisodes en 2018. Retour sur cette année hors du commun », Le Journal d'Abbeville,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  39. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  40. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  41. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018 et 2019.
  42. Jacques Dulphy, « Hallencourt La fanfare recherche des musiciens », Courrier picard, édition Picardie maritime,‎ , p. 12.
  43. a et b Olivier Bacquet, « À Hallencourt, d'importants travaux pour l'une des trois églises de la commune : La commune d'Hallencourt compte pas moins de trois églises. L'une d'elles est classée, au hameau d'Hocquincourt. Elle doit faire l'objet de gros travaux », Le Journal d'Abbeville,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  44. Olivier Bacquet, « Hallencourt. Informatisation, reprise de concessions : trois cimetières et beaucoup de changements : La gestion d'un cimetière n'est pas toujours simple pour une commune. Hallencourt en compte pas moins de trois, et autant de projets les concernant pour les mois qui viennent », Le Journal d'Abbeville,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  45. Roger Agache, La Somme pré-romaine et romaine d'après les prospections aériennes à basse altitude, Société des antiquaires de Picardie, Musée de Picardie, 1978, pp. 79-80.
  46. Gérard Bacquet et Marie-Noé Hue, Le Vimeu, Abbeville, G. Bacquet, , 366 p. (ISBN 978-2-902130-08-5, EAN 9782902130085), p. 266.
  47. « Haut-relief : Christ en croix avec quatre saints ou évêques. », notice no PM80000718, base Mérimée, ministère français de la Culture
  48. Photographie du « Haut-relief : Christ en croix avec quatre saints ou évêques », notice no AP80W01769, base Mémoire, ministère français de la Culture
  49. Samuel Laporte, « À Hallencourt, l’État ne soutiendra pas la réhabilitation de l'usine : Le versement d'une aide bien moindre que prévu complique le financement du projet. Mais cela ne décourage pas le maire de la commune de la Somme de le mener à terme », Le Journal d'Abbeville,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  50. « Jardin d'agrément du château de Beauvoir », notice no IA80000503, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  51. Jacques Fouré - site personnel, « Mémorial morts pour la France (80): nombres de morts » (consulté le ).
  52. a b et c André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 114 (ASIN B000WR15W8).
  53. Alexandre Fillon, "La rage d'Edouard Louis", www.lexpress.fr, 25/02/2014.
  54. « Adaptation ciné. « Pour en finir avec Eddy Bellegueule », son casting dévoilé : Le livre, sorti en 2014, dépeint l’histoire d’un jeune, violenté à l’école à cause de son homosexualité. La parution a jeté un voile sombre sur Hallencourt et sur la famille d'Eddy », Le Journal d'Abbeville,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  55. Caroline Boinet, Les Inrockuptibles, 1 mai 2018 : Tash Aw : Quand je suis arrivé à Hallencourt, j'étais une sorte d'extraterrestre
  56. « Le blason dans l'Armorial de France » (consulté le ).