Combles

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Combles
Combles
La mairie.
Blason de Combles
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Péronne
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute Somme
Maire
Mandat
Betty Sorel
2020-2026
Code postal 80360
Code commune 80204
Démographie
Population
municipale
756 hab. (2018 en diminution de 5,74 % par rapport à 2013)
Densité 77 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 00′ 36″ nord, 2° 51′ 58″ est
Altitude Min. 83 m
Max. 153 m
Superficie 9,87 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Péronne
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Combles
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Combles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Combles
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Combles

Combles est une commune française située dans le département de la Somme, la région Hauts-de-France et sur le Circuit du Souvenir.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géographie physique[modifier | modifier le code]

Nature du sol et du sous-sol[modifier | modifier le code]

Le sol de la commune de formation tertiaire et quaternaire est argileux voire glaiseux. Le sous-sol de la commune est essentiellement formé de craie à peu de profondeur au nord-est, de glaise et de calcaire mélangé de couches de sable au nord-ouest[1].

Relief, paysage, végétation[modifier | modifier le code]

Le relief de Combles est celui d'une cuvette, une vallée sèche recouverte d'alluvions. L'altitude moyenne est de 118 m. Le point culminant de la commune se trouve sur le plateau de Guillemont et de Maurepas (~150 m). Le paysage de la commune est celui d'une plaine. Un ensemble de bois entoure la commune[1].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Autrefois, un cours d'eau venant d'Albert passait à Combles et confluait avec un ruisseau qui prenait sa source dans le parc du château de Sailly-Saillisel. Une nappe phréatique se situe dans le sous-sol de la commune[1].

Climat[modifier | modifier le code]

Combles jouit d'un climat tempéré océanique avec vents dominants de nord-ouest et sud-ouest[1].

Géographie humaine[modifier | modifier le code]

Hameaux, quartiers, lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

  • Le Priez.
  • La ferme de Faffémont[1].

Urbanisme et aménagement du territoire[modifier | modifier le code]

Le village de Combles a été entièrement reconstruit après la Première Guerre mondiale. La commune présente un habita groupé au chef-lieu hormis deux fermes isolées.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

La bourgade est située à proximité de l'autoroute A1 et de l'autoroute A 2 : accès à la sortie Sortie 13.1 Péronne-nord (Albert - Péronne) par la route départementale 146 reliant Combles à Estrées-Deniécourt et la route départementale 938 reliant Albert à Péronne.

Combles est traversée par la route départementale 20 reliant Ovillers-la-Boisselle à Bouchavesnes-Bergen. Par la route, la localité se trouve à une cinquantaine de kilomètres au nord-est d'Amiens et à 13 km au nord de Péronne[2].

La localité est desservie par la ligne d'autocars no 39 (Albert - Péronne) du réseau Trans'80, Hauts-de-France, chaque jour de la semaine sauf le dimanche et les jours fériés[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Combles
Morval Sailly-Saillisel
Guillemont Combles Rancourt
Maurepas

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Combles est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[4],[5],[6]. La commune est en outre hors attraction des villes[7],[8].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (81,5 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (87,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (81,5 %), zones urbanisées (6,8 %), forêts (6,1 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (5,5 %)[9].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[10].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom Combles viendrait du roman Combles signifiant lieu aplani, nivelé, vallée. Le terme a été latinisé par les bénédictins en Comblœ, Cumulœ[11].

Histoire[modifier | modifier le code]

Antiquité[modifier | modifier le code]

On a trouvé sur le territoire de la commune de Combles des traces de deux villas gallo-romaines[12].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

La paroisse de Combles fut fondée au XIe siècle dans un lieu écarté de la forêt d'Arrouaise. En 1181, l'abbaye du Mont Saint-Quentin et le chapitre de la collégiale Saint-Fursy de Péronne se disputaient la possession de Combles qui revint à l'abbaye. La seigneurie de Combles était détenue par monsieur de Louvois, marquis de Sailly et monsieur du Priez[13].

En 1193, la dîme de Frégicourt fut cédée à l'abbaye d'Arrouaise. En 1214, Combles était un fief des châtelains de Péronne et, en 1223, Gaudefroy de Combles fut cité au nombre des hommes liges de la châtellenie de Ham.

En 1340, Gilles de Combles fut abbé de l'abbaye Saint-Barthélémy de Noyon.

En 1445, le duc de Bourgogne accorda des franchises à la terre de Combles.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

Village situé à frontière entre le royaume de France et les Pays-Bas espagnols, Combles comptait 300 habitants en 1623.

En 1780, Combles comptait 93 maisons en Picardie et 63 en Artois.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

À la Révolution française, avec la formation des départements, Combles fut rattachée au département de la Somme et devint chef-lieu de canton. En 1789, la commune de Combles était la plus peuplée du canton.

En 1814-1815, à la fin des guerres napoléoniennes, les cosaques ravagèrent la contrée.

La commune connut son apogée démographique en 1836 avec 1 679 habitants. Elle subit depuis lors un inexorable déclin.

Guerre de 1870-1871[modifier | modifier le code]

Au cours de la guerre franco-allemande de 1870, l'armée prussienne occupa Combles le . Le général Manteuffel logea avec son état-major chez Monsieur Guillemont. Monsieur Debray, maire, fut emmené prisonnier à la citadelle d'Amiens. Cinq jeunes gens de la commune sont morts pendant la guerre et la population dut subir des réquisitions de la part des occupants[1]. En janvier 1871, Combles fut l'un des théâtres d'opération de la bataille de Bapaume.

IIIe République de 1870 à 1914[modifier | modifier le code]

Le bourg était desservi par la ligne Albert-Ham des chemins de fer départementaux de la Somme, un réseau de chemin de fer secondaire à voie métrique de 1889 à 1949. L'arrivée du chemin de fer désenclava quelque peu la commune mais accentua l'exode rural : la population de la commune chuta à 1 154 habitants en 1911.

Première Guerre mondiale (1914-1918)[modifier | modifier le code]

En 1916, Combles est un des hauts-lieux de la bataille de la Somme. L'armée allemande qui tenait la position l'avaient fortement fortifié avec souterrains bétonnés qui pouvaient abriter des compagnies entières. Un vaste dépôt de munitions, de matériel et de vivres complétait le dispositif.[14]

Le , l'armée française lance une attaque proche de la commune, la 46e division d'infanterie perd 1 200 soldats en une semaine[15].

Les 25 et , la 6e armée française sous le commandement du général Fayolle et la 56e division britannique reprirent Combles que les Allemands avaient commencé à évacuer, capturant un matériel considérable et 1 200 prisonniers[14],[16],[17],[18],[19],[20],[21],[22]. Les prisonniers allemands sont internés dans un camp près de Étinehem[23].

En 1918, Combles fut repris par les Allemands le 24 mars, lors de leur opération Michael, et définitivement reconquis que le , par la 18e division[24].

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Le bourg est considéré comme détruit à la fin de la guerre[25],[26],[27],[28] et la commune a été décorée de la Croix de guerre 1914-1918 le [29].

La reconstruction se déroula durant l'entre-deux-guerres : la mairie, les écoles, l'église, les habitations furent reconstruites. Un monument aux morts fut érigé et deux cimetières militaires britanniques aménagés.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, le maire de la commune, Georges Guillemont, fut déporté au camp de concentration de Dora où il mourut le [30].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

En 1993, est créée la Communauté de communes du canton de Combles qui est absorbée le par la Communauté de communes de la Haute Somme.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[31]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1870   M. Debray    
1929   Georges Guillemont Alliance démocratique Agriculteur, mort en déportation en 1945
Les données manquantes sont à compléter.
mai 1945 février 1979 Gaston Debray PCF Conseiller général du canton de Combles (1945-1949)
mars 1979 mars 1983 Simon Francomme    
mars 1983 mars 1989 Renée Perrot    
mars 1989 2014 René Damay    
2014[32] juillet 2020 M. Claude Coulon    
juillet 2020[33],[34] En cours
(au 16 juillet 2020)
Betty Sorel   Infirmière retraitée

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[35]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[36].

En 2018, la commune comptait 756 habitants[Note 2], en diminution de 5,74 % par rapport à 2013 (Somme : −0,18 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 4141 4591 5191 5251 6411 6791 6281 6381 620
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6201 6481 6271 6021 6141 5971 5161 4251 440
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3431 2371 1549171 017905863762732
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
707691661648617676704707795
2017 2018 - - - - - - -
765756-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[37] puis Insee à partir de 2006[38].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La mairie, reconstruite après la destruction de la précédente en 1916[39]
  • Église Saint-Vast[40], détruite en 1916[41],[42],[43] et reconstruite après la Grande Guerre.
  • Monument aux morts construit en 1923-1925[44].
  • Cimetière militaire britannique de Combles, où sont inhumés 1 507 soldats (1 467 Britanniques, 7 Canadiens, 22 Australiens et 11 Sud-Africains)[45].
  • Guards' cemetery - Combles, cimetière militaire qui contient 186 corps (182 Britanniques et 4 Canadiens). Il a été édifié par la Guards division en . Les inhumations eurent lieu essentiellement jusqu'en [14]
  • Monument commémoratif de Victor Hallard dit Tredez, du 110e régiment d'infanterie né le à Paris, mort le à Combles à l'âge de 28 ans[46].

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Description du blason
Blason ville fr Combles.svg Blason Blasonnement :
  • D'argent au chevron de gueules accompagné de trois cœurs de même, au comble d'azur.

Ornement extérieur :

  • Croix de guerre 1914-1918 avec palme. Citation à l'ordre de l'armée du 27 octobre 1920 : « Située en pleine zone de feu pendant la guerre a été totalement détruite par les multiples bombardements, au cours des combats acharnés de 1914 et de 1915, a toujours montré dans l'adversité les plus belles qualités de courage et d'abnégation. A dignement mérité de la France »[47].
Notes La commune de Combles a relevé les armes de l'ancienne abbaye Saint-Nicolas d'Arrouaise disparue à la Révolution et qui se situait sur la commune voisine du Transloy dans le Pas-de-Calais. Cette abbaye donna naissance à une congrégation de chanoines réguliers, la congrégation d'Arrouaise qui connut un grand rayonnement au Moyen Âge. Cependant, ces armoiries ont été complétées d'un comble d'azur en rapport avec le nom de la commune[47].
Statut Statut officiel à déterminer…

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Théophile Caudron (1805-1848), sculpteur, restaurateur de la cathédrale de Bourges, d'Amiens et de Mailly-Maillet (portails), né à Combles et décédé à Paris.
  • Gustave Masse de Combles (1791-1863), officier de cavalerie, médaillé de Sainte-Hélène, chevalier de la Légion d'Honneur, maire de Combles, conseiller général de la Somme. Né à Péronne et décédé à Combles (Le Priez).
  • Albert Masse de Combles (1793-1861), officier d'infanterie, médaillé de Sainte-Hélène. Né à Péronne et décédé à Combles (Le Priez), frère du précédent.
  • Gontrand Gonnet (1815-1899), homme politique, maire de Péronne (1886-1894), député de la Somme (1889-1893), né à Combles et décédé à Péronne.
  • Eugène-Alfred Fourrière (1835-1917), prêtre, curé d'Oresmaux puis de Moislains. Catéchiste et mythologue, auteur de diverses méthodes pour l'enseignement du catéchisme aux enfants. Né à Combles et décédé à Évian-les-Bains (Haute-Savoie).
  • Charles-Léopold-Firmin Marchandise (1844-?), prêtre, curé de Ginchy. Auteur de travaux sur la géologie et versé dans les sciences mathématiques, physiques et naturelles, passionné d'astronomie et de géologie. Né à Combles et décédé à Ginchy (?).
  • Ulysse-Henri-Théodule Candellier (1849-1921), prêtre, curé de Pozières (1875), de Davenescourt (1893) puis de Combles (1897), fut chanoine de Rodez et chevalier du Saint-Sépulcre, auteur de Histoire locale, civile et religieuse de Combles, Frégicourt, Le Priez, Yvert et Tellier, Amiens, 1904, né et décédé au Quesne (Somme).
  • Laurent Prache (1856-1919), homme politique, conseiller municipal de Paris (1890), député de la Seine (1906-1910), né à Combles et décédé à Paris.
  • Charles-Alfred-Adrien Dansette (1894-1916), né à Armentières (Nord), sous-lieutenant (43° R.I.), mort pour la France, devant Combles, le 25 septembre, Bataille-de-la-Somme, 22 ans, décoré de la médaille-militaire, croix-de-guerre, chevalier de la Légion d'Honneur (posthume), fut sculpteur.Le "Monument-Dansette", se trouve à l'entrée du village, au bord de la D.20.
  • Jean Deloffre (1939), footballeur international français, né à Combles.

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ulysse, Henri,Théodule Candellier, Histoire locale, civile et religieuse de Combles, Frégicourt, Le Priez, Amiens, Yvert et Tellier, , 309 p..

J.Rousseau de Forceville:"Théophile Caudron, sculpteur picard (1805-1848)", (Olivier, 1908).

Raphaële Delas:"Théophile Caudron, sculpteur romantique (1805-1848)", mémoire de maîtrise d'histoire de l'art sous la direction de MM.Robichon et Charrey, université de Lille IIII (Villeneuve-d'Ascq, 2000).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

  • Carte spéciale des régions dévastées : 13 SO, Cambrai [Sud-Ouest], Service géographique de l'armée, (lire en ligne) sur Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c d e et f Notice géographique et historique sur la commune de Combles, rédigée par M. Thoury, instituteur, en 189?, Archives départementales de la Somme
  2. ViaMichelin
  3. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  4. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  5. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  6. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  7. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  9. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  10. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  11. http://portail.ad80.mnesys.fr/ark:/58483/a011261413545EcfaOd/1/1 Archives de la Somme.
  12. « Base Mistral ».
  13. Paul Decagny, L'arrondissement de Péronne, ou recherches sur les villes, bourgs, villages et hameaux qui le composent, , 607 p. (lire en ligne), p. 318.
  14. a b et c Alain Pouteau, « Guards' cemetery - Combles », Cimetières britanniques & du Commonwealth dans la Somme, La Grande Guerre en Picardie, (consulté le ).
  15. Pierre Miquel, Les Oubliés de la Somme Juillet - Novembre 1916, Tallandier, , p. 148.
  16. « Les combats pour Combles et Sailly-Saillisel (septembre –octobre 1916) », La Bataille de la Somme, sur http://www.chtimiste.com/ (consulté le ).
  17. Section photographique de l'armée, « Photo : Combles. Ruines », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 26 bis, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le ).
  18. Section photographique de l'armée, « Photo : Combles. Panorama », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 26 bis, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, fin septembre 1916 (consulté le ).
  19. Section photographique de l'armée, « Photo : Combles. Panorama », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 26 bis, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le ).
  20. Cliché Canat de Chizy, Section photographique de l'armée, « Photo : Combles (près). Char d'assaut anglais », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 26 bis, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le ).
  21. Cliché Canat de Chizy, Section photographique de l'armée, « Photo : Combles (près). Char d'assaut anglais », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 26 bis, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le ).
  22. Section photographique de l'armée, « Photo : Combles (près). Char d'assaut anglais », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 26 bis, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, novembre 1916 ḫ (consulté le ).
  23. Section photographique de l'armée, « Photo : Étinehem (près). Camp de prisonniers allemands faits à la prise de Combles. Le camp », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 26 bis, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le ).
  24. Section photographique de l'armée, « Photo : Combles. Panorama », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 26 bis, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le ).
  25. Carte spéciale des régions dévastées, document mentionné en liens externes, 1920.
  26. Cliché lieutenant de Camondo, Section photographique de l'armée, « Photo : Combles. Vue panoramique prise en avion (vue n°1) », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 26 bis, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le ).
  27. Cliché lieutenant de Camondo, Section photographique de l'armée, « Photo : Combles. Vue panoramique prise en avion (vue n°2) », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 26 bis, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le ).
  28. Cliché lieutenant de Camondo, Section photographique de l'armée, « Photo : Combles. Vue panoramique prise en avion (vue n°3) », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 26 bis, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le ).
  29. Journal officiel du 7 novembre 1920, p. 16878.
  30. http://www.bddm.org/liv/details.php?id=I.173.#GUILLEMONT
  31. « Les maires de Combles », sur http://www.francegenweb.org (consulté le ).
  32. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le ).
  33. « Betty Sorel succède à Claude Coulon à Combles », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Le nouveau conseil municipal de Combles est constitué. Fort de 15 membres, il a élu Betty Sorel comme nouveau maire ; elle succède à Claude Coulon, qui n’a pas été réélu ».
  34. « Nous devons repartir de zéro » affirme Betty Sorel, maire de Combles : La nouvelle maire et son équipe, entièrement renouvelée lors du précédent scrutin, ne cache pas avoir du pain sur la planche dans cet ancien chef-lieu de canton », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  35. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  36. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  37. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  38. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  39. Section photographique de l'armée, « Photo : Combles. La mairie », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 26 bis, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le ).
  40. Oswald Macqueron, « Aquarelle : Église de Combles d'après nature, 18 juin 1874 », Documents numérisés, fonds Macqueron, Bibliothèque municipale d'Abbeville (consulté le ).
  41. Section photographique de l'armée, « Photo : Combles. L'église », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 26 bis, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le ).
  42. Section photographique de l'armée, « Photo : Combles. L'église : les cloches », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 26 bis, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le ).
  43. Section photographique de l'armée, « Photo : Combles. L'église », Fonds des Albums Valois - Département de la Somme - Volume 26 bis, Argonnaute - Bibliothèque de documentation internationale contemporaine, (consulté le ).
  44. http://www2.culture.gouv.fr/public/mistral/palissy_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=INSEE&VALUE_1=80204
  45. Alain Pouteau, « Communal cemetery extension - Combles », Cimetières britanniques & du Commonwealth dans la Somme, sur La Grande Guerre en Picardie, (consulté le ).
  46. Alain Pouteau, « Tombe de Victor Hallard - Combles », La Grande Guerre en Picardie, (consulté le ).
  47. a et b Jacques Estienne et Mireille Louis, Armorial du Département et des Communes de la Somme, préface de Pierre-Marcel Wiltzer, Préfet de la région Picardie, Préfet de la Somme, Abbeville, 1972, Imprimerie F. Paillart