Saint-Maxent

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Saint-Maxent
Saint-Maxent
La mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Intercommunalité CC interrégionale Aumale - Blangy-sur-Bresle
Maire
Mandat
Bernard Leneveu
2020-2026
Code postal 80140
Code commune 80710
Démographie
Gentilé Maxentais
Population
municipale
392 hab. (2017 en diminution de 2,97 % par rapport à 2012)
Densité 61 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 00′ 25″ nord, 1° 43′ 49″ est
Altitude Min. 93 m
Max. 118 m
Superficie 6,38 km2
Élections
Départementales Canton de Gamaches
Législatives 3e circonscription de la Somme
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Saint-Maxent
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Saint-Maxent
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Maxent
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Maxent

Saint-Maxent est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Description[modifier | modifier le code]

Essentiellement agricole, ce village picard du Vimeu vert est situé à l'intersection des routes départementales D 29 (axe Feuquières - Oisemont) et D 928 (ex-N 28, axe Abbeville - Rouen). Le village est aussi traversé dans tout son long par la route départementale D 86 qui débute du village pour aller en direction de Grébault-Mesnil jusqu'à Port-le-Grand, ainsi que par la route départementale D 190 (axe Oisemont - Ault), qui ne passe pas par le village et ses habitations mais au sud du territoire communal.

Il est desservi par la sortie Sortie 4 Le Vimeu (située sur le territoire du village voisin de Martainneville) de l'autoroute gratuite A28 (Abbeville - Rouen), et, en 2019, par la ligne d'autocars no 21 (Vismes - Abbeville) du réseau Trans'80, Hauts-de-France, les jours du marché d'Abbeville, le jeudi (7h59 à l'aller et 11h46 au retour) le mercredi et le samedi (14h14 à l'aller et 18h41 au retour)[1].

Le territoire comprend deux blocs d'habitations : le village en lui-même en hauteur et la Cité Charles-Potier, écart de la commune situé dans la vallée de la Vimeuse et presque incluse dans Martainneville du fait du vaste territoire communal qui descend jusqu'aux limites de Martainneville, Cerisy-Buleux, Ramburelles, Fresnes-Tilloloy et Grébault-Mesnil.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Sanctum Maxientum (1220)

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Un petit château carré aurait existé sur une motte dont les traces ont pu encore être observées au XIXe siècle[2]. Cette « butte circulaire défendue par un fossé » est facilement repérable, sur le plan du cadastre napoléonien, dans une propriété à proximité immédiate (au nord-est) de l'église[3]. De nombreuses galeries souterraines sillonnent le village, occasionnant à plusieurs reprises des éboulements.

Révolution française[modifier | modifier le code]

Lors de la création des communes à la Révolution française, le lieu-dit de Warcheville, qui dépendait auparavant de Saint-Maxent, est intégré à celle de Doudelainville[réf. nécessaire].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

À Saint-Maxent, l'armée britannique a tenté de résister à l'avancée allemande.

Le village a été directement impliqué dans la guerre, surtout en 1940, particulièrement pendant la bataille d'Abbeville du 27 mai au 4 juin 1940. Le 26 mai, la 5e DLC se place en opposition aux forces allemandes au nord de la Bresle, entre la côte de Bouttencourt et le village. Le 31 mai, le général Altmayer réunit les généraux commandant de la 51e DI écossaise, la 4e DCr et les 2e et 5e DLC. Le même jour, Charles de Gaulle sera hébergé chez l'habitant dans le village. C'est suite à cela que la rue du domicile sera renommée "Rue du Général de Gaulle" en son honneur.

Du 17 juin 1940 au 1er septembre 1944, le village est sous la domination allemande avant d'être libéré par la 3e division blindée polonaise le 1er septembre 1944, avant de libérer la ville d'Abbeville deux jours après. Les forces militaires étaient arrivées de la rue de Blangy depuis Le Translay. Depuis, cette rue a été renommée "Rue de la Libération".

Depuis 1945[modifier | modifier le code]

Du 25 au 29 décembre 1999, le village a été touché par des inondations, des coulées de boue et des mouvements de terrain à cause de la tempête Martin.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de l'arrondissement d'Abbeville du département de la Somme, en région Hauts-de-France. Pour l'élection des députés, elle dépend depuis 1958 de la troisième circonscription de la Somme.

La commune faisait partie depuis 1801 du canton de Moyenneville[4]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, elle intègre le canton de Gamaches.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune faisait partie de la communauté de communes du Vimeu Vert créé par arrêté préfectoral du et qui succédait au SIVOM de Moyenneville.

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République du , qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants, cette intercommunalité a fusionné avec la communauté de communes du Vimeu Industriel, formant à compter du la communauté de communes du Vimeu, dont est désormais membre la commune.

Toutefois, par délibération du conseil municipal du du conseil municipal, la commune de Saint Maxent sollicite sa sortie de la communauté de communes du Vimeu et son adhésion à la communauté de communes interrégionale Aumale - Blangy-sur-Bresle[5]. Cette demande, agréée par les conseils communautaires concernés[6],[7], est soumise à l'accord préfectoral après avis de la commission départementale de coopération intercommunale[8].

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles
(résultats des seconds tours)
Année Candidat et parti Pourcentage Candidat et parti Pourcentage Population
1995 Jacques Chirac RPR 52,34 % Lionel Jospin PS 47,66 % 275 inscrits
252 votants
2002 Jacques Chirac RPR 72,57 % Jean-Marie Le Pen FN 27,43 % 304 inscrits
250 votants
2007 Ségolène Royal PS 51,39 % Nicolas Sarkozy UMP 48,61 % 309 inscrits
271 votants
2012 François Hollande PS 50,97 % Nicolas Sarkozy UMP 49,03 % 317 inscrits
279 votants
2017 Marine Le Pen FN 57,14 % Emmanuel Macron EM 42,86 % 307 inscrits
244 votants
Élections législatives
(résultats des seconds tours)
Année Candidat et parti Pourcentage Candidat et parti Pourcentage Population
2002 Jérôme Bignon RPR 57,36 % Vincent Peillon PS 42,64 % 301 inscrits
220 votants
2007 Jérôme Bignon UMP 50,72 % Vincent Peillon PS 49,28 % 307 inscrits
227 votants
2012 Jean-Claude Buisine PS 52,74 % Jérôme Bignon UMP 47,26 % 321 inscrits
212 votants
2017 Emmanuel Maquet LR 57,39 % Bruno Mariage EM 42,61 % 307 inscrits
140 votants
Élections européennes
Année Parti Pourcentage Parti Pourcentage Parti Pourcentage Population
2019 Rassemblement national 47,59 % La République en marche 15,06 % La France insoumise 11,45 % 292 inscrits
183 votants
Élections municipales

La commune ayant moins de 1000 habitants, les élections municipales ont lieu au scrutin plurinominal et les résultats ne peuvent être résumés ici.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1959 1971 Amédée Tellier    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 1977 1995 Henri Hazard   Agriculteur
mars 1995 mars 2001 Michel Duchaussoy   Facteur
mars 2001 En cours
(au 24 juillet 2020)
Bernard Leneveu DVG Instituteur à la retraite
Ancien directeur de l'école de la commune
Vice-président de la CC Vimeu Vert (2008 → 2014)
Réélu pour le mandat 2020-2026[9],[10],[11]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[13].

En 2017, la commune comptait 392 habitants[Note 1], en diminution de 2,97 % par rapport à 2012 (Somme : +0,23 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
398440461442467491471496497
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
475501492482482494502663682
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
740694709677729557417442449
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
421417379365365369382410383
2017 - - - - - - - -
392--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[14].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les communes de Saint-Maxent, Tours-en-Vimeu et Grébault-Mesnil sont associées au sein d'un regroupement pédagogique intercommunal pour la gestion de leurs écoles primaires[15].

Les enfants sont ensuite scolarisés, selon la carte scolaire, au collège Louis-Jouvet de Gamaches puis au lycée du Vimeu de Friville-Escarbotin, voire anciennement par dérogation au lycée Boucher de Perthes d'Abbeville.

Économie[modifier | modifier le code]

Le village ne compte que peu de commerces et activités (couverture, grossiste), mais aussi des agriculteurs et la Coopérative Agricole Linière de la Région d'Abbeville (CALIRA), installée à cheval sur les territoires de Saint-Maxent et Martainneville et qui désert tous les cultivateurs de lin de la Côte picarde et même de l'Amiénois.

Santé[modifier | modifier le code]

Sur le point de vue de la santé, le village dépend de l'hôpital d'Abbeville et du CHU Amiens Picardie.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Vincent[16],[17], dont l'entretien (voire la restauration) devenait nécessaire au printemps 2006, comme c'est le cas pour de nombreux édifices religieux dans le département.
Façade de l'église (avril 2006).

L'édifice est en pierre, silex et brique. L'assise de ses murs, plus particulièrement du côté de la place, est constituée d'un assemblage en damier de pierre et de silex, comme on le rencontre fréquemment dans le Vimeu. Depuis 2014, l'église est inscrite à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques[18].

Moulin de Saint-Maxent (été 2006).
Moulin de Saint-Maxent (été 2006).

Le moulin, datant du XVIe siècle, est un moulin dit sur pivot ou sur pioche. Il est le dernier moulin de Picardie de ce type, complet et d'origine. Il a tout de même connu de nombreuses réparations au fil des années et des siècles, les dernières datant de 2006, après que la foudre l'a frappé, cassant une aile, fendant le pivot central et détruisant l'un des huit pieds.

  • Ancienne voie de chemin de fer[19]

La ligne de chemin de fer n'existe plus. Elle faisait essentiellement du trafic FRET en desservant les coopératives mais transportait aussi quelques voyageurs.

L'ancien arrêt se situait au point kilométrique 22,225 depuis la gare de Longpré-les-Corps-Saints, placé entre les haltes de Saint-Maxent et Martainneville.

La ligne Longpré-les-Corps-Saints / Gamaches, à voie unique, a été ouverte le 9 mai 1872 et déclassée le , elle desservait :

Longpré-les-Corps-Saints / Bettencourt-Rivière / Airaines / Allery / Wiry-au-Mont / Forceville / Oisemont / Cerisy-Buleux / Martainneville-Saint-Maxent / Vismes-au-Val / Maisnières / Gamaches et Longroy - Gamaches.

Ligne Longpré-les-Corps-Saints Longroy-Gamaches.png

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • L'abbé Joseph Charles Antoine Hoin (1839-1901). Il aurait écrit l'histoire du village, d'après le Dictionnaire biographique international des écrivains, d'Henri Carnoy[20].
  • Christian Muidebled (1933-2011), jockey et entraîneur français, est né à Saint-Maxent[21],[22].
  • Jean-François Muidebled (1959-2018), jockey français, est né à Saint-Maxent[23],[24].
  • Anthony Muidebled (né en 1985), jockey et entraîneur français, est originaire de Saint-Maxent et habite toujours le village[25],[26].

Notes, sources et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  2. Ernest Prarond, Histoire de cinq villes et de trois cents villages, hameaux ou fermes, 1863, page 43
  3. Plan du Cadastre napoléonien, feuille B2, 1835 - Archives départementales de la Somme
  4. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Vincent Héry, « Le maire de Saint-Maxent déterminé à quitter le Vimeu : Bernard Leneveu se dit prêt à aller jusqu'à saisir la justice pour changer d'intercommunalité », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juillet 2017).
  6. « Assemblée Générale du 29 juin 2017 (Compte-rendu du conseil communautaire) » [PDF], Communauté de communes : Comptes-rendus, sur http://www.cc-blangysurbresle.fr (consulté le 8 juillet 2017), p. 5.
  7. V. Héry, « Saint-Maxent met le feu aux poudres en demandant à quitter la communauté de communes du Vimeu : son choix de quitter la communauté de communes du Vimeu a fait débat, mardi soir », Le Courrier picard,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juillet 2017).
  8. Julien Levasseur, « Echanges musclés autour du départ de Saint-Maxent du Vimeu : La commune de Saint-Maxent a fait savoir en conseil du mardi 27 juin qu’elle souhaitait quitter les rangs de la Communauté de communes du Vimeu. Des velléités qui ont mis le feu aux poudres », Le Réveil,‎ (lire en ligne, consulté le 8 juillet 2017).
  9. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 17 mars 2009)
  10. « Liste des maires de la Somme » [xls], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  11. « Liste des élus de la Somme » [xls], Listes des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 25 août 2020).
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  15. Xavier Toni, le Courrier picard, « Mers-les-Bains, les parents en colère occupent l'école », édition Picardie maritime, , p. 9.
  16. « L'église sur le site clochers.org ».]
  17. 40000clochers.com
  18. JORF n°0146 du 26 juin 2015 page 10778 texte n° 45 Liste des immeubles protégés au titre des monuments historiques en 2014
  19. Source:Fcvnet [1]
  20. "Dictionnaire biographique international des écrivains", sous la direction de Henry Carnoy, Emile Maton secrétaire de rédaction. Imprimerie de l'Armorial Français, Paris, 1902. (4 tomes, voir tome 2 page 159).
  21. « Christian MUIDEBLED »
  22. « matchID - moteur de recherche de tous les décès depuis 1970 »
  23. « Jean François MUIDEBLED »
  24. « matchID - moteur de recherche de tous les décès depuis 1970 »
  25. « Anthony MUIDEBLED »
  26. « Anthony Muidebled en pleine réussite »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]