Candas

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Candas
Candas
L'église et la mairie.
Blason de Candas
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Amiens
Canton Doullens
Intercommunalité Communauté de communes du Territoire Nord Picardie
Maire
Mandat
Dominique Hersin
2014-2020
Code postal 80750
Code commune 80168
Démographie
Gentilé Candassiens
Population
municipale
1 100 hab. (2017 en augmentation de 2,14 % par rapport à 2012)
Densité 64 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 06′ 29″ nord, 2° 15′ 37″ est
Altitude Min. 97 m
Max. 166 m
Superficie 17,27 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Candas
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Candas
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Candas
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Candas

Candas est une commune française située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Candas, accessible en moins d'une heure de route d'Amiens ou d'Abbeville, est à mi-chemin entre Doullens (au nord-est) et Domart-en-Ponthieu (au sud-ouest).

Localisation[modifier | modifier le code]

Rose des vents Longuevillette Gézaincourt Rose des vents
Fienvillers N Beauval
O    Candas    E
S
Fieffes-Montrelet Bonneville La Vicogne

Transports en commun routiers[modifier | modifier le code]

La localité est desservie par la ligne d'autocars no 24 (Doullens - Domart-en-Ponthieu) du réseau inter-urbain Trans'80, Hauts-de-France, tous les jours sauf le dimanche et les jours fériés. La ligne no 26 (Doullens - Bernaville - Abbeville) permet les déplacements vers Abbeville et la ligne no 57 mène à Amiens[1].

Arrivée dans le village depuis la rue venant du Moulin.

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • D'une part, le nom du village pourrait venir de « camp des Daces », peuplade venue de l'est ; d'autre part, ce pourrait être la résidence de Candiotus[2].
  • Valheureux proviendrait de vallum erosum[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

La seigneurie a appartenu aux hospitaliers et dépendait de la commanderie de Fieffes. Une charte de 1224 en confirme la donation par Richard de Candas.

Les fermes du Valheureux ont appartenu aux seigneurs de Beauval[4] puis à l'abbaye du Gard.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1801 1806 Jean-Louis Godefroy    
1808 1813 Devillers    
1814 1814 Pierre-François Horville    
1814 1818 Jean-François Corby[Note 1]    
1818 1824 Jean-Baptiste Brisse    
1824 1848 Jean-Baptiste Laurent Babeur   Né le 11 vendémiaire an III à Croissy-sur-Celle (Oise)
Décédé le 9 août 1861 à Candas
1848 1858 Jean-Baptiste Mercier   Né le 29 prairial An II à Candas
Décédé le 13 mars 1858 à Valenciennes (Nord)
1858 1870 Théophile Ferdinand Mercier   Chevalier de la Légion d'Honneur
Né le 22 février 1822 à Candas
Décédé le 1er octobre 1895 à Candas
1870 1871 Théophane Bocquet    
1871 1876 Théophile Ferdinand Mercier   Chevalier de la Légion d'Honneur
Né le 22 février 1822 à Candas
Décédé le 1er octobre 1895 à Candas
1876 1878 Théophane Bocquet    
1878 1895 Théophile Ferdinand Mercier   Chevalier de la Légion d'Honneur
Né le 22 février 1822 à Candas
Décédé le 1er octobre 1895 à Candas
1895 1896 Eugène Onésime Dheilly   Médecin
Né le 18 juillet 1840 à Moreuil (Somme)
1896 1918 Théophane Victorien Fournier   Cultivateur
Né le 18 novembre 1852 à Candas
1918 1928 Oscar Clément    
1928 1934 Hugues Raison    
1934 1940 Gaston Ossart    
1940 1958 Lucien Morel    
1958 1982 René Royon    
1982 1995 Jules Bourgeois[2]   Chevalier du Mérite Agricole
[Note 2]
1995 En cours
(au 6 mai 2014)
M. Dominique Hersin   Enseignant
Réélu pour le mandat 2014-2020
[5],[6]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8].

En 2017, la commune comptait 1 100 habitants[Note 3], en augmentation de 2,14 % par rapport à 2012 (Somme : +0,23 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 3001 3701 4101 5521 6281 6781 6981 7201 700
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 6881 6891 7281 7511 6661 5731 5061 5081 409
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3121 3001 2241 0521 0611 047960941891
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
7948098047548078889941 0621 094
2017 - - - - - - - -
1 100--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école primaire Jean de la Fontaine accueille 143 élèves à la rentrée scolaire 2019-2020[11].

Activités associatives, culturelles, sportives[modifier | modifier le code]

  • Harmonie de Candas : Composée de 40 musiciens en 2011-2012, elle est la survivante de la Fanfare créée en 1882[12].
  • Association de Sauvegarde du Patrimoine de Candas.
  • Club de foot de Candas ABC2F[13].

Le football peut être pratiqué avec l' Association Bonneville - Candas - Fienvillers -Fieffes-Montrelet (ABC2F) qui évolue sur le terrain de football de Candas. Le pôle d'accueil communal est inauguré en 2019. Une salle permet l'utilisation par les associations locales[14].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le moulin Fanchon.
  • Église Saint-Jean-Baptiste, construite en 1780, vitraux d'Alain Mongrenier (2007).
  • Monument aux morts, sur lequel sont gravés 77 noms[15],[16].
  • Calvaire en fer forgé.
  • Le moulin Fanchon[17], restauré récemment (et après une dizaine d'années d'efforts et de démarches) grâce à l'Association de Sauvegarde du Patrimoine de Candas, est ouvert au public. Sont proposées non seulement des explications sur le mécanisme, le mouvement des ailes et des meules, mais aussi des démonstrations de production de farine.
Le moulin avait cessé de tourner en 1923, à la mort du dernier meunier, Louis Fanchon (qui l'avait acquis en 1882).

Avant le commencement des travaux de remise en valeur du site, les abords étaient envahis de verdure, la tour ronde (privée de sa toiture et bien sûr des ailes) subsistait encore mais était elle-même couverte d'herbes, d'arbustes et de lierre, la faisant ressembler à un énorme soufflé.

  • Chapelle du Valheureux, sépulture des familles Babeur, Lévêque et Saint, reconstruite après la Révolution[3].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Candas Blason D'azur à la gerbe de blé d'or accompagnée de deux étoiles d'argent en chef et d'un croissant du même en pointe.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Né le 12 avril 1776 à Candas
    Décédé le 9 novembre 1818 à Candas
  2. Décédé le à l'âge de 92 ans.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  2. a et b http://alainmoules.com/CANDAS/candas.htm
  3. a et b André Guerville, Chapelles et oratoires en Pays de Somme, Abbeville, imp. Frédéric Paillart, coll. « Richesses en Somme », 4e trimestre 2003, 302 p., p. 129 (ASIN B000WR15W8).
  4. Le Ponthieu, Gérard Bacquet, 1992, p. 233
  5. « Liste des maires de la Somme », sur http://www.somme.pref.gouv.fr, (consulté le 18 juillet 2008)
  6. « Liste des maires de la Somme » [PDF], Liste des élus du département de la Somme, Préfecture de la Somme, (consulté le 9 juin 2014)
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  11. « L'école sur le site du ministère de l'Éducation nationale » (consulté le 18 octobre 2019).
  12. Site de l'Harmonie de Candas
  13. Site Officiel du club de Football
  14. « Une structure pour accueillir au mieux les associations locales : Le pôle d'accueil communal qui servira essentiellement de club-house au club de football local sera aussi à la disposition des associations locales », Courrier picard, édition Picardie maritime,‎ , p. 18.
  15. Les Morts pour la France - Somme
  16. MemorialGenWeb.org - Candas : monument aux morts
  17. Le moulin de Candas, Pierre Desbureaux, « Le Généalogiste Picard » no 103 (premier trimestre 2003), page 20 - (ISSN 0767-3752)