Nouvion

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Nouvion (homonymie).
Nouvion
L'église vouée à saint Maurice.
L'église vouée à saint Maurice.
Blason de Nouvion
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Canton Abbeville-1
Intercommunalité Communauté de communes du Ponthieu-Marquenterre
Maire
Mandat
Christian Berthe
2014-2020
Code postal 80860
Code commune 80598
Démographie
Gentilé les Nouvionnais
Population
municipale
1 297 hab. (2014)
Densité 82 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 12′ 46″ nord, 1° 46′ 29″ est
Altitude Min. 7 m
Max. 55 m
Superficie 15,73 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Nouvion

Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France

Voir sur la carte topographique des Nord-Pas-de-Calais-Picardie
City locator 14.svg
Nouvion

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Nouvion

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Nouvion

Nouvion (parfois appelée Nouvion-en-Ponthieu) est une commune française, située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Nouvion est un bourg picard du Ponthieu, voisin de la forêt de Crécy et de la baie de Somme. Situé à 12 km au nord-ouest d'Abbeville, il est desservi par l'ancienne route nationale 1 (actuelle RD 1001) et par la sortie 24 de l'autoroute A16.

Le bourg est situé dans un vallon formé par une rivière : le Dien[1].

Les orages n'amènent pratiquement jamais de grêle, grâce, parait-il, au voisinage de la forêt de Crécy[1].

En 1899, deux fermes et un moulin à vent constituent les seuls écarts sur le territoire communal[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Nouvion
Forest-Montiers Forest-Montiers et Crécy-en-Ponthieu Crécy-en-Ponthieu
Ponthoile Nouvion Forest-l'Abbaye
Noyelles-sur-Mer et Sailly-Flibeaucourt Sailly-Flibeaucourt et Le Titre Le Titre et Lamotte-Buleux

Toponymie[modifier | modifier le code]

Un diplôme de Clotaire IV nous fournit Noviomum in pago Pontivo dès 718. En 1060, Noviomo est relevé dans un cartulaire de Valloires. Lors de la fondation de Saint-Pierre d'Abbeville, une autre forme latinisée, Novionum, est mentionnée en 1100. L'échevinage d'Abbeville propose Noyon-sur-la-mer en 1592[2]. La même source mentionne la présence d'un poste de garde-côtes.

Du mot gaulois novio « nouveau », accompagné du mot gaulois magos. Le mot gaulois magos a d'abord désigné un simple champ, puis un champ de foire, un marché et enfin le village ou la ville qui se développe autour de ce marché.

Les Gaulois mettaient l'accent tonique sur la dernière voyelle -o- du premier élément : les finales en -ômagos se sont donc transformées en -ômos pour finalement être réduites au simple son -on, -an ou -en.

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire Antiquité[modifier | modifier le code]

Des haches de pierre et des monnaies gallo-romaines ont été trouvées à Nouvion[1].

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

L'occupation humaine est attestée depuis au moins le Bas-Empire et les Mérovingiens puisqu'une nécropole de plusieurs centaines de tombes fut découverte[3]. Cette nécropole a livré des tombes riches d’informations sur la fin de l’Antiquité et le début du Moyen Âge (du IVe siècle à la fin du VIIe siècle)[4].

En 718, Clotaire IV donne Nouvion à l'abbaye Saint-Médard de Soissons[1].

Louis XI résidait à Nouvion quand il venait chasser le cerf en forêt de Crécy[1].

À la fin du XVIe siècle, le village appartenait à Guillaume de Lamiré, seigneur de Nouvion[1].

Une école existait déjà en 1680[1].

Temps modernes[modifier | modifier le code]

De 1892 à 1947, Nouvion fut desservi par la ligne Noyelles - Forest-l'Abbaye des chemins de fer départementaux de la Somme, une compagnie de chemins de fer secondaire à voie métrique.

À la fin du XIXe siècle, l'industrie n'est représentée que par la fabrication du charbon de bois, un moulin à vent et quelques ouvriers employés dans la serrurerie[1].

La ligne de chemin de fer Paris-Boulogne, passant par Rue porta un grand préjudice à la localité qui vit disparaître le transport par diligences sur la route principale.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Mairie.
Liste des maires successifs[5]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1941 1975 Léonce Guilbert   agriculteur
1975 mars 2001 Gérard Thibault   agriculteur
mars 2001 2008 Michel Hautbout   directeur d'école
mars 2008 en cours
(au 6 mai 2014)
Christian Berthe   Réélu pour le mandat 2014-2020[7]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[8]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[9],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 1 297 habitants, en augmentation de 4,77 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
558 623 956 776 839 993 939 1 000 977
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
891 914 870 841 833 840 801 816 716
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
738 808 804 720 676 663 703 732 739
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
906 1 026 1 004 1 102 1 232 1 210 1 229 1 241 1 297
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Collège Jacques Prévert.
Gymnase du collège.

La vie scolaire s'organise autour d'une école maternelle, une école primaire et le collège Jacques-Prévert qui compte 319 élèves pour 23 enseignants répartis en 13 classes à la rentrée 2017[12].

Vie quotidienne[modifier | modifier le code]

Crèche intercommunale.
EPAHD des Papillons Blancs.
  • vie culturelle et sportive : une école de musique, une bibliothèque (rénovée en 2008), de nombreuses associations, un gymnase rénové et agrandi, un court de tennis extérieur, une piste de course, un stade de foot (stade Georges-Brissy)...
  • vie commerciale : un supermarché, une boulangerie-pâtisserie, une station service, des cafés-restaurants le long de la D 1001 (ex-RN 1), ...
  • vie cultuelle : église Saint-Maurice (paroisse Saint-Honoré du Nouvionnais), équipe d'animation pastorale.
  • vie médicale : un cabinet médical, un cabinet de kinésithérapie, un dentiste, une pharmacie, une infirmière libérale...
  • un bureau de poste,
  • déplacements : autoroute A16 à 5 km (direction Boulogne-Calais) et à 12 km (direction Amiens-Paris). Autoroute A28 (direction Rouen) à 12 km. Gare SNCF trains grandes lignes (ligne Paris-Boulogne) à Noyelles-sur-Mer (5 km). Liaisons quotidiennes avec Abbeville (12 km) par le bus.
  • plage la plus proche : Le Crotoy (12 km).
  • présence d'une crèche, d'un établissement pour adultes handicapés et d'une gendarmerie (reconstruite en 2008).

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château Gaillard.
Grotte de Lourdes.
Moulin Lamiré.
  • Château Gaillard. Propriété communale, il est divisé en logements et voué à la location.
  • Église Saint-Maurice, reconstruite en 1876, avec son clocher du XVIe siècle, comprenant une Pietà, de la fin du XVIe siècle, s'inspirant de celle de l'église de Gamaches[13].
  • Réplique de la Grotte de Lourdes, à proximité immédiate de l'église, à l'entrée du cimetière[14].
  • Chapelles Maillet, Sainte-Philomène, en bordure de la forêt de Crécy.
  • Tour (brique sur assise de pierre et silex) d'un moulin à vent en ruines, le moulin Lamiré[15], construite vers 1520-1550, au lieu-dit La Briqueterie[16], entre Nouvion et Le Titre.
  • Sphinx, encadrant l'entrée du bourg, sur l'ex RN 1, côté Abbeville[17],[18].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Louis de Coutes († v. 1483), seigneur de Nouvion et page de Jeanne d'Arc.
  • Nicolas Fauvel, historien, antiquaire, consul de France à Athènes en 1803[17].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Nouvion (Somme).svg

Blason de Nouvion, repris de celui des seigneurs du lieu, et notamment du sceau de Jean de Nouvion de 1271 :
D'azur à trois aigles d'or.

Anecdote[modifier | modifier le code]

L'action de la série télévisée britannique Allô Allô est censée se dérouler dans la commune de Nouvion.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel Piton et Richard Schuler, « La nécropole de Nouvion-en-Ponthieu (Somme) IV-VIIe siècle : Rapport préliminaire », Cahiers archéologiques de Picardie, vol. 8,‎ , p. 217-284 (ISSN 2104-3914, lire en ligne)
  • Nicole Petitpont et Denise Bègue, Nouvion au fil du temps,

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h et i Notice historique et géographique réalisée par l'instituteur, M. Dumont, 1899, Archives départementales, Amiens.
  2. Jacques Garnier, Dictionnaire topographique du département de la Somme, 1868, tome 2, p. 119, vue 62/267. Archives départementales de la Somme, Amiens. Lire en ligne, sur le site des Archives..
  3. Conférence de Daniel Piton, archéologue, le à 18h au musée Boucher-de-Perthes d’Abbeville (Somme).
  4. Daniel Piton, dans la Revue archéologique du Nord..
  5. L'écho du canton, communauté de communes du canton de Nouvion, 4e trim. 2000, édit. Norsud S.A. Saleux - 80480.
  6. Dictionnaire du personnel politique de la Somme (1800-1945), Archives départementales, Amiens, p. 55.
  7. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 2 avril 2014, p. 13..
  8. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  9. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  12. Le Courrier picard, édition Picardie maritime, « Le collège teste la 6e sans notes », 15 septembre 2017, p. 16.
  13. Notice no PM80000986, base Palissy, ministère français de la Culture.
  14. Site municipal.
  15. http://www.somme-photos.com/article-36076470.html.
  16. « Nouvion-en-Ponthieu : ruines d'un moulin », sur http://somme-photos.over-blog.fr (consulté le 14 novembre 2009).
  17. a et b « Les sphinx de Nouvion-en-Ponthieu », sur http://somme-photos.over-blog.fr, .
  18. Site de la mairie..