Fressenneville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fressenneville
Fressenneville
Mairie de Fressenneville
Blason de Fressenneville
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Intercommunalité Communauté de communes du Vimeu
Maire
Mandat
Jean-Jacques Leleu
2020-2026
Code postal 80390
Code commune 80360
Démographie
Gentilé Fressennevillois
Population
municipale
2 127 hab. (2021 en diminution de 4,62 % par rapport à 2015)
Densité 246 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 04′ 07″ nord, 1° 34′ 40″ est
Altitude Min. 63 m
Max. 129 m
Superficie 8,66 km2
Type Commune urbaine
Unité urbaine Feuquières-en-Vimeu-Fressenneville
(banlieue)
Aire d'attraction Friville-Escarbotin
(commune du pôle principal)
Élections
Départementales Canton de Friville-Escarbotin
Législatives 3e circonscription de la Somme
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Fressenneville
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Fressenneville
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
Fressenneville
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Fressenneville

Fressenneville est une commune française située dans le département de la Somme, en région Hauts-de-France.

Depuis , la commune fait partie du parc naturel régional Baie de Somme - Picardie maritime.

Géographie[modifier | modifier le code]

Immédiatement à l'ouest de Feuquières-en-Vimeu, l'agglomération de Fressenneville bordure le sud de la route départementale 925, axe Abbeville - Le Tréport.

Localisation[modifier | modifier le code]

Climat[modifier | modifier le code]

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique franc, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[1]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est exposée à un climat océanique et est dans la région climatique Côtes de la Manche orientale, caractérisée par un faible ensoleillement (1 550 h/an) ; forte humidité de l’air (plus de 20 h/jour avec humidité relative > 80 % en hiver), vents forts fréquents[2].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,4 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 13,1 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 875 mm, avec 12,7 jours de précipitations en janvier et 8,4 jours en juillet[1]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Cayeux-sur-Mer à 14 km à vol d'oiseau[3], est de 11,4 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 761,1 mm[4],[5]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[6].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Fressenneville est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[7],[8],[9]. Elle appartient à l'unité urbaine de Feuquières-en-Vimeu-Fressenneville, une agglomération intra-départementale regroupant 2 communes[10] et 4 777 habitants en 2017, dont elle est une commune de la banlieue[11],[12].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Friville-Escarbotin, dont elle est une commune du pôle principal[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 33 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[13],[14].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (82,9 % en 2018), néanmoins en diminution par rapport à 1990 (88,9 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (74 %), zones urbanisées (16,1 %), prairies (8,9 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (0,9 %)[15]. L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie[modifier | modifier le code]

On trouve plusieurs formes pour désigner Fressenneville dans les textes anciens : Friscenevilla (1154), Fressenivilla (1159). Le toponyme serait d'origine germano-romane et se serait formé à partir, du radical villa signifiant domaine puis village avec en préfixe accolé le patronyme d'un personnage propriétaire du lieu, selon toute vraisemblance[16].

Histoire[modifier | modifier le code]

Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Le , se déroula la bataille de Saucourt-en-Vimeu. En débouchant sur le plateau qui s'étend entre Fressenneville et Saucourt (hameau de Nibas), on découvre la motte castrale, témoin probable de ce combat entre le roi Louis III et les Vikings. Les hommes du Nord, intrépides pirates, débarquaient, à chaque printemps, sur les côtes européennes. Ils se répandaient ensuite dans les environs et se livraient au pillage des villages, des villes et des abbayes. La terreur qu'ils semaient sur leur passage était si profonde que les populations aménagèrent des souterrains pour abriter leurs biens et leurs vies. Les Vikings laissèrent 8 000 des leurs sur le champ de bataille, dont leur chef Gormont, transpercé par l'épée du roi des Francs, Louis III.

En 1185, Hugues de Fressenneville fut bienfaiteur de l'hôpital d'Abbeville. La famille possédait un château-fort, bâti sur une plate-forme entourée d'un double fossé circulaire.

En 1469, « Frechenneville » comptait 26 feux (entre 100 et 120 habitants), selon la déclaration des feux de 1469, déposée aux archives départementales du Nord.

Époque moderne[modifier | modifier le code]

En 1698, la population de Fressenneville était de 500 habitants, environs.

Au XVIIIe siècle, comme dans tout le Vimeu la serrurerie s'implanta à Fressenneville, le village se spécialisant dans la production des cadenas. La population atteignait 725 âmes, en 1750.

Les cahiers de doléances de la commune, rédigés en 1789, sont consultables sur le site des archives départementales, p. 173 à p. 176[17].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La grève de 1906[modifier | modifier le code]

En 1906, la grève éclate dans la serrurerie Riquier, l'une des plus importantes du Vimeu qui employait plus de 400 ouvriers. Un syndicat de salariés avait été créé, mais la direction en congédia les dirigeants ; ce fut l'émeute[18],[19],[20]. L'usine et le château du patron furent incendiés. La presse nationale se fit l'écho de cet événement et le village fut occupé par la troupe pendant plusieurs semaines, 32 personnes furent arrêtées et plusieurs grévistes incarcérés[a 1].

En mémoire de cet événement, la municipalité racheta le terrain où se trouvait autrefois le château, situé près de la place du village et y aménagea un square : le « square du château brûlé »[21].

Dans la mémoire collective, Fressenneville est devenu « éch' poeyis éd' chés metteux d'fu » (le pays des incendiaires).

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pendant la Première Guerre mondiale, en , mille soldats cantonnèrent à Fressenneville[a 2].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Pendant la Seconde Guerre mondiale, la résistance fut très active[a 3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[22]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1853 1865 Jean-François Cassin    
1865 1880 Charles Zéphir Guerville   Industriel
1880 1892 Nicolas Anthime Wattré    
1892 1897 Ridoux Lecat   décède en cours de mandat
1897 1906 Julien Riquier   Propriétaire de la plus grosse usine de la commune,
démissionnaire
1906 1935 Elisée Cassin    
1935 mars 1950
(décès)
Marcel Poiret SFIO  
mars 1950 mai 1967
(décès)
Maurice Petit SFIO Employé
mai 1967 mars 1977 Guy Pruvot DVD  
mars 1977 mars 2008 Noël Ricouard PCF Chef magasinier
Conseiller régional de Picardie (1995 → 2004)
Président de la CC du Vimeu Industriel (2003 → 2008)
mars 2008 avril 2014 Alex Pauchet Colère et espoir  
avril 2014[23] 4 avril 2016[24],[25] Annie-Claude Leuliette PS Infirmière
Conseillère régionale de Picardie (2004 → 2015)
Démissionnaire
8 avril 2016[26] En cours
(au 23 mai 2020)
Jean-Jacques Leleu DVG Ouvrier
Réélu pour le mandat 2020-2026[27]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

Selon la déclaration des feux de 1469, déposée aux archives du Nord, on comptait 26 feux à « Frechenneville ».

En 1698, la population de Fressenneville est de 500 habitants.

En 1700, elle était de 600 âmes.

En 1750, elle passe à 725, grâce à l’extension des ateliers de serrurerie.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[29].

En 2021, la commune comptait 2 127 habitants[Note 3], en diminution de 4,62 % par rapport à 2015 (Somme : −0,98 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
6916189059761 1461 2051 2221 2611 279
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3361 3851 5021 6011 6861 6841 7401 7711 841
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 9421 9951 9352 0121 8541 9651 9671 8392 005
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
2 2582 3422 5942 4872 4222 3342 2672 2572 254
2017 2021 - - - - - - -
2 2072 127-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école de Fressenneville est située en zone B, dans l'académie d'Amiens.

Sports[modifier | modifier le code]

L'US Nibas-Fressenneville est le club de football du village. Il est issu de la fusion entre l'Association des Anciens Élèves de Nibas et de l'Athlétique Club Fressenneville. Il évolue en Départemental 1 au stade Marcel-Poiret de Fressenneville et les plus jeunes au stade Roger-Piot de Nibas.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

La butte est actuellement plate à son sommet. Elle est protégée concentriquement par une levée de terre derrière laquelle court un fossé. Ancienne propriété du comte d'Hardivilliers, celui-ci fait exécuter des fouilles qui s'arrêtent face à une maçonnerie.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Pierre Carré, imprimeur, imprima des tracts clandestins et Picardie libre avec Rodolphe Mourche, Raoul Mouillard et Henri Holleville pendant la Seconde Guerre mondiale[a 5].
  • Henri Cannevelle (1916-1992), artiste peintre, poète et écrivain né et mort à Fressenneville où il repose. Il est l'auteur du grand tableau « La Cène » conservé dans l'entrée de l'église de Fressenneville. Mystique, il définissait sa peinture d'un néologisme : « transfigurative ». Il a publié des pièces de théâtre en vers (Ariel, Arioso...), en prose (La Sixième Trompette, Les Amants de la nuit...), des essais (Les Pélerins de l'Infini...) et des romans qui, pour certains comme Roses de Picardie ou Les Mirages de l'Amour, parurent en feuilletons dans la presse picarde de la région de Ham où il fut professeur de lettres.

Héraldique[modifier | modifier le code]

La commune de Fressenneville utilise un blason qui reprend les armes représentées sur un sceau d'Hugues de Fressenneville figurant sur une charte de 1224 et conservé aux Archives départementales de la Somme.

Blasonnement :

  • d'argent à la croix ancrée de gueules[34].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. p. 69.
  2. p. 110.
  3. p. 157.
  4. p. 101.
  5. p. 158.
  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé, en , celle d'aire urbaine afin de permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Cartes[modifier | modifier le code]

  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  2. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  3. « Orthodromie entre Fressenneville et Cayeux-sur-Mer », sur fr.distance.to (consulté le ).
  4. « Station Météo-France « Cayeux-sur-mer » (commune de Cayeux-sur-Mer) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  5. « Station Météo-France « Cayeux-sur-mer » (commune de Cayeux-sur-Mer) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  7. « Typologie urbain / rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  8. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  9. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  10. « Unité urbaine 2020 de Feuquières-en-Vimeu-Fressenneville », sur insee.fr (consulté le ).
  11. « Base des unités urbaines 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  13. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Friville-Escarbotin », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques (consulté le ).
  14. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur le site de l'Institut national de la statistique et des études économiques, (consulté le ).
  15. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  16. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France, , 676 p. (ISBN 978-2-600-00133-5, lire en ligne), p. 956.
  17. http://archives.somme.fr/ark:/58483/a0113409565588ytyui/1/1
  18. Léon de Seilhac, « La grève de Fressenneville », Le Musée Social. Mémoires & Documents. Suppléments aux Annales,‎ , p. 181-212.
  19. Guy Baron, « Le Vimeu industriel : une étude de « pays » », Hommes et Terres du Nord, vol. 4, no 1,‎ , p. 317–326 (ISSN 0018-439X, DOI 10.3406/htn.1985.2018, lire en ligne, consulté le ).
  20. « Les événements de Fressenneville en 1906 d’après le journal « L’Abbevillois » », sur Histoire du Vimeu, (consulté le ).
  21. « chambreducatelet.e-monsite.com… »(Archive.orgWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?).
  22. Fressenneville, " El poéyi d'chés métteux d'fu ".
  23. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 9 avril 2014, p. 13.
  24. « FRESSENNEVILLE (80) Le maire Annie-Claude Leuliette a démissionné », sur courrier-picard.fr, (consulté le ).
  25. « Le maire, Annie-Claude Leuliette démissionne », sur linformateur-leclaireur.fr, (consulté le ).
  26. « FRESSENNEVILLE Jean-Jacques Leleu élu maire », sur courrier-picard.fr, (consulté le ).
  27. Benjamin Radeau, « Pas de suspense à Fressenneville pour la réélection comme maire de Jean-Jacques Leleu : Jean-Jacques Leleu a sans surprise été réélu maire de Fressenneville (Somme) le 23 mai 2020. Il a annoncé une analyse financière du comptable public avant le vote du budget 2020 », L'Éclaireur du Vimeu,‎ (lire en ligne, consulté le ) « Celui-ci a bénéficié de 15 voix, ceux de ses partenaires de la liste « Ensemble, continuons d’agir pour Fressenneville », qui avait triomphé dès le 1er tour des élections municipales le 15 mars 2020. Son seul adversaire lors du vote, Armel Cramet, tête de la liste « Fressenneville ensemble », n’a obtenu que 2 suffrages ».
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  32. Photo aérienne
  33. Archéologie aérienne et Roger Agache
  34. « L'Armorial », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Louis Gaillard, Fressenneville, el poéyi d'chés metteux d'fu, collection Souvenance, Woignarue, La Vague verte, 1995 (ISBN 978 - 2 - 908 227 - 32 - 1)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]