Vaux-Marquenneville

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vaux.
Vaux-Marquenneville
L'église, avec la mairie en arrière-plan.
L'église, avec la mairie en arrière-plan.
Blason de Vaux-Marquenneville
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Canton Gamaches
Intercommunalité Communauté d'agglomération Baie de Somme
Maire
Mandat
Jean-François Langlet
2014-2020
Code postal 80140
Code commune 80783
Démographie
Gentilé Vallois
Population
municipale
82 hab. (2014)
Densité 21 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 59′ 08″ nord, 1° 47′ 10″ est
Altitude Min. 70 m
Max. 122 m
Superficie 3,97 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte administrative de la Somme
City locator 14.svg
Vaux-Marquenneville

Géolocalisation sur la carte : Somme

Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Vaux-Marquenneville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vaux-Marquenneville

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vaux-Marquenneville

Vaux-Marquenneville est une commune française, située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.
Par son nombre d'habitants, c'est la plus petite commune du canton de Hallencourt.

Géographie[modifier | modifier le code]

Vaux est traversé du sud au nord par la route départementale RD 93 entre Oisemont et Frucourt (direction Abbeville), et du sud-est au nord-ouest par la RD 53 E venant de Neuville-au-Bois (direction Airaines) et la route de Fresnes-Tilloloy.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Fresnes-tilloloy (1,2 km ouest), Neuville-au-Bois (1,9 km sud), Doudelainville (2,2 km nord-ouest), Forceville-en-Vimeu (2,2 km sud-est), Frucourt (3 km nord-est), Citerne (3,8 km est), Oisemont (3,9 km sud-ouest).

Rose des vents Doudelainville Frucourt Rose des vents
Fresnes-Tilloloy N Citerne
O    Vaux-Marquenneville    E
S
Oisemont Neuville-au-Bois Forceville-en-Vimeu

Les lieux-dits[modifier | modifier le code]

Au Bois de Longue Attente, Au Bois Renard, Au Moulin de Vau, Au Sentier d'Oisemont, Au bout des Vingt, Au Rideau Mont Rôti, Bois de Fresne, Derrière le Bosquet, Fond du Bois de Frand Beaudet, la Fosse à Précheux, le Pinche au Vast, les Côtes, la Grande Borne, l'Homelet, les Treize à l'Épine, les Seize, les Dix-Sept, les Vingt, les Quarante.
  • Non repris sur la carte :
Au Blanc Terroir, Au Chemin de Limeux, Au Chemin de Chasses Marées, Crocquefève, la Maie, la Moët, la Ruelle, le Pré Bouly, les Riez, Vers Vaux, les Vingt-Six.
Plan de Vaux

Données climatiques[modifier | modifier le code]

Voici les données climatiques comparatives de Vaux-Marquenneville avec d'autres villes françaises caractéristiques[2].

Ville Ensoleillement
(h/an)
Pluie
(mm/an)
Neige
(j/an)
Orage
(j/an)
Brouillard
(j/an)
Moyenne nationale 1 973 770 14 22 40
Vaux-marquenneville[3] 1638 732 17 19 69
Paris 1 661 637 12 18 10
Nice 2 724 733 1 29 1
Strasbourg 1 693 665 29 29 53
Brest 1 605 1 211 7 12 75

Toponymie[modifier | modifier le code]

  • Vaux est issu du mot « Val »[4] qui signifie ravin, vallée ou vallon et Marquenneville est composé du mot latin villa (domaine) et du prénom Marca, ce qui signifierait : « le domaine de Marca »[5].
  • Comme son nom l'indique, le village de Vaux est situé dans une petite vallée. Celui de Marquenneville est par contre établi sur un terrain bien plus plat.

Gentilé[modifier | modifier le code]

  • Les habitant(e)s de Vaux-Marquenneville se nomment les Vallois et les Valloises.
  • Les villages voisins les surnommaient Chés accroupis[6], petit sobriquet, aussi appelé "Blason" (sans correspondance avec l'art héraldique), qui serait dû à la position accroupie d'une statue se trouvant dans l'église.

Histoire[modifier | modifier le code]

Différentes écritures au cours des siècles[7][modifier | modifier le code]

Du Moyen Âge à la Révolution[modifier | modifier le code]

De la Révolution à 1938[modifier | modifier le code]

De la Seconde Guerre mondiale à nos jours[modifier | modifier le code]

Extraits de la Section Patrimoine CIS no 10[13] et no 14[14]de la communauté de communes d'Hallencourt.

  • Occupation allemande : le village fut occupé, comme une grande partie des villages aux alentours, par l'armée allemande et en 1943 commencent les travaux d'une rampe de V1 et d'une DCA sur la Montagne (Marquenneville).
  • La Résistance :
    • Pas de grands faits marquants mais on a ouï dire que lors de la construction de la rampe de V1 certains rajoutaient du purin dans le ciment au lieu d'eau.
    • Un déserteur de l'armée allemande se cacha dans un hangar, sous un tas de blé. Après des recherches infructueuses par l'occupant, le soldat, après soins et avec l'aide de la Résistance, réussit à quitter la France, pour regagner l'Espagne et à retourner chez les siens.
    • Destruction des rampes V1 : en juin 1944, par le Squadron 485[15] lors de l'opération RAMROD 904[16], le bombardement dura 1 h 30 (de 15 h 45 à 17 h 15).
  • La Libération : le village fut traversé par des chars canadiens (sans autres renseignements).
    • Citation : Vaux-Marquenneville reçut la Croix de guerre avec étoile de bronze par le secrétaire d'État aux Armées qui cita : "Courageux village, fortement détruit au cours de la guerre 1939-1945, s'est remis avec foi et ardeur au travail"

Dans les années 1950[17][modifier | modifier le code]

  • Réquisition des chandeliers de l'église pour l'éclairage d'un bal.
  • Un habitant, essayant le cercueil qu'il venait de se fabriquer, se retrouve bloqué dedans.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Vaux-Marquenneville D'argent aux trois têtes de maure de sable, tortillées du champ.[8].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires depuis 1945
Période Identité Étiquette Qualité
1945 1971 Lucien Blanchart    
1971 1977 Gérard Routier    
1977 2008 Paul Boutroy    
2008 2009 Alain Christophe    
2009 en cours
(au 6 mai 2014)
Jean-François Langlet   Réélu pour le mandat 2014-2020[20]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[21]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[22],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 82 habitants, en augmentation de 5,13 % par rapport à 2009 (Somme : 0,32 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
199 175 226 224 226 206 213 225 197
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
184 182 171 162 164 155 146 137 144
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
140 133 123 124 108 114 117 83 98
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2014
74 78 75 62 72 67 81 77 82
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[23] puis Insee à partir de 2006[24].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

En matière d'enseignement élémentaire, les communes de Doudelainville, Vaux-Marquenneville, Citerne, Huppy et Frucourt sont associées au sein d'un regroupement pédagogique concentré (RPC) dont le siège est à Huppy[25].

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

L'église et son cimetière[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les autres projets Wikimedia :

Manoir[modifier | modifier le code]

Manoir[28] devenu ferme dont le corps de logis et le pigeonnier datent du XVIIe siècle.

Un autre pigeonnier/colombier qui daterait de la même période se trouve dans une autre ferme du village[8].

Soldats inscrits au monument aux morts[modifier | modifier le code]

Soldats morts au champ d'honneur, inscrits au monument aux morts[29]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Fille du Comte François Ferdinand de Riencourt (dernier seigneur de Vaux), elle fonda en 1842 la congrégation du Sacré-Cœur en Angleterre.

Vie quotidienne[modifier | modifier le code]

Fêtes locale et patronale[modifier | modifier le code]

École-mairie[31][modifier | modifier le code]

  • 1834 : le presbytère sert d'école et de logement communal. Le salaire annuel de l'instituteur est de 200 francs.
  • 1838-1855 : réfection de l'école.
  • 1861 : séparation des garçons et des filles par une cloison.
  • 1873 : effondrement de la façade ouest et d'une partie du toit.
  • 1876 : instauration de la bibliothèque scolaire et municipale.
  • 1883 : instauration de la Caisse des Écoles.
  • 1889-1890 : construction de la nouvelle école mixte (aujourd'hui mairie).
  • Depuis les années 1960, l'école ne fait plus fonction, mais le bâtiment fait toujours office de mairie[32] et est en réfection depuis 2007.

Gendarmerie[modifier | modifier le code]

Vaux-Marquenneville dépend de la brigade territoriale de proximité d'Hallencourt[33]

Internet[modifier | modifier le code]

Depuis peu la partie du village anciennement Vaux est connectée à l'ADSL et la partie Marquenneville est toujours en bas débit.

Économie[modifier | modifier le code]

Politique[modifier | modifier le code]

Élections présidentielles, résultats des deuxièmes tours.
Élections législatives, résultats des deuxièmes tours 
Élections cantonales, résultat des deuxièmes tours.
  • Élections cantonales 2008[41]: 75,86 % pour Patrick Poliautre (M-NC), 24,16 % pour Claude Jacob (COM), 92,06 % de participation.
Élection Municipale.
  • Élection municipale de 2008, meilleurs scores[42]:
    • 1er tour : Hubert Blanchart: 30 voix.
    • 2e tour : Gérard Routier et Jean-François Langlet : 31 voix.

Divers[modifier | modifier le code]

Dans ce petit village, on trouve encore trace d'un vieux panneau directionnel comme celui se trouvant sur la route départementale RD 93.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Source : Section du Patrimoine C.I.S. N° 9
  2. Météo France Somme, Abbeville (record) et records entre 1961 et 1990 Normales et records des stations météo de France - Infoclimat
  3. Données de la station d Abbeville, sources l'Internaute, INSEE, et lameteo.org
  4. Sur le Wikitionnairevaux
  5. Source: "Les lieux-dits" de la Section Patrimoine CIS N° 9
  6. Source: extrait de la Section Patrimoine CIS de la Cté de Cme d'Hallencourt, N°3 p.22 "Processions et blasons" Compte rendu CIS n°3 septembre 1998
  7. Source: C.I.S.Section Patrimoine N°9
  8. a, b, c, d et e Source : La Somme, les 783 communes, septembre 2004, aux éditions Delattre, Grandvilliers (60)
  9. Sources: Opération Charles VI ( n°1522) Opération Charles VI - Impression le 10 avril 2012 à 14h10, Extrait de books.google.com de La Cour amoureuse dite de Charles VI, de C.Pozzolo et H.Loyau, 1992, de. léopard d'or La Cour amoureuse, dite de Charles VI - Carla Bozzolo, Hélène Loyau, Cour amoureuse (Paris, France) - Google Livres
  10. Genealogiequebec et « Site généalogique: Dynastie Rouault »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 24 août 2014)
  11. Généalogie Hertault Mayeux Voir aussi sur: Genealogie Hertault Mayeux
  12. Fusion, source Cassini
  13. "Contes, légendes, croyances et faits divers..." de la Section du Patrimoine CIS N°10 de la Cté de Cme d'Hallencourt(cf p.29-30)Compte rendu CIS n° 10 p 29-30
  14. "Les années de guerre" de la Section Patrimoine CIS N°14 (cf p.35/51/59/69/70) de la Cté de Cme d'Hallencourt, Compte rendu CIS n° 14
  15. Google Traduction et Voir sur Wikipédia (en)
  16. Voir opération de l'armée polonaise registre 1940-1947, le 20-05-1944
  17. Section Patrimoine CIS de la Cté de Cmes d'Hallencourt N°10 p.29-30
  18. (source Cassini Cassini
  19. source francegenweb.org FranceGenWeb
  20. Le Courrier picard, édition d'Abbeville, 4 avril 2014, p. 11.
  21. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  22. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  23. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  24. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  25. Le Courrier picard, édition Picardie maritime, , p. 9.
  26. Histoire de Cloches Compte rendu CIS :Histoire de cloches
  27. « Source : Mémorial morts pour la France (80) »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 24 août 2014)
  28. Sources:Quid « http://www.quid.fr/communes.html?mode=detail&id=32104&req=Vau&style=fiche »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  29. « Source:memorial-morts-pour-la-france-80 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 24 août 2014)
  30. Source: Section du patrimoine CIS N°10 p.30
  31. Source: Section Patrimoine C.I.S. N°11 Pg:garde, 19, 29, 32, 52, 56
  32. Annuaire Mairie
  33. Brigade de gendarmerie d'Hallencourt Groupement de Gendarmerie Départementale de la Somme.
  34. SIAEP de Frucourt « SIAEP de Frucourt »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 24 août 2014)
  35. « SIER du SUD VIMEU »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 24 août 2014)
  36. SIROM des SEPT CANTONS
  37. Sources : Le Figaro Lefigaro.fr - Résultats : élections présidentielles 2007 / résultats Vaux-Marquenneville (80140 - SOMME) - ministère de l'Intérieur Le site officiel du ministère de l'Intérieur, de l'Outre-mer, des Collectivités Territoriales et de l'Immigration
  38. Sources:- moteur-auracom
  39. Source : 20 minutes
  40. Sources :- ministère de l'Intérieur
  41. Élections cantonales 2008, source : ministère de l'Intérieur
  42. Élection Municipales 2008, source: Ministère de l'intérieur

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]

Extraits de livres administratifs[modifier | modifier le code]