Beauchamps (Somme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Beauchamps
Beauchamps (Somme)
La mairie.
Blason de Beauchamps
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Arrondissement Abbeville
Intercommunalité CC des Villes Sœurs
Maire
Mandat
Jean-Charles Vitaux
2020-2026
Code postal 80770
Code commune 80063
Démographie
Population
municipale
991 hab. (2018 en diminution de 2,84 % par rapport à 2013)
Densité 137 hab./km2
Géographie
Coordonnées 50° 01′ 05″ nord, 1° 30′ 33″ est
Altitude Min. 10 m
Max. 110 m
Superficie 7,22 km2
Type Commune rurale
Unité urbaine Incheville
(ville-centre)
Aire d'attraction Eu
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Gamaches
Législatives 3e circonscription de la Somme
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
City locator 14.svg
Beauchamps
Géolocalisation sur la carte : Somme
Voir sur la carte topographique de la Somme
City locator 14.svg
Beauchamps
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Beauchamps
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Beauchamps
Liens
Site web http://www.beauchamps.fr/

Beauchamps est une commune française située dans le département de la Somme en région Hauts-de-France.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Frontières de Beauchamps avec les communes limitrophes. Cliquer sur la carte pour l'agrandir.

Bourg picard situé sur la Bresle, à 10 km de son embouchure dans la Manche, en limite de la Normandie, desservi par l'ancienne route nationale 15bis de Grandvilliers au Tréport.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Quatre communes limitent le territoire du côté du département de la Somme. Au sud-ouest, la Bresle marque la frontière avec la Seine-Maritime.

Transports routiers[modifier | modifier le code]

La localité est desservie par les lignes d'autocars no 1 (Mers-lès-Bains - Oisemont - Amiens) et n°3 (Gamaches - Woincourt - Abbeville) du réseau Trans'80, Hauts-de-France, chaque jour de la semaine sauf le dimanche et les jours fériés[1].

Urbanisme[modifier | modifier le code]

Typologie[modifier | modifier le code]

Beauchamps est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[2],[3],[4]. Elle appartient à l'unité urbaine d'Incheville, une agglomération inter-régionale regroupant 3 communes[5] et 3 111 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[6],[7].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction d'Eu, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 26 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[8],[9].

Occupation des sols[modifier | modifier le code]

Carte en couleurs présentant l'occupation des sols.
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (71,7 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (70,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : terres arables (50,9 %), prairies (20,8 %), forêts (14,3 %), zones urbanisées (7,3 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (3,3 %), eaux continentales[Note 3] (3,3 %)[10].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[11].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le lieu s'est appelé Bauchen, Bauchien, Beauchamp puis Beauchamps[12].

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1191, lors de la création de l'abbaye du Lieu-Dieu, la seigneurie appartient à Rogon de Dauchen[12].

De 1865 à 1908, une sucrerie-distillerie a donné de l'emploi sur le territoire de la commune[12].

Avant la seconde guerre mondiale le château de Beauchamps appartenait à la famille Deloison[réf. nécessaire].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

La commune se trouve dans l'arrondissement d'Abbeville du département de la Somme. Pour l'élection des députés, elle fait partie depuis 1958 de la troisième circonscription de la Somme.

Elle fait partie depuis 1793 du canton de Gamaches[13]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, ce canton, dont la commune est toujours membre, est modifié, passant de 20 à 36 communes.

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune a adhéré en 2003 à la communauté de communes du Gros Jacques, qui prend en 2009 la dénomination de communauté de communes interrégionale de Bresle maritime.

Celle-ci s'étend à sept communes de Seine-Maritime issues de l'ancienne communauté de communes d'Yères et Plateaux[14] et devient la communauté de communes des villes sœurs[15], dont la commune est toujours membre.

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
  1971 Eugène Jouno    
1971 1995 Eugène Duhamel UDF Boulanger
Président du SIVOM de Gamaches
1995 mai 2020[16] Alain Brière[17],[18] PS Professeur
Président de la CC des Villes Sœurs (2008 → 2020)
mai 2020[19] En cours
(au 27 mai 2020)
Jean-Charles Vitaux LR Informaticien industriel
Vice-président du SIVOM de Gamaches[Quand ?]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[21].

En 2018, la commune comptait 991 habitants[Note 4], en diminution de 2,84 % par rapport à 2013 (Somme : −0,18 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
269236394329360375409460460
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
443421475518527516499503491
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
526597574631686694666650660
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
8128839009081 0119871 0041 043999
2018 - - - - - - - -
991--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[13] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Les écoles primaires publiques Les Hortensias et du Parc scolarisent 101 enfants pour l'année scolaire 2017-2018. Une cantine et une garderie sont à leur disposition aux Hortensias[23].

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Le grand-prix cycliste de Beauchamps dont la 50e édition s'est déroulée le .

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une image pour l'agrandir, ou survolez-la pour afficher sa légende.

  • Friche industrielle de la sucrerie distillerie de Beauchamps, fondée par la Compagnie Sucrière de la Somme, dont le site a été exploité de 1865 à 1998[12].
  • Église Saint-Martin, du XIXe siècle. Elle contient un reliquaire du XVe siècle en argent doré.
  • L'abbaye du Lieu-Dieu (XIIIe siècle) qui a été rénovée ; elle est devenue un centre équestre[24].
  • Jardin paysager privé, le Jardin de Claire[25].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Présentation du blason
Blason beauchamps.svg

Les armes de la commune se blasonnent ainsi :
fascé de sinople et d'hermine.

La commune a repris le blason des De Beauchamps, seigneurs du lieu du XIIe au XVe siècle, et notamment de Rorgon de Beauchamps, chevalier, seigneur en 1195, mort vers 1215. Sa tombe armoriée en carreaux vernissés colorés fut découverte en 1977 dans les vestiges de l'ancienne abbaye du lieu-Dieu, avant d'être une nouvelle fois perdue. (Jacques Dulphy)

Pour approfondir[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Daniel François, Pascale Touzet, « Découvertes archéologiques à Beauchamps (Somme), abbaye de Lieu-Dieu », Cahiers archéologiques de Picardie,‎ 1978 (n°5) (résumé)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Le réseau Trans'80 en ligne ».
  2. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  3. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 4 avril 2021).
  4. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 4 avril 2021).
  5. « Unité urbaine 2020 d'Incheville », sur https://www.insee.fr/ (consulté le 4 avril 2021).
  6. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  7. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  8. « Liste des communes composant l'aire d'attraction de Eu », sur insee.fr (consulté le 4 avril 2021).
  9. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 4 avril 2021).
  10. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 22 mai 2021)
  11. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 22 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  12. a b c et d Blandine Thoreux, « Beauchamps : Un livre pour se souvenir », L'Informateur d'Eu,‎ (lire en ligne).
  13. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  14. « Villes Sœurs Premier conseil à 28 communes », Courrier picard, région d'Abbeville,‎ , p. 14 (lire en ligne, consulté le 9 février 2017).
  15. AP CC des villes sœurs 301216,p. 225.
  16. Blandine Thoreux, « Après 43 ans de mandat dans la Somme, un départ en toute discrétion pour Alain Brière : Élu au conseil de Beauchamps en 1977, maire depuis 1995, Alain Brière a quitté ses fonctions le 26 mai 2020. Mais il reste temporairement président de l'intercommunalité », L'Éclaireur du Vimeu,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mai 2020) « Pour rappel, Alain Brière, professeur, était entré au conseil municipal de Beauchamps en tant que conseiller en 1977. En 1989, il devient le premier adjoint du maire Eugène Duhamel, avant d’occuper lui-même ce poste à partir de 1995. Depuis, il a été reconduit à trois reprises dans ses fonctions. À 72 ans, il a décidé de ne pas se représenter lors des élections municipales de cette année ».</ref.
  17. « Une équipe renouvelée : Beauchamps. Alain Brière, maire sortant, a présenté sa liste pour les élections municipales. », Paris Normandie,‎ (lire en ligne, consulté le 10 décembre 2017) « Candidat à sa succession, le maire sortant Alain Brière, 66 ans, qui est également président de la com'com du Gros-Jacques, vient de présenter sa liste « Toujours mieux servir Beauchamps ». Une liste de 48 ans d'âge moyen, dans laquelle sont arrivés sept nouveaux, et repartent huit élus de l'équipe précédente dont les trois adjoints. Élu depuis 1977, Alain Brière est passé adjoint en 1989 puis maire, six ans plus tard en 1995 ».
  18. Réélu pour le mandat 2014-2020 : Bandine Thoreux, « Alain Brière réélu sans surprise : Vendredi lors de la première réunion de conseil à Beauchamps, Alain Brière a été réélu maire. Gérard Vautier a été élu 1er adjoint, Denis Routier 2e, et Odile Boinet 3e adjointe », L'Éclaireur du Vimeu,‎ (lire en ligne, consulté le 30 avril 2018).
  19. Blandine Thoreux, « Après six ans dans l’opposition, Jean-Charles Vitaux maire du rassemblement dans la Somme : Après un mandat dans l’opposition à Beauchamps, Jean-Charles Vitaux a présenté une liste de rassemblement aux municipales. Il a été élu maire à l’unanimité le mardi 26 mai 2020 », L'Éclaireur du Vimeu,‎ (lire en ligne, consulté le 29 mai 2020).
  20. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  23. Courrier picard, édition Picardie maritime, , p. 15.
  24. Site officiel du Lieu-Dieu.
  25. « Le jardin de Claire », sur http://www.1001fleurs.com (consulté le 14 juillet 2008).